Hosokawa Takakuni

daimyo

Hosokawa Takakuni (細川 高国?, 1484-) est le commandant militaire le plus puissant de l'époque Muromachi sous Ashikaga Yoshiharu, le douzième shogun. Il est le fils de Hosokawa Masaharu, d'une branche du clan Hosokawa[1],[2],[3].

Hosokawa Takakuni
Image dans Infobox.
Hosokawa Takakuni par Kanō Motonobu.
Fonction
Daimyo
Titre de noblesse
Daimyo
Biographie
Naissance
Décès
Nom dans la langue maternelle
細川高国Voir et modifier les données sur Wikidata
Activité
Père
Conjoint
Enfants
Parentèle
Hosokawa Masamoto (père adoptif)
Hosokawa Ujitsuna (fils adoptif)
Q108779201 (fille et sœur cadette)Voir et modifier les données sur Wikidata

BiographieModifier

En 1507, Hosokawa Masamoto est tué par son fils adoptif, Hosokawa Sumiyuki, qu'il a déshérité. Takakuni soutient Hosokawa Sumimoto et est crédité d'avoir évincé Sumiyuki, raison pour laquelle il participe activement au shogunat Muromachi. En 1508, lorsque Ōuchi Yoshioki marche avec ses armées vers Kyoto avec Ashikaga Yoshitane (Ashikaga Yoshiki), l'ancien shogun qui s'est échappé dans la province de Suo, Takakuni conspire avec eux et expulse les shoguns Ashikaga Yoshizumi et Sumimoto vers la province d'Ōmi.

Takakuni et Yoshioki prennent les commandes du shogunat Muromachi. Takakuni prend la tête du peuple Hosokawa et le poste de kanrei. Par ailleurs, il occupe aussi le poste de shugo des provinces de Settsu, Tamba, Sanuki et Tosa. En 1518, il monopolise les pouvoirs du shogunat après que Yoshioki est retourné dans son domaine. En 1521, Yoshiki qui ne supporte plus d'être un shogun fantoche, s'échappe dans la province d'Awa. Takakuni installe Ashikaga Yoshiharu, fils de Yoshizumi, au poste de shogun.

Takakuni prend Yanagimoto Kataharu, frère cadet de Kanishi Motomori, principal vassal des Hosokawa, pour wakashu et les deux se jurent un amour éternel. Même après avoir atteint l'âge adulte, Kataharu reste son vassal préféré. Cependant, à la suite d'une calomnie par son propre cousin, Takakuni se sent obligé de faire tuer Motomori. Bien qu'initialement apaisé par son seigneur, Yanagimoto, peu après, se joint à un autre frère afin de venger la mort de Motomori[4].

En 1527, il est expulsé de Kyoto par Miyoshi Motonaga et Hosokawa Harumoto. En 1531, son armée est défaite et il se cache dans un entrepôt de boissons alcoolisées à Amagasaki dans la province de Settsu. Repéré, il se suicide.

Source de la traductionModifier

Notes et référencesModifier

  1. Mary Elizabeth Berry, The Culture of Civil War in Kyoto, University of California Press, , 373 p. (ISBN 0-520-20877-3, lire en ligne), p. 141.
  2. « Bakufu Bugyonin : The size of the Lower Burocracy in Muromachi Japan », The Journal of Asian Studies, links.jstor.org, vol. 35,‎ , p. 651-654 (ISSN 0021-9118, JSTOR 2053677, lire en ligne, consulté le ).
  3. « The "Chinese Barbarian Officials" in the Foreign Tributary Missions to China during the Ming Dynasty », Journal of the American Oriental Society, American Oriental Society, vol. 88, no 3,‎ , p. 411-418 (lire en ligne, consulté le ).
  4. Tsuneo Watanabe et Jun'ichi Iwata, The Love of the Samurai: A Thousand Years of Japanese Homosexuality, p. 51.