Horst Kopkow

Horst Kopkow est un officier subalterne de la SS, né le à Ortelsburg (Prusse-Orientale, Empire allemand) et mort le à Gelsenkirchen (Allemagne).

Horst Kopkow
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Nationalité
Allégeance
Activités
Autres informations
A travaillé pour
Parti politique
Membre de
Grade militaire

Il travailla pour le Sicherheitsdienst (SD) et, après guerre, pour le MI5 britannique.

BiographieModifier

Seconde guerre mondialeModifier

À compter de , Kopkow travaille au quartier-général du SD à Berlin, responsable du contre-espionnage et du contre-sabotage, au sein du « Referat IV A 2 » du RSHA.

En , Heydrich étend ses fonctions à la capture des agents soviétiques parachutés en Tchécoslovaquie et en Pologne. Après la mort de Heydrich, remplacé par Himmler (intérim) puis Kaltenbrunner, les responsabilités de Kopkow s'étendent à tous les agents alliés parachutés dans le Reich. Ses services capturent ainsi des centaines d'agents soviétiques et britanniques.

Kopkow joue ainsi un rôle important dans la destruction de l'Orchestre rouge, arrêtant personnellement Harro Schulze-Boysen, et la destruction du réseau Rote Drei. Ses policiers capturent des membres du MI6 et du SOE, Kopkow ordonnant des centaines d'exécutions jusqu'à la fin de la guerre en 1945 et faisant transférer les détenus à Sachsenhausen et Ravensbrück. On compte notamment parmi ses victimes Violette Szabo, Noor Inayat Khan et le major Frank Chamier du MI6, qu'il a prétendu tué lors d'un raid aérien au-dessus de Berlin. Après l'opération Pôle Nord aux Pays-Bas, il fait exécuter 47 des 54 agents britanniques arrêtés.

Sous les ordres d'Ernst Kaltenbrunner, il est aussi l'une des personnes chargées de l'enquête sur l'attentat du contre Hitler.

Après guerreModifier

Arrêté le par la police militaire britannique dans un village des bords de la Baltique, il est détenu dans un camp du MI5 à Bad Nenndorf jusqu'en 1947, date à laquelle il est transféré au Royaume-Uni.

Il est ainsi interrogé par le MI5 dans des conditions relativement confortables. Kopkow dicte en effet ses notes à son ex-secrétaire Bertha Rose, le MI5 protégeant Kopkow de toute enquête sur les crimes de guerre qu'il aurait commis. L'agent du SOE Vera Atkins, qui travaille pour le bureau du juge-avocat général, apprend ainsi que Kopkow, recherché, est à disposition du MI5.

En 1949, il est autorisé, en tant qu'agent du MI5, à revenir en Allemagne chez sa femme, à Gelsenkirchen, sous l'alias d'« oncle Peter Cordes ». Il devint directeur de l'usine de textile[réf. nécessaire], organisant très probablement des réseaux à l'Est pour le compte du MI5.

Selon des archives du MI5 partiellement déclassifiées en 2004, le MI5 employa Kopkow pour étendre ses connaissances des services soviétiques, le libérant en RFA en 1949 ou 1950 comme ouvrier dans une usine de textile située[réf. nécessaire] dans la zone d'occupation britannique.

Il a été interrogé par la police ouest-allemande dans le cadre de l'enquête sur la disparition du directeur de la Gestapo Heinrich Müller.

Horst Kopkow est mort de pneumonie à Gelsenkirchen en 1996.

Le 29 mai 1945, la police militaire britannique l’a capturé et emmené à Londres. Au cours des quatre années suivantes, les services secrets britanniques du MI6 l’ont interrogé sur ses connaissances de l’espionnage soviétique. Ce savoir le protégeait d’une éventuelle enquête criminelle de guerre et il fut déclaré mort en .

Selon les rapports du MI6, qui n’ont été rendus publics qu’en 2004, Horst Kopkow, avec une fausse identité, a été libéré en Allemagne de l’Ouest entre 1949 et 1950. Il s’est fait appeler Peter Cordes, a continué à travailler pour le MI6 et est retourné auprès de sa famille. Au cours de ses dernières années, il a souffert de la maladie de Parkinson. Kopkow est mort en 1996 d’une pneumonie dans un hôpital de Gelsenkirchen.

Voir aussiModifier

Liens internesModifier

  • Wilhelm Höttl
  • Viktors Arājs, SS letton responsable de la mort d'entre 50 000 et 100 000 personnes, libéré en 1949 par les Britanniques; arrêté en 1975, il sera condamné en 1979.

Liens externesModifier

Source originaleModifier