Horizon (pédologie)

couche de sol homogène et parallèle à la surface

Un horizon est une couche du sol, homogène et parallèle à la surface.

Les différents horizons d'un profil de sol.

DescriptionModifier

On décrit un horizon en fonction de son épaisseur, de sa composition granulométrique (argiles, limons, sables, cailloux), de son degré d'altération de la roche-mère, de son acidité...

L'ensemble des horizons constituent le profil de sol ou solum.

Les différents horizonsModifier

Stratification théorique simplifiéeModifier

Dans la théorie, le sol étant le résultat d'un processus d'altération de la roche-mère sous-jacente et de l'activité biologique superficielle, sa stratification (organisation en couches superposées) est traduite comme suit :

O - horizon organique, c'est-à-dire là où se dépose la matière organique morte (restes d'êtres vivants),

A - horizon mixte (normalement situé à la superficie du sol) d'incorporatation de la matière organique à la matière minérale.

B - horizon d'accumulation de la matière minérale plus en profondeur.

C - horizon constitué dans la zone d'altération de la roche-mère.

Dans la pratique, les phénomènes et processus à l’œuvre dans le sols sont souvent beaucoup plus complexes et il est fréquemment nécessaire de distinguer d'autres types d'horizons. Les scientifiques spécialistes des sols (pédologues) distinguent notamment ceux-ci :

Différents horizons décrits en pédologieModifier

A - Les horizons humifères sont les horizons les plus riches en êtres vivants.

  • O, horizon organique. Surtout observable en forêt (mais pas toujours), et souvent absent dans d'autres écosystèmes, par exemple en prairie où l'activité biologique est tellement intense que les restes d'individus morts n'ont pas le temps de s'accumuler.
  1. OL - litière. La litière comprend l'ensemble des débris bruts (restes de bois, de feuilles mortes et de fruits) identifiables à l’œil nu.
  2. OF - horizon de fragmentation (parfois appelé à tort horizon de fermentation). Composé d'une part de restes de débris reconnaissables à l’œil nu et d'autre part de matière organique fine (compost et particules organiques de taille inférieure à 1 mm) cette dernière en proportion de 10 à 70%[1]. La température et l'humidité y sont optimales, en raison de l'isolation fournie par la litière.
  3. OH - horizon humifié. Cet horizon est composé quasi exclusivement de matière organique fine (qui a donc été transformée par les organismes du sol).
  • A - horizon mixte. Composé d'éléments minéraux et d'humus. Sa structure dépend de l'incorporation plus ou moins rapide de l'humus.

Les horizons minéraux sont les moins riches en organismes vivants.

  • E - horizon lessivé (dits "éluviaux"). Il est drainé par l'eau qui s'infiltre, ce qui le rend pauvre en ions, en argiles, en composés humiques et en hydroxydes de fer et d'aluminium. Son appauvrissement en fer lui donne souvent une couleur plus claire que les horizons voisins (parfois presque blanche).
  • B - horizon d'accumulation. Horizon intermédiaire apparaissant dans les sols lessivés. Il est riche en éléments fins ou amorphes (argiles, hydroxydes de fer et d'aluminium, parfois en matière humifère (notamment dans les horizons BP), arrêtant leur descente à son niveau lorsqu'ils rencontrent un obstacle mécanique (frein à la diffusion) ou une modification de l'équilibre électrostatique.
    • BT - horizon d'accumulation des argiles (la lettre "T" vient du mot allemand "Ton" qui signifie : argile).
    • BP - horizon d'accumulation de matière organique et d'aluminium, présentant souvent une structure en pellicules et une cimentation. La lettre "P" vient du mot d'origine russe "podzol".
  • S - horizon structural, issu d'un processus d'altération. Il est le siège de processus physico-chimiques et biochimiques aboutissant à la destruction des minéraux du sol (altération minérale) ou encore à la décarbonatation.
  • C - roche-mère peu altérée.
  • R - roche-mère non altérée. Couche géologique à partir de laquelle se sont formés les sols.

Notes et référencesModifier

  1. Denis Baize, Michel-Claude Girard et Association française pour l'étude du sol., Référentiel pédologique 2008, Éditions Quæ, , 405 p. (ISBN 978-2-7592-0186-0, 2-7592-0186-4 et 978-2-7592-1488-4, OCLC 846958670, lire en ligne)

Voir aussiModifier

Article connexeModifier

Lien externeModifier