Horace Vere (1er baron Vere de Tilbury)

Horace Vere, 1er baron Vere de Tilbury (1565-) (également Horatio Vere ou Horatio de Vere ) est un chef militaire anglais pendant la Guerre de Quatre-Vingts Ans et la Guerre de Trente Ans, fils de Geoffrey Vere et frère de Francis Vere. Il est envoyé dans le Palatinat par Jacques Ier en 1620. Il est créé baron Vere de Tilbury et est mort sans héritier mâle.

Horace Vere
Sir Horace Vere - Horatius Veer (1565-1635).jpg
Biographie
Naissance
Décès
Sépulture
Activité
MilitaireVoir et modifier les données sur Wikidata
Famille
De Vere (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Père
Geoffrey de Vere (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Mère
Elizabeth Hardkyn (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Fratrie
Francis Vere
Frances de Vere (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Conjoint
Mary Vere (d) (depuis )Voir et modifier les données sur Wikidata
Enfants
Elizabeth de Vere (d)
Anne Fairfax (en)
Catharine de Vere (d)
Mary de Vere (d)
Dorothy de Vere (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Arme
Grade militaire
Conflit
Distinction

FamilleModifier

Horace Vere, né en 1565, est le quatrième fils de Geoffrey Vere de Crepping Hall, Essex, un fils cadet de John de Vere (15e comte d'Oxford) (en) et Elizabeth Trussell. Sa mère, Elizabeth Hardekyn (d. Décembre 1615), est la fille de Richard Hardekyn (décédé en 1558) de Wotton House près de Castle Hedingham. Il a trois frères, John Vere (vers 1558 - 1624) de Kirby Hall près de Castle Hedingham, Francis Vere (né vers 1560) et Robert Vere (né en 1562), et une sœur, Frances Vere (née en 1567), qui épouse, comme deuxième épouse, «l'aventurier colonial et auteur», Sir Robert Harcourt (1574/5 - 1631), de Nuneham le 20 mars 1598 [1].

Carrière militaireModifier

Guerre anglo-espagnoleModifier

En 1590, il part rejoindre ses deux frères aînés, Robert et Sir Francis, aux Pays-Bas, commençant son service dans la compagnie d'infanterie de ce dernier pendant son mandat de sergent-major-général. Il est blessé lors de l'assaut de soldats anglais et néerlandais sur la forteresse de Steenwijk le 5 juillet 1592, et est recommandé par son frère pour une compagnie au siège de Groningen en juin 1594. Il est anobli pour sa bravoure au siège de Cadix en juin 1596.

 
Horace Vere en 1594.

L'année suivante, Horace, en l'absence de ses frères, prend le commandement sur le terrain (quoique temporairement) des forces anglaises aux Pays-Bas. Avec Maurice de Nassau, ils prennent Rheinberg, Meurs, Greonlo, Bredevoort, Enschede, Oldenzaal et Lingen ; villes des Pays-Bas orientaux ce qui créé une barrière importante [2].

Il commande trois cents soldats à la Bataille de Nieuport sous son frère. Après la retraite, il aide John Ogle et Charles Fairfax pour rallier l'avant-garde anglaise; et au siège d'Ostende, il prend une part visible à la bataille en repoussant l'assaut espagnol le 7 janvier 1602, étant stationné (avec Fairfax) à un point essentiel des défenses connues sous le nom de Sandhill, commandant douze compagnies. Il est gravement blessé à la jambe par un éclat. Horace a ensuite repris le champ sous les ordres de son frère au printemps 1602 avec l'armée de Maurice, et après que Francis ait été gravement blessé à la tête pendant le siège de Grave, il prend le commandement des forces anglaises. Début avril 1603, son frère l'envoie avec un message au nouveau roi.

Au départ de Sir Francis Vere, Sir Horace prend sa place aux Pays-Bas, mais au début, seulement comme le supérieur des quatre colonels des compagnies anglaises, les autres étant Ogle, Sir Edward Cecil et Sir Edward Harwood[3].

Le début de la carrière individuelle de Sir Horace dans l'armée des Provinces-Unies a été marqué par la chute d'Ostende le 24 septembre 1604 prise par le général espagnol Ambrogio Spinola. En guise de réplique à Ostende, Maurice de Nassau se lance dans la reprise de Sluys. Le général espagnol s'oppose à l'avancée sur la ville avec une force de deux mille hommes fortement retranchée à Damme, située entre Sluys et Bruges. Cette force, sous le général espagnol Velasco, a dû être délogée, une opération risquée. Vere obtient pour son commandement l'approbation des États généraux. En juillet 1604, Spinola est contrecarré dans sa tentative de soulager la ville et, le 20 août, elle se rend [3].

Service néerlandaisModifier

 
1er Baron Vere de Tilbury en Hollande par Michiel Jansz. Van Mierevelt

Lors de la bataille de Mulheim, le 9 octobre 1605, la cavalerie est complètement dépassée et plusieurs des troupes se dispersent. Vere traverse la rivière avec quatre compagnies d'infanterie et tient les Espagnols à distance pendant plus d'une heure, tandis que les autres forces ont eu le temps de se rallier et de battre en retraite dans un certain ordre [3].

La bataille de Mulheim est suivie du retour de Vere en Angleterre et de son mariage en 1607. Deux ans plus tard vient la trêve de douze ans entre les Provinces-Unies et l'Espagne. En octobre 1609, Sir Horace succède à son frère au poste de gouverneur du Brielle. En 1609, on lui promet la réversion de la maîtrise des munitions, après Lord Carew [3].

En 1610, il sert au siège de Juliers sous Sir Edward Cecil. En 1616, il laisse la ville de Brielle comme caution aux Néerlandais pour le remboursement des prêts reçus de l'Angleterre, recevant une pension à vie de 800 £ en compensation de sa perte du poste de gouverneur. Deux ans plus tard, Sir Horace reçoit de Maurice le poste de gouverneur d'Utrecht. Il a précédemment aidé le prince à désarmer et à supprimer les prélèvements provinciaux, levés au nom de Johan van Oldenbarnevelt.

Campagne du PalatinatModifier

En mai 1620, Jacques Ier est fortement pressé par l'opinion populaire de défendre la cause protestante de son gendre, Frédéric V du Palatinat. Il autorise le comte Dohna, l'envoyé du Palatin, à lever à ses frais un corps de volontaires et à lancer un appel de fonds. Dohna, en tant que payeur, choisi Sir Horace Vere, comme commandant; Buckingham aurait voulu le poste de Sir Edward Cecil, et a retiré le soutien de l'expédition.

La nouvelle du traité d'Ulm (23 juin), entre l'union des princes catholiques et la Ligue, préparant la voie à une invasion catholique du palatinat, arrive plus rapidement. Le 9 juillet, Vere se rend à Theobalds House pour prendre congé du roi et, le 22 juillet, le régiment, fort de 2 200 hommes, part de Gravesend vers les Pays-Bas, pour être escorté vers le sud en Allemagne et jusqu'au siège de la guerre par un corps de cavalerie hollandaise. À cette époque, Vere est un soldat professionnel, de tempérament égal, courageux et populaire. Le comte d'Essex est l'un de ses lieutenants. Spinola est sur le terrain avec une armée, Don Luis de Velasco avec une autre.

Le plan de Vere est de réaliser une jonction avec la force protestante près de Mannheim, sous le Margrave d'Ansbach. Il marche à travers Wesel dans le secteur de Coblence, puis fait un détour par une route à travers le Taunus, de l'autre côté de la vallée de la rivière Main, où Spinola a tenté sans succès de l'intercepter. Vere traverse le Main par un gué, près de Francfort, puis par Darmstadt et Bensheim (où il fait se reposer ses troupes), et se rend à Worms, où la jonction des forces eut lieu.

Spinola adopte alors la tactique du désert dans l'espoir d'épuiser l'ennemi, jusqu'à ce que l'approche de l'hiver oblige les Anglais et leurs alliés à chercher des quartiers. Vere divise ses troupes entre les trois bastions les plus importants du Palatinat. Il occupe lui-même Mannheim, Gerard Herbert qu'il poste au château de Heidelberg, tandis que Sir John Burroughs entreprend de défendre Frankenthal.

Au début de 1621, l'union protestante est dissoute et les garnisons anglaises doivent renoncer à tout espoir de secours. Les gouverneurs anglais n'ont pas été pressés de près cette année-là. La garnison de Vere à Mannheim reçoit une visite au début de 1622 de l'électeur détrôné, qui leur a promis une diversion, et qui, en collaboration avec Ernst von Mansfeld, a infligé un recul momentané à l'armée impériale sous Jean t'Serclaes de Tilly à la Bataille de Mingolsheim (avril). Quelques semaines plus tard, cependant, Tilly, renforcé par Gonzalo Fernández de Córdoba, inflige des défaites aux protestants et, en juin, l'électeur doit finalement quitter Mannheim.

Les garnisons anglaises sont maintenant encerclées et menacées par une force impériale et espagnole sous Tilly, Cordova et Francisco Verdugo. Vere veut tenir le coup, mais il sait que la position militaire est désespérée. Le 16 septembre, la ville de Heidelberg est prise d'assaut et le château se rend trois jours plus tard. Sir Gerard Herbert reçoit une blessure mortelle pendant le siège. À Mannheim, Vere, avec une garnison de quatorze cents hommes, sans argent ni fournitures, doit défendre de vastes fortifications. Il se retire à la citadelle, mais aucune aide étrangère ne lui étant apportée, il est contraint de capituler à la fin de septembre et, ayant marché avec les honneurs de la guerre, se retire à La Haye. La défense de Vere est commémorée par George Chapman [4]. À Frankenthal, Burroughs n'e rend pas la place à Verdugo avant le 14 avril 1623, et seulement en réponse aux ordres directs de l'Angleterre.

Le courage manifesté par Vere contre toute attente est reconnu en Angleterre, lorsque le général revient au début de février 1623, même si son salaire et ses dépenses n'ont jamais été payés en totalité par le Trésor. Le 16 février 1623, il est nommé maître général de l'artillerie à vie et devient membre du conseil de guerre le 20 juillet 1624. À la mort de son frère aîné, John, la même année, il devient son légataire résiduel, avec la réversion de Tilbury et Kirby Hall à la mort de la veuve [3].

Breda et la campagne du BrabantModifier

En 1624, Sir Horace Vere se rend de nouveau à La Haye pour seconder le prince Maurice pour la défense de la forteresse de Bréda, assiégée par Spinola à partir d'août. Maurice est décédé le 23 avril 1625. Les seules façons d'aborder les travaux de siège de l'extérieur sont les chaussées. Le nouveau stathouder, le frère de Maurice, Frédéric-Henri d'Orange-Nassau, a décidé de tenter les chaussées, et Vere est choisi pour mener cette opération dangereuse. Emmenant avec lui quelque six mille hommes, dont trois cents piquiers menés par son cousin, Robert de Vere (19e comte d'Oxford), Vere part une heure avant l'aube le matin du 13 mai 1625. Les Anglais marchent le long de la digue et, après un engagement acharné, capturent la redoute. Spinola envoie alors de puissants renforts au point menacé et, subissant une perte très lourde, les Anglais sont obligés de se retirer. À son retour en Angleterre cet été-là, Vere, avec une excellente réputation militaire, est créé baron Vere de Tilbury.

Son entreprise suivante aux Pays-Bas est liée au siège de Bois-le-Duc, l'un des principaux postes militaires du Brabant, entrepris par le prince Frédéric Henry en avril 1629. Sir Edward Vere (né vers 1580), fils illégitime du cousin germain d'Horatio, Édouard de Vere [5] est mortellement blessé dans les lignes le 18 août quelques semaines avant que le lieu ne se rende. Un grand nombre d'Anglais qui furent par la suite des soldats distingués servent sous Vere dans les tranchées de Bois-le-Duc. Parmi eux : Thomas Fairfax et Philip Skippon, les futurs organisateurs de la New Model Army ; Jacob Astley, Thomas Glemham, les futurs généraux royalistes ; Sir John Borlase et Henry Hexham, l'historien des guerres hollandaises. Fairfax, Skippon et George Monck, en particulier, étaient ses élèves dans l'art de la guerre.

Les services des Veres aux Pays-Bas se sont terminés avec le siège de Maastricht de mai à août 1632. Vere commande une puissante brigade et place son quartier général en face de la porte de Bruxelles. Parmi les personnes tuées au cours des opérations figuraient Robert de Vere (19e comte d'Oxford), tandis que parmi les blessés se trouvaient son neveu, Sir Simon Harcourt et Sir Thomas Holles [3].

DécèsModifier

Après la capitulation de Maastricht, Vere retourne en Angleterre. Alors qu'il dîne à Whitehall le 2 mai 1635 avec Sir Harry Vane l'aîné (en), envoyé de La Haye et son ami diplomatique, il est saisi d'une crise d'Apoplexie et meurt en moins de deux heures. Il est enterré avec pompe militaire le 8 mai dans l'Abbaye de Westminster, où le même tombeau sert pour lui et son frère, Sir Francis [3].

Mariage et descendanceModifier

Vere épouse, en octobre 1607, Mary Tracy (1581-1671), fille de Sir John Tracy (décédé en 1591) de Tuddington, Gloucestershire, et veuve de William Hoby, avec qui elle a deux enfants [6]. Avec sa mort, la baronnie Vere de Tilbury disparait. Vere laisse cinq filles, qui sont ses héritières[3] :

  1. Elizabeth Vere, qui épouse John Holles (2e comte de Clare), grand-père du premier duc de Newcastle ;
  2. Mary Vere, qui épouse Sir Roger Townshend, baronnet, de Raynham à Norfolk, d'où descendent les marquis de Townshend, et en secondes noces, Mildmay Fane (2e comte de Westmorland) (en) ;
  3. Catherine Vere, qui épouse Oliver St John (1612/1613 – novembre 1641 ou 1642, fils de Sir John St John (1er baronnet) (en) et Anne Leighton) et a Sir John St John, 2e baronnet en 1648 (décédé en 1657) et, remariée à John Poulett (2e baron Poulett) ;
  4. Anne Vere, qui épouse Thomas Fairfax (3e lord Fairfax de Cameron) ;
  5. Dorothy Vere, qui épouse John Wolstenholme, fils aîné de Sir John Wolstenholme, bart., De Nostell, Yorkshire. [3] ;
  6. Susana Vere (1619-1623) est décédée à un jeune âge.

Lady Vere est restée à Clapton jusqu'à la mort de la veuve du frère aîné de Lord Vere, John, lorsqu'elle a hérité de Kirby Hall, où elle est décédée la veille de Noël 1670, à l'âge de 90 ans. Au printemps 1645, après la mort de la comtesse de Dorset, les enfants du roi, Élisabeth et Henry, duc de Gloucester, sont confiés à ses soins. Elle est très favorable au Parlement; mais (malgré la belle allocation), elle transféra la charge au comte et à la comtesse de Northumberland.

RéférencesModifier

  1. Markham 1888, p. 21–5, 216, 381; Lorimer 2004; Burke 1831, p. 540; Trim 2004.
  2. Charles Raleigh Knight, Historical records of The Buffs, East Kent Regiment (3rd Foot) formerly designated the Holland Regiment and Prince George of Denmark's Regiment, Vol I, London, Gale & Polden, (lire en ligne), p. 45
  3. a b c d e f g h et i (en)   Thomas Seccombe, « Vere, Horace », dans Sidney Lee, Dictionary of National Biography, vol. 58, Londres, Smith, Elder & Co, .
  4. 'Pro Vero Autumni Lachrymae . . . inscribed to the Incomparable Souldier, Sir Horatio Vere, Knight, besieged and distrest in Mainhem' (1622), in which the poet urged that aid should be sent to the relief of the distressed garrison.
  5. Bowen, « Sir Edward Vere and His Mother, Anne Vavasor », Shakespearean Authorship Review (English),‎ (lire en ligne)
  6. Markham, p. 379–80.

BibliographieModifier

  • John Burke, A General and Heraldic Dictionary of the Peerages of England, Ireland and Scotland, Extinct, Dormant and in Abeyance, London, Henry Colburn and Richard Bentley, (lire en ligne)
  • Lorimer, Joyce (2004). "Harcourt, Robert (1574/5–1631)". Oxford Dictionary of National Biography (éd. En ligne). Oxford University Press. doi : 10.1093 / réf: odnb / 12241.
  • Clements R. Markham, The Fighting Veres, London, Sampson Low, Marston, Searle and Rivington, (lire en ligne)
  • Trim, D.J.B. (2004). "Vere, Horace, Baron Vere of Tilbury (1565–1635)". Oxford Dictionary of National Biography (éd. En ligne). Oxford University Press. doi : 10.1093 / réf: odnb / 28211.
  • Zedlers Universallexicon, vol.47, p. 211