Ouvrir le menu principal

Tournoi de Hong Kong de rugby à sept

(Redirigé depuis Hong Kong Sevens)
Hong Kong Sevens
Description de l'image Sevens-Logo-HK7s.png.
Généralités
Sport rugby à sept
Création 1976
Organisateur(s) WR
Éditions 43
Périodicité annuelle
Participants 16 équipes
Site(s) Hong Kong Stadium
Site web officiel hksevens.com

Palmarès
Tenant du titre Drapeau : Fidji Fidji
Plus titré(s) Drapeau : Fidji Fidji (19)
Crystal Clear app kworldclock.png
Pour la compétition en cours voir :
Hong Kong Sevens 2019

Le Tournoi de Hong Kong de rugby à sept (chinois : 香港國際七人欖球賽), connu également par son nom anglais de Hong Kong Sevens, est un tournoi de rugby à sept organisé annuellement à Hong Kong. Le tournoi est créé en 1976 et devient l'étape la plus importante des World Sevens Series à partir de 2000. Les tournois se disputent au Hong Kong Stadium depuis 1982.

Le tournoi accueille deux fois la coupe du monde de rugby à sept, en 1997 et en 2005 pour deux victoires des Fidji qui est également l'équipe la plus titrée, avec 19 victoires. Dans le cadre des World Sevens Series, les fidjiens devancent la Nouvelle-Zélande et l'Angleterre au nombre de victoires avec 9 succès contre 5 aux néo-zélandais et 4 titres anglais.

Les Fidji détiennent aussi le record de victoires consécutives avec cinq titres[1].

Le tournoi se déroulant sur trois jours est réputé pour son ambiance et pour son « south stand ».

HistoriqueModifier

Les débuts (1976-1999)Modifier

Le tournoi fut créé en 1976 sur une idée de Ian Gow et Tokkie Smith[2]. Le choix d'un tournoi d'équipes à sept plutôt que des équipes à quinze est une question de logistique car il est plus simple de faire déplacer des équipes réduites[3]. À l'origine le tournoi était ouvert aux pays de la zone Asie - Pacifique avant de s'ouvrir au reste du monde. Le nombre d'équipes invitées était de 8 jusqu'en 1978, 16 jusqu'en 1981, 20 jusqu'en 1984, 24 à 28 depuis[3].

La deuxième édition de la coupe du monde de rugby à sept se déroule en 1997 en tant que tournoi de Hong Kong[4]. Vingt-quatre-équipes participent au tournoi et se qualifient grâce à des tournois de qualifications se tenant dans les villes de Dubaï (Émirats arabes unis), Lisbonne (Portugal) et Punta del Este (Uruguay). Les deux finalistes de l'édition précédente (Angleterre et Australie) sont automatiquement qualifiés ainsi que le pays hôte, Hong Kong[5]. Huit poules de trois équipes sont constituées et les huit vainqueurs se qualifient pour les quart de finale de la Melrose Cup[N 1]. La compétition est remportée par les Fidji qui battent en finale l'Afrique du Sud sur le score de 24 à 21 après s'être défait des Samoa en quart de finale (38-14), eux-mêmes tombeurs des champions en titre anglais en quart de finale (21-15). Le capitaine fidjien, Waisale Serevi termine meilleur marqueur de la compétition (117 points) et tient sa promesse de ramener le trophée aux Fidji[5].

World Sevens SeriesModifier

C'est une étape des IRB Sevens World Series depuis la première saison de la compétition en 1999-2000. Jusqu'à la saison 2010-2011, le tournoi de Hong Kong se dispute à 24 équipes, contre 16 pour les autres étapes. L'équipe remportant le Hong Kong Sevens gagne alors plus de points qu'une victoire sur un autre tournoi. Le tournoi passe par des huitièmes de finale.

Le tournoi est d'abord dominé par l'Angleterre qui remporte le titre quatre fois entre 2002 et 2006[6].

Hong Kong accueille pour la seconde fois la Coupe du Monde en 2005[7]. Les huit précédents quarts de finaliste sont automatiquement qualifiés ainsi que le pays hôte, le tenant du titre étant la Nouvelle-Zélande. Les deux équipes terminant en tête des quatre poules de six équipes sont qualifiées pour les quarts de finale. L'Australie se qualifie en demi finale en battant l'Afrique du Sud (15-14) et l'équipe des Fidji se qualifie en finale en se défaisant de l'Angleterre dans le temps additionnel après avoir concédé le nul dans le temps réglementaire (19-19). Les fidjiens retrouvent en finale les néo-zélandais qu'ils défont sur le score de 29 à 19, remportant pour la seconde fois la Coupe du Monde à Hong Kong[7].

À partir de l'édition 2012, le tournoi de Hong Kong est composé de deux compétitions distinctes : le tournoi principal avec 16 équipes et le tournoi de qualification, avec 12 équipes, où le vainqueur gagne son statut d'équipe permanente pour la saison suivante des World Series. Le Japon est la seule équipe à avoir remporté deux fois le tournoi en 2014 et 2016[8].

Le tournoi est dominé par les Fidji entre 2012 et 2019 qui remportent sept éditions sur huit possibles[9], dont une série en cours de cinq succès après leurs succès de l'édition 2019.

 
Le south stand du Hong Kong Stadium

CadreModifier

SiteModifier

Article détaillé : Hong Kong Stadium.

Les six premières éditions du tournoi de Hong Kong se disputent au Hong Kong Football Club Stadium. Pour l'édition 1982, le tournoi se déplace aux Hong Kong Stadium. Situé en plein cœur de Hong Kong, sur l'île principale, près de Causeway Bay, le Hong Kong Stadium possède une capacité de 40 000 places. Le tournoi se dispute dans ce stade depuis l'édition 1982. Depuis, il a été rénové en 1994 et a accueilli les coupes du mondes de rugby à sept 1997 et 2005.

AmbianceModifier

 
Ambiance depuis les tribunes

Le tournoi de Hong Kong est une des étapes les plus importantes des World Series, de par son histoire, mais également de par l'atmosphère qui règne autour du tournoi. L'international français Paul Albaladejo dit à ce sujet que « c'est le tournoi de l'année »[10]. Le stade est notamment composé de sa tribune sud, « south stand » en anglais, réservé au public majeur et seul endroit où la vente d'alcool, en particulier la bière, est autorisée[11]. Les supporters viennent déguisés, le spectacle est aussi dans les tribunes[12],[13]. La chanson Sweet Caroline de Neil Diamond est souvent reprise par les supporters[14].

Le tournoi se dispute à guichets fermés et 120 000 places sont vendues chaque année[15].

RéputationModifier

Le tournoi de Hong Kong, un des plus vieux tournois internationaux de rugby à sept, est créé en 1976, trois ans après le premier tournoi organisé lors de la célébration du centenaire de la fédération à Murrayfield en 1973[16]. Dès la création des World Sevens Series en 2000, Hong Kong devient l'étape la plus importante du circuit mondial. Le capitaine des Fidji Osea Kolinisau explique en avril 2017 ce que représente ce tournoi aux Fidji : « Hong Kong est un endroit spécial pour tous les jeunes fidjiens. Nous avons tous grandi en regardant nos idoles qui portaient le maillot blanc. C'est comme un rite de passage : on a l'habitude de dire que si on n'a pas joué à Hong Kong, on n'a pas joué pour les Fidji »[17].

Le français Paul Albaladejo[10], l'argentin Santiago Gomez Cora[18] ou encore l'anglais Simon Amor[19] pensent que c'est le plus grand tournoi de rugby à sept au monde.

FormatModifier

De 2000 à 2011Modifier

Le tournoi de Hong Kong possède un statut différent des autres tournois des World Series. 24 équipes disputent le tournoi qui se déroule sur trois jours, du vendredi au dimanche. Les équipes sont réparties en 6 poules de 4 équipes. Les équipes se qualifient en quart de finale de Cup (le tournoi principal) selon le système de meilleurs deuxièmes. En 2010, un changement de format intervient avec la création d'un quatrième trophée, le Shield, le Plate étant disputé par les perdants des quart de finale de Cup.

Le vainqueur du tournoi remporte 30 points pour le classement des World Series, contre 20 dans les autres étapes.

Depuis 2012Modifier

Le tournoi se déroule toujours sur trois jours et se compose de deux compétitions qui se déroulent simultanément.

Tournoi principalModifier

La première compétition se déroule comme les autres étapes des World Sevens Series : 16 équipes dont les 15 équipes permanentes de la saison, plus une équipe invitée. Les équipes sont réparties en 4 poules de 4 équipes et les deux premiers de chaque poule se qualifient pour les quarts de finale de Cup. L'équipe remportant le tournoi gagne 22 points, soit le même nombre que pour une autre étape.

Tournoi de qualificationModifier

Depuis 2014, le tournoi de qualification, ou qualifier, est disputé par 12 équipes issues de qualifications continentales. Les équipes sont réparties en 3 poules de 4 équipes et les deux premiers plus les deux meilleurs troisièmes se qualifient pour les quarts de finale de Cup. Le vainqueur du tournoi gagne alors le statut d'équipe permanente pour la saison suivante des World Sevens Series.

Deux équipes de chaque continent sont qualifiées. Les régions sont :

PalmarèsModifier

De 1976 à 1999Modifier

Palmarès du tournoi avant la création des World Sevens Series[9],[20] :

World Sevens SeriesModifier

Détails du palmarès depuis 2000[9]
Année Stade Cup Plate Bowl Shield
Vainqueur Score Finaliste Vainqueur Vainqueur Vainqueur
1999-2000 Hong Kong Stadium, Hong Kong   Nouvelle-Zélande 31 - 5 Fidji     France   Irlande
2000-2001 Hong Kong Stadium, Hong Kong   Nouvelle-Zélande 29 – 5 Fidji     États-Unis   Hong Kong
2001-2002 Hong Kong Stadium, Hong Kong   Angleterre 33 – 20 Fidji     Afrique du Sud   Maroc
2002-2003 Hong Kong Stadium, Hong Kong   Angleterre 22 – 17 Nouvelle-Zélande     Canada   États-Unis
2003-2004 Hong Kong Stadium, Hong Kong   Angleterre 22 – 12 Argentine     Écosse   Îles Cook
2004-2005 Hong Kong Stadium, Hong Kong   Fidji 29 – 19 Nouvelle-Zélande     Samoa   Italie
2005-2006 Hong Kong Stadium, Hong Kong   Angleterre 26 – 24 Fidji     Pays de Galles   Chine
2006-2007 Hong Kong Stadium, Hong Kong   Samoa 27 – 22 Fidji     Pays de Galles   Russie
2007-2008 Hong Kong Stadium, Hong Kong   Nouvelle-Zélande 26 – 12 Afrique du Sud     France   Russie
2008-2009 Hong Kong Stadium, Hong Kong   Fidji 26 – 24 Afrique du Sud     Tonga   Portugal
2009-2010 Hong Kong Stadium, Hong Kong   Samoa 26 – 24 Nouvelle-Zélande     Australie   Canada   Hong Kong
2010-2011 Hong Kong Stadium, Hong Kong   Nouvelle-Zélande 29 – 17 Angleterre     Afrique du Sud   Canada   Kenya
2011-2012 Hong Kong Stadium, Hong Kong   Fidji 35 – 28 Nouvelle-Zélande     Samoa   Kenya   Canada[N 2]
2012-2013 Hong Kong Stadium, Hong Kong   Fidji 26 – 19 Pays de Galles     Samoa   Angleterre   France
2013-2014 Hong Kong Stadium, Hong Kong   Nouvelle-Zélande 26 – 7 Angleterre     Afrique du Sud   Écosse   Kenya
2014-2015 Hong Kong Stadium, Hong Kong   Fidji 33 – 19 Nouvelle-Zélande     Australie   Écosse   Kenya
2015-2016 Hong Kong Stadium, Hong Kong   Fidji 21 – 7 Nouvelle-Zélande     Angleterre   Argentine   Russie
2016-2017 Hong Kong Stadium, Hong Kong   Fidji 22 – 0 Afrique du Sud     Nouvelle-Zélande   Écosse   Japon
2017-2018 Hong Kong Stadium, Hong Kong   Fidji 24 – 12 Kenya     Argentine   France   Pays de Galles
2018-2019 Hong Kong Stadium, Hong Kong   Fidji 21 – 7 France     Argentine   Écosse   Espagne

Tournoi de qualificationModifier

Statistiques par équipeModifier

Détail des titres comptant pour les World Sevens Series
Équipes Titres Première et dernière victoire
  Fidji 9 2005-2019
  Nouvelle-Zélande 5 2000-2014
  Angleterre 4 2002-2006
  Samoa 2 2007-2010

PersonnalitésModifier

En 2015, pour les 40 ans de l'histoire du tournoi, la fédération hongkongaise de rugby créé un Magnificent Sevens qui récompense les sept ayant le plus marqués l'histoire du tournoi[22].

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Le terme de Melrose Cup désigne le tournoi principal et le trophée de la Coupe du monde de rugby à sept en l'honneur de la ville de naissance du rugby à sept, Melrose en Écosse.
  2. a et b En 2012, le vainqueur du tournoi de qualification remporte officiellement le Shield, c'est le cas du Canada. Durant cette édition, les trois premiers du tournoi de qualification gagne le statut d'équipe permanente (Canada, Espagne et Portugal).
  3. En 2013, le tournoi est en fait un tournoi de pré-qualification. Les quatre premiers se qualifient pour le tournoi de qualification de Londres.

RéférencesModifier

  1. Série en cours après la victoire en 2019.
  2. (en) « Scroll through four decades of Hong Kong Sevens history » (consulté le 8 avril 2018)
  3. a et b (en) « History of the Hong Kong Sevens », www.rugby7.com (consulté le 30 mars 2014)
  4. (en-GB) « Rugby Union: Wales are denied by last-gasp try », The Independent,‎ (lire en ligne, consulté le 14 février 2017)
  5. a et b rugbybworldcup.com, « 1997: Serevi keeps his promise », rwcsevens.com,‎ (lire en ligne, consulté le 4 avril 2017)
  6. (en-GB) worldrugby.org, « Amor: "Hong Kong comes alive for the sevens" », worldrugby.org,‎ (lire en ligne, consulté le 4 avril 2017)
  7. a et b « 2005: Double delight for Fiji in Hong Kong », rugbybworldcup.com,‎ (lire en ligne, consulté le 6 avril 2017)
  8. (en-GB) « Trois équipes invaincues au 1er jour des qualifications pour les Series », worldrugby.org,‎ (lire en ligne, consulté le 7 avril 2017)
  9. a b et c (en) « Hong Kong Sevens - Past Champions », sur hksevens.com (consulté le 7 avril 2017)
  10. a et b « L'Equipe Explore - Rugby à 7 », sur explore.cfjlab.fr (consulté le 16 février 2017)
  11. « J'ai testé pour vous le Hong Kong Sevens », sur lerugbynistere.fr, (consulté le 16 février 2017)
  12. (en) « Hong Kong Sevens - The Hong Kong Sevens », sur hksevens.com (consulté le 16 février 2017)
  13. (en) « Hong Kong Sevens », sur ur7s.com (consulté le 17 février 2017)
  14. « Bienvenue dans la Mecque du 7 au Hong Kong Stadium », sur lequipe.fr, (consulté le 17 février 2017)
  15. (en) « Hong Kong Sevens - Cathay Pacific/HSBC Hong Kong Sevens Set for Kick-off », sur hksevens.com (consulté le 3 avril 2017)
  16. worldrugby.org, « L'histoire du Rugby à VII », sur www.worldrugby.org (consulté le 7 avril 2017)
  17. « Les capitaines prêts pour Hongkong », worldrugby.org,‎ (lire en ligne, consulté le 7 avril 2017)
  18. (en-GB) « HSBC Sevens World Series », worldrugby.org,‎ (lire en ligne, consulté le 7 avril 2017)
  19. (en-GB) « Amor: », worldrugby.org,‎ (lire en ligne, consulté le 7 avril 2017)
  20. http://archive.wikiwix.com/cache/?url=http%3A%2F%2Fhksevens.com%2Fabout-us%2Fpast-champions
  21. Coupe du monde
  22. (en-GB) « Hong Kong Sevens: Ben Gollings named in "Magnificent Seven" | Rugby union | The Sport Review », The Sport Review,‎ (lire en ligne, consulté le 26 novembre 2016)

Liens externesModifier