Ouvrir le menu principal
Le paléoanthropologue Lee R. Berger, en 2006.

L'homme de Palaos est le nom donné à une grande quantité d'ossements semblant provenir d'une espèce d'hominidés, découverte sur l'île de Palaos, par le paléoanthropologue et archéologue américain Lee Rogers Berger en 2006.

Sommaire

PrésentationModifier

En 2006, lors de vacances avec sa famille, Lee Rogers Berger explore la grotte de Ucheliungs à Palaos en Micronésie et découvre des ossements fossiles d'un groupe d'hommes de petite taille[1]. Lee Berger appelle une équipe de scientifiques qui va travailler sans relâche pendant huit jours à trier, répertorier et classer plus d'un millier de restes humains qui seront envoyés pour une datation par le carbone 14. En tout, 25 individus de petites tailles sont trouvés. Une analyse préliminaire de plus d'une douzaine de personnes, dont un mâle pesant environ 43 kg et une femelle pesant environ 29 kg, révèle la petite taille de ces humains.

Malgré des similitudes avec l'homme de Florès, découvert également en Indonésie en 2003 (stature et boîte crânienne de petite taille), l'homme de Palau semble être bien plus récent. L'âge mis en évidence par la datation au carbone 14 est de 3 000 à 1 500 ans. L'ancienneté des os est bien plus récente que les 18 000 ans de l'hominidé de l'île de Florès. Les humains de Palau seraient donc bien morphologiquement des homo sapiens, probablement des nains, issus de l'évolution génétique appelée nanisme insulaire à la suite de leur relatif isolement sur une île.

PolémiquesModifier

Selon l'équipe de Lee Berger, ces squelettes auraient des traits morphologiques communs avec d'autres squelettes nains bien connus : ceux de l'homme de Florès, mais cette comparaison est critiquée par d'autres paléoanthropologues[2]. Il semblerait que, pour l’Homme de Palau, il s’est agi davantage d’une affaire médiatique que véritablement scientifique dans ses interprétations, mêmes prudentes, de l'équipe de Lee Berger[3]. L’archéologue américain Scott Fitzpatrick, qui a travaillé là-bas pendant une décennie avait trouvé en 2003, à 4 kilomètres de là, des ossements remontant eux aussi à près de 3 000 ans, et tous de taille normale. Les ossements plus anciens de Berger seraient tout simplement ceux d'adolescents. « Berger, déclare Fitzpatrick dans un entretien pour le magazine Nature, n’a pas fait de comparaisons adéquates avec d’autres ossements de Palau ». La découverte archéologique a été annoncée le 10 mars 2006 par la chaîne "National Geographic", qui finançait l’expédition de Lee Berger. L’article scientifique est paru le surlendemain dans la revue "Public Library of Science One" . Les conclusions qui ont été le plus médiatisées, celles de l’émission de télévision, n’ont donc pas été validées par un comité de réviseurs, de plus, un des réviseurs de l’article scientifique est très sévère quant à la validité des résultats[4].

Liens externesModifier

Notes et référencesModifier