Ouvrir le menu principal

Hommage national

désignation officielle en France pour une distinction d'honneur exceptionnelle

L'hommage national, ou hommage de la Nation, est une désignation officielle en France pour une distinction d'honneur exceptionnelle, rendu à un défunt à l'occasion de ses obsèques.

Sommaire

En FranceModifier

L'hommage national est une décision du président de la République, inscrite au Journal officiel de la République française. La cérémonie d'hommage se déroule traditionnellement dans la cour d'honneur des Invalides (généralement réservée aux militaires, mais des personnalités civiles y ont été honorées après leur mort) ou au Panthéon, où le cercueil du défunt est recouvert du drapeau national. Le chef de l'État prononce un discours et leur éloge funèbre au cours d'une cérémonie codifiée. Plusieurs autres dispositions peuvent être prises à l’échelle du pays selon le décret pris par l’Élysée[1] : mise en berne des drapeaux, minute de silence, arrêt des activités des administrations pendant un jour ou plus, journée de deuil national.

La cérémonie d'hommage national est semblable à la cérémonie d'obsèques nationales, la seule différence étant que ces dernières relèvent d'un décret du président de la République et sont exclusivement à la charge de l'État[2].

De nombreuses personnalités ont été ainsi honorées après leur mort et à l'occasion de leurs obsèques, par exemple le commandant Cousteau, Pierre Schoendoerffer, Stéphane Hessel, Robert Chambeiron, Jean d'Ormesson et Charles Aznavour.

Parmi les personnalités politiques Jacques Chaban-Delmas (), Philippe Séguin (), Pierre Mauroy (), Dominique Baudis (), Charles Pasqua (3 juillet 2015), Michel Rocard (7 juillet 2016) et Simone Veil (5 juillet 2017) ont eu droit à un hommage national[3].

C'est également le cas pour les militaires tués dans l'exercice de leurs fonctions ou en opérations[4], comme pour les militaires tués en opérations extérieures ou bien le gardien de la paix Xavier Jugelé, tué lors de l'attentat du 20 avril 2017 sur l'avenue des Champs-Élysées à Paris[5]. Les derniers en date sont l'hommage aux Invalides, le à Arnaud Beltrame, officier supérieur de gendarmerie, connu pour avoir donné sa vie après s’être volontairement substitué à une otage au cours de l’attaque terroriste du 23 mars 2018 et l'hommage rendu le aux maîtres Cédric de Pierrepont et Alain Bertoncello qui ont perdu la vie en libérant des otages retenus prisonniers dans un campement mobile djihadiste de l'État islamique au grand Sahara près de Gorom-Gorom, dans le nord-est du Burkina Faso[6].

Liste d'hommages nationauxModifier

Notes et référencesModifier

Articles connexesModifier