Ouvrir le menu principal
Hollywoodland
Réalisation Allen Coulter
Scénario Paul Bernbaum
Acteurs principaux
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre policier
Durée 126 minutes
Sortie 2006

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Hollywoodland est un film policier américain réalisé par Allen Coulter, sorti en 2006. Le sujet tourne autour de la mort de George Reeves, acteur de Superman. Le titre initialement prévu était Truth, Justice and the American Way, qui reprend la devise de Superman, devenu un symbole patriotique des États-Unis.

Sommaire

SynopsisModifier

Situation initiale et élément déclencheurModifier

16 juin 1959. L'acteur George Reeves (Ben Affleck), l'héroïque homme d'acier du feuilleton télévisé Les Aventures de Superman, est abattu d'une balle dans sa maison des collines de Hollywood. Il laisse derrière lui sa fiancée, la jeune starlette Leonore Lemmon (Robin Tunney), et des millions de fans sous le choc. Malgré les circonstances étranges de sa mort, la police clôt aussitôt l'affaire, mais la mère de George, Helen Bessolo (Lois Smith), n'est pas décidée à s'en tenir là. Elle engage un détective privé, Louis Simo (Adrien Brody). Celui-ci découvre que Reeves entretenait une liaison avec Toni (Diane Lane), l'épouse d'Eddie Mannix (Bob Hoskins), un cadre haut placé chez MGM, et que cela pourrait bien être la clé du meurtre...

L'enquête de Simo va le conduire dans l'envers du décor de Hollywood et il va se rendre compte que la justice y règne plus sur les écrans que dans la vie. L'affaire implique beaucoup de monde et il n'en sortira pas indemne. George Reeves avait des secrets… Derrière l'icône, se cachait un homme complexe qui a donné sa vie à Hollywood de plus d'une manière.

Le film narre deux histoires en parallèle : la vie de Reeves, à travers des flashbacks uniquement, et l'enquête menée par Simo.

Flashbacks sur la vie de ReevesModifier

Dans les flashbacks au début de l'histoire, Reeves apparaît comme un homme jeune mais plutôt veule, ayant une tendance à se laisser aller physiquement (il s'empâte et boit), dont la carrière professionnelle est en panne. L'attribution du rôle de Superman le revalorise à ses propres yeux jusqu'au moment où il réalise que ce succès est factice et que le public ne voit en lui que le super-héros. Il comprend aussi que Toni lui refuse toute aide dans sa carrière car elle craint que Reeves ne la quitte s'il devenait indépendant du studio de son mari, Eddie Mannix.

Reeves décide de partir à New York pour donner une nouvelle impulsion à sa carrière quitte à prendre des risques professionnels pour réaliser des projets plus ambitieux sur le plan artistique. En même temps il décide de rompre sa liaison avec Toni, et se laisse séduire par Léonore. Mais cette rupture plonge Toni dans le désespoir ce qui provoque la consternation, puis la colère de Mannix, très amoureux de sa femme, et qui ne peut supporter que Reeves ne la fasse souffrir alors que leur liaison ne lui posait aucun problème. Il décide donc de contrecarrer les projets de Reeves. En même temps ce dernier réalise que Léonore n'est intéressée que par l'argent et ne comprend absolument pas pour quelle raison Reeves préfère faire évoluer sa carrière plutôt que de se contenter de gagner beaucoup d'argent avec le rôle de Superman.

Enquête de SimoModifier

L'histoire de l'enquête menée par Louis Simo se déroule en parallèle, sur le plan scénographique, dans un temps assez bref (une quinzaine de jours tout au plus) tandis que les événements qui ont abouti à la mort de Reeves s'étalent eux sur plusieurs années. Dès le début, Simo définit trois hypothèses différentes sur la mort de George Reeves :

  1. le suicide (la thèse officielle) : Reeves, acteur doué mais prisonnier du rôle de Superman, au futur incertain, amoureusement désabusé, se serait tiré une balle dans la tête par désespoir de voir sa carrière bloquée en même temps qu'il avait mis fin à sa liaison avec une Toni maladivement possessive, pour se lancer dans une histoire sans issue avec Leonore, dont il découvre vite qu'elle est aussi cupide qu'écervelée.
  2. l'assassinat : G. Reeves suscitait beaucoup de jalousies par sa beauté et sa réussite ; Eddie Mannix, patron de la MGM, l'aurait fait assassiner par un tueur à gage pour des raisons confuses et contradictoires : se venger de la liaison de Reeves avec sa femme, se venger de la trahison de Reeves (qui quittait la MGM), ou par amour pour sa femme désespérée par la rupture de leur liaison par Reeves.
  3. l'accident : Reeves aurait été tué accidentellement par Leonore Lemmon alors qu'il essayait de lui oter des mains une arme dont elle s'était saisie

La scène de sa mort est représentée trois fois sous l'angle de chacune des hypothèses évoquées (accident, meurtre ou suicide).

La partie du film sur l'enquête permet de découvrir Simo. Ce dernier vit séparé de sa femme dans un appartement qui lui sert de bureau et éprouve de grandes difficultés à nouer une relation paternelle viable avec son fils d'une dizaine d'années, choqué par la mort de Reeves, qu'il identifie complètement à Superman. Simo se retrouve ainsi comparé - à son désavantage - à ce Superman idéalisé, mais fantasmatique, et se persuade qu'il va reconquérir l'estime de son fils s'il élucide la mort de Reeves/Superman.

DénouementModifier

L'échec de Simo à élucider la mort de Reeves précipite sa déchéance et éloigne plus encore son fils de lui. Au total, Simo est brisé psychologiquement (il perd définitivement son fils), physiquement (il se met à boire) et professionnellement (il est mis au ban des détectives privés par ses collègues). Mais la fin est ouverte puisqu'au dernier plan on le voit en costume cravate se rendant au volant de sa voiture dans son ancienne maison avec l'espoir de saluer son fils

Fiche techniqueModifier

DistributionModifier

Source et légende : Version française (V. F.) sur AlloDoublage[1] et Version québécoise (V. Q.) sur Doublage Québec[2].

Autour du filmModifier

Critiques et analyseModifier

Selon certains critiques, il y aurait un peu de JFK dans ce film, et de Marilyn Monroe, star hollywoodienne dont la mort a aussi suscité les fantasmes.[réf. nécessaire] Hollywoodland évoque le Hollywood des années 1950, marqué par le maccarthysme même si, au moment où se déroule l'action (1959), la chasse aux sorcières appartient au passé.

Sortie et accueilModifier

Box-officeModifier

Accueil critiqueModifier

Hollywoodland est globalement bien reçu par la critique, récoltant 68 % de critiques favorables sur le site Rotten Tomatoes, pour 180 critiques collectés et une moyenne de 6,510[3]. Sur le site Metacritic, il obtient un score de 62100, pour 33 critiques[4].

RécompenseModifier

NominationModifier

Notes et référencesModifier

  1. « Fiche de doublage V. F. du film » sur AlloDoublage, consulté le 4 mai 2013
  2. « Fiche de doublage V. Q. du film » sur Doublage Québec, consulté le 23 novembre 2014
  3. (en) « Hollywoodland », sur Rotten Tomatoes (consulté le 23 avril 2016)
  4. (en) « Hollywoodland », sur Metacritic (consulté le 23 avril 2016)

Lien externeModifier