Historium

musée de cire à Bruxelles, Belgique
Historium
Informations générales
Type
Ouverture
Fermeture
Dirigeant
Surface
1 400 m2
Collections
Collections
reproductions en cire de personnages célèbres
Nombre d'objets
100 personnages de cire
Localisation
Pays
Commune
Adresse
Place de la Monnaie, 1000 Bruxelles
Coordonnées
Localisation sur la carte de Bruxelles
voir sur la carte de Bruxelles
Red pog.svg
Localisation sur la carte de Belgique
voir sur la carte de Belgique
Red pog.svg

L'Historium est un musée de cire privé ouvert de jusqu'en 1996 et situé au 1er étage du Centre Anspach, centre commercial de la Ville de Bruxelles, en Belgique.

DescriptionModifier

Le principe de la visite est de retracer l'histoire de la Belgique grâce à dix-huit scènes représentant les personnages dans leur environnement d'époque[1]. La première représente la conquête de la Gaule et les dernières sont contemporaines. L'accompagnement sonore est assuré par l'ouverture Egmont de Beethoven[2], la Brabançonne ou le Plat Pays de Jacques Brel, la bataille des Ardennes est animée par une tempête de neige, Paul Delvaux est représenté devant la projection de diapositives d’œuvres d'Antoine van Dyck ou de René Magritte.

D'autres scènes illustrent la bataille des éperons d'or, le monde scientifique belge au XIXe siècle et XXe siècle entourant le roi Léopold III, la Reine Elisabeth dans les serres royales de Laeken, les archiducs Albert et Isabelle, Charles Quint et le XVIe siècle, Philippe le Bon et la cour de Bourgogne, Godefroy de Bouillon et la première croisade devant les remparts de Jérusalem[3] ou encore la décapitation (nl) des comtes d'Egmont et de Hornes sur la Grand-Place de Bruxelles[4].

Voici quelques personnalités représentées au musée :

HistoriqueModifier

 
Logo du musée de cire

La marquise de Beauffort imagine en 1974 la création à Bruxelles d'un musée de cire. Elle se rend à Paris et à Londres pour y récolter des informations. Elle en reçoit à Londres, mais uniquement les grandes lignes qui sont révélées à tous visiteurs. Elle étudie alors les méthodes de fabrications dans plusieurs livres, bibliothèques et musées. Aidée par Elizabeth de Wee, amie d'enfance et sculpteur, elles créent et affinent leur technique. La marquise de Beauffort s'attelle à choisir différentes scènes de l'histoire de La Belgique[5]. Une des difficultés est de sélectionner des personnes dont il existe des archives suffisamment fournies visuellement pour connaître un maximum leur visage. Les têtes ainsi créées sont placées sur des corps en fibre de verre. Les costumes sont dessinés par la marquise sur base de tableaux, elle acquiert différents textiles qui partagent les caractéristiques de ceux de l'époque. Aux Pays-Bas, elle recrute Henny Van Dam qui réalise les costumes portés par les personnages de cire[6]. Plusieurs artisans confectionnent les accessoires exposés[5].

La société anonyme Historium SA est créée le [7]. Le directeur est Frédéric de Beauffort[8]. L'inauguration a lieu en dans le centre commercial bruxellois le Centre Anspach.

En 1986, le hall contemporain est ouvert au public avec la présence de Wilfried Martens, de Jean-Marie Pfaff et de Sandra Kim devant leur double de cire[6].

Le groupe Walibi prend une participation majoritaire à 51 % dans l'historium en et s'allie à la famille de Beauffort pour promotionner le site[9],[10]. L'année suivante, les dirigeants observent une augmentation sensible du taux de fréquentation[11].

En , les visiteurs peuvent parcourir le musée avec l'un des cent-cinquante casques récepteurs à infra-rouge, sans fil, évolution technologique notable pour l'époque[12]. Le promeneur est localisé et la bande sonore qu'il entend correspond à la scène qu'il observe. La source de modulation provient de lecteurs CD. Quatre langues sont disponibles, le français, le néerlandais, l'allemand et l'anglais pour soixante-cinq minutes de commentaires[8]. À la fin de l'année, les résultats financiers ne se révèlent pas être à la hauteur[13].

Au milieu des années 1990, tout le Centre Anspach, hormis le rez-de-chaussée, subit de grandes difficultés financières. Les sept étages supérieurs sont vides de toute activité, ils ne subsistent que le musée de cire et le nouveau Virgin Megastore[note 1],[14], tous deux au premier étage[15]. En , le centre est à vendre. Les trois étages situés du sous-sol au premier étage sont concédés à la société « Nouvelles Galeries du boulevard Anspach » par bail emphytéotique valable jusqu'en 2044. L'avenir du musée de cire est alors en sursis[16]. En octobre de la même année, ce bail ne concerne plus que le Virgin Megastore[17].

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Le Virgin Megastore est inauguré le 3 novembre 1995 sur 1 500 m2. Il est racheté en 2002, un an après sa faillite.

RéférencesModifier

  1. (nl) « Wassen- beelden in Brussel », Algemeen Dagblad, Rotterdam, Algemeen Dagblad, no 145,‎ , p. 7 (lire en ligne).
  2. (nl) Nico van Vliet, « Minitripje in en om Brussel », Het Vrije Volk, Rotterdam, De Arbeiderspers, no 13232,‎ , p. 16 (lire en ligne).
  3. Revue Ciel et Terre, Volume 103, 15, 1987.
  4. (nl) Jan Schils, « Aangename wandeling langs de geschiedenis », Algemeen Dagblad, Rotterdam, Algemeen Dagblad, no 6,‎ , p. 11 (lire en ligne).
  5. a et b Albert Burnet, « La logistique de Walibi », sur Le Soir, (consulté le ).
  6. a et b Joëlle Meskens, « l'historium de Bruxelles : j'aime, j'aime, j'aime la cire… Marquise de Beauffort », sur Le Soir, (consulté le ).
  7. « Historium - Musée de cire de Bruxelles », sur data.be (consulté le ).
  8. a et b Sylvie Lahy, « Historium Bxl », sur Le Soir, (consulté le ).
  9. Pierre Bary, « Walibi va distribuer », sur Le Soir, (consulté le ).
  10. Martine Vanden Driessche, « Chiffre d'affaires de Walibi en hausse de 35 % Le kangourou orange saute le milliard », sur Le Soir, (consulté le ).
  11. Jean Vandendries, « Walibi se tourne », sur Le Soir, (consulté le ).
  12. (nl) « Duik in historie », Algemeen Dagblad, Rotterdam, Algemeen Dagblad, no 166,‎ , p. 5 (lire en ligne).
  13. Jurek Kuczkiewicz, « Deux parcs font l'attraction Un groupe de parcs déjà solidement développé », sur Le Soir, (consulté le ).
  14. Marc Charlet, Pierre Hannaert, « Pas si vierge que ça », sur Le Soir, (consulté le ).
  15. François Robert, « De nouveaux locataires aux étages », sur Le Soir, (consulté le ).
  16. Janine Claeys, « L'Anspach Center à vendre », sur Le Soir, (consulté le ).
  17. François Robert, « La ville de Bruxelles tente de revendre les Galeries Anspach », sur Le Soir, (consulté le ).

AnnexesModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier