Ouvrir le menu principal

Le département du Cher a été créé à la Révolution française, le en application de la loi du , à partir d'une partie de la province du Berry, du Bourbonnais et du Nivernais (vallée de l'Aubois).

Sommaire

PréhistoireModifier

La présence humaine, au sein du territoire du Cher, est connue pour la fin de la préhistoire. Ainsi, par le biais de prospections archéologiques, des structures d'habitats attribués pour la période du néolithique « moyen » ont été signalés au sein des couches stratigraphiques supérieures du hameau villageois d'Arrondes. Ces vestiges, de forme circulaire, possèdent un fossé entouré de poteaux. Ils ont été exhumés au cœur d'une terrasse fluviatile du Cher et qui surplombe la cité d'Orval[1].

AntiquitéModifier

Moyen-ÂgeModifier

Révolution françaiseModifier

1815-1914Modifier

De 1914 à nos joursModifier

Article détaillé : Retirada.

Réfugiés espagnolsModifier

Dans la deuxième partie des années 1930, le département est une destination des réfugiés espagnols fuyant la guerre civile espagnole. Les arrivées augmentent d’année en année : 120 en 1936, 965 en 1937, 162 en 1938[2]. À partir des décrets de Daladier sur le regroupement des étrangers « indésirables » (mai 1938), ils sont assignés à résidence[3]. Les 162 Espagnols encore présents dans le Cher sont regroupés dans deux biens de l’État transformés en camps d’internement : les anciens haras de remonte de l’armée française à Châteaufer (commune de Bruère-Allichamps), et l’abbaye de Noirlac à Saint-Amand-Montrond[4]. Début 1939, ils sont encore 55[5].

Mais c’est surtout au moment de l'effondrement de la république espagnole, qui provoque la Retirada, que les arrivées de réfugiés sont importantes. Entre le 30 janvier et le 9 février 1939, 3 002 réfugiés espagnols fuyant devant les troupes de Franco, arrivent dans le Cher[5],[2]. Ils sont acheminés en quatre convois à la gare de Bourges[6]. Six centres de regroupement sont ouverts en plus de ceux de Noirlac et Châteaufer, déjà cités[5],[2] :

Les trois structures principales sont les camps de Noirlac, Châteaufer et du château de la Brosse, qui hébergent 1 400 réfugiés en avril[6].

Mais cela se révèle insuffisant : on met aussi à contribution 60 communes qui ouvrent des centres d’accueil ruraux, granges, halles, maisons inhabitées et insalubres[7]... À Châteaufer, les dortoirs sont aménagés dans les écuries, dont certaines sont dépourvues de portes. À Sancoins, l’atelier Rétif qui est utilisé abritait une foire au bétail fin janvier[8].

Les réfugiés sont essentiellement des femmes et des enfants, les hommes sont retenus dans les camps du Midi[3]. Ils sont soumis à une quarantaine stricte, du fait des risques d’épidémie. Des hôpitaux de fortune sont aménagés dans les camps : 70 lits à Noirlac, 40 à Châteaufer, et encore 40 dans les autres centres[9]. Le courrier est limité, le ravitaillement, s'il est peu varié et cuisiné à la française, est cependant assuré[10]. Au printemps et à l'été, les réfugiés des centres ruraux sont regroupés au camp de Châteaufer[11]. Malgré les facilités offertes à ceux qui veulent rentrer en Espagne (et les incitations), ils sont encore 912 en décembre 1939[12] et 600 en février 1940[13]. Certains enfants ont été déplacés à la Maison familiale pour enfants de Bourges, évacuée devant la menace de bombardements à Neuvy-sur-Barangeon jusqu’en 1945[13].

Des compagnies de travailleurs étrangers, recrutées parmi les Espagnols du département, ceux des camps du Midi, et également parmi les autres étrangers sans emploi, sont formées et dirigées vers les usines intéressant la Défense nationale[14] :

  • les 180e et 196e CTE aux établissements d’expériences techniques de Bourges ;
  • la 114e CTE à Dun-sur-Auron pour le bénéfice du ministère de l’Air ;
  • ainsi que la 19e CTE.

La fermeture de Châteaufer est prévue pour le 10 mars 1940, puis repoussée au 1er juin. Les Espagnols sont alors pris dans l’exode provoqué par la débâcle de l’armée française[12].

Seconde Guerre mondialeModifier

Après l’armistice du 22 juin 1940, Bourges, Vierzon, La Guerche sont en zone occupée, Saint-Just est coupée en deux par la ligne de démarcation[13].

Le régime de Vichy remplace les CTE par le 147e groupement de travailleurs étrangers, à Cosne-d'Allier puis à Saint-Germain-des-Bois (hameau de Baranthaume), pour des travaux de forestage et la carbonisation du bois, de décembre 1940 à fin 1943. Ensuite, les travailleurs sont progressivement requis par l’organisation Todt[14].

Les juifs du départements sont recensés à partir de l’été 1941, mais ce comptage est rapidement suspendu faute de fiches en nombre suffisant. À l’automne, il semble qu’il y ait 519 juifs en zone non-occupée, dont 175 à Saint-Amand-Montrond[15], les autres se répartissant entre le Châtelet, Châteaumeillant, Graçay, Sancoins, Ids-Saint-Roch et Saulzais-le-Potier[16]. Une grande rafle a lieu à l’été 1942 : les juifs arrêtés sont dirigés vers les camps de Douadic (Indre) et Nexon (Haute-Vienne) avant leur déportation[15].

En juin 1944, Saint-Amand-Montrond est pris par les FFI, mais la ville est rapidement encerclée par la Wehrmacht. Les maquisards fuient en Creuse, emmenant avec eux des otages : 13 miliciens et 6 femmes de miliciens. Les six femmes sont échangées contre 60 prisonniers saint-amandois, mais les maquisards fusillent les miliciens le 20 juillet. Aussitôt, en représailles, la Milice de Saint-Amand arrête 76 juifs, dont 10 enfants. Elle en garde 70 en prison, dont 36 sont extraits progressivement et jetés vivants dans les puits de Guerry à Savigny-en-Septaine[16].

La mémoire des camps d’internement des réfugiés espagnols se transmet : à Noirlac, une table ronde sur le sujet a eu lieu en novembre 2012, et des rencontres annuelles commémorent ces évènements depuis 2010 à Châteaufer et Noirlac[17].

NotesModifier

  1. Christian Verjux, Olivier Agogué, Jean-Pierre Dubois et Tony Hamon, « Des bâtiments circulaires du Néolithique moyen à Auneau (Eure-et-Loir) et Orval (Cher) : Note préliminaire / Middle neolithic circular buildings in Auneau (Eure-et-Loir) and Orval (Cher). First data . », Revue archéologique du Centre de la France, vol. tome 37,‎ , pages 179-190 (DOI 10.3406/racf.1998.2794, lire en ligne, consulté le 11 octobre 2016).
  2. a b et c Didier Arnold, Les réfugiés de la Guerre d'Espagne dans le Cher. 1936-1946, documents disponibles aux Archives départementales du Cher, Archives départementales du Cher, mis à jour en mars 2013, consulté le 25 mars 2013
  3. a et b Geneviève Dreyfus-Armand, « Les enfants, ces oubliés de la diaspora républicaine espagnole », in Rose Duroux, Exils, passages et transitions : Chemins d’une recherche sur les marges, Presses universitaires Blaise Pascal, 2008, p. 35
  4. Jeanine Sodigné-Loustau, « L'accueil des réfugiés civils espagnols de 1936 à 1940. Un exemple : la région Centre », Matériaux pour l'histoire de notre temps. 1996, no 44. p. 42.
  5. a b et c Jeanine Sodigné-Loustau, op. cit., p. 43.
  6. a et b Alain Gardant, « L’enfance pendant les deux conflits mondiaux », L’enfance dans le Cher (1830-1945), consulté le 25 mars 2013, p. 3
  7. Jeanine Sodigné-Loustau, op. cit., p. 42-43.
  8. Dreyfus-Armand, op. cit., p. 39.
  9. Jeanine Sodigné-Loustau, op. cit., p. 44.
  10. Jeanine Sodigné-Loustau, op. cit., p. 43-44.
  11. Jeanine Sodigné-Loustau, op. cit., p. 46.
  12. a et b Jeanine Sodigné-Loustau, op. cit., p. 47.
  13. a b et c Gardant, op. cit., p. 4.
  14. a et b Arnold, op. cit., p. 2
  15. a et b Gardant, op. cit., p. 6.
  16. a et b Gardant, op. cit., p. 7.
  17. Anne-Lise Dupays, « Noirlac honore ses réfugiés espagnols de 1939 », L’Écho du Berry, publié le 21 décembre 2012, consulté le 25 mars 2013