Ouvrir le menu principal

L'Histoire des Juifs dans la Haute-Saône débute durant le Haut Moyen Âge. À cette époque, les juifs du Bailliage d'Amont (actuelle Haute-Saône) sont principalement commerçants. Après la guerre franco-prussienne de 1870, le département accueille de nombreux Juifs qui ont fui l'Alsace. Au cours de la Seconde Guerre mondiale, la majorité des Juifs de Haute-Saône ont été déportés.

Le département compte une principale synagogue, celle de Vesoul ainsi que plusieurs cimetières juifs tels que ceux de Vesoul et de Gray.

HistoireModifier

Au Moyen Âge, plusieurs communautés juives existent dans le Bailliage d'Amont. La plus importante est celle de Vesoul, animée par la famille Héliot, riche famille de commerçants juifs possédant une banque[1].

En 1348, la peste noire se propage à Vesoul ainsi que dans plusieurs villages aux alentours ; la croyance se répand que la maladie est due aux fontaines contaminées. De nombreuses accusations d'empoisonnement des puits contre les Juifs font leurs apparitions dans toute la région[2].

Un rabbinat est créé à Vesoul et la ville y accueille quelques rabbins renommés, dès 1871. Vesoul est proposé par le gouvernement pour devenir le siège d'un consistoire régional en 1872. En 1875, la synagogue de Vesoul est édifiée dans la cité. En 1896, le consistoire quitte Vesoul[3].

À la fin du XIXe siècle, dans certaines localités comme Gray et Luxeuil-les-Bains commencent à se développer de petites communautés juives. Le 19 octobre 1906, l’association cultuelle Israélite d'Héricourt est fondée. Elle est alors composée de 44 membres[4].

Durant la Seconde Guerre mondiale, en juin 1940, les Allemands entrent dans le département. De nombreux Juifs quittent la Haute-Saône pour se réfugier dans le sud de la France. Les villes de Vesoul et de Gray avaient pour maires des personnes juives ; ces dernières doivent quitter leurs postes. Le , paraît la première ordonnance allemande contre les Juifs dans son « Statut des Juifs ». Le , un recensement de l'intégralité des Juifs de Haute-Saône est réalisé par le préfet. Il y avait 43 familles juives à Héricourt. De multiples interdictions leurs y seront imposées, notamment aux commerçants. En juillet 1941, 248 juifs sont comptabilisés dans la Haute-Saône. Entre le et le , pas moins de 107 personnes juives de Haute-Saône ont été arrêtées par la police et par la gendarmerie, puis déportées[5].

Liste des édifices juifsModifier

SynagoguesModifier

Synagogue de VesoulModifier

Article détaillé : Synagogue de Vesoul.

Vesoul a eu plusieurs synagogues dans son histoire. Au Moyen Âge, il y en avait une située Grande-rue (ancienne rue d'Alsace-Lorraine). L'actuelle synagogue de Vesoul est se trouve au 11 bis rue du Moulin-des-Prés, non loin du quartier du Vieux-Vesoul. De forme rectangulaire, elle est d'architecture mauresque. Construite en 1875, la synagogue est désaffectée depuis 1945. Elle est inscrite au titre des monuments historiques depuis le [6].

Rabbins de Vesoul :

CimetièresModifier

Cimetière juif de VesoulModifier

 
Cimetière juif de Vesoul

La ville de Vesoul possède un cimetière juif, aménagé durant le XIXe siècle. Localisé rue Miroudot Saint-Ferjeux dans le quartier du Grand Grésil et à proximité du nouveau cimetière de Vesoul, il a une surface de 30 m2 . Le cimetière est entouré par un muret de 1 mètre 50 à 2 mètres. Un portail est situé côté rue[8].


Cimetière juif de GrayModifier

Le cimetière juif de Gray fut aménagé en 1857. Il abrite de nombreuses sépultures de la communauté juive de Gray[9].

Personnalités juives liées à la Haute-SaôneModifier

La Famille Héliot de Vesoul était une riche famille de banquiers du XIIIe siècle qui faisait crédit aux pauvres. Paul Strauss, homme politique né à Ronchamp le était fils de marchand drapier juif. Aussi, quelques rabbins réputés ont occupé leurs postes dans la Haute-Saône tels que Isaac Lévy et Moïse Schuhl.

Plusieurs personnalités de confession juive sont nées, décédées ou ont travaillé dans la Haute-Saône. Né le à Vesoul[10], Raymond Aubrac est un résistant sous l'Occupation allemande, pendant la Seconde Guerre mondiale. Scolarisé au collège Gérôme de Vesoul, il est fils de commerçants juifs aisés et propriétaires d'un magasin de confection à Vesoul[11],[12],[13]. En 1992, il est nommé citoyen d'honneur de la ville de Vesoul[14].

Parmi les personnalités haut-saônoises importantes, on peut citer Manessier de Vesoul au XIVe siècle, le receveur principal royal pour les Juifs en langue d'oïl[15],[16].

Notes et référencesModifier

  1. « Banque Héliot de Vesoul », sur https://archive.org/ (consulté le 27 juin 2014).
  2. Histoire de Vesoul, Partie 1, Livre II, Chapitre Ier, p. 64 : de Alfred Gevrey, 1865
  3. a et b « Passage du Grand-Rabbin Moïse Schuhl à Vesoul », sur http://judaisme.sdv.fr/ (consulté le 27 juin 2014).
  4. « Communauté juive d'Héricourt », sur http://www.judaicultures.info/ (consulté le 27 juin 2014)
  5. « Etre Juif en Haute-Saône pendant la Seconde Guerre mondiale », sur http://missiontice.ac-besancon.fr/ (consulté le 27 juin 2014)
  6. « Synagogue de Vesoul », notice no PA00102293, base Mérimée, ministère français de la Culture
  7. « Justin Schuhl : 1903-1908 », sur http://judaisme.sdv.fr/ (consulté le 27 juin 2014).
  8. Entrée du cimetière juif.
  9. « Cimetière juif de Gray », sur http://www.actuacity.com/ (consulté le 27 juin 2014)
  10. « Naissance de Raymond Aubrac », sur https://www.estrepublicain.fr/ (consulté le 18 novembre 2012).
  11. « Plus qu’un nom dans une liste : Albert et Hélène Samuel », site jewishtraces.org.
  12. Laurent Douzou, article « Raymond Aubrac », dans François Marcot (dir.), Dictionnaire historique de la Résistance : Résistance intérieure et France libre, Paris, Robert Laffont, , 354-355 p. (ISBN 2-221-09997-4).
  13. Raymond Aubrac, Où la mémoire s'attarde, Paris, Odile Jacob, coll. « Le grand livre du mois », , 373 p. (ISBN 978-2738103697, lire en ligne), p. 16 et 18.
  14. « Citoyen d'honneur de la Ville de Vesoul », sur lapressedevesoul.com (consulté le 13 juillet 2013).
  15. Danielle Chadych, Le Marais, Parigramme, 2005.
  16. « Manessier de Vesoul, personnalité juive de la ville », sur http://www.bloy.geometre-expert.fr/ (consulté le 12 novembre 2012)