Ouvrir le menu principal

Histoire de l'imprimerie

Johannes Gutenberg, considéré comme l'inventeur de la presse typographique ayant permis l'industrie du livre en Occident — buste autrefois exposée devant l'ancienne usine Mame (Tours).

L'histoire de l'imprimerie s'échelonne sur des milliers d'années, depuis les premières formes d'impression jusqu'à nos jours. Cette histoire comprend les points marquants de l'évolution des formes d'impression, des coûts qui y sont reliés et de l'étendue de la diffusion des œuvres imprimées.

Écriture et support matérielModifier

Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (décembre 2016)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

L'histoire de l'imprimerie est marquée par l'évolution de l'écriture ainsi que de son support matériel.

C'est environ 30 000 ans av. J-C que les premières graphies font leur apparition, un procédé ressemblant à des dessins traduisant un langage gestuel. Vers 3 100 av. J-C, les Sumériens inventent l'écriture proprement dite, ils utilisent comme support des tablettes d'argiles. Plus tard, les Égyptiens inventent les hiéroglyphes ainsi que le papyrus vers 2 400 av. J-C, un support fait à partir de la plante Cyperus papyrus.

Le premier véritable alphabet fait son apparition au Proche-Orient vers 1 400 av. J-C., alors que le papier à base de lin, de chanvre ou de mûrier est inventé aux environs de l'an 100 ap. J-C.. Ces deux dernières inventions consolident, avec ce qui s'est construit antérieurement, les bases de l'imprimerie.

Chronologie de l'impressionModifier

Les premières formes de copies de documents sont produites par les Copistes, qui reproduisent méthodiquement à la main les ouvrages. Les inventions subséquentes ont pour objectif de faciliter les techniques d'impression.

Entre 300 et 600 après J.C, les Chinois pratiquent la xylographie, une technique plus productive. Plusieurs centaines d'années plus tard, au XIe siècle, ils pratiquent l'imprimerie typographique à l'aide de caractères en bois ou en terre cuite. Cette technique est par la suite raffinée par l'utilisation de caractères en plomb par Gutenberg en 1450. Cette innovation est considérée par plusieurs[Qui ?] comme marquant l'émergence de l'industrie du livre.

L'imprimerie est à nouveau fortement influencée lors de l'invention de l'imprimerie rotative, puis de la lithographie à la fin du XVIIIe siècle. La fin du XIXe siècle est quant à elle marquée par l'invention de l'offset.

Plusieurs avancées sont réalisées au cours du XXe siècle avec l'évolution rapide des procédés d'impression[1],[2]. L'ère numérique amène notamment l'invention de l'imprimante.

La très récente invention de l'impression 3-D au début du XXIe siècle marque également un tournant dans l'histoire de cette technique.

PochoirModifier

La technique du pochoir est sans doute la plus ancienne (en tous cas, elle a été identifiée sur des sites remontant à plusieurs milliers d'années) permettant de fabriquer des motifs de manière répétitive. On n'imprime pas, on projette une matière colorante, par exemple des pigments, sur un motif (la main, une feuille d'arbre, etc.) apposé sur une surface (par exemple un mur, une paroie) : le motif apparaît en négatif, selon ses contours.

Sceau (4100-500 av. J.-C.)Modifier

Article détaillé : sceau-cylindre.

Cette technique se présente ainsi : on grave des motifs en relief ou en creux sur de la pierre tendre (par exemple la stéatite qui vient former une inscription par pression sur une matière molle (argile, cire). La technique du sceau-cylindre remonte à plus de 4 000 ans avant notre ère (Mésopotamie, civilisation de l'Indus). L'Égypte antique, l'Empire romain, produisirent de nombreux sceaux en diverses matières (pierre, métaux précieux).

L'idée d'appliquer une encre grasse sur le sceau est sans doute plus récente.

XylographieModifier

 
Exemple de xylographie.
Article principal : xylographie.

La xylographie, xylogravure ou impression au bloc de bois, est le fait de créer un motif grâce à des blocs de bois gravé. La date de son invention est difficile à estimer, mais remonterait au premier millénaire avant notre ère, le bloc servant à imprimer des textiles, et prendrait place en Chine : pour l'impression du papier, c'est dans cette région qu'on a retrouvé le Sūtra du Diamant datant de 868[1].

Les xylographes gravent avec des outils divers une image désirée en plusieurs copies. De ce fait, lorsque l'encre est tamponnée sur le relief du bois, ils créent une image après application sur le papier[3].

SérigraphieModifier

Article détaillé : sérigraphie.
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (décembre 2016)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

La sérigraphie remonte à la Dynastie Song (960-1279). La technique consiste à faire pénétrer l'encre avec une racle sur le support en utilisant un intermédiaire formé d'un tissu plus ou moins poreux (pochoir) et, dans sa version moderne, un polymère aux endroits où l'encre ne doit pas pénétrer.

Taille-douce (années 1430)Modifier

Article détaillé : taille-douce.

Taille d'épargneModifier

Article détaillé : taille d'épargne.

Impression fantôme (XVe siècle)Modifier

Article détaillé : impression fantôme.

Typographie (~1040/~1450)Modifier

La typographie est une technique se basant sur la xylographie et consiste à composer un texte avec des caractères mobiles[4]. Les inventeurs voulant diminuer les problèmes de l'impression, chaque lettre, ponctuation ou caractère spécial est séparé. Ainsi, non seulement plusieurs copies d'un texte peuvent être produites grâce à la production d'une gamme de caractères mobiles, mais également plusieurs copies de plusieurs textes différents. La typographie se déroule en deux grandes époques principales : l'époque chinoise et l'époque de Gutenberg.

La première forme de typographie provient de la Chine en 1040, les caractères mobiles sont fabriqués en bois. L'inventeur est Bi sheng de la dynastie Song[2]. Malheureusement, l'invention chinoise était très dispendieuse et nécessitait beaucoup de travail. En effet, ils devaient placer chacune des pièces de bois à la main et construire ces pièces aussi à la main. Il convient de souligner que les caractères chinois ne sont pas simples. De plus, il n'y avait pas de presse qui permettait de faire plusieurs copies plus rapidement[réf. souhaitée].

La technique adoptée par les Chinois est ensuite peaufinée, notamment par Johannes Gutenberg. Au milieu du XVe siècle, il améliore les caractères mobiles, désormais en plomb, puis développe une encre plus épaisse qui adhère mieux aux caractères[5].

Lithographie (~1796)Modifier

 
Presse lithographique.
Article détaillé : lithographie.
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (décembre 2016)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

La lithographie est un procédé chimique d'impression. Il se base sur la répulsion entre l'eau et les matières grasses. Le matériel premier est la pierre de calcaire. Les grains de la pierre doivent être homogènes pour obtenir un bon travail. Aussi, faut-il être bien attentif de ne pas appliquer de matière grasse sur la surface. La pierre est ensuite polie en y ajoutant de l'eau et du savon. L'artiste dessine alors directement à l'encre ou au crayon sur la pierre. L'étape suivante est celle où la pierre est recouverte d'un procédé chimique qui fixe le dessin plus gras dans la pierre et augmente la porosité des grains non encrés. Pour finir, la pierre va dans la presse lithographique. De l'eau est appliquée sur celle-ci. Les parties non exposées poreuses de la pierre acceptent l'eau ce qui fait que quand l'artiste applique l'encre sur la pierre, seulement les parties n'ayant pas accepté l'eau sont aptes à retenir l'encre et la reproduire sur la feuille. À noter que la pierre sera remplacée dû au coût et au poids par des plaques de zinc ou d'aluminium plus tard dans l'histoire.

Son inventeur est Alois Senefelder, un Allemand. Comme celui-ci ne trouvait pas d'éditeur pour ses œuvres, il utilisa la pierre pour s'éditer lui-même et découvrit une façon d'altérer la pierre à l'avantage de sa production d'œuvre. La date de l'invention est 1796. Sa technique a beaucoup été utilisée à son début pour les partitions de musique puisque la typographie était incapable de produire ces partitions. Cette technique est populaire puisque contrairement aux techniques incorporant la gravure, la lithographie est facile à produire. Le dessin se fait de la même manière que sur une feuille.

Héliogravure (~1820)Modifier

Article détaillé : héliogravure.
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (décembre 2016)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

L'héliogravure est une technique consistant à graver avec un diamant ou, dans sa version moderne, un laser dans une plaque de métal. La profondeur de la gravure détermine l'opacité de la trame.

Chromolithographie (1837)Modifier

Article détaillé : chromolithographie.

Phototypie (1855)Modifier

Article détaillé : phototypie.

Photoglyptie (1864)Modifier

Article détaillé : photoglyptie.

Flexographie (années 1890)Modifier

Article détaillé : flexographie.

L'offset (~1900)Modifier

Article détaillé : offset (imprimerie).
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (décembre 2016)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

Procédé d'imprimerie dérivé de la lithographie, l'offset est une impression faite sur des plaques métalliques. C'est une imprimerie rotative et un décalque en caoutchouc nommé blanchet est utilisé comme intermédiaire. C'est autour de l'année 1900 que le procédé est inventé par Ira Washington Rubel, un américain. Dans les années 1970, une autre type de technique offset est inventée et n'utilise pas d'eau. Elle est appelée l'"offset waterless". Le principe de la technique en général est d'utiliser une plaque d'aluminium sur laquelle un modèle est « imprimé » à l'aide d'un procédé photographique utilisant de la lumière UV. Ensuite, la plaque d'aluminium est recouverte par une substance chimique qui ne se lie qu'aux endroits qui n'ont pas été exposés à la lumière UV et qui attire l'encre mais pas l'eau. Le reste de la plaque attire l'eau mais pas l'encre. C'est ainsi que la plaque est ensuite posée sur un cylindre où elle est mouillée et encrée en permanence. L'encre est, de cette façon, transférée sur un blanchet qui est en quelque sorte l'image inversée. Ensuite, l'image est retranscrite pareille à ce qui se trouvait initialement sur la plaque d'aluminium.

Flexographie (~1975)Modifier

Article détaillé : flexographie.
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (décembre 2016)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

Technique d'impression en relief utilisant comme forme imprimante le cliché. Cette technique est apparue en France dans les années 1975.

L'impression moderne (XXe et XXIe siècles)Modifier

Les principales techniques développées au cours du dernier siècle sont, notamment, l'impression numérique, l'impression à jet d'encre, l'impression laser et l'impression 3D.

  • L'impression à jet d'encre est la technique qui consiste à pulvériser de micro gouttes d'encre sur le papier via une tête d'impression. Elle est inventée dans les années 1950 par des informaticiens[6].
  • L'impression laser voit le jour au cours des années 1970. Elle comprend six étapes de fonctionnement, à savoir : la charge, l'exposition, le développement, le transfert, la fixation et l'effacement. La charge consiste à exposer le tambour d'aluminium recouvert d'une couche photosensible à une charge uniforme. L'exposition est un faisceau laser qui traite la surface avec l'image à recréer pendant que le tambour tourne. Le développement est l'étape où une poudre est saupoudrée sur la surface du tambour et réagit avec le traitement laser. Lorsqu'elle se retrouve par la suite sur le papier, c'est l'étape du transfert. Quand la poudre est chauffée, elle réagit avec le papier pour créer l'image : il s'agit de l'étape de la fixation. Pour finir l'impression, l'effacement est nécessaire. Il s'agit de décharger le tambour et récupérer la poudre non utilisée[7].
  • De plus , selon l'article wikipédia L'imprimante laser voit le jour en 1971. Elle est inventée dans le laboratoire de Xerox. Parfois de nos jours l'étape de l'exposition est réalisée avec une lampe à Diode électroluminescente, il ne s'agit donc plus vraiment d'impression laser bien qu'elle garde cette appellation[8],[9].
 
Exemple d'impression 3D
  • Enfin, l'impression 3D consiste en une impression normale, mais qui se déroule en trois dimensions. Aux deux dimensions classiques est ajoutée la hauteur. Cette dimension est créée par superposition de matériel. Le plus souvent, le matériel est constitué de fils de fer ou de plastique. Les objets à imprimer sont soit créés à l'aide d'un logiciel 3D soit obtenus grâce à un scanner 3D. Cette technique devient de plus en plus populaire puisque les limites des impressions n'existent pas. Cette technique est inventée entre 1983 et 1986 et son inventeur est Charles Hull. À noter que l'impression 3D a déjà été utilisée pour des avancées en médecine et que d'autres sont à prévoir, en lien avec cette technologie (prothèse, os, etc.)[10],[11].

Notes et référencesModifier

  1. a et b Roland Chabloz, « Histoire des techniques d'impression », (consulté le 10 novembre 2016), p. 5
  2. a et b (en) « History of Printing Timeline », sur American printing history, (consulté le 10 novembre 2016).
  3. « Xylographie » (consulté le 28 novembre 2016).
  4. « Histoire de la typographie », sur BNF (consulté le 14 décembre 2016).
  5. (fr) [vidéo] Gutenberg inventeur de l'impression? sur YouTube
  6. « history of printing timeline », sur Samantha skates (consulté le 14 décembre 2016).
  7. persée, 2005
  8. « Maurice Audin.Histoire de l'imprimerie. Radioscopie d'une ère : de Gutenberg à l'informatique », sur persée, (consulté le 10 novembre 2016).
  9. « Comment fonctionne une imprimante laser? », sur persée, 2005-2007 (consulté le 3 décembre 2016).
  10. « Histoire de l'impression 3D », sur SUPINFO international university, (consulté le 3 décembre 2016).
  11. « Imprimante 3D et impression 3D pour les nuls », sur Imprimante 3D.fr, (consulté le 3 décembre 2016).

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier