Ouvrir le menu principal

Wikipédia β

Cet article relate les faits saillants de la ville de Jérusalem, une ville du Proche-Orient qui tient une place prépondérante dans les religions juive, chrétienne et musulmane, que les Israéliens ont érigée en capitale et que les Palestiniens souhaiteraient comme capitale.

Sommaire

Chalcolithique et âge de bronzeModifier

L'occupation humaine de la région de Jérusalem est attestée depuis le Chalcolithique par des fragments de céramique trouvés près de la source de Gihon et datant d'environ 3500 av. J.-C.[1]. Ces fragments de poterie sont les premiers vestiges découverts à ce jour sur le site de Jérusalem. Il n'est pas établi que l’occupation du site fut alors continue[2].

La colline a été réoccupée au début de l'âge du bronze (vers 3000 avant notre ère). On a trouvé des poteries de cette période, des maisons rectangulaires[1] et les premières tombes sculptées dans la roche du mont des Oliviers[3]. En 1909, les fouilles organisées par la mission Parker autour de la source de Gihon, à l'est de l'Ophel a mis au jour des grottes creusées dans le rocher ayant servi de tombes. On y a trouvé des jarres, des bols et des cruches, pour la plupart dans la même tombe (la tombe numéro 3). Ces poteries sont datées du Bronze Ancien I (IVe début du IIIe millénaire av. J.-C.). Ces céramiques peintes appartiennent à un type de céramiques typique des villes du sud du pays et représenté dans les tombes découvertes à Mitzpah en Benjamin (Tell en-Nasbeh, à 13 km au nord de Jérusalem), Guézer et Jéricho (niveaux VI et VII). On y a aussi trouvé un bol noir et rouge peut-être importé de Chypre. À l'ouest de l'Ophel, les fouilles de Macalister et Duncan en 1923-1925 ont livré une petite quantité de céramiques datées du Bronze ancien (IIIe millénaire av. J.-C.). Lors des fouilles réalisées le long des murs ouest et sud du Mont du Temple, on a également trouvé des poteries datées du Bronze Ancien. Ces découvertes témoignent de l'occupation de la colline sud de Jérusalem dès le IVe millénaire av. J.-C.. Cette occupation s'inscrit dans le cadre général du peuplement des monts de Benjamin au Bronze Ancien I dont on a aussi trouvé des traces sur les sites de Aï et Mitzpah en Benjamin[4]

Période cananéenne sous domination égyptienneModifier

Selon Israel Finkelstein, les sites des « hautes terres » (la Cisjordanie actuelle) dont le site de Jérusalem ont été abandonnés vers 3000 avant notre ère pour être réinvestis vers 1800 avant notre ère. Les restes d'une forteresse aux murailles imposantes de trois mètres de largeur datant du xviiie siècle av. J.-C. ont été découverts près de la source de Gihon[5]. Jérusalem était donc l'une des principales cités-États durant la deuxième phase d'urbanisation en Canaan[5]. Cela est corroboré par un texte d'exécration égyptien (texte comportant une malédiction) dans lequel apparaît pour la première fois le nom de la ville de Jérusalem[6], les noms de villes et de leurs dirigeants ont été inscrits sur la terre accompagnés de malédictions (les noms de deux dirigeants de Jérusalem, Shas'an et Y'qar 'h sont également inscrits sur ces textes. 100 ans plus tard des textes mentionnent un seul souverain dont le nom commence par « Ba ... »)[2]. Beaucoup de villes comme Jérusalem étaient gouvernées par plus d'un dirigeant, la majorité des villes de la région citées dans les textes d'exécration ayant trois dirigeants[7]. Un siècle plus tard seulement un gouvernant est mentionné pour Jérusalem. Certains voient en cela la preuve que plusieurs tribus, chacune avec son propre chef, étaient intégrées au sein de la ville[7]. Selon Ronny Reich, le système hydraulique avec le puits de Warren (en) daterait de cette époque et serait un autre indice du développement de la ville[8].

La période entre le xviiie siècle av. J.-C. et le xive siècle av. J.-C. constitue une phase de déclin pour Jérusalem[9] et c'est au xvie siècle av. J.-C. que Jérusalem tombe dans l'orbite égyptienne[9].

Il est à nouveau fait référence à Jérusalem à plusieurs occasions dans les tablettes de la chancellerie des pharaons Aménophis III et de son successeur, Akhenaton (vers 1350 av. J.-C.), découvertes à El-Amarna[10]. Jérusalem y est décrite comme une petite ville, dirigée par un gouverneur, Abdi-Heba (en), vassal du pharaon. Deux thèses s'opposent sur l'importance de Jérusalem à l'époque: selon certains historiens, dont Zecharia Kallai et Hayim Tadmor, Jérusalem était la capitale d'un important royaume cananéen ayant une influence régionale comparable à d'autres grands royaumes cananéens tels que celui de Shechem; d'autres au contraire, tels que Nadav Naʾaman ou Ann E. Killebrew, soutiennent qu'au XIVe siècle av. J.-C., Jérusalem est plus un petit centre administratif que la capitale d'un empire[11],[12].

L'archéologie montre que la ville est restée intacte, bien que très petite, ne couvrant que 3 à 4 hectares. La population totale du royaume ne dépasse pas 1 500 habitants. Malgré sa taille, Jérusalem était une ville importante politiquement qui exerce une influence sur les villes des environs. Un morceau d'une stèle égyptienne de cette époque a été retrouvé au nord des murs de la ville actuelle. Ces découvertes montrent l'importance de Jérusalem pour l’Égypte. Au-delà des murs de la cité, le gouverneur de Jérusalem contrôle une région qui s'étend de Sichem au nord à l'Idumée au sud et la zone de Gezer à l'ouest[13]. La ville-état devient si puissante que d'autres villes-états concurrentes aussi loin qu'Ashkelon durent unir leurs forces pour en venir à bout. Jérusalem est également attaquée par des pillards appelés les Apirou. Les textes égyptiens les désignent souvent comme pillards des villes cananéennes. De nombreux épisodes politiques et militaires de cette période sont consignés dans les Lettres d'Amarna[14],. Ces nombreuses lettres décrivent les relations diplomatiques et militaires de l’Égypte avec ses voisins et vassaux. Parmi les 350 retrouvées, six ont été envoyées par le gouverneur de Jérusalem, Abdi-Heba. Il plaide auprès du pharaon pour obtenir de l'aide militaire contre ses adversaires. Il se présente comme le seul en qui l’Égypte puisse vraiment avoir confiance. En vain puisque la garnison égyptienne de Jérusalem est transférée à Gaza[2],[note 1]. Avec ses moyens de défense affaiblis et sous l'attaque constante des Apirou et de ses rivaux en Canaan, le gouverneur de Jérusalem se plaint dans sa dernière lettre que tout est perdu. Nous ne savons pas ce qu'il est advenu de lui et de sa ville mais il s’ensuit une phase de déclin très marqué, comme dans toute la région, en raison de l’invasion des peuples de la mer.

Le premier texte écrit à Jérusalem date de la même époque (xive siècle av. J.-C.) : il s'agit d'un fragment de tablette fabriquée à Jérusalem écrite en akkadien d'une grande qualité scripturale, ce qui montrerait l'existence de scribes à Jérusalem à cette époque[15].

Les premiers IsraélitesModifier

Les habitats des tout premiers Israélites sur les hautes terres ont été découverts dans les années 1990[16] : de -1200 à -1000, le nombre de sites croît rapidement pour atteindre 250 vers -1000. Ces « proto-Israélites » ont laissé leur signature aux archéologues[17] : ils sont les seuls, en Canaan, à ne pas consommer de porc et à ne pas en élever, ce qui permet de les suivre à la trace. Par ailleurs, les Israélites sont attestés vers -1210 sur la Stèle de Mérenptah. On a donc coexistence d'une population de Cananéens sédentaires dans les grandes cités-États et d'Israélites nomades sédentarisés sur les hautes terres. L'organisation sociale, quant à elle, reste du même type que celle décrite dans les Lettres d'Amarna : chefferies dimorphes (c'est-à-dire mi nomade mi sédentaire) sur les hautes terres, et cités-États (citadins entourés d'agriculteurs sédentaires) dans les vallées (Megiddo, Beth Shéan, Tel Rehov, cité portuaire de Tel Dor[18]). Dans la partie côtière méridionale vivent les Philistins (cité-État d'Éqron, puis de Gath et ensuite d'Ashdod successivement).

Au Xe siècle av. J.-C.Modifier

D'après les archéologues, le nom même de Salomon n'apparaît nulle part chez ses proches voisins, ni dans les archives ni sur aucune inscription, en Égypte comme au Liban ou en Assyrie, chez les Amorites, les Hittites ou les Araméens. Et ce, alors même qu'Abdi-Heba a laissé des traces bien connues. William G. Dever écrit :

« Les historiens—en particulier les biblistes, dont la plupart d'entre eux n'ont qu'une formation de philologistes, et parfois de théologiens—ont été lents ou réticents à percevoir les effets de la « révolution archéologique » récente. Mais il apparaît avec suffisamment d'évidence que toutes les histoires de l'Israël antique sont désormais obsolètes… En ce qui me concerne, mon prochain livre sera une histoire de l'Israël antique écrite en grande partie sans recours à la Bible hébraïque, fondée la plupart du temps sur les riches données archéologiques que nous possédons maintenant[19]. »

Il ajoute :

« Personnellement je suis encore acquis à la chronologie conventionnelle (pas à la « chronologie haute »), pour des raisons sur lesquelles je me suis longuement étendu dans plusieurs publications récentes, aucune d'entre elles « idéologiques ». Mais s'il advenait que l'évidence monte en faveur d'une chronologie plus basse, je serai parmi les premiers à basculer. Il ne s'agit pas de « sauver » la Bible hébraïque ; ni de défendre « Salomon dans toute sa gloire » ; ni d'argumenter sur qui était là le premier, Cananéns ou Israélites, Palestiniens ou Israéliens[20]. »

Amihai Mazar écrit :

« Il convient d'évaluer le royaume de David et de Salomon comme un début modeste, mais dynamique, de la période de la monarchie Israélite[21]... »

Les données archéologiques sur la Palestine de cette l'époque sont très nombreuses, celles sur Jérusalem sont beaucoup moins riches. Ussishkin[22] a montré que la Jérusalem de Salomon est un petit village pauvre dépourvu de fortifications. Pour Ronny Reich, à qui l'Israël Autority Association a confié la Direction des fouilles de la Cité de David[23], autour de –1000, ce petit village est limité à l'emplacement que l'on appelle la « Cité de David[24] ». La construction la plus importante de cette époque est la Structure en escalier[25]. Pourtant, comme le souligne Ronny Reich[26] d’imposantes fortifications datées de –1700 ont été retrouvées, montrant que lorsque des constructions très importantes existent elles ne disparaissent pas sans laisser aucune trace, et montrant qu'à cette époque antérieure Jérusalem était une ville de taille importante[27]. Ce phénomène de déclin très marqué n'est pas propre à Jérusalem, il est lié à l'effondrement systémique qui marque le passage de l'âge du bronze tardif à l'âge du fer (voir : Données archéologiques sur la conquête de Canaan et Données archéologiques sur les Philistins).

Les signes archéologiques d'un État centralisé tel que le décrit le récit biblique, repérables dans la gestion de la production agricole et dans la pratique de l'écriture, n'apparaissent que deux siècles plus tard : c'est ce qu'a montré toute une série d'études. Pour le début d'une production massive de poteries, voir Zimhoni[28], pour l'industrialisation de la production agricole, voir Eitan-Katz[29], pour le début d'une utilisation des poids marqués (pesage) voir Kletter[30], pour l'introduction de l'écriture voir Jamieson-Drake[31], pour l'écriture sur ostraca voir Sass[32] et Renz[33], pour l'impression des sceaux voir Avigad et Sass[34]. Rien de cela n'existe deux siècles plus tôt dans la Jérusalem de Salomon. Toutefois, un fragment de pot du XIIe siècle av. J.-C. est découvert à Lakish à une quarantaine de kilomètres au sud-ouest de Jérusalem en 2014 avec une intéressante inscription d'écriture alphabétique[35],[36].

Pour Israël Finkelstein, la ville originelle de Jérusalem se serait trouvée au sommet de la crête (comme dans les autres villes voisines telle Megiddo) et non à mi-pente. Elle fut ensevelie lors de la construction de la plateforme du Temple d'Hérode, l'actuelle esplanade des Mosquées. La Cité de David serait alors extérieure à Jérusalem. Il est quasi impossible de retrouver la ville originelle car, d'une part, il est impossible d'y fouiller pour des raisons politiques, et d'autre part elle a été totalement détruite pour construire le Temple d'Hérode à l'époque romaine[37],[38]. Il précise : « La Jérusalem du dixième siècle était un petit centre administratif, probablement peuplé d'environ un millier de personnes sans fortifications et sans architecture de grande envergure ou de palais somptueux, une bourgade plutôt modeste. Mais elle était essentielle car elle contrôlait les hautes terres de Judée. Ce fut le centre du royaume de Juda et le domaine des rois David et Salomon »[38].

Pour Vincent Lemire aussi, l'absence de traces archéologiques peut-être expliquée par l'impossibilité depuis le xixe siècle de mener des fouilles sur l'esplanade même, mais la localisation du Premier Temple sur l'esplanade est hors de doute[39].

Lehmann[40] a montré que la population rurale de Juda, rassemblée dans une douzaine de petits villages, n'excède pas quelques milliers tout au plus. La population de Jérusalem seule est, elle, estimée à quelques centaines d'habitants. Ce sont les positions des tombes, extérieures à la zone habitée, qui fournissent les estimations de population les plus directes : ce n'est que deux siècles plus tard que la population s'accroît considérablement.

Cette population est rurale et vit modestement. Il n'est pas vraisemblable que cette population ait pu contribuer à la formation d'une armée importante. Vers –1000, sur la partie nord des hautes terres (étendue géographique correspondant à Israël), la population est estimée à 40 000 habitants. La différence s'explique par une raison géographique : la partie nord est plus arrosée et située sur les voies de communication, la partie sud est plus sèche et plus difficilement accessible. Dans What Did the Biblical Writers Know and When Did They Know It?, William G. Dever, cite le chiffre de 100 000 personnes avancé par Israël Finkelstein comme estimation haute de la population totale d'Israël et de Juda vers la fin du Xe siècle[41].

Aussi bien sur les sites cananéens à l'âge du bronze que sur des sites de l'époque israélite à l'âge du fer, au nord comme au sud, des objets de cultes divers ont été dégagés : des déesses de la fertilité, des compagnes de Dieu (culte de la déesse Ashera) et des représentations animales des divinités. Selon Amihai Mazar[note 2], qui en a retrouvé un bel exemplaire venant des collines du nord, « le taureau est le symbole de Baal, le principal dieu cananéen, et de El, le maître des dieux dans la panthéon cananéen ». Les premières traces archéologiques du culte de YHWH apparaîtront avec l'écriture, beaucoup plus tard (voir ci-après).

Le seul document archéologique dont nous disposons sur la royauté est la Stèle de Tel Dan, découverte en 1993. Cette stèle n'est pas datée exactement, mais les archéologues lui attribuent une date aux alentours de –900. Hazaël, roi de Damas, a fait graver en Araméen[note 3] :

« J'ai tué [Jo]ram fils d'[Achab] roi d'Israël, et [j'ai] tué [Ahas]yahu fils de [Joram] roi de la maison de David. Et j'ai réduit [leur ville en ruine et changé] leur terre en [désolation]. »

La signification de l'expression maison de David est tout à fait claire en archéologie : il s'agit de la dynastie royale dont David a été le premier roi[note 4]. Le caractère historique de l'inscription est indéniable.

Le royaume de JudaModifier

La stèle de Tel Dan fait clairement référence à deux royaumes. Juda (le royaume du sud) est entouré de puissants voisins : le Royaume d'Israël (au nord, avec les Omrides à leur tête), Aram-Damas, Gath.

Selon la Bible, le Royaume de Juda fut créé à la suite d'un schisme entre les Israélites après la mort du roi Salomon. Néanmoins, comme évoqué dans la section précédente, à l'époque, Jérusalem n'est très probablement qu'une petite cité dépourvue de fortifications et dont les habitants vivent modestement.

En 722 av. J.-C., le royaume d'Israël disparaît après la prise de sa capitale Samarie par les Assyriens. Le royaume de Juda a alors le champ libre pour son développement. Des habitants du royaume d'Israël affluent vers le Sud, à Jérusalem, capitale du petit royaume de Juda. Le développement de la ville est alors foudroyant et sa population passe à 12 000 habitants sur une superficie de soixante-quinze hectares.

À la fin du VIIIe siècle av. J.-C., tous les signes archéologiques d'un royaume centralisé (sceaux, ostraca, poids marqués, poterie standardisée) sont présents. Si cette évolution a laissé peu de traces à Jérusalem, elle est particulièrement remarquable dans les cités fortifiées et centres administratifs que sont Bersheeba, Tel Arad et Lakish[42].

En 701 av. J.-C, le roi Ézéchias fit creuser à Jérusalem un tunnel pour amener l'eau de la source du Gihon dans la ville, ce qui assure l'approvisionnement en eau en cas de siège. En forme en S, il a été creusé à partir des deux bouts. À l'endroit de la rencontre, en commémoration de l'exploit technique, Ézéchias fait graver une stèle[43]. Il s'agit d'une des plus anciennes inscriptions connues en hébreu archaïque. Par ailleurs, dès le début du VIIe siècle av. J.-C., des gens sachant lire et écrire se trouvent dans toutes les classes sociales : graveurs de pierres tombales, officiers, ouvriers[44]. Le creusement du canal est relaté avec exactitude dans la Bible (2R 20,20) :

« Le reste concernant Ézéchias — ses prouesses, le bassin et le canal qu'il a construits pour ravitailler la ville en eau — n'est-il pas inscrit dans les annales des rois de Juda ? »

On constate que, à partir de cette époque où l'écriture se généralise, les récits bibliques se mettent en correspondance avec l'histoire telle qu'on la reconstitue à travers l'archéologie. Il n'en était pas de même antérieurement, où les récits concernant Abraham, Moïse et l'Exode, la conquête Canaan par Josué, la splendeur du royaume de Salomon, n'ont aucune correspondance directe avec cette histoire.

Sous Josias, avec l'effondrement de la puissance assyrienne, les ambitions de Juda sur le royaume du nord semblent pouvoir se concrétiser. En centralisant le culte à Jérusalem et en éradiquant les cultes concurrents, Josias organise une nation qui adore un dieu unique dans un temple unique. Ainsi, il participe à l'élaboration du Deutéronome qui attribue une histoire commune au nord et au sud et qui proclame un culte exclusivement monothéiste[45],[46]. Mais l'Égypte stoppe net ces ambitions : Josias est tué par Nékao II à Megiddo en -609.

L'archéologie apporte la preuve que plusieurs lieux de culte (Tel Arad par exemple[47]) qui étaient jusque là en fonction sont effectivement désacralisés à l'époque de Josias. On a donc la preuve indirecte qu'il existe effectivement un Temple à Jérusalem sous Josias (comme aucune trace de construction n'a été retrouvée, il n'existe aucune preuve archéologique que Salomon ait effectivement bâti un Temple à Jérusalem).

Avec Josias, c'est un texte sacré écrit qui fait désormais autorité, qui peut être lu en public et qui prend force de loi, remplaçant la tradition et l'autorité familiale[48]. Des inscriptions datées du VIIIe siècle av. J.-C., trouvées sur le site de Kuntillet 'Ajrud dans le nord-est du Sinaï, ainsi qu'une inscription datée de la monarchie tardive, trouvée en Juda dans la Shefelah, voient en Ashera l'épouse de YHWH[49]. Les premières traces archéologiques du culte de YHWH trouvées à Jérusalem sont exposées au musée d'Israël de la ville. Il s'agit de deux amulettes découvertes au sud de la vieille ville, datées vers -600, comportant un texte en hébreu archaïque qui dit notamment : « que YHWH te bénisse et te garde, que YHWH fasse pour toi rayonner son visage[50] ».

La période babylonienneModifier

En 587 av. J.-C., Nabuchodonosor prend la ville, pille le temple et déporte le roi Yehoïakîn (Joaquin) et les notables à Babylone. Les Babyloniens établissent Tsidquya (Sédécias) gouverneur de Jérusalem. Celui-ci se révolte, ce qui entraîne un nouveau siège, temporairement levé par l'intervention d'une force égyptienne. Nebouzarradan, général de Nabuchodonosor, revient et prend définitivement la ville. Mais cette fois, le Temple est complètement détruit, les murailles de la ville aussi, l'incendie semble avoir été général. La ville perd environ 90 % de sa population et Juda environ 60 %[51]. Cependant, un gouvernement autonome semble avoir existé à Mitzpah13 km au nord de Jérusalem)[52].

La période perse achéménideModifier

Les Perses battent les Babyloniens et créent un vaste empire allant de la Perse à l'Anatolie et à l'Égypte. Cyrus le Grand applique une large tolérance religieuse dans toute la région, qui prend un nouvel essor. Après une captivité de 70 ans, les Juifs sont autorisés par Cyrus le Grand à regagner (sous la conduite d'Ezra, selon la Bible) la Judée, devenue sous le nom de Yehoud une simple province de l'empire Perse. Ils retournent à Jérusalem, y ramenant les trésors du temple. Sous le gouverneur Zorobabel, le Temple est reconstruit. Si les villes cotières phéniciennes de la Via Maris connaissent alors un bel essor[53], ce n'est pas totalement le cas de la Judée, qui est en dehors des voies de communications. Des familles exilées à Babylone rentrent à Jérusalem mais en petit nombre. Malgré de nombreuses fouilles dans la région, aucune construction massive de cette époque n'a été retrouvée[54],[55],[note 5].

Enfin, durant le règne d'Artaxerxes Ier (465-424), Néhémie reconstruit les murailles de Jérusalem. Le récit biblique des Chroniques s'arrête à cet épisode.

La période hellénistique (332 - 142 av J.-C.)Modifier

Entre Lagides et SéleucidesModifier

La ville passe sous domination grecque et selon la tradition juive, Alexandre le Grand la visite.

Jérusalem échoit ensuite au général Séleucos, mais le Lagide Ptolémée s'en empare et Jérusalem est sous domination égyptienne jusqu'à la bataille de Panion (-198), remportée par Antiochos III Mégas contre Ptolémée V.

La période hasmonéenneModifier

Antiochos IV Épiphane tente d'helléniser complètement la ville et dédie le Temple à Zeus, ce qui provoque la révolte des Maccabées, qui aboutit à l'établissement de la dynastie des Hasmonéens sur la terre d'Israël. L'hasmonéen Simon, après une longue guerre, obtient de Démétrios Nicator la reconnaissance de l'indépendance juive en -141. Jérusalem, qui était jusque là en marge de l'histoire politique du Levant, devient la capitale d'un grand royaume sous la conduite des Hasmonéens[56].

La période romaine et byzantine (63 av. J.-C. - 638)Modifier

La domination romaineModifier

 
La menorah du Temple de Jérusalem telle que représentée sur l'Arc de triomphe de Titus à Rome
 
Mosaïque du VIe siècle représentant une carte de Jérusalem (où ne figure pas le Mont du Temple)
 
Monnaie frappée en la cité de Jérusalem

Cependant, à la suite de dissensions intestines, les Hasmonéens demandent l'arbitrage des Romains, et en 63 av. J.-C., les troupes de Pompée pénètrent dans la ville, rapidement placée sous « protectorat » romain. Formellement, le royaume de Judée reste à l'Hasmonéen Hyrcan II, mais son conseiller Antipater l'Iduméen exerce le pouvoir et son fils, Hérode le Grand peut s'emparer de la royauté en 37 av. J.-C.. Il embellit la ville et s'y construit un palais. Surtout, il rénove le Temple et double la superficie de son esplanade, travaux dont le mur occidental constitue un des vestiges. La forteresse Antonia, accolée au temple, abrite la garnison romaine. C'est là que débute la narration du Nouveau Testament de la Bible chrétienne.

Aux alentours de l'an 33, Jésus de Nazareth y est condamné à mort et crucifié sur une colline voisine de la ville, le Golgotha.

Suit la première révolte des Juifs de 66, racontée en détail par Flavius Josèphe dans la Guerre des Juifs. Cette révolte est réprimée et écrasée en 70 apr. J.-C., entraînant la destruction quasi complète de la ville par Titus. Les Juifs subissent des pertes massives et bien que les Romains ne forcent pas un très grand nombre de Juifs à l'exil (90 000, dont 700 déportés à Rome, selon Flavius Josèphe), on date communément la deuxième diaspora de cet événement.

Article détaillé : Siège de Jérusalem (70).

Selon une anecdote non validée par les historiens, le Colisée construit par Vespasien aurait été financé avec le butin provenant de Jérusalem. L'arc de Titus à Rome représente d'ailleurs la victoire des Romains emportant la Ménorah de Jérusalem.

Vers 130, l'empereur Hadrien décide de faire rebâtir la ville, sans doute pour lui rendre sa splendeur passée et pour promouvoir les élites juives hellénisées qui habitent encore la ville. Un temple dédié au dieu romain Jupiter Capitolin est construit à l'emplacement du Golgotha, pendant que le site de l'ancien temple d'Hérode reste à l'abandon. La ville est renommée Colonia Ælia Capitolina selon son nomen Ælius, et en l'honneur du dieu Jupiter Capitolinus. « Colonia » signifie colonie, et précise le statut de la cité. Dès 131-132, des monnaies sont émises au nom de la nouvelle colonie[57]. Cette fondation provoque une révolte menée de 132 à 135 par Shimon bar Kokhba. Après l’écrasement de la révolte de Bar Kokhba, la construction de la ville s’achève. Elle est peuplée de vétérans de la Ve légion Macedonica. Outre le temple de Jupiter Capitolin, des temples païens sont dédiés à Vénus, Asclépios, Sérapis et aux empereurs. Un arc monumental marque la limite nord de la ville (sous l’actuelle porte de Damas) tandis qu’un autre au sud marque l’entrée de l’espace réservé à la Xe légion Fretensis[58]. Des Temples sont édifiés sur les sites qui seront identifiés comme ceux du Saint-Sépulcre et de la Nativité à Bethléem. Les Juifs sont interdits de séjour dans la ville. Malgré l’interdit, une communauté juive se réinstalle dans la ville dès le IIIe siècle. Deux proches du patriarche Juda Hanassi, qui entretient de bonnes relations avec les Sévères, figurent parmi les dirigeants de la communauté juive de Jérusalem[59].

La période byzantineModifier

Au IVe siècle la mère de Constantin, Hélène, visite Jérusalem de 325 à 327[60], y identifie les lieux saints[61]. En 324, Constantin restitue son nom à la ville Jérusalem, mais le nom de la province, Palæstina, ne sort pas de l'usage. Le 13 septembre 335, selon la liturgie de Jérusalem, est célébrée la dédicace de basilique du Saint-Sépulcre[62].

En 451, le patriarcat de Jérusalem est créé. La ville Ήὰγία πόλις Ίερουσα[λήμ] (Hagiapolis Ierusalem, Cité Sainte) ou Hierusalem, est représentée sur plusieurs mosaïques chrétiennes du Ve au VIIIe siècle, en particulier sur la Carte de Madaba (env. 560-565).

Article détaillé : Rite de l'Église de Jérusalem.

Les murailles de Jérusalem, détruites par Titus, semblent n'être relevées qu'au ve siècle à l'initiative de l'évêque de Jérusalem Juvénal et de l'impératrice Eudocie[63].

L’invasion des Perses sassanides (614-629)Modifier

Pendant les guerres entre l'Empire romain d'Orient d'Héraclius et les Perses de Khosro II, l'usurpateur Phocas avait réussi un temps a dominer l'Empire byzantin, en faisant assassiner Maurice et sa famille. Lorsque Héraclius lui prend le pouvoir, le roi perse sassanide Khosro II se sert d'un homme qui prétend être le fils aîné de Maurice, Théodose et tente de l'imposer comme empereur d’Orient. Héraclius tente de proposer la paix, mais est vu comme un usurpateur tout comme son prédécesseur. Les Perses envahissent alors la Palestine dès 611[64], puis prennent Jérusalem en 614.

À cette époque, Jérusalem était une ville majoritairement chrétienne, la seule de la région dans ce cas[65]. Toutefois, en 438, l'impératrice Eudocie avait permis que des Juifs puissent à nouveau vivre à Jérusalem[66].

Les conséquences de cette invasion seront :

  • La destruction de nombreuses églises de Jérusalem[67],[68],[69].
  • Le massacre ou l'exil de milliers de chrétiens[70] et le dépeuplement de la ville[71]. Les relique de la Vraie Croix sont aussi transférées à Ctésiphon[71].
  • Le changement de statut de Jérusalem qui passe de 614 à 617 sous administration juive[72], dont le gouverneur prend - peut-être symboliquement[73].
  • En retour, les Juifs sont soumis à des persécutions dans le reste de l'Empire d'Orient[74].

La ville est reprise par les Byzantins en 629 sous Héraclius et la relique de la Vraie Croix retournée triomphalement à Jérusalem en 630[75].

La période arabe (638 - 1090)Modifier

En 633 ou 634, le moine Sophronios, originaire de Damas, élu patriarche orthodoxe de Jérusalem, s'inquiète des incursions arabes dans la région, à population essentiellement chrétienne[76].

Jérusalem est conquise par les Arabes entre 635 et 638[77] peut-être après un siège . Les musulmans y construisent avant 670 une première mosquée sur l'emplacement de l'ancien Temple d'Hérode, là où se situe la mosquée Al-Aqsa actuelle[78]. Peu de temps après, est construite la première synagogue près de l'emplacement de l'ancien Temple[78].

En 661, Muʿawiya se fait proclamer calife à Jérusalem, devenant ainsi le premier calife omeyyade[79].

Les Arabes érigent ensuite sur l'ancienne esplanade du Temple, le Dôme du Rocher sous Abd Al-Malik (687-691). Al-Walid construit une mosquée sur l'emplacement de l'actuelle {'Mosquée Al-Aqsa (vers 705-715). Harun al-Rashid garantit à Charlemagne la protection des lieux saints, ce qui permet le développement du pèlerinage.

En 1009, le calife Al-Hakim détruit l'Anastasis, l'église du Saint-Sépulcre construite sous Constantin. Cependant, les pèlerinages chrétiens continuent, bien qu'ils ne soient plus protégés par l'autorité contre les pillards occasionnels.

Un tremblement de terre, en 1033, détruit la mosquée qui est reconstruite par le caliphe Ali az-Zahir. C'est cette mosquée qui subsiste encore aujourd'hui et dont les inscriptions en mosaïque évoquent le nom de son reconstructeur et donnent le nom de la mosquée (al-majsid al-aqsa, l'oratoire le plus éloigné)[80].

Première période turque (1073 - 1098)Modifier

Plusieurs chefs musulmans attaquent et conquièrent, tour à tour, Jérusalem. Les Turcs Seldjoukides contrôlent la ville à partir de 1073[81], après leur victoire sur les Fatimides.

Les Seldjoukides refusant pendant les deux décennies suivantes, contrairement à leurs prédécesseurs, le passage des pèlerins chrétiens à Jérusalem, la première croisade est décidée par le pape Urbain II en 1095. Alors que cette dernière progresse vers Jérusalem, les Fatimides parviennent à reprendre la ville en 1098[81].

Jérusalem, capitale du royaume latin de Jérusalem (1099 - 1187)Modifier

La première croisade arrive ensuite en 1099 aux portes de Jérusalem, dont le siège aboutit à la prise de Jérusalem le , entraînant le massacre de la population[82]. Les Juifs qui avaient participé à la défense de la ville se réfugient dans la synagogue qui est incendiée[83]. La ville devient la capitale du Royaume latin de Jérusalem aussi appelé royaume franc de Jérusalem[84]. Les Musulmans et les Juifs sont interdits d'établissement à Jérusalem tant que dure la domination des Croisés sur la ville[85],[86].

Les Francs agrandissent considérablement le Saint-Sépulcre[87]. Ils reconnaissent la mosquée Al-Aqsa comme le templum Solomonis qui est donné en 1119 ou 1120 aux « pauvres chevaliers du Christ » reconnus en 1129 au concile de Troyes comme formant l'ordre du Temple[88]. Quant au dôme du Rocher, il est reconnu comme le temple d'Hérode. Il est alors surmonté d'une croix, orné à l'intérieur d'images pieuses mais on y laisse les inscriptions arabes (et alors indéchiffrables) qui niaient la divinité de Jésus[89]. C'est aussi à cette époque qu'est reconnu le chemin qu'aurait suivi Jésus pour monter au Calvaire, c'est-à-dire la Via Dolorosa[90].

Jérusalem étant dépeuplée après les massacres ou l'exil des musulmans et des juifs, le roi de Jérusalem fait appel vers 1115 à des colons syriens chrétiens pour la repeupler et en assurer la défense[91]. Les pélerinages donnent une nouvelle prospérité à Jérusalem au milieu du xiie siècle[92] et justifient la construction ou l'agrandssement de plusieurs hôpitaux dont celui de l'ordre des hospitaliers de Saint-Jean de Jérusalem[93].

En 1177, à l'occasion d'un effondrement des murailles, sont entrepris d'importants travaux de refortification[94].

La reconquête de Jérusalem par les musulmansModifier

Sans qu'il soit facile d'en identifier les raisons, c'est vers le milieu du xiie siècle que la sainteté de Jérusalem commence à marquer les discours musulmans[95].

En 1187, après que Renaud de Châtillon a attaqué, malgré une trêve conclue entre Saladin et le royaume de Jérusalem, les routes musulmanes de commerce et de pèlerinage, et a menacé d'effectuer un raid sur La Mecque à l'aide d'une flotte sur la mer Rouge, Saladin attaque les croisés, capture Châtillon lors de la bataille de Hattin (4 juillet 1187) et le fait exécuter. Lors de cette bataille il fait également prisonnier le roi Guy de Lusignan, met le siège devant Jérusalem le 20 septembre 1187 et enfin s'empare de La ville le 2 octobre 1187. Il reprend rapidement toutes les cités croisées, Tyr exceptée.

Une période instable : du règne de Saladin au contrôle de Jérusalem par les Mamelouks (1187 - 1261)Modifier

Saladin permet aux chrétiens de quitter les villes conquises et de regagner la côte sains et saufs avec une partie de leurs biens, contre une rançon à payer par chaque personne; ceux qui n'avaient pas les moyens de s'acquitter de cette rançon furent réduits en esclavage. À Jérusalem, il rend à l'islam l'église du Temple (mosquée Al-Aqsa), mais laisse aux chrétiens le Saint-Sépulcre et rend aux juifs le Mur des Lamentations et leurs synagogues, dont l'accès leur avait été interdit par les Croisés. Cette mansuétude, qui contraste avec les massacres de 1078 et 1099, lui vaut l'image d'un « Chevalier de l'islam » et un respect durable chez les chevaliers chrétiens, notamment Balian d'Ibelin qui négocia avec lui la reddition de Jérusalem.

Hattin et la chute de Jérusalem provoquent la Troisième croisade, qui reprend Acre, mais pas Jérusalem. Saladin et Richard Cœur de Lion arrivent à un accord pour Jérusalem en 1192, aux termes duquel la cité reste musulmane mais est ouverte aux pèlerins chrétiens.

Si Saladin ne fait guère construire de nouveaux monuments à Jérusalem, il y établit des institutions pérennes souvent dans des bâtiments existants telles qu'un hôpital et lieu d'enseignement de la médecine dans l'église Sainte-Marie-Majeure, des madrasa dont une dans l'église Sainte-Anne, des bains publics dont celui de la piscine de Mamilla ou encore les waqfs[96].

Les pèlerins musulmans reviennent à Jérusalem, avant de continuer leur route vers Médine et la Mecque. Certains, dont de nombreux Maghrébins, s'y établissent et apportent une nouvelle prospérité à Jérusalem[97]

Saladin puis ses successeurs et particulièrement Malik al-Mu'azzam Musa entreprennent de renforcer et d’agrandir les remparts de la ville qui englobent alors le mont Sion[98]. Mais, la cinquième croisade menaçant Jérusalem et de peur que les Francs ne puissent soutenir un long siège s'ils reprenaient la ville, Malik al-Mu'azzam Musa en fait démanteler les fortifications en 1219[99].

Avec la sixième croisade, Jérusalem redevient franque en 1229 après l'accord conclu pour dix ans et demi entre Frédéric II du Saint-Empire et le sultan d'Égypte Al-Kamel. Seuls, les lieux saints du Haram ach-Charif échappent à la suzeraineté de Frédéric II. Il est aussi interdit aux Francs de reconstruire les remparts[100]. En 1239, la ville est reprise par l'ayyoubide An-Nasir Dâ'ûd. Elle est pillée par des troupes turques en 1244[101]. Finalement, Jérusalem repasse sous le contrôle du sultan d'Egypte As-Salih Ayyoub[101].

Le règne des Mamelouks (1261 - 1516)Modifier

En 1267, Nahmanide ou Ramban crée la synagogue qui porte toujours son nom, à l'origine du retour des juifs dans cette cité après les massacres de la première croisade.

En 1342, les Mamelouks autorisent les Frères mineurs à s'y réinstaller. Les pèlerinages peuvent reprendre. L'objet initial des Croisades a donc fini par aboutir avec ce retour au statu quo ante.

Période ottomane (1516 - 1917)Modifier

 
Bâtiment de Mishkenot Sha'ananim, à l'origine du quartier de Yemin Moshe
 
Église de la Dormition

Le , Sélim Ier fait son entrée à Jérusalem et la ville passe sous domination ottomane. Son fils Soliman Ier, dit le Magnifique, pourvoit la ville d'aqueducs, de portes et de murs, qui existent encore aujourd'hui, et donne à la vieille cité l'aspect qu'elle a gardé pendant quatre siècles. Après sa mort, le déclin de la ville commence ; les pèlerinages latins se raréfient et la communauté grecque orthodoxe, dont les sujets sont ottomans, acquiert une position plus forte dans les Lieux saints. En 1555, Charles Quint obtient de reconstruire la chapelle du Saint-Sépulcre, qui devient ainsi propriété latine.

Deux œuvres du Tasse se réfèrent à Jérusalem : La Jérusalem délivrée (La Gerusalemme liberata, 1580) et La Jérusalem conquise (1593).

En 1806, les tarifs sont, la livre de mouton coûte 9 Piastre, le veau coûte 8 piastres, un grand veau coûte entre 30 et 35 piastres et un mouton entre 10 à 15 piastres[102].

En novembre 1855, sous l'impulsion de Moïse Montefiore sont construites les premières maisons hors de l'enceinte de la vieille ville, formant ce qui s'appellera le quartier de Yemin Moshe, toujours dominé par le célèbre moulin Montefiore érigé en 1857. Elles sont destinées aux Juifs qui habitaient dans la Vieille Ville, dans un quartier surpeuplé aux conditions d'hygiène déplorables.

La seconde partie du XIXe siècle voit une lutte d'influence des grandes puissances européennes : les Russes construisent notamment de nombreux bâtiments dans le cadre de la Mission russe de Jérusalem ainsi que l'église Sainte Marie-Madeleine, les Allemands la Dormition. Simultanément, l'immigration juive s'accélère et en 1880, les 17 000 Juifs de la ville y sont majoritaires[103].

 
La vieille ville de Jérusalem en 1900

Mandat britannique (1917 - 1948)Modifier

 
Carte d'identité délivrée par les Autorités britanniques à un Arabe de Jérusalem, 1930.

En décembre 1917, le général Allenby entre à pied dans Jérusalem. La ville reste sous mandat britannique jusqu'en 1948, dans un climat d'instabilité (attentats terroristes, violences). À partir de 1918, des quartiers juifs voient le jour à l'ouest et au sud de la vieille ville, et le nombre des réfugiés juifs d'Europe centrale augmente sensiblement. Cette implantation juive accrue provoque des réactions arabes, qui éclatent à Jérusalem en 1920 et 1928. Le haut-commissaire britannique Herbert Samuel freine l'immigration juive dans une certaine mesure. En 1933, avec la montée du nazisme, les Britanniques commencent à s'orienter vers un partage du pays, Jérusalem devant se trouver sur la ligne frontière, à titre de ville ouverte.

Au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, le Royaume-Uni désire limiter l'entrée en Palestine des nombreux rescapés juifs des camps hitlériens, d'autant que les revendications arabes deviennent de plus en plus vives. L'opposition au gouvernement britannique monte donc rapidement, tant côté juif qu'arabe. Le , l'Irgoun, organisation juive clandestine, fait sauter une aile de l'hôtel King David, siège de l'administration britannique. Des combats à Jérusalem entre Juifs et Arabes commencent dès novembre 1947.

Histoire contemporaine (de 1948 à nos jours)Modifier

 
Dégagement de l'esplanade devant le mur des Lamentations en juillet 1967

Dans l'après-midi du , David Ben Gourion proclame l'indépendance de l'État d'Israël. Le , les Britanniques quittent la région, laissant Juifs et Arabes se déchirer pour la possession de la ville. Le 27 mai, la Légion arabe contraint les Israéliens à évacuer la Vieille Ville. Le 6 juin, les Israéliens parviennent à relier la ville au reste du pays (route de Birmanie). En juillet, l'aviation arabe bombarde la ville. Le , le Conseil de sécurité des Nations unies impose la fin des combats.

La ville se retrouve dès lors partagée entre une partie occidentale contrôlée par Israël et une partie orientale (qui inclut toute la vieille ville) contrôlée par la Jordanie, séparées par un no man's land. La circulation entre les deux parties est impossible. Seuls le personnel de l'ONU et les touristes étrangers peuvent passer le check-point de la porte de Mandelbaum. La plupart des lieux saints, ainsi que le quartier juif de la vieille ville (vidé de ses habitants), se trouvent alors sous contrôle jordanien. Toutes les synagogues et de nombreuses églises de la vieille ville sont saccagées, ainsi que le cimetière du Mont des Oliviers (dont une partie des pierres tombales sont utilisées pour construire des latrines)[104],[105].

En 1967, à la suite de la guerre des Six Jours, Israël contrôle l'ensemble de Jérusalem. Les juifs retrouvent leurs lieux saints, sans que pour autant Chrétiens ni Musulmans ne voient l'accès à leurs lieux saints contesté ; l'accès à l'Esplanade des Mosquées est cependant régulièrement rendu plus difficile aux musulmans, dans les moments de tension. Israël prend d'ailleurs à sa charge la restauration de nombreux lieux de culte, réduits à un état de délabrement sous l'occupation jordanienne. Israël proclame Jérusalem « capitale éternelle et indivisible de l'État d'Israël » et annexe en 1982, puis en 1993, des territoires supplémentaires dans les limites de l'État d'Israël et de la municipalité de Jérusalem.

Le Conseil de sécurité de l'ONU, dans ses résolutions 476 et 478, déclare que la loi israélienne établissant Jérusalem capitale « éternelle et indivisible » est nulle et non avenue, et constitue une violation du droit international. La résolution invite les États membres à retirer leur mission diplomatique de la ville.

Plus récemment, des colonies israéliennes[106] à l'Est de Jérusalem et le tracé de la « barrière de sécurité » contribuent également à modifier l'équilibre démographique et la structure économique en faveur du caractère juif de Jérusalem.

Notes et référencesModifier

Notes
  1. D'autres références[réf. nécessaire] tendent à montrer que la ville était une petite ville administrative et non la capitale d'un grand royaume et que si l'Égypte repliait ses troupes vers le sud, ce n'était probablement pas par hostilité contre l'un ou l'autre mais pour protéger le territoire égyptien.
  2. Amihai Mazar dans le film La Bible dévoilée, épisode n°4.
  3. Aram est la Syrie.
  4. Maison de... est une expression consacrée que l'on trouve dans d'autres inscriptions pour désigner d'autres dynasties. Les archives assyriennes désignent le royaume d'Israël sous le nom de Maison d'Omri (Jules Oppert, Histoire des empires de Chaldée & d'Assyrie d'après les monuments : depuis l'établissement définitif des Sémites en Mésopotamie (2000 ans avant J.-C) jusqu'aux Séleucides (150 ans avant J.-C), Beau jeune, , 144 p. (lire en ligne), p. 106).
  5. O. Lipschits et I. Finkelstein s’accordent sur le fait qu’il n’y a pas eu de révolution de Jérusalem à cette période, ni démographique, ni architecturale (pas de retour massif d’exilés, pas de grand temple (peut être juste un simple autel), etc.). En revanche ils divergent sur la possibilité de remparts. Pour I. Finkelstein, la faible taille de la population, au plus 100 familles, et l’absence de trace archéologique sûre d'un rempart conduisent à conclure qu'il n'y avait pas de rempart. O. Lipschits estime, quant à lui, que cette l’absence de trace archéologique est due à la reprise des pierres lors des travaux du temps d’Hérode, mais que « le rétablissement de Jérusalem dans son statut de capitale régionale nécessitait la restauration de ses remparts ».
Références
  1. a et b André Lemaire, « Jérusalem, une ville mythique si chargée d'histoire », sur http://www.clio.fr/, (consulté le 29 juin 2009)
  2. a, b et c (en) Yisrael Shalem, « History of Jerusalem from its Beginning to David », sur http://www1.biu.ac.il, Université Bar Ilan, Ingeborg Rennert Center for Jerusalem Studies, (consulté le 29 juin 2009)
  3. Lemire et al. 2016, p. 24
  4. (he) Benjamin Mazar, Villes et districts d'Eretz Israël, Jérusalem, (présentation en ligne)
  5. a et b Lemire et al. 2016, p. 25
  6. Nico, Francois Daumas, « Le Moyen Empire », sur http://www.egyptos.net/, (consulté le 29 juin 2009)
  7. a et b (en) Yohanan Aharoni et Anson F. Rainey (trad. Anson F. Rainey), The land of the Bible : a historical geography, Westminster John Knox Press, , 2e éd., 481 p. (ISBN 0664242669, lire en ligne), p. 144
  8. Lemire et al. 2016, p. 26
  9. a et b Lemire et al. 2016, p. 27
  10. Lemire et al. 2016, p. 27-28
  11. (en) Carl S. Ehrlich, « Journal of Hebrew Scriptures - Volume 6 (2006) - Review » (consulté le 1er juillet 2009)
  12. (en) Nadav Naʼaman, Ancient Israel and its neighbors : interaction and counteraction : collected essays, Eisenbrauns, , 410 p. (ISBN 1575061139, lire en ligne), p. 173
  13. Lemire et al. 2016, p. 29
  14. (en) Kibboutz Reshafim, « A Letter from Abdu-Heba of Jerusalem » (consulté le 1er juillet 2009)
  15. Lemire et al. 2016, p. 30
  16. (en) Thomas Evan Levy et Israël Finkelstein, The Archaeology of Society in the Holy Land : 21 - The Great Transformation : The « Conquest » of The Highlands Frontiers and the Rise of the Territorial States, Continuum International Publishing Group, , 2e éd., 624 p. (ISBN 0826469965, lire en ligne), p. 349
  17. Épisode La Bible dévoilée, numéro 4, quatrième épisode de la série La Bible dévoilée, d'une durée de 52. Autres crédits : Thierry Ragobert.
  18. Ilan Sharon, Ayelet Gilboa, Elisabetta Boraretto, and A.J. Timothy Jull, The Early Iron Age Dating Project : Introduction, methodology, progress report and an update on the Tel Dor radiometric dates, in The Bible and radiocarbon dating (2005) pp.65-92.
  19. William G. Dever, Some Methodological reflections on Chronology and History Writing, in The Bible and Radiocarbon Dating'. Archaelogy, Text and Science, Equinox Publishing Ltd, p.415, 2005.
  20. idem, p.420
  21. Amihai Mazar, The debate over the chronology of the iron age, in The Bible and Radiocarbon Dating'. Archaelogy, Text and Science, Equinox Publishing Ltd, p.26, 2005.
  22. Ussishkin, D. (2003) Solomon's Jerusalem : The Text and the Facts on the Ground. In Jerusalem in the Bible and Archaeology, the First Temple Period, edited by A.G. Vaughn and A.E. Killebrew (Atlanta : Society of Biblical Literature), pp.103-116.
  23. Ronny Reich, Université de Haïfa, film « La Bible dévoilée » chap. 6 de l’épisode 2, et Israël Finkelstein et Neil Silberman, « Les rois sacrés de la Bible. À la recherche de David et Salomon », Éditions Bayard, 2006. p. 95.
  24. Israël Finkelstein, Un archéologue au pays de la Bible, 217 pages, éditions Bayard (21 février 2008), pp.82-88. (ISBN 2-227-47521-8)
  25. Cahill, J.M. (2003) Jerusalem at the Time of the United Monarchy : The Archaeological Evidence. In Jerusalem in the Bible ans Archaeology : The First Tempel Period, edited by A.G. Vaughn and A.E. Killebrew (Atlanta : Society of Biblical Litterature): pp.13-80.
  26. Reich, R. and Shukron, E. (2000), The Excavations at the Gihon Spring and Warren's Shaft System in the City of David. In Ancient Jerusalem Revealed, edited by H. Geva (Jerusalem : Israël Exploration Society) : pp.327-339. Reich, R. and Sukron, E. (2000) The System of Rock-cut Tunnels near Gihon in Jerusalem Reconsidered, Review Biblique, vol.107, pp.5-17.
  27. Ronny Reich, film « La Bible dévoilée » chap. 6 de l’épisode 2. Taille importante au même titre que d'autres Cité-états, nullement capitale d'un grand royaume centralisé comme le sera Samarie pour le royaume d'Omri.
  28. Zimhoni, O (1997), Studies of the iron age potterie of Israël. Typological, Archaeological and Chronological Aspects (Tel Aviv : Institute of Archaeology).
  29. Eitan-Katz, H. (1994) Specialized Economy of Judah in the 8th-7th Centuries BCE (MA thesis, Tel Aviv University).
  30. Kletter, R. (1991) The Inscribed Weights of the Kingdom of Judah, Tel Aviv vol. 18, pp.121-163.
  31. Jamieson-Drake, D.W. (1991) Scribes and Schools in Monarchic Judah (JSOTSup 109, Sheffield, Almond Press).
  32. Sass, B. (1993) The Pre-Exilic Hebrew Seals : Iconism vs. Aniconism. In Studies in the iconography of Northwest Semitic Inscribed Seals, edited by B. Sass and C. Uehlinger (Fribourg University Press): pp.194-256.
  33. Renz, J. (1995) Die Althebräischen Inschriften, Teil 1 : Text und Kommentar (Darmstadt : Wissenschaftlische Buchgesellschaft).
  34. Avigad, N. et Sass, B. (1997) Corpus of West Semitic Stamp Seals (Jerusalem : The Israël Academy of Sciences ans Humanities).
  35. (en) Benjamin Sass, Yosef Garfinkel, Michael G. Hasel et Martin G. Klingbeil, « The Lachish Jar Sherd: An Early Alphabetic Inscription discovered in 2014 », Bulletin of the American Schools of Oriental Research, no 374,‎ , p. 233-245 (JSTOR 10.5615/bullamerschoorie.374.0233)
  36. Ilan Ben Zion, « Des archéologues découvrent les origines de l’évolution de l’alphabet », sur The Times of Israel,
  37. (en) Israel Finkelstein, Ido Koch & Oded Lipschits, « The Mound on the Mount: A Possible Solution to the Problem with Jerusalem », The Journal of Hebrew Scriptures, no 12,‎ (lire en ligne)
  38. a et b Interview d'Israël Finkelstein par Ariane Bois, L'Arche, n°659, avril 2016, page 74
  39. Lemire et al. 2016, p. 42
  40. Lehmann, G. (2003) The United Monarchy in the Contryside : Jerusalem, Judah and the Shephelah during the Tenth Century BCE. In Jerusalem in the Bible and Archaeology : The First Temple Period, edited by A.G. Vaughn ans A.E. Killebrew (Atlanta : Society of Biblical Literature) : 117-162.
  41. (en) William G. Dever, What did the biblical writers know, and when did they know it?, , 313 p. (lire en ligne), p. 127
  42. Israël Finkelstein, Un archéologue au pays de la Bible, éditions Bayard (2008) p.78.
  43. Ronny Reich dans le film La Bible dévoilée, épisode 3.
  44. William M. Schneidewind dans le film La Bible dévoilée, épisode 4.
  45. Thomas Römer, l'Invention de Dieu, Le Seuil, (lire en ligne)
  46. Thomas Römer, Jean-Daniel Macchi, Christophe Nihan, Introduction à l'Ancien Testament, Labor et Fides, (lire en ligne), p. 76-77
  47. Israël Finkelstein dans le film La Bible dévoilée, épisode 4.
  48. Thomas Römer dans le film La Bible dévoilée, épisode 4.
  49. Israël Finkelstein et Neil Asher Silberman, La Bible dévoilée, éditions Bayard, 2004, pp.276-277.
  50. Film La Bible dévoilée, épisode 4.
  51. Estimation Oded Lipschits, cité par Estelle Villeneuve, in Le Monde de la Bible n°187, janvier-février 2009, p.32.
  52. Israël Finkelstein et Neil Asher Silberman, citant les fouilles menées par Oded Lipschits, in La Bible dévoilée, éditions Bayard, 2004, pp.346-347.
  53. Estelle Villeneuve, chercheur-associé à l'UMR CNRS « Archéologie et science de l’antiquité », in Le Monde de la Bible, n°187, janvier-février 2009, p.32.
  54. Judah and Judeans in the Persian Period, Collectif édité par O. Lipschits et M. Oeming, Einsensbrauns, Winona Lake, 2006. Oded Lifschits est professeur à l’université de Tel Aviv, spécialiste de la Judée au temps des Perses et des Babyloniens.
  55. The Territorial Extent and Demography of Yehud/Judea in the Persian and Early Hellenistic Periods, I. Finkelstein, in Revue Biblique 2009.
  56. (en) Richard A. Horsley, « The expansion of Hasmonean rule in Idumea and Galilee : toward a historical sociology », dans Philip R. Davies et John M. Halligan (dir.), Second Temple Studies III : Studies in Politics, Class and Material Culture, Sheffield Academic Press, coll. « Journal for the study of the Old Testament / Supplement series » (no 340), (ISBN 0-8264-6030-5) p. 134
  57. Maurice Sartre, D'Alexandre à Zénobie : Histoire du Levant antique, IVe siècle av. J.-C..-IIIe siècle ap. J.-C., Paris, Fayard, (ISBN 978 2213 609218) p. 602-603
  58. Sartre 2001, p. 606
  59. Sartre 2001, p. 930
  60. Lemire et al. 2016, p. 117
  61. Voir Maurice Halbwachs, La topographie légendaire des Évangiles en Terre Sainte, PUF, 1941 et L'invention de la Sainte Croix, selon la Légende dorée.
  62. Lemire et al. 2016, p. 123
  63. Lemire et al. 2016, p. 134
  64. La domination byzantine
  65. Christian Jerusalem 324-638, Teddy Kollek and Moshe Pearlman, Jerusalem: Sacred City of Mankind, Steimatzky Ltd., Jerusalem, 1991. By the end of the fourth century, with Jews still barred except for one day a year, Jerusalem became an exclusively Christian city, the only one in the country...The process continued in the fifth century. Contemporary records report the visits and settlement of distinguished Christian families, notably pious—and wealthy—women form Rome and Byzantium who spent their money on buildings and their time in civic service.
  66. Lucien Poznanski, La Chute du temple de Jérusalem, Éditions Complexe, (lire en ligne), page 106
  67. L’architecture Croisée religieuse Saint-Étienne, Saint-Jean-Baptiste, Saint-Sépulcre, Tombeau de la Vierge, Getsemani, etc.
  68. Vieille ville de Jérusalem et ses remparts La glorification chrétienne de Jérusalem se poursuivit jusqu'en 614, année durant laquelle les Perses envahirent la ville, massacrèrent ses habitants et détruisirent beaucoup de ses églises et de ses monastères.
  69. Multiple Jérusalem: Jérusalem terrestre, Jérusalem céleste, Abdelwahab Meddeb, Maya Khelladi, Caroline Arnould
  70. Saint Modeste Archevêque de Jérusalem (+ 634) Il connut la destruction de la Ville Sainte par les Perses en 614. Soumise au pillage systématique pendant trois jours, la ville fut très grandement brûlée. Le patriarche Zacharie et des milliers de chrétiens furent envoyés en exil vers la Perse. La relique de la Vraie Croix fut également emportée. Saint Modeste put rester sur place. Il s'employa à ensevelir des milliers de morts, à restaurer les Lieux Saints, et, grâce à l'aide généreuse du Patriarche d'Alexandrie, il put aider tout un peuple sans ressources.
  71. a et b Lemire et al. 2016, p. 151
  72. Sous domination byzantine (313-636) L'invasion perse de 614 fut soutenue par les juifs inspirés par l'espérance messianique de délivrance. En reconnaissance pour leur aide, ils obtinrent l'administration de Jérusalem, intermède qui ne dura qu'environ trois ans.
  73. adaptation d'un cours d'André Néher, « La défaite byzantine face à la Perse ». L'invasion perse contre Byzance fut accueillie par les Juifs persécutés comme une libération et ils se joignent aux libérateurs perses dans les combats. Les Juifs peuvent à nouveau habiter Jérusalem. Ils obtiennent même une certaine indépendance, sous la conduite, d'un chef qui prend le nom symbolique de Néhémie (614-617). Mais c'est de courte durée. A leur tour, les Perses chassent les Juifs de Jérusalem et commencent à les persécuter.
  74. Dictionnaire encyclopédique du judaïsme, « Les Juifs dans le monde antique et médiéval », « Babylonie ».
  75. Lemire et al. 2016, p. 153
  76. Alfred-Louis de Prémare, Les fondations de l'Islam, Paris, Seuil, 2002, p. 153.
  77. Lemire et al. 2016, p. 155
  78. a et b Lemire et al. 2016, p. 158
  79. Lemire et al. 2016, p. 160
  80. Lemire et al. 2016, p. 171
  81. a et b Lemire et al. 2016, p. 195
  82. Joshua Prawer, Histoire du royaume latin de Jérusalem. Tome premier: Les croisades et le premier royaume latin, CNRS Éditions via OpenEdition, (lire en ligne), page 111
  83. Heinrich Graetz, « Histoire des Juifs - La première croisade — Juda Hallévi — (1096-1148) »
  84. Lemire et al. 2016, p. 212
  85. Élie Barnavi (dir.), Histoire universelle des Juifs, Paris, Hachette, 1992, p. 108 (ISBN 2-01-016334-6)
  86. Marie Lebert, « Histoire de Jérusalem au Moyen Âge - la période croisée », sur Université de Toronto (consulté le 20 juillet 2010)
  87. Lemire et al. 2016, p. 214
  88. Lemire et al. 2016, p. 218
  89. Lemire et al. 2016, p. 220
  90. Lemire et al. 2016, p. 223
  91. Lemire et al. 2016, p. 230
  92. Lemire et al. 2016, p. 232
  93. Lemire et al. 2016, p. 234
  94. Lemire et al. 2016, p. 235
  95. Lemire et al. 2016, p. 245
  96. Lemire et al. 2016, p. 262-264
  97. Lemire et al. 2016, p. 259
  98. Lemire et al. 2016, p. 254
  99. Lemire et al. 2016, p. 255
  100. Lemire et al. 2016, p. 256
  101. a et b Lemire et al. 2016, p. 257
  102. 'itinéraire à Jérusalem' de François-René de Chateaubriand, p33', éditions Flammarion.
  103. Sebag Montefiore 2011, p. 432-454
  104. (en) Protecting Jerusalem's Holy Sites: A Strategy for Negotiating a Sacred Peace by David E. Guinn (Cambridge University Press, 2006) p.35 (ISBN 0-521-86662-6)
  105. Jerusalem (DC Washington Institute for Near East Policy) by Teddy Kollek, 1990, p15
  106. Benny Morris, Victimes. Histoire revisitée du conflit arabo-sioniste, 2003, p.706 utilise le terme « colonies israéliennes » pour traiter du concept.

BibliographieModifier