Hirosaki

ville japonaise

Hirosaki-shi
弘前市
Hirosaki
La gare de Hirosaki en hiver.
Drapeau de Hirosaki-shi
Drapeau
Administration
Pays Drapeau du Japon Japon
Région Tōhoku
Préfecture Aomori
Maire Shōichi Sōma
Code postal 〒036-8551
Démographie
Population 177 411 hab. (2015)
Densité 338 hab./km2
Géographie
Coordonnées 40° 36′ nord, 140° 28′ est
Superficie 52 420 ha = 524,20 km2
Localisation
Géolocalisation sur la carte : préfecture d'Aomori
Voir sur la carte administrative de Préfecture d'Aomori
City locator 13.svg
Hirosaki-shi
Géolocalisation sur la carte : Japon
Voir sur la carte administrative du Japon2
City locator 13.svg
Hirosaki-shi
Géolocalisation sur la carte : Japon
Voir sur la carte topographique du Japon2
City locator 13.svg
Hirosaki-shi
Liens
Site web http://www.city.hirosaki.aomori.jp/

Hirosaki (弘前市, Hirosaki-shi?) est une ville située dans la préfecture d'Aomori, sur l'île de Honshū, au Japon.

GéographieModifier

SituationModifier

 
Entrée de la caserne et cerisiers en fleurs à Hirosaki.

La ville de Hirosaki est située dans la région du Tōhoku (préfecture d'Aomori), dans le Nord de l’île principale de Honshū, au Japon.

DémographieModifier

Lors du recensement national de 2015, la ville de Hirosaki rassemblait 177 411 habitants, répartis sur 524,20 km2 (densité de population d'environ 338 hab./km2)[1].

HydrographieModifier

Le fleuve Iwaki travers Hirosaki d'ouest en est, au sud-est du mont Iwaki[2].

HistoireModifier

Durant l'époque de Heian (794-1185), la cité, alors nommée « Takaoka », se trouve sur les possessions des Ōshū Fujiwara. Puis, avec l'époque de Kamakura (1185-1333) et la prise du pouvoir par Minamoto no Yoritomo, le clan Nambu gagne le contrôle de la région.

Après les batailles d'Odawara (1590) et de Sekigahara (1600), la province de Mutsu est dominée par la clan Tsugaru (allié des Tokugawa et ancien vassal du clan Nambu)[3], qui s'installe dans la ville de Hirosaki et y restera durant toute l'époque d'Edo (1603-1868). Tsugaru Nobuhira y construit notamment le château de Hirosaki en 1611[4]. Après la restauration Meiji, une division de l'armée impériale japonaise s'installe dans la ville. C'est d'ailleurs à cette époque que la cité a été officiellement fondée, le .

Le , la ville d'Iwaki et le village de Souma ont fusionné avec la ville de Hirosaki.

ÉducationModifier

La ville de Hirosaki possède une université : l'université de Hirosaki.

TransportsModifier

La ville est desservie par la ligne principale Ōu de la JR East et les lignes Kōnan et Ōwani de la Kōnan Railway. La gare de Hirosaki est la principale gare de la ville.

JumelagesModifier

La ville de Hirosaki de est jumelé avec[5] :

Symboles municipauxModifier

Le Svastika, emblème du clan Tsugaru durant l'époque d'Edo (1603-1868), est le symbole de la municipalité de Hirosaki depuis 1903[6]. Les autres symboles municipaux de la ville ont été sélectionnés en 2006. L'arbre symbole de Hirosaki est le pommier — au début du XXIe siècle, Hirosaki fournit 20 % de la production nationale de pommes — et sa fleur symbole le sakura, dont la floraison annuelle au printemps attire deux millions de touristes[6].

Personnalités liées à la municipalitéModifier

Gorō Kumagai, peintre du XXe siècle[7],[8].

Notes et référencesModifier

  1. (ja) Asahi shinbun, « 弘前市の要覧は » [« Hirosaki en bref »], sur Kotobank,‎ (consulté le 1er avril 2021).
  2. (ja) Asahi shinbun, « 弘前市は » [« Ville de Hirosaki »], sur Kotobank,‎ (consulté le 1er avril 2021).
  3. (en) Stephen Turnbull, Warriors of Medieval Japan, Oxford, Osprey Publishing, , poche (ISBN 978-1-84603-220-2, LCCN 2007276731), p. 79.
  4. (en) « Hirosaki Castle », sur www.jcastle.info (consulté le 9 août 2019).
  5. (ja) Mairie de Hirosaki, « 国際友好都市 » [« Jumelages internationaux »], sur www.city.hirosaki.aomori.jp,‎ (consulté le 1er avril 2021).
  6. a et b (ja) Mairie de Hirosaki, « 市章・市の花・市の木 » [« Symboles de la ville, fleur et arbre »], sur www.city.hirosaki.aomori.jp,‎ (consulté le 1er avril 2021).
  7. (ja) « 遺作展示: 熊谷吾良 » [« Présentation d'œuvres posthumes : Kumagai Gorō »], sur Kokuten, Association pour la peinture nationale,‎ (consulté le 31 mars 2021).
  8. Dictionnaire Bénézit, Dictionnaire des peintres,sculpteurs, dessinateurs et graveurs, vol. 8, éditions Gründ, , 13440 p. (ISBN 2700030184), p. 79.

Voir aussiModifier

Lien externeModifier