Ouvrir le menu principal

Hippodrome de Bellerive

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bellerive.

Hippodrome de Vichy - Bellerive
Image illustrative de l’article Hippodrome de Bellerive
L'hippodrome de Vichy en 2006 depuis la rive droite de l'Allier.
Généralités
Nom complet Hippodrome de Vichy-Bellerive
Adresse 2 route de Charmeil
Bellerive-sur-Allier
Drapeau de la France France
Coordonnées 46° 07′ 47″ nord, 3° 24′ 32″ est
Construction et ouverture
Ouverture
Extension 1895
Utilisation
Courses notables Grand Prix du Conseil Municipal (Groupe II - Trot Attelé)
Grand Prix de Vichy (Groupe III - Galop)
Administration Société des Courses de Vichy
Équipement
Surface 53 hectares
Capacité 15 000 (assises et debout)
Tribunes 1 500 places
Affluence
record
12 000 spectateurs (Show Mario Luraschi 2013)

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Hippodrome de Vichy - Bellerive

Géolocalisation sur la carte : Auvergne

(Voir situation sur carte : Auvergne)
Hippodrome de Vichy - Bellerive

Géolocalisation sur la carte : Allier

(Voir situation sur carte : Allier)
Hippodrome de Vichy - Bellerive

L'hippodrome de Vichy-Bellerive est un des plus importants hippodromes français situé sur la commune de Bellerive-sur-Allier, dans le département de l'Allier, sur la rive gauche de l'Allier. Il organise sur son site 40 réunions de courses par an (23 dans la discipline du Trot et 17 dans la discipline du Galop).

HistoireModifier

Les Courses de Vichy ont été inaugurées le , à l'initiative du baron de Veauce, avec cinq courses organisées ; même les chemins de fer ont été sollicités pour assister à cet événement. Le Grand Prix de la ville a eu lieu le 26 août. Les premiers jours ont connu un succès considérable[1]. Elles furent toutefois interrompues entre 1881 et 1886[2].

La Compagnie fermière gère alors, en plus des jeux de hasard, la construction de l'hippodrome. Il est construit sur la rive gauche de l'Allier sur la commune de Vesse (actuellement Bellerive-sur-Allier), mais le problème majeur est le franchissement de la rivière : une passerelle a été construite. Cet édifice était temporaire puisqu'il n'était opérationnel que pendant la durée des courses[3].

De nouvelles tribunes sont installées par Jurietti en 1895[4]. Le Pari mutuel est organisé depuis 1898[5].

StructureModifier

D’une superficie de 53 hectares, l’hippodrome dispose d’une piste de galop de 2 000 m, une piste de trot en pouzzolane de 1 325 m, d’une piste d’obstacles de 3 400 à 3 900 m, d’un cross-country de 5 000 m, de deux pistes d’entraînement de 900 et 1 600 m et d’un rond de présentation des galopeurs[6].

Sa tribune contient 1 500 places, des guichets de jeux pari mutuel et deux restaurants.

La piste moderne de trot date de 1965 grâce à l’apport de la municipalité de Vichy et de la Société Sport de France ; l’électrification permet d’organiser des réunions nocturnes[6]. Depuis 1978, les courses nocturnes peuvent alors être organisées avec support PMU (seul Vincennes disposait alors de l’exclusivité)[6]. En 1998, Vichy organise la « Grande Semaine » avec des courses au galop ; elle accueille sept tiercé-quarté-quinté + au cours de l'année[6].

ÉvénementsModifier

Chaque année, deux événements notables ponctuent la saison de l'hippodrome.

Le Festival du Trot couru pendant la première semaine de juillet organisé avec les hippodromes de Feurs et de Saint Galmier permet d'assister à sept jours de courses consécutifs rassemblant les meilleurs jockeys et drivers français et européens.

Le Festival Européen du Galop se court en général la troisième semaine de juillet. Durant cet événement, tout ce que compte la France de propriétaires, d'entraineurs et de jockeys se retrouvent pour cinq réunions de courses consécutives avec en point d'orgue la Soirée du Grand Prix de Vichy courue en nocturne. Ce ne sont pas moins de 45 courses qui seront organisées dont les plus notables sont : trois Quinté +, 4 Listeds et 1 Groupe III.

Notes et référencesModifier

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

  : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • Frédéric Dutheil, « La passion du turf à Vichy : nécessité mondaine et pratique lucrative à la fin du XIXe siècle », dans Jean-Paul Callède, Serge Fauché, Jean-Louis Gay-Lescot et Jean-Paul Laplagne, Sport et identités, L'Harmattan, (ISBN 978-2-29640307-9, lire en ligne), p. 201-213  
  • « Hippodrome de Vichy-Bellerive : Plus d'un siècle de courses », La Montagne, Vichy,‎ , p. 33  

Lien externeModifier