Ouvrir le menu principal

Hermann Kövess

militaire autrichien

Hermann Kövess von Kövessháza
Hermann Kövess
Hermann Kövess von Kövessháza

Naissance
Temesvár, Autriche-Hongrie
Décès (à 70 ans)
Vienne, Autriche
Allégeance Drapeau de l'Autriche-Hongrie Autriche-Hongrie (jusqu'en 1918)
Grade Generalfeldmarschall
Années de service 1872-1918
Commandement XIIe corps d'armée
3e armée austro-hongroise
7e armée austro-hongroise
Conflits Première Guerre mondiale

Hermann Kövess von Kövessháza, né le à Temesvár (Timișoara) et mort le à Vienne, est un général austro-hongrois qui participe au premier conflit mondial. Il est successivement affecté sur tous les fronts où sont engagés des unités austro-hongroises.

BiographieModifier

Début de carrièreModifier

Il était issu d'une famille germanophone du Banat et en 1865 il s'engagea comme cadet dans l'armée austro-hongroise (autrichienne jusqu'en 1867). Diplômé de l'Académie impériale des techniques militaires, il progresse rapidement dans l'infanterie. En juin 1911, il commande le XIIe corps d'Armée et est proche de la retraite lorsque se déclenche la Première Guerre mondiale.

La Première Guerre mondialeModifier

 
Hermann Kövess von Kövessháza, 1915

Commnandant une armée positionnée en Galicie, Il participe alors à l'offensive contre les troupes russes en 1914[1].

En 1915, général, il prend la tête en 1915 de la 3e armée en Serbie[2]. Lors de la campagne de 1915, commandant des chasseurs tyroliens, unités formées aux combats en montagne[3] il doit attaquer les positions serbes situées à l'ouest de Belgrade[4], et prendre la ville[2].

Il est affecté en 1916 sur le front italien, et participe, au commandement de la 3e armée aux offensives sur l'Isonzo lancées en 1916[5].

Commandant de la 7e armée, il participe aux affrontements sur le front roumain. Il exerce son commandement en Bucovine en 1917 et est nommé Feld-maréchal le 5 août 1917.

En septembre 1918, il commande toutes les troupes austro-allemandes dans les Balkans. En effet, à la suite de l'armistice bulgare, il prend le commandement d'une nouvelle armée austro-allemande, qui doit défendre les régions de Serbie occupées par la double monarchie sur une ligne de front passant par Nić ; positionné à Belgrade à partir du 8 octobre, il tente d'organiser une ligne défense dans la région de Niĉ[6]. Mais, rapidement dépassé par les événements, Kövess ne peut pas s'opposer efficacement à l'avancée rapide des unités franco-serbes[7].

Le 3 novembre 1918, il succède à Arthur Arz von Straußenburg en tant que commandant de l'ensemble de l'armée austro-hongroise. L'Empire est alors en train de se désintégrer : Kövess ne peut qu'ordonner la retraite des troupes et à proclamer la démobilisation des forces armées décidée par l'empereur Charles Ier. Il poursuit cette opération de démobilisation jusqu'au 3 décembre 1918.

L'après guerreModifier

Après la guerre, il vit d'une modeste retraite à Vienne où il s'occupe d'arts et des anciens décorés de la Médaille de l'Ordre militaire de Marie-Thérèse. Il décède en cette ville en 1924 et après des funérailles en grande pompe, son corps est inhumé au cimetière Kerepesi à Budapest.

Honneurs et décorationsModifier

Notes et référencesModifier

NotesModifier

RéférencesModifier

  1. Schiavon 2011, p. 81.
  2. a et b Le Moal 2008, p. 88.
  3. Schiavon 2011, p. 118, note 1.
  4. Bled 2014, p. 191.
  5. Schiavon 2011, p. 128.
  6. Schiavon 2011, p. 229.
  7. Bled 2014, p. 402.

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

BibliographieModifier

  • Jean-Paul Bled, L'agonie d'une monarchie : Autriche-Hongrie 1914-1920, Paris, Tallandier, , 463 p.  
  • Frédéric Le Moal, La Serbie du martyre à la victoire. 1914-1918, Paris, Éditions SOTECA, 14-18 Éditions, coll. « Les Nations dans la Grande Guerre », , 257 p. (ISBN 978-2-9163-8518-1)  
  • Pierre Renouvin, La Crise européenne et la Première Guerre mondiale, Paris, Presses universitaires de France, coll. « Peuples et civilisations » (no 19), (réimpr. 1939, 1948, 1969 et 1972) (1re éd. 1934), 779 p. (notice BnF no FRBNF33152114)
  • Max Schiavon, L'Autriche-Hongrie dans la Première Guerre mondiale : La fin d'un empire, Paris, Éditions SOTECA, 14-18 Éditions, coll. « Les Nations dans la Grande Guerre », , 298 p. (ISBN 978-2-9163-8559-4)  
  • Max Schiavon, Le front d'Orient : Du désastre des Dardanelles à la victoire finale 1915-1918, Paris, Taillandier, , 378 p. (ISBN 979-10-210-0672-0)  

Articles connexesModifier

Liens externesModifier