Ouvrir le menu principal
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Swinburne.
Henry Swinburne
Henry Swinburne Wax Portrait.jpg
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 59 ans)
TrinitéVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité
Autres informations
Religion

Henry Swinburne (1743 - 1803) est un écrivain et voyageur anglais.

BiographieModifier

Il naquit dans une famille catholique et fut envoyé sur le continent alors qu’il était encore très jeune pour compléter ses études dans un esprit plus en accord avec ses croyances. Il étudia à Paris, à Bordeaux et à l’académie Royale de Turin, en se concentrant sur la littérature et l’art et apprenant ainsi le français et l’italien. Après son mariage, il passa quelques années en Grande-Bretagne, mais, étant donné qu’il bénéficiait d’une petite rente, il se mit à voyager avec son épouse en Europe à partir de 1774. Après un séjour du couple à Bordeaux pendant un an, sa femme resta avec sa famille à Bayonne tandis qu’à l'automne 1775 Swinburne traversait les Pyrénées pour voyager en Espagne avec son ami catholique Sir Thomas Gascoigne. Les deux hommes parcoururent la côte est, l’Andalousie, la Manche, Madrid, Burgos et Bidasoa. Swinburne publia sur ce voyage ses Travels through Spain in the years 1775 and 1776... (Londres, 1779). L’ouvrage est illustré de nombreuses gravures et passe en revue les principaux monuments. L’auteur s’aida de livres et de manuscrits, ainsi que de R. Waddilove, aumônier de l’ambassade britannique. Jean-Benjamin de Laborde traduisit cet ouvrage en français et ce fut l’un des livres de voyages en Espagne les plus cités.

Swinburne entreprit ensuite avec sa femme un voyage en France à l'été 1776 puis le couple s'embarqua à l'automne à Marseille et arriva à Naples le 28 décembre 1776. Le séjour dans le royaume des Deux-Siciles allait durer trois ans et demi. À partir de 1779, Swinburne rédigea Travels in the Two Sicilies (Londres, 1783-1785), traduit par le même Laborde en 1785. Ayant quitté Naples en mai 1780, les Swinburne remontèrent l'Italie par Florence et gagnèrent ensuite l’Autriche (octobre 1780), l’Allemagne et les Pays-Bas autrichiens (actuelle Belgique) avant de retrouver la Grande-Bretagne en juillet 1781. En Europe Swinburne fut partout bien reçu, même dans les cours peu amies avec l’Angleterre, du fait de sa condition de catholique et de ses connaissances dans les langues. Il rencontra la reine Marie-Antoinette et fréquenta Versailles de 1786 à 1788. Mais le mariage malheureux d’une de ses filles provoqua la ruine de toute sa famille. Il négocia à Paris entre 1796 et 1797 un échange de prisonniers qui fut un échec total. Il partit en 1801 pour la Trinité, où il mourut peu après.

ŒuvresModifier

  • Travels through Spain in the years 1775 and 1776 (Londres, P. Elmsly, 1779) (dans la seconde édition en 1787 est ajouté un voyage de Bayonne à Marseille).
  • Travels in the Two Sicilies in the years 1777, 1778, 1779 and 1780 (Londres, P. Elmasly, 1783-1785, 2 vol.).

BibliographieModifier

  • Ana Clara Guerrero, Viajeros británicos en la España del siglo XVIII, Madrid: Aguilar, 1990, p. 65-67.
  • Picturesque Tour through Spain, by Henry Swinburne, esq., London: printed by Thomas Bensley, Bolt Court, Fleet Street, for John Stockdale, Piccadilly. 1810, edición facsímile, Madrid: JdeJ Editores, 2011, (ISBN 978-84-15131-05-2).
  • Stefano O. Condorelli, '« To tell you the truth, I wish I were fairly back at Naples ». Les voyages d’Henry Swinburne dans les Deux-Siciles (1777-1778)', in Baumer, Lorenz E. / Birchler Emery, Patrizia / Campagnolo, Matteo (ed.), Le voyage à Crotone : découvrir la Calabre de l'Antiquité à nos jours, Berne, Peter Lang, 2015.
  • John Ingamells, A Dictionary of British and Irish Travellers in Italy, 1701-1800, New Haven & London, Yale University Press, 1997, p. 916-919.