Henry Round

Pionnier anglais de la détection radio et de l'électronique à lampe

Henry Joseph Round (né le – mort le à Bognor Regis) est un ingénieur anglais, pionnier de la radio et proche collaborateur de Marconi. Il a signalé l'un des premiers le phénomène d'électroluminescence d'une diode à composant solide, découverte qui ouvrit la voie à la fabrication de la diode électroluminescente.

Henry Joseph Round
Image dans Infobox.
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 85 ans)
Bognor RegisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Pate's Grammar School (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Activité
Autres informations
A travaillé pour
Arme
Grade militaire
Conflit
Distinction

BiographieModifier

Années de formationModifier

Round grandit dans la petite ville de Kingswinford, dans le Staffordshire, et fit ses études secondaires à Cheltenham Grammar School, puis s'inscrivit au Royal College of Science, dont il sortit diplômé avec mention.

Round fut recruté par Marconi Company en 1902, peu après que Marconi eut réalisé la première transmission sans fil transatlantique. On l'envoya aux Etats-Unis pour y réaliser des expériences sur la TSF, notamment pour évaluer certaines technologies comme celle des circuits d'accord à noyau de fer pulvérisé. Il réalisé aussi plusieurs expériences sur les conditions de transmission sur terre et sur mer à différentes heures du jour et sur la localisation des signaux, pour laquelle il utilisait des antennes-treillis.

Pionnier de la technologie des tubes électroniquesModifier

Henry Round, qui dirigeait le département « tubes thermoïoniques » de Marconi, inventa un tube amplificateur à trois broches (ou triode) au moment même où l'Américain Lee De Forest brevetait l'Audion aux États-Unis. Comme Meissner et Armstrong, il comprit tout l'intérêt de la contre-réaction dans les circuits à tubes électroniques, et construisit les premiers émetteurs radio à modulation d'amplitude[1]. Il a breveté la cathode à incandescence induite, encore d'usage courant dans les tubes électroniques contemporains.

 
Reconstitution de l'expérience de H. J. Round mettant en évidence l'électroluminescence d'un substrat de carborundum (carbure de silicium) électrisé.

Au cours de ses ultimes expériences sur les détecteurs à contact ponctuel, il électrisa une multitude de matériaux et découvrit que certains d'entre eux émettaient alors de la lumière[2],[3]. Round publia cette découverte en 1907 dans la revue Electrical World[4].

Les stations d'écoute radioModifier

Au début de la Première Guerre mondiale, en , Round s'enrôla comme officier de l'armée régulière, et fut affecté dans les Services secrets avec le grade provisoire de lieutenant[5]. Fort de son expérience dans la localisation des sources radio, Round déploya un réseau de stations d'écoute radio le long du Front de l'Ouest.

Ces stations de localisation des faisceaux hertziens s'avérèrent si utiles que les autorités britanniques les dédoublèrent en un réseau de stations 'B' (guidage) et 'Y' (interception) le long des côtes britanniques, pour surveiller les mouvements des aéronefs, navires et U-boote (sous-marins) allemands. Au mois de , ces stations d'écoute étaient même en mesure d'écouter les transmissions de la marine allemande mouillant à Wilhelmshaven. Le , elles signalèrent un changement de cap de 1,5 degré dans la direction des signaux, indiquant que les bâtiments ennemis s'étaient mis en route. En conséquence, l’Amirauté ordonna à la flotte de prendre la mer et d'engager l'escadre allemande[6]. La bataille du Jutland, la plus formidable bataille navale de tous les temps, survint le lendemain.

Le , sans doute en reconnaissance du rôle qu'il avait joué dans la bataille du Jutland et d'autres affaires secrètes, Round fut promu capitaine assimilé "pour la durée de son affectation aux missions [spéciales][7]." Il fut confirmé à ce grade dans les Services de Renseignement lors de la promotion de 1917[8]. Le en reconnaissance de ses états de services, Round fut décoré de la Military Cross[9].

Après la guerre, Round participa activement à l'équipement des grandes stations radio du Royaume-Uni en émetteurs et relais. Nommé ingénieur en chef de Marconi's Wireless Telegraph Company en 1921, il démissionna quelques années plus tard pour créer son propre bureau d'études.

Lorsqu’éclata la Deuxième guerre mondiale, le Gouvernement fit de nouveau appel à ses services, cette fois comme membre de l'ASDIC (Anti-Submarine Detection Investigation Committee), chargé des écoutes sonar.

NotesModifier

  1. (en) A. H. Morse, Radio: Beam and Broadcast, Londres, Ernest Benn Limited, .
  2. E. Fred Shubert, Light-Emitting Diodes, Cambridge University Press, , p. 1 :

    « The first light-emitting diode (LED) had been born. »

  3. Nikolaï Djeloudev, « The life and times of the LED – a 100-year history », Nature Photonics, vol. 1, no 4,‎ , p. 189–192 (DOI 10.1038/nphoton.2007.34 7, Bibcode 2007NaPho...1..189Z, lire en ligne[archive du ] [PDF])
  4. H. J. Round, « A note on carborundum », Electrical World, vol. 49,‎ , p. 309 (lire en ligne). Round's letter is dated 9 February 1907.
  5. « Supplement to the London Gazette », The London Gazette, no 29141,‎ , p. 4034 (lire en ligne)
  6. W. J. Baker, « Henry Joseph Round, unrecognised electronics pioneer », Electronics Weekly,‎ (lire en ligne)
  7. « Supplement to the London Gazette », The London Gazette, no 29781,‎ , p. 9845 (lire en ligne)
  8. « Supplement to the London Gazette », The London Gazette, no 29886,‎ , p. 40 (lire en ligne)
  9. « The London Gazette », The London Gazette, no 30729,‎ , p. 6673 (lire en ligne)

Voir égalementModifier