Henry Howard (7e duc de Norfolk)

duc anglais

Henry Howard, 7e duc de Norfolk, KG PC Earl Marshal ( - ) était un noble anglais, homme politique et soldat. Il était le fils de Henry Howard (6e duc de Norfolk) et de Lady Anne Somerset, fille d’Edward Somerset (2e marquis de Worcester) et d’Elizabeth Dormer. En 1678, il fut convoqué à la Chambre des Lords sous le nom de baron Mowbray. Son malheureux mariage était le sujet de beaucoup de commérages et aboutit au divorce.

Henry Howard, 7e duc de Norfolk
6thDukeOfNorfolk.jpg
Fonction
Membre du Conseil privé du Royaume-Uni
Titres de noblesse
Duc de Norfolk
Comte d'Arundel
Biographie
Naissance
Décès
Formation
Activité
Famille
Père
Mère
Lady Anne Somerset (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Fratrie
Thomas Howard (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Conjointe
Mary Howard, Duchess of Norfolk (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Membre de
Arme
Coat of Arms of the Duke of Norfolk, the Earl Marshal.svg
blason

Mariage, séparation et divorceModifier

Il a épousé Mary Mordaunt (en), fille unique et héritière d'Henry Mordaut (2e comte de Peterborough) (en) et Penelope O'Brien. Ils se sont séparés en 1685. Il a divorcé pour son adultère avec Sir John Germain en 1700, après l'échec d'une précédente tentative de divorce en 1692, lorsque la Chambre des lords a jeté son projet de loi de divorce privé. Bien qu'il ait réussi à obtenir des dommages-intérêts dans une action pour conversation criminelle, les détails étaient si sordides qu'il avait peut-être regretté cette décision, d'autant plus que le jury a réduit sa demande de réparation de 100 000 £ à 66 £, pour laquelle ils ont été sévèrement réprimandés par le juge.

Il mourut sans enfants et son successeur, Thomas Howard (8e duc de Norfolk), lui succéda. Son ex-épouse épousa en second lieu Sir John Germain, 1er baronnet, son amant depuis de nombreuses années. Elle est morte en 1705.

Il était rarement en bons termes avec son père, particulièrement après 1677, année de son mariage avec Jane Bickerton, sa maîtresse depuis de nombreuses années, acte qui provoqua une violente querelle de famille [1].

CarrièreModifier

Comme presque tous les Howard de Norfolk, il était un catholique fervent; mais pendant l'hystérie anti-catholique engendrée par le soi-disant "Complot papiste" il se conforma publiquement à l'Église d'Angleterre [2]. Il ne fait guère de doute qu'il s'agissait simplement d'un moyen de sauver les domaines familiaux. Le stratagème semble avoir réussi; bien que son père fût accusé de récusation en 1680, l'accusation fut rapidement abandonnée. Alors que la lignée senior Howard survit indemne, leur cousin William Howard (1er vicomte Stafford), fut exécuté pour son rôle supposé dans l'intrigue en [3]. Henry, qui siégeait comme baron Mowbray, était l'un des pairs qui l'ont acquitté. C'est un signe de son courage moral et de son jugement indépendant, compte tenu du sentiment anti-catholique du pays, qu'il a voté non coupable. Cela était d'autant plus remarquable que, selon John Evelyn, des membres de la famille élargie de Stafford à la Chambre des lords (huit personnes au total), il était le seul à le faire, Stafford étant un homme "mal aimé de sa famille"[4].

Il est devenu membre de la Royal Society en 1672. Son père était déjà membre et était un généreux bienfaiteur de la Société.

Le , il fut nommé colonel du Suffolk Regiment, qui s'appelait à l'époque le régiment de fantassins du duc de Norfolk. Il a été créé Chevalier de la Jarretière la même année. En tant qu’homme "tout-puissant dans son duché" [5] il usa de son influence lors de l’élection générale de 1685 pour faire élire des membres entièrement loyaux à la Couronne (comme son père l’avait fait en 1673 lorsqu’il trouva un siège sûr à Castle Rising pour Samuel Pepys). En 1688, cependant, il était en mauvais termes avec Jacques II, désapprouvant ouvertement la politique agressive du roi en matière religieuse. Lorsqu'on lui a demandé de remplacer les magistrats de son duché par des magistrats plus dociles, il a simplement refusé et est allé prudemment en France [6] mais est revenu à temps pour accueillir la révolution glorieuse.

Le premier HMS <i id="mwNQ">Norfolk a</i> été nommé en son honneur.

Il servit comme conseiller privé sous Guillaume III et Marie II en 1689. Au début, il refusa de prêter le serment nécessaire pour siéger à la Chambre des lords car, s’il s’était publiquement conformé au rite anglican, il n’était pas un secret pour personne qu’il restait catholique de cœur. mais après quelques mois, il a souscrit au serment.

RéférencesModifier

  1. Kenyon, JP The Popish Introt Phoenix Press Réédition 2000 p. 35
  2. Kenyon p.35
  3. Kenyon p.232
  4. Evelyn Diary 7 décembre 1680
  5. Kenyon, JP Stuart Constitution 2e édition, Cambridge University Press, p.447
  6. Kenyon Stuart Constitution p.464