Henry Howard (6e duc de Norfolk)

noble anglais

Henry Howard, 6e duc de Norfolk ( - ) est un noble et un politicien anglais. Il est le deuxième fils de Henry Howard (15e comte d'Arundel), et de Lady Elizabeth Stuart. Il succède à son frère Thomas Howard (5e duc de Norfolk) après sa mort en 1677.

Henry Howard, 6e duc de Norfolk
6thDukeOfNorfolk.jpg
Fonction
Ambassadeur
Titres de noblesse
Duc de Norfolk
Comte d'Arundel
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata
Arundel House (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 55 ans)
Sépulture
Formation
Activités
Famille
Père
Mère
Elizabeth Stewart (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Fratrie
Philip Howard
Thomas Howard
Charles Howard (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Conjoints
Jane Howard, Duchess of Norfolk (en)
Lady Anne Somerset (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Enfants
Thomas Howard (d)
Unknown daughter Howard (d)
Henry Howard, 7e duc de Norfolk
Lady Elizabeth Howard (d)
George Howard (d)
Lady Philippa Howard (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Membre de
Coat of Arms of the Duke of Norfolk, the Earl Marshal.svg
blason

BiographieModifier

Il a déjà été créé 1er baron Howard de Castle Rising en 1669 et 1er comte de Norwich en 1672, obtenant à cette occasion la restauration du poste du Comte-maréchal d'Angleterre pour lui et sa famille [1]. La Chambre des lords a presque unanimement persuadé le roi Charles II de faire revivre le duché de Norfolk en 1660; mais comme le 5e duc est fou et confiné dans un asile à Padoue, il est jugé souhaitable de convoquer son frère auprès des Lords de son propre chef.

Sa carrière en tant que duc commence malencontreusement lorsqu'il annonce qu'il a épousé Jane Bickerton, sa maîtresse depuis de nombreuses années: cela provoque une violente querelle de famille, à la suite de laquelle il se rend à l'étranger pour un temps. Néanmoins, il exerçe une influence politique considérable et, en 1673, peut trouver un siège au Parlement pour Samuel Pepys.

En , il siège à la Chambre des lords, mais en août, le premier développement du Complot papiste est suivi d'une loi interdisant aux catholiques de siéger dans l'une ou l'autre chambre du Parlement. En tant que catholique romain sincère, il ne respecterait pas le serment reconnaissant le roi à la tête de l'Église et dans le même temps, il exhorte ses pairs à le faire si leur conscience le leur permettait, afin d'assurer la survie de la Chambre des lords en tant qu'institution, après quoi les lords l'ont remercié pour son "bon service". Il se retire à Bruges pendant trois ans. Là, il construit une maison attachée à un couvent franciscain et jouit de la liberté de culte. Plus tard, il cède la majeure partie de sa bibliothèque, de son parc et de ses salles à la Royal Society, ainsi que les marbres arundeliens à l'Université d'Oxford.

Il est présenté comme récusant aux assises de Thetford en 1680 et se sent obligé de rentrer en Angleterre pour répondre à l'accusation qui n'est pas poursuivie; une précédente accusation du célèbre informateur William Bedloe en 1678, selon laquelle il a été partie prenante, ou du moins au courant d'un complot visant à tuer le roi, a tout simplement été ignorée.

Il reste assez longtemps en Angleterre pour siéger au procès pour trahison de son oncle, William Howard (1er vicomte Stafford), victime du complot papiste. Malheureusement pour Stafford, qui est notoirement "un homme pas aimé de sa famille", il s'est disputé avec la plupart de ses proches, y compris Norfolk, et à l'exception du fils aîné de Norfolk, le futur septième duc de Norfolk, les huit pairs de Howard, y compris le 6e duc, le déclarent coupable. Stafford est décapité le . Le duc ne semble pas avoir intercédé pour la vie de son oncle. Il est retourné à Bruges quelque temps.

Une fois la tension retombée, il rentre chez lui. John Evelyn dans son journal du , signale lui avoir rendu visite pour discuter de l’achat de certaines de ses œuvres. D'après la description d'Evelyn, il est clair que le duc a alors une collection impressionnante de "dessins humoristiques et de dessins de Raphaël et des Grands Maîtres".

Mariages et descendanceModifier

Vers 1652, Howard épouse Lady Anne Somerset, fille d'Edward Somerset (2e marquis de Worcester), et Elizabeth Dormer. Ils ont au moins quatre enfants:

Sa deuxième épouse est Jane Bickerton . Elle a été sa maîtresse pendant de nombreuses années avant le mariage en 1676 ou 1677, et son annonce provoque une violente querelle avec son fils aîné et héritier. Ils ont quatre fils, tous morts sans enfants, et trois filles:

  • Lord George Howard, marié mais sans enfant
  • Lord James Howard, noyé non marié en
  • Lord Frederick Henry Howard (décédé le ), marié mais sans enfant
  • Lady Catherine Howard, religieuse en Flandre
  • Lady Philippa Howard (décédée en )

Les pairies créées pour lui disparaissent avec son petit-fils Edward Howard (9e duc de Norfolk) en 1777, bien que l'actuel baron Mowbray descende du frère du 9e duc. Les 10e et 11e ducs de Norfolk, qui ont hérité des pairies et des fonctions de comte maréchal, sont issus de son frère, Lord Charles Howard de Greystoke, et les 12e et plus récents de son frère, Lord Bernard Howard, de Glossop.

RéférencesModifier

  1. (en)   « [[:en:s:1911 Encyclopædia Britannica/{{{1}}}|{{{1}}}]] », dans Encyclopædia Britannica, [détail des éditions]

Liens externesModifier