Henry Clifton Sorby

géologue et métallurgiste britannique

Henry Clifton Sorby ( - ) est un géologue et spécialiste en microscopie britannique.

Henry Clifton Sorby
Image dans Infobox.
Henry Clifton Sorby
Fonction
Président de la Société géologique de Londres
-
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 81 ans)
SheffieldVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Domicile
Formation
Sheffield Collegiate School (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Activités
Autres informations
Membre de
Distinctions

BiographieModifier

Il naît à Woodbourne près de Sheffield. Il s'intéresse tôt a l'histoire naturelle et un de ses premiers articles se rapporte aux fouilles dans les vallées du Yorkshire.

Il continue par une étude systématique, pendant trente ans, de lames minces de roches au microscope, ce qui aboutit à la publication en 1958 d'un mémoire On the Microscopical Structure of Crystals (Des structures microscopiques des cristaux) qui est considéré comme le point de départ de la pétrographie microscopique[1]. Ses analyses microscopiques de « sections de schistes, de métaux et de météorites… le font reconnaître, outre la pétrographie, comme le « père fondateur » de trois autres disciplines : géologie structurale, métallurgie, météorites[1] ». La Geological Society of London lui décerne la médaille Wollaston en 1869. Pendant sa présidence de cette société savante, il publie les résultats de recherches sur la structure et l'origine de couches calcaires et de roches non calcaires. Il est lauréat de la Royal Medal en 1874.

Durant sa présidence de la Royal Microscopical Society il écrit sur la construction et l'utilisation des micro-spectroscopes pour l'étude des couleurs des matériaux biologiques animaux et végétaux. Dans ses derniers essais il étudie des sujets variés tels que la structure du fer et de l'acier ou la température de l'eau dans les estuaires.

Il effectue aussi des préparations d'animaux invertébrés pour des plaques de lanterne magique. En 1882 il devient président du Firth College à Sheffield.

RéférencesModifier

  1. a et b Jean Gaudant, L'essor de la géologie française, Presses des Mines, (lire en ligne), p. 174


Liens externesModifier