Ouvrir le menu principal

Henry Chapier

journaliste, critique de cinéma, animateur d'émission de télévision et réalisateur français
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Shapiro.

Henry Chapier, né Henri Shapiro[1] le à Bucarest (Roumanie) et mort le à Paris[2], est un journaliste, critique de cinéma, animateur d'émission de télévision et réalisateur français de longs métrages.

Il est notamment connu pour avoir créé et présenté l'émission d'interview de personnalités Le Divan sur FR3/France 3 de 1987 à 1994.

Sommaire

BiographieModifier

Famille et jeunesseModifier

Fils de Jules Chapier, avocat international français et de Mariette Thal, actrice autrichienne d'origine juive devenue interprète-traductrice[3], Henry Chapier naît à Bucarest. Il est contraint par le régime communiste roumain de quitter le pays occupé par l'Union soviétique en 1947, à la suite du décret d'expulsion frappant les Français[4].

ÉtudesModifier

Après des études au lycée français de Bucarest[5], il entre à la Sorbonne, où il obtient une licence ès lettres, et à l'Institut des hautes études d'interprétariat à Paris. Il a un diplôme d'études supérieures de littérature comparée et d'interprétariat[3].

Henry Chapier est hyperpolyglotte : il sait parler sept langues[6].

CarrièreModifier

De 1957 à 1959, il est professeur de lettres au lycée de Suresnes puis au lycée Arago à Paris[3], mais a déjà fait à cette époque ses « premières armes de journaliste dans plusieurs hebdomadaires et revues, obtenant même le prix du meilleur pigiste de l'année, décerné par un jury de professionnels[7] ».

En 1958, il commence une carrière de critique cinématographique en collaborant à l'hebdomadaire Arts avec François Truffaut et Dominique Jamet. Pigiste à L'Express, il remporte le prix du meilleur journaliste débutant en 1959. Cette année-là, il entre à Combat, dont il devient le rédacteur en chef des pages Culture ; il est notamment le critique cinéma du journal jusqu'en 1974[3].

Sa notoriété débute en 1968 lors de la campagne contre le renvoi de Henri Langlois de la Cinémathèque française : il ouvre alors les colonnes du journal pendant trois mois à des cinéastes du monde entier, jusqu'à la réintégration de Henri Langlois. Il obtient en outre pour son premier film Sex power la Coquille d'argent au Festival de San Sebastian de 1970, dont le jury est présidé par Fritz Lang.

En avril 1974, Philippe Tesson crée le Quotidien de Paris et demande à Henry Chapier d'assumer la rédaction en chef des pages Culture[8]. Par la suite, il continuera d'y tenir une rubrique de critique de cinéma.

De 1974 à 1978, il est chef du département des films d'essai au Centre national du cinéma[3].

En 1978, il fonde l'association Paris-Audiovisuel avec Jean-Luc Monterosso, Marcel Landowski et Francis Balagna. La même année, il intègre FR3 en 1978 comme éditorialiste de l'actualité culturelle et cinématographique. En 1981, il fait partie des trois rédacteurs en chef du Soir 3 et s'impose également comme le spécialiste du cinéma de la chaîne.

En 1987, le journaliste affable à la voix nasillarde[4], aux allures de dandy, cheveux en broussaille et lunettes d'écaille[9], crée et présente l'émission Le Divan, diffusée en deuxième partie de soirée sur FR3. Au total, il y interwieve plus de trois cents personnalités de tous horizons, leur arrachant « d’intimes confessions[4] ». En 1988, il est membre du jury de la caméra d'or au Festival de Cannes.

En 1994, l'émission Le Divan s'arrête et Chapier quitte France 3 pour se consacrer avec Jean-Luc Monterosso à la Maison européenne de la photographie (MEP), qu'il a co-fondée[4](proposition de la création de la MEP au maire de Paris Jacques Chirac en 1988). Chapier en devient le président en 1996[8].

En 1996, Jean-François Bizot lui propose de rejoindre l'équipe de chroniqueurs de Radio Nova pour une émission intitulée Signé Chapier[10]. La même année, il est membre du jury au Festival de Cannes présidé par Francis Ford Coppola.

De 1996 à décembre 2017, il préside la Maison européenne de la photographie[2].

En 2015, Chapier donne son accord pour la reprise du Divan par Marc-Olivier Fogiel. Si le concept reste le même, l'émission est plus longue et se déroule en présence du public.

Vie privéeModifier

C'est dans les années 1950, en France, qu'il prend conscience de son homosexualité[11],[12]. Il participait régulièrement aux marches des fiertés[13].

DécorationsModifier

FilmographieModifier

RéalisateurModifier

ActeurModifier

MédiasModifier

Presse écriteModifier

  • 1959 : rédacteur en chef des pages « Culture » de Combat,
  • 1974 : rédacteur en chef des pages « Culture » du Quotidien de Paris[8],

TélévisionModifier

  • 1978 : éditorialiste culturel et cinématographique sur FR3,
  • 1978-1994 : spécialiste cinéma de FR3/France 3,
  • 1981 : rédacteur en chef de Soir 3 (FR3),
  • 1987-1994 : Le Divan (FR3/France 3)

RadioModifier

OuvragesModifier

  • Louis Malle, Éditions Seghers, 1965
  • Quinze ans de Combat, Éditions Julliard, 1974
  • Crée ou crève, Éditions Grasset, 1978
  • La Malédiction des stars, Éditions Claude Carrère
  • Lartigue, 1981, éditions Belfond, 1981
  • Je retourne ma veste, Éditions Claude Carrère
  • Le Divan, Éditions Claude Carrère
  • Sacrée Différence, Éditions Le Rocher, 1995
  • Journal d'une analyse sauvage, Éditions Michel Lafon, 1996
  • Portraits du Liban : un café pour l'étranger qui passe, avec Alexandre Dunoyer, Éditions L'Anneau, 1998
  • Pour un cinéma de combat, Éditions Le Passage, 2003
  • Il est interdit de vieillir, Éditions Publibook, 2009
  • Version originale, Éditions Fayard, 2012

Notes et référencesModifier

  1. https://toutelaculture.com/actu/henry-chapier-le-celebre-animateur-de-lemission-le-divan-est-mort/
  2. a et b « Henry Chapier est mort », sur Le Figaro, (consulté le 27 janvier 2019)
  3. a b c d et e Qui est qui en France, J. Lafitte, , p. 508.
  4. a b c et d « Henry Chapier, animateur du légendaire «Divan», est mort », sur liberation.fr, .
  5. Who's Who in France, dictionnaire biographique, 1992-1993. Éditions Jacques Lafitte 1992
  6. « Henry Chapier, l’inventeur du Divan , est mort », sur www.lalsace.fr (consulté le 1er février 2019)
  7. Henry Chapier, Quinze ans de "Combat", Julliard, , p. 9.
  8. a b et c Jean-Luc Monterosso, « La photo, l’autre amour d’Henry Chapier », Polka magazine, 28 janvier 2019.
  9. Laurance N'Kaoua, « Disparition du journaliste Henry Chapier », sur lesechos.fr,
  10. Benoît Sabatier, « Henry Chapier », Technikart,‎ (lire en ligne)
  11. Anthony Palou, « Henry Chapier sur son divan », lefigaro.fr,‎ (lire en ligne).
  12. Stéphanie Lafourcatère, « "Version originale": les confessions d'Henry Chapier », francetvinfo.fr,‎ (lire en ligne).
  13. Le Telegramme, 27 janvier 2019.
  14. Décret du 30 décembre 2016.
  15. « Un été américain » [vidéo], sur ina.fr.
  16. « Sex Power » [vidéo], sur ina.fr.
  17. « Salut, Jérusalem » [vidéo], sur ina.fr.
  18. « Ouverture du festival de Venise », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le 21 juin 2015).
  19. « Amore » [vidéo], sur ina.fr.

Liens externesModifier