Ouvrir le menu principal
Henry Castillou
Naissance
Escoussens, France
Décès (à 72 ans)
Boulogne-Billancourt, France
Activité principale
Distinctions
Auteur
Langue d’écriture français

Œuvres principales

Henry Castillou, né le à Escoussens et mort le à Boulogne-Billancourt, est un écrivain français, lauréat du prix Interallié en 1948 et du Grand prix du roman de l'Académie française en 1952.

Sommaire

BiographieModifier

Henry Castillou est né dans le pays de la Montagne Noire où il situera son premier roman Orteno[1]. Il a passé son adolescence en Puisaye, fait ses études au lycée d'Auxerre puis à la faculté des lettres de Bordeaux où il obtient une licence ès lettres. Il débute sa carrière par des publications dans des journaux.

En 1941, il échappe au Service du travail obligatoire (STO) et entre en clandestinité. Il arrive toutefois à faire publier une nouvelle intitulée Envoyé spécial dans le journal L'Appel du 1er juillet 1943, et écrit durant cette période son premier roman qui sera publié en 1946[1]. En 1945-1946, Henry Castillou est rédacteur puis sous-chef de bureau au Ministère de la Guerre, puis démissionne pour se consacrer exclusivement à la littérature.

Henry Castillou a reçu en 1948 le prix Interallié pour son roman Cortiz s'est révolté, en 1952 le Grand Prix du roman de l'Académie française pour Le Feu de l'Etna, et en 1965 le prix des Mille Lecteurs pour Intercontinental Petroleum. Par ailleurs, son roman le plus connu, La fièvre monte à El Pao a été porté à l'écran en 1959 par Luis Buñuel dans le film homonyme avec comme acteurs principaux Gérard Philippe, Maria Felix

Célibataire, il est enterré au cimetière de Billancourt (6e division).

DistinctionsModifier

Henry Castillou est nommé chevalier de la Légion d'honneur et chevalier de l'Ordre des Arts et des Lettres.

ŒuvreModifier

Notes et référencesModifier

  1. a et b Préface de La fièvre monte à El Pao, coll. « Club de la femme », éditions Albin Michel, 1955.
  2. Christelle Vigier, « Le Prix Interallié : Présentation et liste des lauréats », sur www.republique-des-lettres.fr
  3. Luis Buñuel a adapté ce roman dans son film de 1959 La fièvre monte à El Pao avec María Félix, Jean Servais et Gérard Philipe dont ce fut le dernier rôle. Jean Nainchrik en produisit une version télévisée avec Pierre Malet.

Liens externesModifier