Ouvrir le menu principal

Henri de Baradat
Biographie
Naissance Vers
Damery
Décès
Évêque de l’Église catholique
Consécration épiscopale
Jean-François de Gondi
Évêque de Noyon
Autres fonctions
Fonction religieuse
Abbé de Clermont
Fonction laïque
Pair de France
(en) Notice sur www.catholic-hierarchy.org

Henri de Baradat, abbé de Clermont[1], religieux français, né vers 1598, mort le 25 août 1660. Il condamna les thèses jansénistes et fut Évêque-Comte de Noyon.

BiographieModifier

Il était fils de Guillaume de Baradat, baron de Thou, seigneur de Damery, et de Suzanne de Romain. Après avoir fait ses humanités à la Flèche et sa théologie à Paris, il obtint en commende le prieuré des Essarts, la prévôté de Favières, puis un canonicat à Notre-Dame-de-Paris. Il vint peu à son abbaye de Clermont[2].

Mais, nommé évêque de Noyon et pair de France (1625), il reçoit ses bulles de confirmation le 30 mars 1626 et est consacré en août par l'archevêque de Paris dans l'église des Frères prêcheurs de la rue Saint-Honoré. Il assiste à l'Assemblée du clergé de 1645 et au sacre de Louis XIV en 1654. Il réside dans son diocèse qu'il administre avec soin jusqu'à sa mort, arrivée le 25 août 1660. Il fut inhumé dans sa cathédrale [3].

Jacques Le Vasseur, chanoine de Noyon, lui a dédié en 1633 son Histoire des évêques de Noyon.

Louis de Baradat succède en 1661, dans la dignité d'abbé de Clermont à son oncle.

PublicationsModifier

  • Le Vray thresor du chrestien. Ou Instruction familiere de catechisme, dressé en faveur de la jeunesse, qui desire de s'avancer en la cognoissance de Dieu. A Saint-Quentin. Par Claude Le Queux imprimeur & libraire. 1648. [10]-204 p. ; in-8 ;
  • Censure du livre de Jansenius faite par Monsieur l'évêque de Noyon (18 décembre 1650) avec le Décret, contre la doctrine du dit Jansenius, de la Congrégation de l'Ordre des Prémontrés (27 avril 1651), in-4 ̊.

Notes et référencesModifier

  1. Après Léon de Lescot, oncle de sa mère, par bulle du 5 novembre 1617
  2. Où Julien Verger fut constamment prieur claustral. L'abbé Angot l'y trouve pourtant en septembre 1629
  3. * R.P. Charles-Louis Richard et Giraud Bibliothèque sacrée ou Dictionnaire universel, historique, dogmatique, canonique, géographique et chronologique des sciences ecclésiastiques, Paris 1827 tome XXVIII, p. 475-476

Source partielleModifier