Henri Vernes

écrivain belge
Henri Vernes
Description de cette image, également commentée ci-après
Henri Vernes en 1995.
Nom de naissance Charles-Henri Dewisme
Alias
Gaston Bogard
Cal W. Bogar
Jacques Colombo
Robert Davids
Duchess Holiday
C. Reynes
Pat Richmond
Jacques Seyr
Lew Shannon
Ray Stevens
Henri Vernes
Naissance
Ath (province de Hainaut, Belgique)
Décès (à 102 ans)
Bruxelles (Belgique)
Nationalité Drapeau de la Belgique Belgique
Activité principale
Auteur
Langue d’écriture français
Genres

Œuvres principales

Charles-Henri Dewisme dit Henri Vernes[note 1] est un romancier belge d'expression française né le à Ath et mort le à Bruxelles[2].

Créateur du personnage de Bob Morane en 1953, Henri Vernes est l'auteur de 230 romans d'aventures, souvent mêlés de science-fiction, se déroulant dans le monde entier, voire dans des univers parallèles (cycle d'Ananké) ou encore dans les arcanes de l'espace-temps (le Cycle du Temps).

BiographieModifier

Charles-Henri Dewisme naît à Ath dans le Hainaut le . Ses parents se séparent avant qu’il ait un an et Charles part vivre à Tournai où il est élevé par ses grands-parents maternels Jean-Baptiste et Lucile Dupuis[3]. Il fréquente le collège Notre-Dame jusqu'à l'âge de 16 ans, décroche, travaille dans la boucherie paternelle puis reprend ses études à Enghien[4].

En 1937, à l'âge de 19 ans, ayant rencontré une Chinoise dans le port d'Anvers, il délaisse ses études et s'embarque à Marseille avec de faux papiers pour la suivre en passant par Port-Saïd, Djibouti, Colombo, Singapour, Saïgon et Hong-Kong jusqu'à arriver à Canton, où la belle tenait « un bordel flottant »[5],[4].

De retour en Belgique, il épouse en 1940 Gilberte, « fille d’un diamantaire anversois qui l’initiera à cette profession[4] ». Le couple se sépare un an plus tard. Durant la Seconde Guerre mondiale, il se joint à la Résistance et devient agent des services de renseignements belges. Amoureux d'une agente du MI6, il travaille à son tour pour les services secrets britanniques[6].

C'est aussi pendant la guerre, en 1944, qu'il publie, sous son vrai nom, un premier roman, intitulé La Porte ouverte[5]. En 1945, il va vivre à Paris, mais revient en Belgique en 1949 après la parution de son deuxième roman, La Belle Nuit pour un homme mort[4]. Au cours des années 1950, alors qu'il est journaliste pigiste, Dewisme se voit recommandé au directeur de la maison des éditions Marabout, Jean-Jacques Schellens, qui veut lancer une nouvelle collection pour la jeunesse. C'est ainsi que naît la série des Bob Morane. Le premier livre de la série, La Vallée infernale est publié en 1953 et connaît un grand succès. Il est rapidement suivi par plusieurs dizaines d'autres au fil des ans jusqu'à compter 164 titres en 1993[4]. Durant sa période la plus productive, Vernes parvient à produire jusqu’à six romans par an, certains écrits en un mois[7]. Les aventures de Bob Morane ont fait l'objet d'adaptations en bande dessinée, en série télévisée, en dessins animés et en jeux vidéo[4].

Faisant une pause dans la série Bob Morane, Vernes adopte en 1983 le pseudonyme de Jacques Colombo pour créer DON, une série érotique pour adultes qui se situe entre SAS et San-Antonio.

Il écrit aussi de nombreux articles en tant que journaliste et plusieurs autres romans sous divers pseudonymes, tels Cal W. Bogar, Gaston Bogart, Robert Davids, Duchess Holiday, C. Reynes, Jacques Seyr, Lew Shannon, Ray Stevens, ainsi que sous son véritable nom. Au total, il est l'auteur de 230 titres, totalisant 40 millions d'exemplaires[5].

En 2012, il publie son autobiographie, Mémoires, aux éditions Jourdan.

Henri Vernes est mort à Bruxelles le à l'âge de 102 ans[8],[9]. Il n'a pas eu d'enfant et a légué la totalité de son héritage à une fondation pour les animaux[8].

ŒuvresModifier

 
Bob Morane au format poche, années 1960 et 1970.
  • Sous le nom de Charles-Henri Dewisme
    • La Porte ouverte, La Renaissance du livre, 1944
    • La Belle Nuit pour un homme mort, Triolet, 1949
    • Les Zombis ou le Secret des morts-vivants, Grasset, 1957
  • Sous le pseudonyme de Cal W. Bogar
    • La Véritable Histoire de Will Wiliamson, Défense de la France, 1946
  • Sous le pseudonyme de Gaston Bogart[5]
    • Brandy Street, Laroche, 1953
  • Sous le pseudonyme d'Henri Vernes
    • Les Aventures de Bob Morane, Marabout Junior – 230 titres publiés entre 1953 et 2012
    • Les Conquérants de l'Everest, Marabout Junior no 10, 1953 - ouvrage documentaire
    • Des hommes sur un radeau, Marabout Junior no 56, 1955
    • Les Compagnons de la Flibuste, Marabout Junior no 68, 1956
    • Les Aventures de Luc Dassaut[10]
      • Base clandestine, Bibliothèque de la jeunesse Hachette, 1957
      • Les Rescapés de l'Eldorado, Bibliothèque de la jeunesse Hachette, 1957
    • La Forêt du temps, Bruxelles, Belgique, Éditions La Pierre d’alun,
    • Bob Morane au Québec, Perro, 2012
    • Mémoires, Jourdan, 2012
    • Façon “Série noire”, La Petite Pierre, 2013
    • Jean Ray, 14, rue d'Or, préface de Jean-Baptiste Baronian, illustrations de Thierry Mortiaux, Bruxelles, La Pierre d’Alun, coll. « La Petite Pierre », 2016, 141 p. (ISBN 978-2-87429-099-2).
  • Sous le pseudonyme de Pat Richmond
    • Le désir rôde, PIC, 1954
  • Sous le pseudonyme de Ray Stevens
    • À la recherche du monde perdu, André Bonne, 1954
    • Le Goût du malheur, Centre d'art d'Ixelles, 1994
  • Sous le pseudonyme de Jacques Seyr
    • Les Conquérants du nouveau monde, Marabout Junior no 37, 1954
    • La Hache de guerre, Marabout Junior no 64, 1956
    • L'Or des Incas, Marabout Junior no 72, 1956
  • Sous le pseudonyme de Jacques Colombo
    • DON[11] (série érotico-policière), Série noire, Gallimard - 11 titres publiés entre 1983 et 1986

Adaptation sous forme d'un disque d'aventureModifier

En , Jean Maurel adapte Commando épouvante pour les éditions Musidisc, sous le titre Bob Morane et le Brouillard Doré.[réf. nécessaire]

DistinctionModifier

ArchivesModifier

En 2011, Henri Vernes a fait don de ses archives littéraires aux Archives de l'État à Tournai[13]. Depuis 2020, cette collection inventoriée est ouverte à la consultation. Dans ce fonds d'archives de près de 700 pièces se trouvent des manuscrits originaux et des tapuscrits des aventures de Bob Morane ainsi que différentes éditions des romans en français et en langues étrangères. Outre les romans et les BD dédiés au héros, des interviews, documentaires, critiques littéraires et hommages ont été rassemblés et compilés dans une impressionnante collection de documents couvrant plus d’un demi-siècle. Ces archives englobent l’univers fantastique de Bob Morane et témoignent de l’engouement qu’il suscite auprès de ses fidèles admirateurs. Elles contiennent également les publications de son fan club officiel, les fanzines, les « fanfictions » ainsi que quelques produits dérivés[14].

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Son pseudonyme était originellement Henri Vernès, mais l'accent en a disparu, suite, semble-t-il, à la composition de son pseudonyme en majuscules, à l'époque composées sans accents, sur la couverture de ses premiers romans[1].

RéférencesModifier

  1. « L'écrivain Henri Vernes n'est plus ; il emporte avec lui son héros Bob Morane, l'aventurier », sur LEFIGARO (consulté le )
  2. « Henri Vernes, le père de Bob Morane », sur Focus on Belgium, (consulté le )
  3. « Henri Vernes : "Bob Morane est beaucoup trop parfait" », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  4. a b c d e et f Agence Belga, « Henri Vernes, créateur de Bob Morane, est décédé », Le Soir,‎ (lire en ligne)
  5. a b c et d Macha Séry, « L’écrivain Henri Vernes, père de Bob Morane, est mort », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le )
  6. « Bob Morane : », sur Routard.com (consulté le )
  7. Hubert Prolongeau, « Je me souviens d’Henri Vernes, l’auteur de Bob Morane », sur Télérama, (consulté le )
  8. a et b Jean-Christophe Laurence, « Bob Morane est orphelin », La Presse,‎ (lire en ligne, consulté le )
  9. « Décès d’Henri Vernes, le créateur de Bob Morane », sur actuabd.com, (consulté le )
  10. « Hors Bob Morane » sur bobmorane.fr.
  11. Pour « Danger, érOtisme, violeNce »
  12. « Henri Vernes, créateur de Bob Morane, est décédé », sur lesoir.be, (consulté le ).
  13. Eddy Przybylski, « Henri Vernes : le diamantaire, la Résistance, le bordel chinois... », La Libre Belgique,‎ (lire en ligne)
  14. « Archives de l'État en Belgique. Henri Vernes »

Voir aussiModifier

Article connexeModifier

BibliographieModifier

  • Jacques Dieu, Bob Morane et Henri Vernes, Glénat, 1990
  • Francis Valéry, Bob Morane, Car rien n'a d'importance, 1994
  • Bernard Marle, Bob Morane et Henri Vernes : Un double phénomène, IDE, 1995
  • Stéphane Caulwaerts et Yann, Henri Vernes : À propos de 50 ans d'aventures, À propos, 2003
  • Daniel Fano, Henri Vernes et Bob Morane : Une double vie d'aventures, coll. « Escale des lettres », Le Castor astral, 2007
  • Roger Maudhuy, préface de La Belle Nuit pour un homme mort, Lucien Souny, 2007

Articles de presseModifier

  • Caroline Delage, « Les Morane père et fils », L'Express,‎
  • Pierre Dharréville et Henri Vernes, « Dans l'aventure, depuis cinquante ans. Bande dessinée. Entretien avec Henri Vernes, le créateur de Bob Morane. Il porte sur son héros un regard amusé et explique comment il s'est adapté aux évolutions de la société. », L'Humanité,‎
  • Xavier Houssin et Henri Vernes, « Rencontre. Henri Vernes « Bob Morane est beaucoup trop parfait » », Le Monde des Livres,‎
  • François Houde, « Bob Morane reste en suspens. Un litige entre Henri Vernes et son éditeur européen est à l'origine de la décision de Bryan Perro », Le Nouvelliste,‎
  • Olivier Van Vaerenbergh, « Henri Vernes, héros d'un siècle », Le Vif/L'Express,‎
  • AFP / La Croix, « A 100 ans, le père de Bob Morane garde intact le plaisir de vivre », La Croix,‎
  • Jean-Claude Vantroyen, « Littérature : Henri Vernes était reçu lundi à l’Académie - « Bob Morane me faisait cauchemarder » », Le Soir,‎
  • Jacques Pessis, « Henri Vernes, une vie d'aventures », Le Figaro,‎

ArchivesModifier

  • Romy Gouverneur, Inventaire des archives d'Henri Vernes (1944) 1953-2008, série Inventaires Archives de l’Etat à Tournai n° 39, Archives générales du Royaume, Bruxelles, 2020.

DocumentationModifier

Liens externesModifier