Henri le Raspon

landgrave de Thuringe et antiroi allemand
(Redirigé depuis Henri Raspe)

Henri Raspe IV , dit en français le Raspon[1], né en 1204 et mort le au château de la Wartbourg, fut landgrave de Thuringe et comte palatin de Saxe de 1241 à sa mort. Il était un antiroi opposé à l'empereur Frédéric II et à son fils Conrad IV de Hohenstaufen.

Henri le Raspon
Image dans Infobox.
Le secau de Henri Raspe IV
Fonction
Roi des Romains
Titre de noblesse
Comte palatin
Biographie
Naissance
Décès
Sépulture
Monastère Sainte Catherine d'Eisenach (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Activité
Famille
Ludowinger (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Père
Mère
Sophie de Wittelsbach (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Fratrie
Agnès de Thuringe (d)
Louis de Thuringe
Konrad von Thüringen
Jutta de Thuringe (en)
Irmgard of Thuringia (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Conjoints
Gertrude de Babenberg (d)
Béatrice de Brabant
Élisabeth de Brandebourg (en)
Gertrude de Babenberg (d) (depuis )
Béatrice de Brabant (depuis )Voir et modifier les données sur Wikidata

À sa mort, la lignée des landgraves de Thuringe, descendants de Louis le Barbu, s'éteignit, déclanchant la guerre de Succession de Thuringe. Finalement, la Thuringe passa à la maison de Wettin.

BiographieModifier

Henri est le troisième fils du landgrave Hermann Ier de Thuringe († 1217) et de sa seconde épouse Sophie de Wittelsbach (1170-1238), fille du comte Othon Ier de Bavière. Son frère aîné Louis IV prend la succession de leur père ; en 1228, il épousa Elisabeth De Brandebourg.

 
Le château de la Wartbourg.

Quand Louis meurt en partant à la sixième croisade, le , Henri est arrivé au pouvoir sur le landgraviat de Thuringe en tant que régent et tuteur du landgrave Hermann II, le fils de cinq ans de Louis. Veuve à l'âge de vingt ans à peine, Élisabeth de Hongrie, la future sainte, refuse d'être remariée et Henri la chasse prétendument du château de la Wartbourg à Marbourg. Après la mort d'Élisabeth en 1231, le frère cadet de Henri, Conrad, fut nommé comte de Gudensberg et seigneur des possessions en Hesse.

Henri succède en 1241 à son neveu Hermann II de Thuringe avec le de titre de landgrave et de comte palatin de Saxe. Une légende noire prétend qu'il aurait fait assassiner son jeune neveu pour ceindre la couronne, bien qu'il n'existe pas de preuve manifeste.

Après la mort du pape Grégoire IX, le , Siegfried III von Eppstein, archevêque de Mayence et archichancelier pour la Germanie, se déclare ouvertement contre l'empereur Frédéric II de Hohenstaufen. L'année suivante, Frédéric nomme Henri conjointement au roi Venceslas Ier de Bohême procurateur impérial, chargés d'aider le jeune roi Conrad IV encore mineur à 14 ans.

Roi des RomainsModifier

 
Monument funéraire de l'archevêque Siegfried III. von Eppstein : Siegfried (centre) couronne Henri le Raspon et Guillaume de Hollande.

Le , au concile de Lyon, le pape Innocent IV fait proclamer la déposition de Frédéric II de ses titres d'empereur, de roi des Romains et de roi de Sicile, jugement touchant également son fils illégitime Enzio, roi de Sardaigne. Il délie tous ses sujets de leur fidélité au souverain excommunié.

Contre le parti impérial qui n'accepte évidemment pas cette décision et la conteste juridiquement, le pape cherche des concurrents à son adversaire, et pousse les électeurs ecclésiastiques, l'archevêque de Cologne Conrad de Hochstaden et celui de Mayence, Siegfried III, à élire un nouveau roi des Romains. Le à Veitshöchheim près de Wurtzbourg, Henri fut proclamé antiroi par une minorité de princes-électeurs. Pour cette raison, il fut surnommé autrefois avec dédain le « roi des prêtres » (en allemand : Pfaffenkönig). De toute façon, il s'oppose ainsi à son ancien suzerain comme à son ancien protégé.

Le , il défit près de Francfort sur la Nidda[2] son rival Conrad IV, essentiellement parce qu'il avait su amener le comte Ulrich Ier de Wurtemberg de son côté. Il tint par la suite deux diètes à Francfort et Nuremberg. Conrad IV et son parti ne s'avouant pas vaincus, il mena campagne en Souabe, assiégea Ulm sans succès, puis Reutlingen. Blessé dans une escarmouche à Reutlingen, il se retira au château de la Wartbourg et y mourut le , sans laisser d'héritier mâle.

Sa mort déclenche alors la guerre de Succession de Thuringe (1247-1264) qui provoque l'éclatement du landgraviat de Thuringe : les régions attribuées à Henri l'Enfant de la maison de Brabant, fils de Sophie de Thuringe, formèrent le nouveau landgraviat de Hesse ; en 1265, le titre de landgrave de Thuringe et cette région propre allèrent à Albert, fils du margrave Henri III de Misnie de la maison de Wettin.

MariagesModifier

Henri eut trois épouses :

Tous ces mariages restent toutefois sans enfants. Après la mort de Henri, sa veuve Béatrice se remaria avec Guillaume III de Dampierre, comte de Flandre.

Notes et référencesModifier

SourceModifier

Marie-Nicolas Bouillet et Alexis Chassang (dir.), « Henri le Raspon » dans Dictionnaire universel d’histoire et de géographie, (lire sur Wikisource)