Henri Plagnol

homme politique français

Henri Plagnol
Illustration.
Henri Plagnol en 2010.
Fonctions
Maire de Saint-Maur-des-Fossés

(6 ans et 14 jours)
Élection 16 mars 2008
Prédécesseur Jean-Louis Beaumont (DVD)
Successeur Sylvain Berrios (UMP)
Secrétaire d'État chargé de
la Réforme de l'État

(1 an, 9 mois et 13 jours)
Président Jacques Chirac
Gouvernement Jean-Pierre Raffarin II
Prédécesseur Jean-Paul Delevoye (indirectement)
Successeur Éric Woerth
Député de la 1re circonscription
du Val-de-Marne

(5 ans, 3 mois et 28 jours)
Élection
Prédécesseur Jean-Louis Beaumont (UDF)
Successeur Sylvain Berrios (UMP)

(5 ans, 1 mois et 6 jours)
Élection
Réélection
Prédécesseur Jean-Louis Beaumont (UDF)
Successeur Pierre-Louis Fagniez (UMP)
Conseiller général du Val-de-Marne

(5 ans et 30 jours)
Circonscription Canton de Saint-Maur-des-Fossés-Centre
Prédécesseur Bernard Vincens (UMP)
Successeur Nicolas Clodong (DVD)

(6 ans, 11 mois et 19 jours)
Circonscription Canton de Créteil-Nord
Prédécesseur André Maurin (PS)
Successeur Pierre-Louis Fagniez (DVD)
Biographie
Date de naissance (59 ans)
Lieu de naissance Paris
Nationalité française
Parti politique UDI
Diplômé de École normale supérieure de Saint-Cloud
Sciences-Po Paris
ENA
Profession Maître de conférences à Sciences Po Paris
Conseiller d'Etat

Henri Plagnol, né le à Paris, est un homme politique français.

BiographieModifier

Henri Plagnol naît à Paris, il est l’aîné de cinq enfants. Sa mère est enseignante en lettres et son père, officier dans l'armée de terre.

Après des études au lycée jésuite Saint-Louis de Gonzague à Paris, il est élève en hypokhâgne et en khâgne au lycée Henri-IV, puis à l'École normale supérieure de Saint-Cloud dont il est diplômé en 1980.

Il intègre ensuite l'IEP de Paris, décroche en parallèle une agrégation de sciences sociales et est admis à l'École nationale d'administration, au sein de la promotion Fernand-Braudel (1987)[1]. Il opte à la sortie pour le Conseil d’État, où il devient maître des requêtes[2].

Maître de conférences à Sciences Po, il a également enseigné la géopolitique internationale au sein du master 2 affaires internationales de l'université Paris-Dauphine[3].

Le 1er avril 1993, il entre au cabinet du premier ministre Édouard Balladur, afin d'y être chargé des affaires culturelles - via l'appui de Nicolas Bazire, directeur du cabinet[4]. Le Premier ministre met fin à ses fonctions le 13 avril : Pagnol a fréquenté de trop près une agente de la CIA intéressée par la position de la France concernant les négociations du GATT[2]. La DST utilise alors Pagnol, à son gré et seulement sur quelques rendez-vous, pour jouer les agents doubles vis-à-vis des agents américains. Ses contacts seront expulsés du territoire français à la veille de l'élection présidentielle de 1995[2]. Plagnol se verra alors reprocher par le Conseil d'État son travail avec la DST[5].

En 2000, il publie aux éditions Flammarion un roman intitulé Les Orphelins de l’Empire.

Chevalier de la Légion d’honneur, Henri Plagnol est également signataire du Pacte écologique local proposé par Nicolas Hulot et membre de la Société internationale des Droits de l'homme.

Henri Plagnol est marié et père d'un enfant.

Mandats locauxModifier

En 1989, il est élu au conseil municipal de Saint-Maur-des-Fossés sur la liste du maire Jean-Louis Beaumont et se voit confier la délégation au patrimoine historique et à l'université[6].

En 1994, il est élu conseiller général du Val-de-Marne, dans le canton de Créteil-Nord.

En 1995, il est élu au conseil municipal de Créteil.

En 2001, il est réélu conseiller municipal de Saint-Maur-des-Fossés. Il remporte en 2004 l’élection cantonale pour le canton de Saint-Maur-des-Fossés-Centre, fonction dont il choisit de démissionner en 2009 pour se consacrer à ses autres mandats.

Le , la liste qu’il conduit remporte les élections municipales de Saint-Maur-des-Fossés en recueillant 45,4 % des voix au second tour, dans une triangulaire face aux listes de Jean-Bernard Thonus (DVD) et Philippe Rosaire (PS).

Le , face à l'opposition de sa propre majorité municipale, il est contraint de retirer deux délibérations à l'ordre du jour du conseil municipal de Saint-Maur, portant sur une hausse de 23 % de la CFE et sur la décision modificative du budget[7]. Quelques jours plus tard, le , 14 adjoints au maire (sur 16) suivis par 13 conseillers municipaux (dont deux de l'opposition) demandent solennellement la démission du maire[8] dans leur appel pour une nouvelle majorité[9].

Le , Henri Plagnol annonce sa candidature à l'élection municipale de 2014. À l'issue du second tour, il est battu par Sylvain Berrios. Élu conseiller municipal, il démissionne de cette fonction.

Mandats nationauxModifier

En 1993, il est élu député suppléant de la première circonscription du Val-de-Marne.

En 1997, il est élu député UDF de la première circonscription du Val-de-Marne, en remportant le second tour avec 58,09 % face à la candidate PS Michèle Sabban (le député sortant et maire de Saint-Maur-des-Fossés Jean-Louis Beaumont étant éliminé dès le premier tour)[10].

En 2002, il est réélu député de la première circonscription du Val-de-Marne sous l'étiquette UMP, avec 62,08 % au second tour. Appelé au gouvernement, il cède sa place à son suppléant[10].

En 2007, il est réélu député de la première circonscription du Val-de-Marne, en obtenant 54,23 % au second tour face au candidat Modem, l’ancien journaliste Jean-Marie Cavada. Lors de sa campagne, il avait notamment reçu une visite de soutien de Simone Veil[10].

Membre de la commission des Affaires étrangères de l'Assemblée nationale, il est notamment l’auteur, avec le député PS Jean Glavany, d’un rapport parlementaire intitulé Afghanistan : un chemin pour la paix. Il est également membre de la délégation française à l'Assemblée parlementaire de l'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe.

En , il se voit confier par le président de la République Nicolas Sarkozy une mission parlementaire destinée à inventer une nouvelle gouvernance économique en Europe[11].

Il présente sa candidature pour les élections législatives de 2012[12] et est élu. Le , le Conseil constitutionnel annule son élection car son suppléant était déjà inscrit comme suppléant lors des sénatoriales de 2011[13],[14]. Une nouvelle élection a lieu les 9 et . Au second tour, Henri Plagnol est battu par Sylvain Berrios qui se présentait en tant que dissident UMP.

Fonctions ministériellesModifier

Le , au lendemain de sa réélection en tant que député de première circonscription du Val-de-Marne, il est appelé par Jacques Chirac, président de la République, au sein du deuxième gouvernement de Jean-Pierre Raffarin.

Il y occupe les fonctions de secrétaire d'État à la Réforme de l'État, auprès du ministre de la Fonction publique, de la Réforme de l'État et de l'Aménagement du territoire, Jean-Paul Delevoye[15].

À ce titre, il a surtout œuvré en faveur d'un plan de développement de l’usage des nouvelles technologies de l’information et de la communication dans l'administration française, au niveau central et dans les collectivités territoriales (plan ADELE)[16].

Il a également été à l’initiative d’un plan destiné à simplifier la vie des Français et introduire des critères d’évaluation de la qualité du service rendu dans l’administration.

Affaires judiciairesModifier

Il est jugé en pour détournement de fonds publics et faux en écriture dans le cadre d'un marché de communication passé entre la ville de Saint-Maur et une filiale de Bygmalion, de à . Trois de ses collaborateurs sont également poursuivis pour complicité de recel de détournements de fonds[17].

Reconnu coupable de complicité de détournement de fonds publics en , Henri Plagnol est condamné à trois ans d'inéligibilité et un an d'emprisonnement avec sursis[18].

Mandats électifsModifier

Mandats parlementairesModifier

Mandats locauxModifier

Fonction ministérielleModifier

  • -  : secrétaire d'État chargé de la Réforme de l’État auprès du ministre de la Fonction publique, de la Réforme de l'État et de l'Aménagement du territoire à la réforme de l'État.

OuvrageModifier

Notes et référencesModifier

  1. http://www.lepoint.fr/archives/article.php/353927
  2. a b et c Stéphane Joahny, « Une Américaine à Paris », Le Journal du Dimanche,‎ (lire en ligne, consulté le 22 avril 2020)
  3. http://www.saint-maur.com/Le-Depute-Maire
  4. Patricia Tourancheau, « Ces hauts-fonctionnaires utilisés par la DST pour piéger les services américains », sur Libération.fr, (consulté le 22 avril 2020)
  5. « Quand Henri Plagnolroulait pour la DST », sur L'Obs (consulté le 22 avril 2020)
  6. http://www.ensemblepoursaintmaur.fr/campagne/equipe.php?r=henri
  7. http://94.citoyens.com/2012/henri-plagnol-somme-de-demissionner-par-sa-majorite-municipale,17-10-2012.html
  8. http://www.leparisien.fr/val-de-marne-94/les-elus-veulent-la-tete-du-maire-de-saint-maur-18-10-2012-2243303.php
  9. http://www.lehelloco.fr/appeldemissionplagnol/
  10. a b et c http://www.assemblee-nationale.fr/13/tribun/fiches_id/2424.asp
  11. http://www.elysee.fr/president/les-actualites/communiques-de-presse/2010/juin/lettres-de-mission-adressees-a-mme-constance-le.9214.html
  12. « Plagnol se met en difficulté avec son suppléant », Le Parisien, .
  13. L'élection de Devedjian et Plagnol annulée, Le Figaro, 18 octobre 2012.
  14. Plagnol ravi de repartir en campagne, Le Figaro, 18 octobre 2012.
  15. http://www.lexpress.fr/actualite/politique/le-gouvernement-raffarin-ii_498678.html
  16. http://www.internet.gouv.fr/archives/rubrique12dd.html?id_rubrique=368
  17. « L'ex-maire de Saint-Maur au tribunal pour des fausses factures avec une filiale de Bygmalion », La Voix Du Nord,‎ (lire en ligne)
  18. « Fausses factures avec Bygmalion : trois ans d'inéligibilité pour l'ex-ministre Henri Plagnol », sur www.europe1.fr (consulté le 22 novembre 2017)
  19. Fiche de député (XI législature) sur le site de l'assemblée nationale.
  20. Fiche de député (XII législature) sur le site de l'assemblée nationale.
  21. Fiche de député (XIII législature) sur le site de l'assemblée nationale.
  22. http://www.conseil-constitutionnel.fr/conseil-constitutionnel/francais/les-decisions/acces-par-date/decisions-depuis-1959/2012/2012-4565/4567/4568/4574/4575/4576/4577-an/decision-n-2012-4565-4567-4568-4574-4575-4576-4577-an-du-18-octobre-2012.115815.html

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier