Ouvrir le menu principal

Henri Larrivée

chanteur français d'opéra
Henri Larrivée
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 65 ans)
Nationalité
Activités
Autres informations
Tessiture

Henri Larrivée (né le à Lyon et mort le ) est un chanteur d'opéra français. Sa tessiture est basse-taille (équivalent à une voix de baryton)[1].

Sommaire

BiographieModifier

D'après Fétis, Larrivée travaillait en tant qu'apprenti auprès d'un perruquier quand le directeur de l'Opéra de Paris, Rebel, repéra son talent pour le chant et l'engagea dans les chœurs[2]. Il fait sa première apparition en tant que soliste en 1755 dans une reprise de Castor et Pollux de Rameau[3]. Il est particulièrement associé aux œuvres de Christoph Willibald Gluck, l'aidant à établir sa réforme de l'opéra en France[1]. Il trouvait le rival de Gluck, Niccolò Piccinni, moins sympathique mais a tout de même travaillé avec lui sur la création de plusieurs opéras, dont Roland (1778)[4].

Après avoir obtenu une rente en 1779, il se retire de l'Académie royale de musique en 1786 et consacre la plupart de son temps à s'occuper de ses deux filles (qui jouaient de la harpe et du violon)[5].

L'écrivain Émile Campardon a décrit Larrivée ainsi : « L'artiste, qui avait tout - une bonne figure, une grande variété, une voix souple, et un jeu à la fois naturel et intelligent - a bien mérité les applaudissements qu'il a reçu au cours d'une carrière de plus de trente ans. Presque chaque nouvelle œuvre dans laquelle il apparaissait était un succès. »[6]. Fétis affirme que Larrivée avait une tendance à chanter en nasal sur les notes aigües et cite un bon mot d'un membre du public : « Voilà un nez qui a une belle voix! »[7].

Larrivée était marié à la soprano Marie Jeanne Larrivée, née Lemière (1733-1786)[4].

Rôles créésModifier

Larrivée a été le premier chanteur à interpréter les rôles suivants[8] :

Larrivée aurait aussi dû jouer le rôle d'Arcalaüs dans Amadis de Gaule de Johann Christian Bach mais a été forcé de se retirer pour des raisons de santé.

Notes et référencesModifier

  1. a et b Dratwicki p. 85
  2. Fétis p. 199
  3. Rushton p. 268
  4. a et b Rushton p. 269
  5. Pitou, p. 324
  6. Cité par Dratwicki, p. 85
  7. Fétis p. 200
  8. Pitou, pp. 322-323

SourcesModifier