Ouvrir le menu principal
Henri Laffillée
Fonction
Architecte en chef des monuments historiques
Biographie
Naissance
Décès
Nom de naissance
Louis, Henri LaffilléeVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activité
Conjoint
Jeanne Barbier (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Enfant

Louis-Henri Laffillée, ou Henri Laffillée, est un architecte français, architecte en chef des monuments historiques et architecte diocésain, né à Paris le , mort en 1947.

Sommaire

BiographieModifier

Henri Laffillée a été élève de l'École des Beaux-Arts, dans la promotion de 1876. Il a été l'élève de Charles Laisné et de Léon Ginain. Pendant sa scolarité, il a reçu le 1er prix Rougevin, le prix Chaudesaignes. Il est sorti diplômé de l'école en 1885.

Il est entré dans le Service des monuments historiques en 1890. Il a fait de nombreux relevés de peintures murales pour la Commission des monuments historiques. Il est nommé architecte en chef des monuments historiques en 1898. Il a été responsable des monuments historiques de la Lozère, de la Sarthe, de l’arrondissement de Sceaux, du Rhône, de la Loire, de l’Ain et de la Sainte-Chapelle.

Il participe à la restauration du château des Milandes pour Charles Auguste Claverie[1].

Il fait restaurer les voûtes de l'abbatiale Sainte-Foy de Conques par la Société Bétons armés Hennebique, en 1910[2]

Il est l'architecte de l'immeuble d'habitation de la Société foncière Lyonnaise, rue Poissonnière, Paris 2e construit en 1904-1905 sur les plans de la société Bétons armés Hennebique[3].

Il a démissionné du Service des monuments historiques en 1921.

Il a habité dans un hôtel particulier, situé au 43 rue de Beaune, à Paris 7e, qu'il a vendu à Gallimard pour y installer le siège de la NRF en 1929[4].

FamilleModifier

Henri Laffillée est mariée à Jeanne Barbier (1852-1926), fille de Jules Barbier (1825-1901) et de Marie Renard (1827-1897), et sœur de Pierre Barbier[5],[6]. Il est le père de l'architecte Jacques Laffillée.

PublicationsModifier

  • avec Pierre Gélis-Didot, La peinture décorative en France du XIe au XVIe siècle, Librairie centrale d'architecture, 1889[7].
  • Les peintures murales de l'église de Poncé, G. Fleury et A. Dangin, 1892
  • Il a fait des dessins du château et le plan pour l'article du baron Fernand de La Tombelle, Le château de Castelnaud, dans Bulletin de la Société historique et archéologique du Périgord, 1918, p. 204-217, 245-259, 294-307 (lire en ligne)
  • L'architecture et la décoration. De l'âge de pierre à nos jours. Évolution des formes, Les éditions historiques et religieuses, Paris, 1939, 3 tomes.

DistinctionModifier

  • Médaille de 2e classe en architecture au Salon des artistes français, en 1890.

Notes et référencesModifier

AnnexesModifier