Ouvrir le menu principal

Éléments biographiquesModifier

Après des études au collège Saint-François-de-Sales (Évreux), il entre en 1894 à l'École des beaux-arts [2] et en sort diplômé en 1900. En 1901, il intègre l'atelier de Scellier de Gisors [2].

Par la suite, entre 1895 et 1899, son atelier personnel est installé au 20, boulevard du Montparnasse à Paris[2].

Il s'expose au salon des artistes français (SAF) de 1895 : 1. Vire, l'horloge.- 2. Falaise, la tour des Cordeliers, aquarelles; SAF de 1896 : Intérieur de Saint-Germain-des-Prés; ferme de Fauville, près Évreux; SAF de 1899 : La justice de paix à Pont-l'Évêque (Calvados), aquarelle; L'évêché d'Évreux (Eure), soleil couchant; SAF de 1901 : Une maison de chasse, mention honorable.

Le 19 janvier 1928, il est reçu à la société des architectes diplômés du gouvernement. Il en démissionne en 1940.

RéalisationsModifier

Une de ses réalisations les plus notables est le manoir de Beaumarchais [3] (commune des Chapelles-Bourbon en Seine-et-Marne) pour Louis Boucheron (1874-1959), fils unique du joaillier Frédéric Boucheron (1830-1902). Commandité en 1927, il est achevé en octobre 1928. L'extérieur de cette demeure est inscrit depuis 1995 au titre des Monuments historiques.

Suivant la notice de la base Mérimée, « le style de l'édifice, diversement qualifié de normand, pseudo-normand ou anglais, le fait clairement relever du mouvement régionaliste ».

En région parisienne, Henri Jacquelin construit de nombreuses demeures parmi lesquelles :

En Normandie, on lui doit :

Autres œuvres notablesModifier

Henri Jacquelin intervient sur les ouvrages suivants :

 
Château d'Hattonchâtel - Meuse.

En Belgique lui est attribuée l'église Saint-Paul à Lokeren[16].

Autres œuvres méconnues probablesModifier

  • Bâtiment non identifié de M. Jacquelin, Évreux (Eure) 1919 [2]
  • Villa pour M. Ségard, non localisée, Marcq-en-Barœul (Nord) 1929 [3]
  • Ferme d'Hulliois de M. Prouvost, non localisé (Nord) : habillage de silos en tour de château-fort 1929 [4]
  • Ferme des Marguerites, Mouvaux (Nord) : transformation 1933 [5]

Ne pas confondre avec son homonyme Henri Pierre Jacquelin 1883-1937Modifier

Le dossier d'élève aux beaux-arts d'Henri Pierre Jacquelin atteste de son activité en Île-de-France :

  • Bâtiment non identifié pour M. Gadenne, Domaine de Grandchamp, Le Pecq (Yvelines) 1929 [6]
  • Salle des fêtes de la commune du Pecq [17] 1930 à 1934.

DistinctionsModifier

RéférencesModifier

  1. Le Figaro du 02/06/1940, le carnet du Figaro p.2
  2. a b et c « Les architectes élèves de l'École des beaux-arts (1793-1907) », sur http://bibliotheque-numerique.inha.fr, (consulté le 5 juin 2016), p. 299
  3. « Manoir de Beaumarchais », notice no PA00135371, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  4. « Maison dite Villa les Tourneroches, parc », notice no IA92000340, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  5. « Si on classait les Tourneroches à Saint-Cloud », sur sauv-derniere.over-blog.org (consulté le 14 janvier 2014)
  6. « Maison de notable », notice no IA78000507, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  7. « Projet de stade pour la commune de Saint-Germain-en Laye. », notice no IA78000048, base Mérimée, ministère français de la Culture
  8. « Château de la Croix Richard », notice no IA00019283, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  9. Franck Beaumont, Philippe Seydoux Gentilhommières des pays de l'Eure, Morande, 1999, page 404.
  10. « Château du Petit-Fontaine », notice no IA00121736, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  11. « Château fort, château de Malou », notice no IA00050152.
  12. « Château », notice no IA00018177.
  13. « Église paroissiale Saint-Martin », notice no IA00017228, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  14. « Château Saint-Hilaire », notice no PA27000050, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  15. « Château d'Hattonchâtel », notice no PA00106674, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  16. Église Saint-Paul de Lokeren [1].
  17. Notice no IA00052791.

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

  • Edmond Delaire, Louis David de Pénanrun, Louis Roux, Les architectes élèves de l'École des beaux-arts (1793-1907), préface de Charles Garnier, Librairie de la construction moderne, 2e éd., 1907, p. 299 en ligne [7]
  • Armand Guérinet éditeur, 1901 - Salon de 1901 : l'architecture aux expositions des beaux-arts.
  • Biographie rédigée par Marie-Laure Crosnier Leconte : Institut national d’histoire de l’art [8]  

Liens externesModifier