Henri Guybet

acteur français
Henri Guybet
Description de cette image, également commentée ci-après
Henri Guibet vers 1975 (portrait au crayon).
Nom de naissance Henri Jules Louis Guybet
Naissance (86 ans)
14e arrondissement de Paris (France)
Nationalité Française
Profession Acteur
Films notables Les Aventures de Rabbi Jacob
Pas de problème
On a retrouvé la septième compagnie
La Septième Compagnie au clair de lune
Le Pion

Henri Guybet est un acteur français, né le dans le 14e arrondissement de Paris.

Comédien de café-théâtre dès la fin des années 1960, membre fondateur du Café de la gare avec Romain Bouteille, Coluche, Patrick Dewaere et Miou-Miou, il incarne ensuite un second rôle prolifique du cinéma français, dans de grands succès comiques comme Quelques messieurs trop tranquilles (1972), Les Aventures de Rabbi Jacob (1973), plusieurs films avec Pierre Richard tel Le Retour du grand blond (1974), ainsi que On a retrouvé la septième compagnie (1975) et La Septième Compagnie au clair de lune (1977). La suite de sa carrière lui permet de s'imposer comme une figure du théâtre de boulevard. En plus de cinquante ans de carrière, il n'a pu jouer qu'un seul rôle principal au cinéma, dans Le Pion en 1978.

Il s'illustre également dans le doublage, notamment dans le rôle du dinosaure en jouet Rex des films Toy Story.

Image externe
Portrait d'Henri Guybet[1]

Biographie modifier

Henri Guybet passe son enfance dans le 19e arrondissement de Paris, avenue Simon-Bolivar où sa mère est couturière. À la fin des années 1950, Il participe à la guerre d'Algérie pendant son service militaire[2].

Après l'armée, il s'inscrit au cours de Dullin tenu par Lucien Arnaud. Engagé par le renommé metteur-en-scène Jean Vilar, il débute dans le rôle d'un hallebardier, dans la pièce Antigone, au Théâtre national populaire de Paris.

À la fin des années 1960, il découvre le café-théâtre, notamment au sein du Café de la gare, aux côtés de Coluche, Patrick Dewaere, Romain Bouteille et Miou-Miou, qu'il participe lui-même à fonder. En parallèle à son travail de comédien, il participe à des tournages publicitaires, permettant notamment de cofinancer le Café de la Gare, comme ses comparses de la troupe. En 1972, Gérard Oury lui offre son premier grand rôle au cinéma dans Les Aventures de Rabbi Jacob qui connait un très grand succès, où il joue Salomon, le chauffeur juif de Louis de Funès. L'aspect culte de la réplique « Salomon, vous êtes juif ? » le fait entrer dans la mémoire collective populaire[3].

Henri Guybet commence à être reconnu au cinéma et à la télévision, bien avant Patrick Dewaere et Coluche, issus eux aussi du Café de la Gare. Son talent comique reconnu par Georges Lautner, lui permet de s'épanouir dans la comédie Pas de problème ainsi qu'auprès de Robert Lamoureux, lequel le choisit pour remplacer Aldo Maccione devenu trop coûteux, dans On a retrouvé la septième compagnie.

Ces deux grands succès populaires lui permettent de décrocher le rôle principal du film Le Pion, où il interprète Bertrand Barabi. Ce modeste « pion » est encouragé par une jeune veuve (Claude Jade), pour accomplir sa démarche littéraire comme romancier avant qu'il ne rencontre un succès inespéré. Cet premier rôle et va rester son seul rôle romanesque. Vers la fin des années 1970, il tourne plusieurs « nanars » et devient un second rôle apprécié des réalisateurs et producteurs.

À partir des années 1980, la scène lui permet de s'épanouir comme une référence du théâtre de boulevard.

Depuis 1981, on ne lui propose plus de rôles marquants au cinéma. Pour autant, il ne tente pas la comédie dramatique, refusant par exemple des rôles de policier ou de truand, mais il accepte de jouer des personnages considérés comme « sympathiques », comme pour le rôle du soldat Tassin dans les deuxième et troisième films de la trilogie de Robert Lamoureux, La Septième Compagnie.

Ce personnage récurrent semble lasser les cinéastes et les producteurs, dont certains le considérent dès lors comme passé de mode; ils hésitent par la suite à lui donner des rôles d'envergure, le cantonnant le plus souvent à des seconds ou des troisièmes rôles, dans des films à petit budget qui ne marquent pas le public.

Ainsi, au milieu des années 1980, Henri Guybet tourne le plus souvent pour la télévision, dans des téléfilms et fictions. Pour ces différents motifs, il s'investit dans le théâtre de boulevard, genre de spectacle qu'il apprécie, en jouant notamment des pièces de Feydeau.

En 1985, comme bien d'autres acteurs et célébrités de l'époque, il enregistre une chanson, disque 45 tours, intitulée T'as ta tête où ?.

Durant les années 1990 son succès est relatif par rapport à l'« âge d'or » des années 1970 et du tout début des années 1980[4], où des cinéastes comme Georges Lautner ou Gérard Oury ont fait appel à lui.

Il réside à Bouray-sur Juine (Essonne, Île-de-France) depuis 1993 environ[5].

Depuis les années 2000, il continue de participer à de nombreux doublages, pour des films d'animation (Toy Story, 1001 pattes, etc.).

En 2012, le journaliste et réalisateur Gilles Botineau se penche sur son parcours et lui consacre un portrait documentaire de 52 minutes, Henri Guybet, le rire tranquille, revenant sur l'ensemble de sa carrière[6]. L'occasion pour le comédien de raconter son histoire et évoquer ses illustres partenaires[7].

Il intervient également parfois comme "témoin" et dans des documents d'archives des documentaires sur le Café de la Gare du Marais de Paris et leur bande de l'époque parmi lesquels Romain Bouteille, Patrick Dewaere, Miou-Miou, Coluche, Depardieu.... Dont celui de 2020 par Guillaume Meurice diffusé sur France 5 pour l'anniversaire de cette troupe.

En 2021, le groupe français Ultramoderne signe une chanson hommage à Henri Guybet dans l'album Laperformancestvulguaire[8] et l'interprète sur scène, le 28 août 2022 à Lyon, dans le cadre du Festival Baston.

Son fils Christophe Guybet est également comédien.

Filmographie modifier

Cinéma modifier

Télévision modifier

Théâtre modifier

Doublage modifier

Cinéma modifier

Films modifier

Films d'animation modifier

Télévision modifier

Séries télévisées modifier

Séries d’animation modifier

Jeux vidéo modifier

Voix-off modifier

Publication modifier

Discographie modifier

Distinctions modifier

Notes et références modifier

  1. Source: Allociné.
  2. « BOUM ! En voiture avec Henri » (consulté le )
  3. « Rencontre avec : Henri Guybet », sur Culture aux trousses, (consulté le ).
  4. Télé 7 Jours no 1144, semaine du 1er au 7 mai 1982, pages 86 et 87, portrait-interview d'Henri Guybet par Paulette Durieux : "C'est, actuellement, un homme très demandé."
  5. http://www.leparisien.fr/essonne-91/essonne-henri-guybet-salomon-dans-rabbi-jacob-star-de-tout-un-village-29-03-2019-8042421.php#xtor=EREC-109-[NLalaune]---${_id_connect_hash}@1
  6. « Lumière sur les seconds rôles », sur CharenteLibre.fr (consulté le )
  7. « - YouTube », sur YouTube (consulté le ).
  8. « ULTRAMODERNE - Henri Guybet ♡ » (consulté le )
  9. Doublage réalisé dans les années 1980.
  10. a b c d e f g h i et j Interprété par Wallace Shawn en version originale.
  11. Interprété par Richard Kind en version originale.
  12. Doublé par Tony Haygarth en version originale.
  13. Doublé par John Ratzenberger en version originale.
  14. Interprété par Michael Schlingmann en version originale.
  15. Doublé par Dick Van Dyke en version originale.
  16. Doublé par Fred Tatasciore en version originale.
  17. Doublé par Mel Brooks en version originale.
  18. Une série doublée à partir de 1993.
  19. Doublé par Billy West en version originale.

Liens externes modifier