Ouvrir le menu principal

Henri Benoît Jules de Béthizy de Mézières

évêque et personnalité politique française
Henri Benoît
Fonctions
Évêque d'Uzès
-
Député
Évêque catholique
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 72 ans)
LondresVoir et modifier les données sur Wikidata
Activités
Homme politique, ecclésiastiqueVoir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Religion

Henri Benoît Jules de Béthizy de Mézières est le 64e évêque d'Uzès, son épiscopat dure de 1779 à 1792. Il était né le au château de Mézières-en-Santerre, près Amiens et décédé le à Londres, d'une famille de Valois alliée à la maison de Savoie. Il fut d'abord grand-vicaire du cardinal Alexandre Angélique de Talleyrand-Périgord, archevêque de Reims.

Sommaire

ChronologieModifier

1779.   Il est élu évêque.
1780.   Il fut sacré le 16 janvier et fit son entrée solennelle à Uzès le 4 octobre suivant.
1789.   Il fut nommé député du clergé du Languedoc aux États généraux de 1789 et protesta contre le refus fit l'Assemblée nationale de déclarer que la religion catholique était la religion d'État.
1792.   Obligé de quitter la France, il séjourna successivement à Bruxelles, en Allemagne, en Hollande. Il rentra à Paris quatre jours après l'exécution de Louis XVI, et il écrivait à ce moment :

« J'ai trouvé Paris aussi tranquille, aussi livré à la dissipation et à la joie que si aucun crime n'y eût été commis. »

De Paris, il retourna à Bruxelles et passa ensuite en Angleterre. Lors du concordat, il hésita d'abord à s'y soumettre; mais il ne tarda pas à lui donner son adhésion.

1814.   Il fut l'un des promoteurs de la Restauration, qui lui permit de faire une réapparition à Paris.
1817.   Il retourna de Paris à Londres, où il mourut. Il y est inhumé dans le cimetière Saint-Pancrace, qu'une ligne ferrée traverse aujourd'hui. Son tombeau est à côté de celui de Monseigneur de Malide, évêque de Montpellier. Son épitaphe est ainsi conçue :

« Illustrissimus et Reverendissimus in DD.
Henricus-Benedictus de Bethizy
Ucetiensis Episcopus (in Gallia)
. »


Béthizy porte d'azur fretté de six pièces d'or. Devise : et virtus, et sanguis.

SourceModifier

« Henri Benoît Jules de Béthizy de Mézières », dans Adolphe Robert et Gaston Cougny, Dictionnaire des parlementaires français, Edgar Bourloton, 1889-1891 [détail de l’édition]

Notes et référencesModifier

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier

BibliographieModifier

  • Guillaume Catel, Mémoires sur l'histoire du Languedoc, Toulouse, .
  • Louis de la Roque, Armorial de la noblesse du Languedoc, Paris, (lire en ligne).
  • Eugène Germer-Durand, Le Prieuré et le Pont Saint-Nicolas de Campagnac, Nîmes, (lire en ligne).
  • Joseph-Hyacinthe Albanès et chanoine Ulysse Chevalier, Gallia christiana novissima : Histoire des archevêchés, évêques et abbayes de France d'après les documents authentiques recueillis dans les registres du Vatican et les archives locales, Arles, (lire en ligne).
  • Joseph Vaesen et Étienne Charavay, Lettres de Louis XI, vol. X, Paris, Librairie Renouard, (lire en ligne), p. 140, note no 1, principalement d'après Gallia christiana, t. VI, p. 643 ainsi que Le bulletin du Comité historique des monuments écrits de l'histoire de France, Histoire, sciences, lettres, t. III, p. 247, Paris 1852.
  • A. Debat, « Trois frères évêques en Rouergue, Pierre d'Aigrefeuille, évêque de Vabres (1347-1349), Raymond d'Aigrefeuille, évêque de Rodez (1349-1361), Faydit d'Aigrefeuille, évêque de Rodez (1361-1371) », La Revue du Rouergue, vol. 19,‎ , p. 375-424 (lire en ligne)
  • Georges Charvet, La première maison d'Uzès, étude historique et généalogique de la première maison d'Uzès suivi du catalogue analytique des évêques d'Uzès, Nîmes, Lacour-Ollé, éditeur, 2002 (réimpression).