Ouvrir le menu principal

Henri Édouard Claudel

général français

BiographieModifier

Début de carrière et Première Guerre mondialeModifier

Claudel devient lieutenant-colonel le 24 septembre 1911, avant d’être affecté au 3e régiment de tirailleurs sénégalais le 24 février 1913. Il devint chevalier de la Légion d’honneur le 11 mai 1913 et fut promu colonel le 1er novembre 1914, tout en recevant le commandement du 3e Régiment d’infanterie coloniale. Peu après (6 décembre), il est affecté au commandement du 33e Régiment d’infanterie avant de prendre le commandement de la 65e Brigade d’infanterie le 10 janvier 1915. Le 31 août, Claudel est devenu chef d’état-major de la région de la forteresse de Verdun et, le 11 octobre, il a assumé le même rôle au sein du Groupe d’armées de l’Est. Il devient second aide de camp de l’état-major général de l’armée française le 22 janvier 1916 et le 1er octobre, il est promu général de brigade, peu après (28 octobre) être nommé officier de la Légion d’honneur. Du 17 décembre 1916 au 2 mai 1917, Claudel occupe le poste de second aide de camp de l’état-major général des armées du Nord et du Nord-Est. Le 20 mai, il est nommé commandant de la 59e Division d’infanterie de réserve, poste qu’il occupe jusqu’à sa promotion au grade de général de division et commandant du 17e Corps d’armée le 10 juin 1918.

Carrière d’après-guerreModifier

Il reste avec le 17e Corps après la fin de la Première Guerre mondiale jusqu’au 1er mars 1919, date à laquelle il est resté sans affectation jusqu’à ce qu’il soit nommé commandant de l’armée française de l’Est le 20 mai. Il a été libéré de ce rôle le 8 avril 1920, est devenu commandant de la Légion d’honneur le 16 juin et n’a pas occupé de poste jusqu’au 12 novembre, date à laquelle il est devenu membre du Comité consultatif sur la défense coloniale. Le 17 mars 1922, il a été placé sous le commandement des troupes en Afrique de l’Ouest française, rôle qu’il a rempli jusqu’au 23 février 1924. Le 17 octobre, Claudel est nommé commandant du Corps colonial français et, du 3 juin 1925 au 13 janvier 1936, inspecteur général des troupes coloniales, poste qu’il occupe en même temps qu’il préside le Comité consultatif de la défense coloniale. Il devient grand officier de la Légion d’honneur le 21 décembre 1926 et du 5 décembre 1927 au 13 janvier 1936 (date à laquelle il est inscrit sur la liste de réserve) Claudel est membre du Conseil suprême de la guerre. Il a été promu Grand-Croix de la Légion d’honneur le 30 décembre 1933.

DécorationsModifier

Outre la Grand-Croix de la Légion d’honneur, il a reçu de nombreuses récompenses et décorations militaires. Ce sont notamment la prestigieuse Médaille militaire réservée aux généraux et la Croix de Guerre, la Médaille Interalliée 1914-1918 et la Médaille commémorative de la Grande Guerre pour services au cours de la Première Guerre mondiale. On lui a également conféré la médaille coloniale avec agrafe pour le Maroc 1925, le Sénégal, la Côte d’Ivoire, le Soudan, l’Afrique-Occidentale française et la Mauritanie. Des gouvernements étrangers lui ont conféré enfin des distinctions comme la Croix de guerre (Belgique) avec le rang de commandeur de l’Ordre de Léopold de Belgique, la Army Distinguished Service Medal et la Grand-Croix de l’Ordre du Ouissam alaouite du Maroc.

GradesModifier

  • 24/09/1911 : lieutenant-colonel
  • 01/11/1914 : colonel
  • 01/10/1916 : général de brigade
  • 10/06/1918 : général de division

DécorationsModifier

     
   

IntitulésModifier

Décorations étrangères

PostesModifier

  • 24/02/1913 : affecté au 3e Régiment de Marche de Tirailleurs Sénégalais
  • 01/11/1914 : commandant du 3e Régiment d'Infanterie Coloniale
  • 06/12/1914 : commandant du 33e Régiment d'Infanterie
  • 10/01/1915 : commandant de la 65e Brigade d'Infanterie
  • 31/08/1915 : chef d'état-major de la Région fortifiée de Verdun
  • 11/10/1915 : chef d'état-major du groupe d'armées de l'Est
  • 22/01/1916 : deuxième aide major général des armées françaises puis, le 17/12/1916 deuxième aide major général des armées du Nord et du Nord-Est
  • 02/05/1917 : en disponibilité.
  • 20/05/1917 : commandant de la 59e Division d'Infanterie de Réserve
  • 10/06/1918 : commandant du 17e Corps d'Armée
  • 27/10/1918 : commandant du 2e Corps d'Armée Colonial
  • 01/03/1919 : en disponibilité.
  • 20/05/1919 : commandant de l'armée française d'Orient.
  • 08/04/1920 : en disponibilité.
  • 12/11/1920 : membre du Comité consultatif de défense des colonies.
  • 17/03/1922 : commandant supérieur des troupes du groupe de l'Afrique Occidentale Française.
  • 23/02/1924 : en disponibilité.
  • 17/10/1924 : commandant du Corps d'Armée Colonial
  • 03/06/1925 - 13/01/1936 : inspecteur général des Troupes Coloniales.
    • 10/06/1925 - 13/01/1936 : président du Comité consultatif de défense des colonies.
    • 12/05/1927 - 13/01/1936 : membre du Conseil Supérieur de la Guerre.
  • 13/01/1936 : placé dans la section de réserve.

Notes et référencesModifier

Liens externesModifier