Ouvrir le menu principal

Hellphone

film sorti en 2007
Hellphone
Réalisation James Huth
Scénario Jean-Baptiste Andrea
James Huth
Sonja Shillito
Acteurs principaux
Pays d’origine Drapeau de la France France
Durée 98 min
Sortie 2007

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Hellphone est un film français réalisé par James Huth, sorti en 2007.

SynopsisModifier

À Paris, Sid est un lycéen en terminale à Henri-IV fan d'AC/DC. Il rêve d'avoir un téléphone portable, avec lequel il espèrerait séduire la très charmante Angie qui arrive de New York.

Mais cette dernière sort actuellement avec Virgile, le playboy du lycée. Un jour, Sid découvre un bazar chinois, où il va se procurer un portable très particulier...

Fiche techniqueModifier

DistributionModifier

Autour du filmModifier

  • On notera une petite apparition de Jean Dujardin dans le rôle du « Warrior de la boue », crédité au générique sous le nom de « Brice Agostini », le vrai nom de Brice de Nice, qui a d'ailleurs été adapté en film par James Huth. Il en reprendra le « cassé », accompagné d'un mouvement de tête évocateur du personnage.
  • Durant le film, les personnages de Sid et Angie vont voir Dead End, un film coproduit en 2003 par le réalisateur James Huth. Les réalisateurs Jean-Baptiste Andrea et Fabrice Canepa sont dans la salle. Très concentrés, ils regardent le film, tout en mangeant du popcorn.
  • Lorsque les parents d'Angie partent en voyage, ses amis arrivent chez elle avec un journal dont la Une est : « Le docteur HUTH enfin récompense. »
  • James Huth rend un hommage à Forrest Gump en insérant cette réplique : « La vie c'est comme une boîte de chocolat, on ne sait jamais sur lequel on va tomber. »
  • Le film est en grande partie inspiré du film Christine, de John Carpenter, filmé en 1983 et tiré de l'œuvre de Stephen King[2]. Ce film raconte l'histoire d'Arnie, un adolescent qui tombe amoureux d'une voiture hantée qui va tuer un à un tous ses amis.

Notes et référencesModifier

  1. (crédité sous le nom Brice Agostini)
  2. Critique DevilDead

Voir aussiModifier