Heliocypha fenestrata

espèce d'insectes

Rhinocypha fenestrata

Heliocypha fenestrata est une espèce d'insectes de l'ordre des odonates (libellules), du sous-ordre des Zygoptera (demoiselles), de la famille des Chlorocyphidae et du genre Heliocypha.

Répartition modifier

Heliocypha fenestrata se rencontre en Indonésie sur les îles de Java et de Bali[1] dont elle est endémique[2].

Habitat modifier

Heliocypha fenestrata apprécie les ruisseaux aux eaux claires s'écoulant sous les arbres où l'intensité lumineuse est modérée[3].

Description modifier

Heliocypha fenestrata est une demoiselle dont l'abdomen mesure environ 21 mm chez le mâle et environ 19 mm chez la femelle pour des ailes très étroites avec un nodus plus rapproché de la base que du ptérostigma dont les postérieures mesurent environ 24 mm chez le mâle et environ 25 à 29 mm chez la femelle[4].

Description du mâle modifier

La tête présente un point roussâtre de chaque côté, un autre de chaque côté en arrière des ocelles et un cinquième entre ces derniers. Le milieu des trois lobes de la lèvre inférieure est jaunâtre ou tacheté de jaunâtre[5].

Le corps est noir[5] à noir bronze[6]. Le lobe postérieur du prothorax est roussâtre et légèrement bordé de noir avec une tache latérale jaunâtre sur le lobe médian qui est noir. Le tiers antérieur de l'arête mésothoracique est dilaté en triangle formant une tache rousse angulaire[5]. Le thorax présente trois taches orangées sur le dessus[6] formant deux larges bandes rousses antéhumérales et une fine ligne humérale potentiellement bleuâtre[5]. Les côtés présentent des lignes verdâtres[6] ou bleuâtres[5]. Le dessous du thorax est noir avec des taches rousses[5].

La seconde moitié ou les trois cinquièmes[4] des ailes est sombre[6]. Le bord postérieur et les extrémités sont plus clairs chatoyants[4]. La partie brune des ailes postérieures est marquée de deux séries transverses de taches vitrées[4]. La première , médiane et courbée, est constituée de deux à trois taches. La seconde est constituée de trois taches parfois réunies un peu avant le ptérostigma[4]. Le ptérostigma est allongé et noir[6],[5].

Les pattes sont noires avec l'intérieur des quatre tibias et fémurs postérieurs jaunâtre pâle[5] à blanc[6] pulvérulent[5].

Les sept premiers segments de l'abdomen présentent un gros point latéral postérieur bleuâtre qui occupe tout le côté du premier segment et qui est précédé sur le second d'une tache longitudinale. Les second et troisième segments arborent un trait bleuâtre long placé latéralement en dessous des taches. Le dixième segment est un peu échancré au milieu et plus court que les appendices anaux supérieurs. Les appendices anaux supérieurs sont minces, cylindriques et semi-circulaires. Les inférieurs sont moitié plus courts, un peu écartés et courbés en dedans[5].

Description de la femelle modifier

La tête est brun noirâtre et un peu roussâtre avec deux marques sur la lèvre supérieure, une à chaque coin de la bouche et une en avant de l'épistome. L'épistome présente sur sa partie supérieure plane une grande tache médiane et une latérale de chaque côté. Deux taches rapprochées sont présentes sur le front ainsi que quatre points autour des ocelles, un point de chaque côté de l'occiput et une marque sur son bord médian[5].

Le corps est brun noirâtre plus clair sur l'abdomen. Le prothorax et le thorax sont tachés de jaune avec une tache à la base du prothorax, une tache de chaque côté au milieu et trois taches, dont une dorsale, sur le lobe postérieur. L'arête mésothoracique est également finement marquée. Sont également présentes, une raie antéhumérale plus large vers l'avant qui n'atteint pas vers l'arrière les sinus antéalaires, une très fine ligne sur la suture humérale qui ne descend pas jusqu'en bas, une très large bande entre les deux premières sutures latérales, une bande analogue entre la seconde suture latérale et le bord postérieur séparé de la précédente par la ligne noirâtre de la suture, et enfin, de grandes taches ternes sur le dessous[5].

Les ailes sont hyalines[4], de couleur jaune verdâtre délavé surtout vers la base et avec la réticulation d'un brun roussâtre[5]. Le ptérostigma est jaunâtre pâle avec son premier tiers et son extrémité gris brun[5].

L'abdomen est marqué de jaune avec une fine arête dorsale sur les second, troisième et quatrième segments interrompue aux articulations et réapparaissant sur les segments 8 et 9 qui présentent un point jaune à leur extrémité. Les côtés du premier segment sont jaunes, ceux des cinq suivants présentent une raie latérale divisée en deux taches dont la postérieure est très petite en forme de petit point rond tandis que l'antérieure disparaît graduellement sur les segments 5 et 6. Les appendices anaux sont bruns, minces et écartés, très pointus de deux fois la longueur du dixième segment[5].

Les pattes sont brun foncé à l'extérieur et brun clair à l'intérieur[5].

Systématique modifier

L'espèce Heliocypha fenestrata a été décrite par l'entomologiste allemand Hermann Burmeister en 1839 sous le protonyme Calopteryx fenestrata[6],[1]. La paternité de cette espèce est parfois attribuée à Christian Rudolph Wilhelm Wiedemann[6],[5] qui semble avoir nommé l'espèce en étudiant la collection de Wilhelm von Winthem mais sans la décrire [7].

Espèce semblable modifier

Heliocypha fenestrata est assez proche d'Heliocypha perforata[5].

Publication originale modifier

  • (de) Burmeister, H. 1839. Handbuch der Entomologie, Vol. II. Berlin[6].

Sous-espèces modifier

  • Heliocypha fenestrata fenestrata (Burmeister, 1839)[1],[8]
  • Heliocypha fenestrata cornelii (Lieftinck, 1947)[1],[8]

Synonymes modifier

  • Calopteryx fenestrata Burmeister, 1839 (protonyme)[1],[8]
  • Rhinocypha vitrella Rambur, 1842[1],[8]
  • Rhinocypha infumata Rambur, 1842[1],[8]

Références modifier

  1. a b c d e f et g (en) Steinmann, H. 1997. World catalog of Odonata. Volume I. Zygoptera. Walter de Gruyter, New York, 507 pages. (ISBN 3110149338).
  2. (en) Setiyono, J. 2014. Java Odonata Survey. Agrion, 18(2): 32-33
  3. (en) Pamungkas, D. W., Ridwan, M. 2015. Diversity of dragonfly and damselfly (Odonata) in some water springs in Magetan, East Java. Prosiding Seminar Nasional Masyarakat Biodiversitas Indonesia, 1(6): 1295-1301
  4. a b c d e et f Sélys Longchamps, E., de. 1853. Synopsis des Caloptérygines. Bulletins de l'Académie royale des sciences, des lettres et des beaux-arts de Belgique, 20: 1-73. texte intégral Rhinocypha fenestrata (p. 62)
  5. a b c d e f g h i j k l m n o p q et r Sélys Longchamps, E. de, Hagen, H. A. 1854. Monographie des caloptérygines. Chez Roret. Paris. Texte intégral Rhinocypha fenestrata (p. 216)
  6. a b c d e f g h et i (de) Burmeister, H. 1839. Handbuch der Entomologie, Vol. II. Berlin. texte intégral C. fenestrata (p. 826)
  7. (de) Fliedner, H. 2006. Die wissenschaftlichen Namen der Libellen in Burmeisters "Handbuch der Entomologie". Virgo - Verienszeitschrift der Entomologischer Verein Mecklenburg e.V., 9: 5-23. Texte intégral
  8. a b c d et e (en) Hämäläinen, M. 2016. Calopterygoidea of the World: A synonymic list of extant damselfly species of the superfamily Calopterygoidea (sensu lato) (Odonata: Zygoptera). Espoo, Finland, 41 pages

Liens externes modifier

Sur les autres projets Wikimedia :