Ouvrir le menu principal

Heinz Bennent

acteur allemand
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bennent.
Heinz Bennent
Description de cette image, également commentée ci-après
Pierre tombale d'Heinz et Diane Bennent au pied de l'église de Chandolin, Valais (Suisse)
Naissance
Stolberg (Allemagne)
Nationalité Drapeau de l'Allemagne Allemande
Décès (à 90 ans)
Lausanne (Suisse)
Profession Acteur

Heinz Bennent, né le à Stolberg (Allemagne) et mort le à Lausanne (Suisse)[1], est un acteur allemand de cinéma et de théâtre.

Sommaire

Biographie et carrièreModifier

Un de ses rôles marquants est, après de nombreux films de Hans W. Geißendörfer, son Lucas Steiner aux côtés de Catherine Deneuve dans Le Dernier Métro, de François Truffaut. Il a aussi incarné Sigmund Freud aux côtés de Deneuve dans Princesse Marie de Benoît Jacquot. Il est le père des comédiens Anne Bennent et David Bennent (Le Tambour).

ThéâtreModifier

Son premier engagement a lieu en 1947 au Badisches Staatstheater de Karlsruhe dans Don Carlos de Schiller [2]. Après cela, il joue entre autres au Schauspielhaus de Bochum, au Théâtre de Bâle, au Théâtre de Bonn, au Niedersächsische Staatstheater de Hannovre et au Théâtre Thalia de Hambourg (1961-1963) [3]. Outre ses apparitions théâtrales en France et en Suisse, il joue souvent au Kammerspiele de Munich.

FilmsModifier

En plus du théâtre, dès 1954, Heinz Bennent apparaît régulièrement à la télévision allemande. En 1977, il joue dans L’œuf du serpent, d’Igmar Bergman qui l’encourage dans ses techniques gestuelles [4]. Après avoir tenu un rôle secondaire dans Clair de femme de Costa-Gavras (1979) avec Romy Schneider et Yves Montand, il reçoit des offres pour des films français grâce aussi à ses compétences linguistiques. En 1981, il joue dans un film nominé aux Césars du cinéma : Le Dernier Métro de François Truffaut (1980) où, aux côtés de Catherine Deneuve et Gérard Depardieu, il tient le rôle d’un metteur en scène juif qui doit se cacher à Paris durant la Seconde Guerre mondiale. Suivent d’autres rôles avec les réalisateurs Andrzej Zulawski dans Possession (1981) avec isabelle Adjani, Claude Goretta dans La Mort de Mario Ricci (1983) ou Régis Wargnier dans Une femme française (1995). Ces rôles l’ont parfois rendu plus populaire en France qu'en Allemagne. En 1989, il remporte le Deutscher Filmpreis pour le film Im Jahr der Schildkröte de Ute Wieland [5]. Dans son dernier rôle au cinéma, en 2004, il incarne Sigmund Freud dans le film Princesse Marie de Benoît Jacquot avec sa fille Anne Bennent et Catherine Deneuve.

La famille d'artistes BennentModifier

En 1963, Heinz Bennent épouse Paulette Renou (nom de l'artiste Diane Mansart), danseuse à l'Opéra de Paris [6],[2] Sa femme arrête sa carrière après la naissance des enfants Anne Bennent (1963) et David Bennent (1966) [7] et s’investit principalement auprès de sa famille.

Heinz Bennent et ses enfants jouent régulièrement ensemble dans des films ou sur scène. Dans le film Le Tambour de Volker Schlöndorff, d’après le roman de Günter Grass, Heinz Bennent tient le rôle de Greff, David a le rôle principal, Oskar Matzerath.

Anne Bennent se produit depuis 1989 comme chanteuse avec le cycle de chansons Pour Maman en Allemagne, en Autriche, en Suisse et en France [8].

Une représentation théâtrale exceptionnelle fut la pièce Fin de partie de Samuel Beckett, avec laquelle Heinz et David Bennent font le tour de l’Europe dès 1995 [9].

Heinz Bennent décède à Lausanne le 12 octobre 2011 [9].

Filmographie sélectiveModifier

CinémaModifier

TélévisionModifier

ThéâtreModifier

Notes et référencesModifier

  1. « Décès de l'acteur Heinz Bennent », sur http://teleobs.nouvelobs.com,
  2. a et b (de) « Article sur Mitteldeutsche Zeitung » (consulté le 14 juillet 2018)
  3. (de) « Article sur munzinger.de » (consulté le 14 juillet 2018)
  4. (de) « Article sur tagesspiegel.de » (consulté le 14 juillet 2018)
  5. (en) « Présentation du film sur Internet Movie Database » (consulté le 14 juillet 2018)
  6. (de) « Article sur Berliner Zeitung » (consulté le 14 juillet 2018)
  7. (de) « Photos de la famille sur Gettyimages » (consulté le 14 juillet 2018)
  8. (de) « Article sur kultur-konau.de » (consulté le 14 juillet 2018)
  9. a et b (de) « Article sur Frankfurter Allgemeine Zeitung » (consulté le 14 juillet 2018)

Voir aussiModifier