Ouvrir le menu principal

Haute École libre de Bruxelles - Ilya Prigogine

[1],[2]La Haute École libre de Bruxelles – Ilya Prigogine est une haute école belge établie à Bruxelles qui regroupe plusieurs instituts. Elle fait partie de l'enseignement supérieur libre non confessionnel.

FonctionnementModifier

La Haute École libre de Bruxelles – Ilya Prigogine réunit à l’origine les écoles et instituts suivants :

  • École d'infirmiers(ères) annexée à l'université libre de Bruxelles (EI-ULB)
  • Institut libre d'enseignement supérieur économique et paramédical de Bruxelles (ILB)
  • Institut national de radioélectricité et de cinématographie (INRACI)
  • Institut supérieur pour les carrières auxiliaires de la médecine (ISCAM)
  • Institut supérieur des sciences humaines appliquées (ISSHA) - École ouvrière supérieure (EOS).

La Haute École Ilya Prigogine fait partie du réseau de la Fédération des établissements libres subventionnés indépendants (FELSI) et se déclare libre et de caractère non confessionnel. La Haute École est partenaire de l'université libre de Bruxelles, et membre du Pôle académique de Bruxelles. Son pouvoir organisateur est l'asbl Ilya Prigogine.

En 2019, l'école est accusée de multiples cas de fraude à l'examen réalisée par le personnel administratif de l'établissement, résultant en l'ouverture d'une enquête judiciaire[3],[4].

EnseignementModifier

Elle organise de l'enseignement supérieur de type court (12 bacheliers et 6 spécialisations) et de l’enseignement supérieur de type long (1 bachelier + 2 master).

L’enseignement supérieur de type court organise des bacheliers en :

Catégorie Sociale

Catégorie Technique

Catégorie Economique

Catégorie Paramédicale

Il associe étroitement la théorie et la pratique : il s’adresse à un public aussi motivé par l’action concrète que par une démarche essentiellement théorique. Les stages pratiques en milieu professionnel constituent donc un élément essentiel des programmes qui s’appuient sur une formation générale et des références théoriques adéquates et spécifiques. L’objectif primordial de notre enseignement supérieur de type court est de former, à un haut niveau, des professionnels capables à la fois d’exercer au mieux leur futur métier et de mener en permanence une réflexion sur leurs propres pratiques et démarches.

Les spécialisations paramédicales sont : la pédiatrie et néonatalité ainsi que les soins intensifs, l'oncologie et l'aide médicale urgente.

Les spécialités interdisciplinaires relèvent de la gériatriepsychogériatrie (en coorganisation avec la Haute École Paul-Henri Spaak), de l’art thérapie et de la santé communautaire.

La Haute École organise une formation de type long. La première est un master en kinésithérapie. Il participe à une double référence : celle qui le définit comme un enseignement de niveau universitaire et celle qui entend proposer une alternative pédagogique à la formation spécifiquement universitaire et donc qui convient mieux à un public d'étudiants motivés par les applications ou projections et plus à l'aise dans une démarche inductive. Une autre formation, qui se nomme "Cadre de santé" est organisé sur 3 ans - 930 périodes cours ou 75 ects.

ValeursModifier

La Haute École veille à respecter la liberté de conscience et d’expression pour tous, pour autant que cette liberté s’inscrive dans le cadre du respect de la Constitution, de la Déclaration universelle des droits de l'homme et des conventions internationales relatives aux droits de l’homme, de la femme et de l’enfant telles qu'interprétées par l'Union européenne. C'est ainsi qu'est prohibée, dans le cadre des activités académiques, toute manifestation ostentatoire (couvre-chef, geste, insigne, parole, tenue, ...) relative aux convictions religieuses, philosophiques et/ou idéologiques. En effet, la HELB-Ilya Prigogine considère que les options confessionnelles ou idéologiques relèvent exclusivement de la sphère privée des personnes.

Notes et référencesModifier

  1. Geneviève Rigaux, L'Ecole d'infirmier(e)s annexée à l'ULB
  2. Dierikx, Ariane, L'école ouvrière supérieure entre 1921 et 1944, un laboratoire d'idées pour le POB, Bruxelles, Labor (coll. archives du futur / Histoire), (ISBN 2-8040-1167-4)
  3. Philippe Carlot, « Plusieurs fraudes aux cotes d'examen découvertes dans une Haute Ecole de Bruxelles », sur rtbf.be, RTBF Info, (consulté le 9 mai 2019)
  4. « Une enquête en cours pour falsification de cotes d’examens à la Haute Ecole de Bruxelles », sur bx1.be, BX1, (consulté le 25 juin 2019)

AnnexesModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

  1. Louryan, Stéphane; Kinnaert, Paul (dirs);Meuris, Sylvain. (préf)., Le pôle santé de l'ULB: histoire de leux, de personnages, de découverte., Bruxelles, Memogramme - les éditions de la mémoire (coll. Isis) & AMUB, , pp. 357-371 p. (ISBN 2-930418-52-4)