Haut-fer

type régional de scierie hydraulique

Le haut-fer désigne, dans le massif des Vosges, une scierie traditionnelle dont la force motrice est hydraulique et constituée d'un banc, porteur de la grume (appelée tronce) qui avance en face d'une lame verticale à mouvement alternatif.

Haut-fer de la Malfosse à la fin du XIXe siècle

Cette lame ne scie qu'à la descente, aidée par la pesanteur.

Description et fonctionnementModifier

 
Haut fer du Lançoir.

La lame verticale alternative, fixée sur un châssis et dénommée « plumée », permet le sciage des tronces de bois ; le « plumard » (semelle de bois sur socle de ciment), amortit les secousses provoquées par la plumée lors du sciage[1].

La roue à augets actionne le haut-fer par l'intermédiaire d'un jeu de poulies et courroies. La manivelle et le bois de bielle assurent le mouvement alternatif de la scie tendue dans la plumée.

Une fois la grume (tronce) mise en place et fixée, le chariot, au rythme de la scie, avance progressivement grâce à la roue des minutes.

TourismeModifier

 
Scierie du Lançoir, turbine Canson-Montgolfier
 
Haut-fer du musée des métiers du bois de Labaroche.

Littérature et cinémaModifier

  • Le Haut-fer est un roman de José Giovanni, paru en 1962 et adapté au cinéma par Robert Enrico en 1965 sous le titre Les Grandes Gueules.
  • Stendhal décrit, dans le chapitre IV de son roman Le Rouge et le Noir, le fonctionnement de ce type de machine :
    • Une scie à eau se compose d’un hangar au bord d’un ruisseau. Le toit est soutenu par une charpente qui porte sur quatre gros piliers en bois. À huit ou dix pieds d’élévation, au milieu du hangar, on voit une scie qui monte et descend, tandis qu’un mécanisme fort simple pousse contre cette scie une pièce de bois. C’est une roue mise en mouvement par le ruisseau qui fait aller ce double mécanisme ; celui de la scie qui monte et descend, et celui qui pousse doucement la pièce de bois vers la scie, qui la débite en planches.

BibliographieModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Notes et référencesModifier