Haspres

commune française du département du Nord

Haspres
Haspres
Haspres, centre-ville avec clocher.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Nord
Arrondissement Valenciennes
Intercommunalité Communauté d'agglomération de la Porte du Hainaut
Maire
Mandat
Jean-François Delattre
2020-2026
Code postal 59198
Code commune 59285
Démographie
Gentilé Haspriens
Population
municipale
2 709 hab. (2018 en diminution de 2,52 % par rapport à 2013)
Densité 222 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 15′ 32″ nord, 3° 25′ 03″ est
Altitude Min. 36 m
Max. 80 m
Superficie 12,2 km2
Type Commune rurale
Unité urbaine Haspres
(ville isolée)
Aire d'attraction Valenciennes (partie française)
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton d'Aulnoy-lez-Valenciennes
Législatives Dix-neuvième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Hauts-de-France
Voir sur la carte administrative des Hauts-de-France
City locator 14.svg
Haspres
Géolocalisation sur la carte : Nord
Voir sur la carte topographique du Nord
City locator 14.svg
Haspres
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Haspres
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Haspres

Haspres est une commune française située dans le département du Nord (59), en région Hauts-de-France.

GéographieModifier

 
Paysage avec petite éolienne de drainage.

Haspres est située à 15 km au sud-ouest de Valenciennes et à 17 km au nord-est de Cambrai, dans la région de l'Ostrevant. La commune est traversée par la Selle.

Communes limitrophesModifier

ToponymieModifier

Haspra, cartulaire de Saint-Vaast; 1044. Hasprum, bBlderic. Aspra, Meyer. Hasprensis villa,cella prœpositura[1]

UrbanismeModifier

TypologieModifier

Haspres est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[2],[3],[4]. Elle appartient à l'unité urbaine de Haspres, une unité urbaine monocommunale[5] de 2 739 habitants en 2017, constituant une ville isolée[6],[7].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Valenciennes (partie française), dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 102 communes, est catégorisée dans les aires de 200 000 à moins de 700 000 habitants[8],[9].

HistoireModifier

Jules César bat les Nerviens dans la région d'Haspres en -57 (bataille du Sabis). Pendant la période gallo-romaine, le village se trouve sur la route reliant Bavay (Bagacum) à Amiens (Samarobriva). Les Francs envahissent la région dès le IIIe siècle, puis au Ve siècle à nouveau. Vers le VIIIe siècle est fondée la Prévôté, prieuré dépendant de l'Abbaye de Jumièges. Vers 840, lorsque les Vikings déferlent sur ce qui deviendrait la Normandie, les moines de Jumièges s'enfuient à Haspres en emportant avec eux les reliques de Saint Hugues et Saint Achaire. Ces deux saints sont toujours les patrons du village.

La charte de 1176, accordé par Baudouin V de Hainaut, donne au Prévôt de l'Abbaye les pouvoirs de juridiction. Jusqu'à la Révolution, c'est l'Abbaye qui détiendra le pouvoir à Haspres. Le village passe au Duc de Bourgogne Philippe le Bon en 1433, puis devient espagnol en 1502 lorsque son arrière-petit-fils Philipe le Beau devient roi de Castille. À l'extrême sud des Pays-Bas espagnols, le village reçoit des fortifications dont il reste encore quelques traces. Durant ces deux siècles de présence espagnole, les guerres se succèdent : François Ier, Henri II, puis Louis XIII et Louis XIV tentent successivement de reprendre le Hainaut. C'est au traité de Nimègue, en 1678 qu'Haspres devient française.

À la Révolution, les biens de la Prévôté sont déclarés biens nationaux (l'abbaye deviendra une ferme), les moines chassés et le curé guillotiné sous la Terreur. Le , c'est le combat d'Haspres : l'artillerie autrichienne positionnée à Iwuy bombarde les troupes françaises, puis, la cavalerie autrichienne partie des hauteurs d'Haspres et d'Avesnes se précipite sur les Français et les taille en pièces. Les fuyards durent se diriger vers Bouchain et, à la faveur de la nuit, se glissèrent dans les fossés de la Sensée pour rejoindre Cambrai[10].
Après le Premier Empire, des soldats russes occupent Haspres pendant 2 ans. Le village connaît un essor industriel au XIXe siècle grâce aux filatures, qui emploient un grand nombre d'habitants.

Lors de la Première Guerre mondiale, Haspres est envahie par les Allemands le au matin. 35 Territoriaux de la Mayenne trouvent la mort lors des combats. Les Haspriens vivent 4 années de couvre-feu et de privations. Le village est repris par les Britanniques le , au prix de plusieurs centaines de morts et la destruction de plusieurs dizaines de maisons.

Lors de la Seconde Guerre mondiale, après la drôle de guerre, le village est à nouveau envahi, le , lors d'une violente bataille de chars. Haspres subit à nouveau l'occupation, jusqu'au , date de la libération par une division blindée américaine.

Cimetières militaires et monuments aux morts

Haspres connaît ensuite la fermeture des filatures, puis des mines et des entreprises sidérurgiques et voit sa population stagner depuis les années 1980.

HéraldiqueModifier

Les armes de Haspres se blasonnent ainsi :"Parti : au 1, d'azur semé de fleurs de lys d'or ; au 2, de sinople à la fasce d'argent."

 
La mairie d'Haspres

Politique et administrationModifier

Liste des maires successifsModifier

Ainsi est dressée la liste des maires de la commune[11] :

Titulaires de la fonction de maire de Haspres 
IdentitéPériodeDuréeÉtiquette
DébutFin
Jean-Baptiste Marouzé (d)
(né le )
33 ans
Henri Forget (d)
( - )
31 ans
Lucien Busin (d)[12]13 ans Parti communiste français
André Dagniaux (d)[13]12 ans divers droite
Francis Stievenard (d)[14]13 ans Parti socialiste
Jean-François Delattre (d)[15]
(né le )
En cours7 ans et 2 mois Parti socialiste
 
La salle du temps libre

Instances judiciaires et administrativesModifier

La commune relève du tribunal d'instance de Valenciennes, du tribunal de grande instance de Valenciennes, de la cour d'appel de Douai, du tribunal pour enfants de Valenciennes, du conseil de prud'hommes de Valenciennes, du tribunal de commerce de Valenciennes, du tribunal administratif de Lille et de la cour administrative d'appel de Douai.

Population et sociétéModifier

DémographieModifier

Évolution démographiqueModifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1800. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[16]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[17].

En 2018, la commune comptait 2 709 habitants[Note 3], en diminution de 2,52 % par rapport à 2013 (Nord : +0,41 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851 1856
1 9442 0662 4162 7262 7012 8463 0313 0593 216
1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
3 3153 0902 8832 8362 7633 0043 0053 0272 928
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
2 8432 9412 5862 7112 7682 8882 8542 8432 962
1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2015 2018
2 9412 8892 7002 7152 7532 6922 8002 7612 709
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[18] puis Insee à partir de 2006[19].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âgesModifier

Pyramide des âges à Haspres en 2007 en pourcentage[20].
HommesClasse d’âgeFemmes
0,2 
90 ans ou +
0,9 
4,7 
75 à 89 ans
7,9 
11,0 
60 à 74 ans
14,1 
22,5 
45 à 59 ans
21,7 
20,0 
30 à 44 ans
19,7 
20,6 
15 à 29 ans
19,5 
21,0 
0 à 14 ans
16,2 
Pyramide des âges du département du Nord en 2007 en pourcentage[21].
HommesClasse d’âgeFemmes
0,2 
90 ans ou +
0,7 
4,6 
75 à 89 ans
8,2 
10,4 
60 à 74 ans
11,9 
19,8 
45 à 59 ans
19,5 
21,0 
30 à 44 ans
19,9 
22,5 
15 à 29 ans
20,9 
21,5 
0 à 14 ans
18,9 

AssociationsModifier

  • Les canoniers, descendants des défenseurs du village, qui participent encore aux parades avec leur canon « Gare si j'y vas » (aussi appelé « Buque fort »).
  • La fanfare, qui date de 1874, et a enregistré plusieurs disques.

Lieux et monumentsModifier

  • Les remparts, construits sous les Espagnols
  • La Mairie du XIXe siècle
  • L'Église Saints-Hugues-et-Achaire du XIXe siècle et son clocher de 1904. Les reliques des deux saints sont le but d'un vieux pèlerinage.
L'église Saint-Hugues-et-Saint-Achaire
  • Le Prieuré d'Haspres (la Prévôté), dont il ne reste que quelques bâtiments du XVIIe siècle
  • L'ancienne abbaye de femmes des Prés-Porchains de 1233, dite Le vieux couvent, maintenant La cense de maugré.
  • L'ancien moulin sur la Selle
  • Un pigeonnier de la fin du XVIIIe siècle
  • La Maison de la typographie d'Haspres
  • Deux cimetières de la Commonwealth War Graves Commission, le "Haspres Coppice Cemetery" avec 64 tombes[22] et le York Cemetery avec `123 tombes[23]
  • Plusieurs monuments aux morts: un grand monument et un petit monument communal, le monument dans l'église.
  • Un calvaire et cinq chapelles-oratoires disposées aux différentes sorties du villages.
Calvaire et chapelles

Personnalités liées à la communeModifier

Pour approfondirModifier

BibliographieModifier

  • Haspres et son passé, écrit par M. Guy Morelle, instituteur à la retraite, permet de connaître l'histoire de cette toute petite ville de l'Antiquité aux années 1980.

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

RéférencesModifier

  1. Page 403 - Statistique archéologique du Département du Nord - seconde partie - 1867- Librairie Quarré et Leleu à Lille, A. Durand 7 rue Cujas à Paris - archive du Harvard College Library - numérisé par Google Books
  2. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 2 avril 2021).
  3. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le 2 avril 2021).
  4. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 2 avril 2021).
  5. « Unité urbaine 2020 de Haspres », sur https://www.insee.fr/ (consulté le 2 avril 2021).
  6. « Base des unités urbaines 2020 », sur www.insee.fr, (consulté le 2 avril 2021).
  7. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur insee.fr, (consulté le 2 avril 2021).
  8. « Liste des communes composant l'aire d'attraction d'Valenciennes (partie française) », sur insee.fr (consulté le 2 avril 2021).
  9. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le 2 avril 2021).
  10. Haspres, théâtre des guerres de la Révolution
  11. « La mairie d'Haspres », sur https://genealegrand.pagesperso-orange.fr/.
  12. Pierre Pascal, En communisme : mon journal de Russie, 1918-1921, , 226  p., p. 62 :

    « Deux maires sortants ont été en difficulté au soir du premier tour de la consultation : à Haspres et à Hélesmes un second tour a été nécessaire. Dans le premier cas la mairie a été conservée de justesse par le maire sortant Lucien Busin. »

     
  13. « Une troisième liste se constitue à Haspres pour les prochaines municipales », La Voix du Nord,  : « Nous étions sur la liste d’André Dagniaux, qui a été maire de 1989 à 2001. Mais la liste de Francis Stiévenard avait été élue entièrement au premier tour. »
  14. « Haspres : la maison du maire détruite par un incendie », La Voix du Nord,  : « Dans le Denaisis, la maison du maire d'Haspres, Francis Stievenard, a été ravagée cet après-midi par un incendie accidentel d'origine domestique. »
  15. « À Haspres, Jean-François Delattre, élu maire, succède à Francis Stievenard », La Voix du Nord,  : « Disposant de la majorité absolue, Jean-François Delattre a donc été déclaré maire et c’est tout naturellement Francis Stievenard, le premier magistrat sortant – qui ne s’était pas représenté –, qui lui a remis l’écharpe tricolore. »
  16. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  17. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  18. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  19. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  20. « Évolution et structure de la population à Haspres en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 29 juillet 2010).
  21. « Résultats du recensement de la population du Nord en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 29 juillet 2010).
  22. Haspre Coppice Cemetery sur www.inmemories.com
  23. York cemetery sur www.inmemories.com