Harmen Jan van der Wijck

Harmen Jan van der Wyck
Harmen Jan van der Wyck.jpg
Titre de noblesse
Baron
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 77 ans)
MannheimVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Autres informations
Membre de
Wyck Grabstein Mannheim 1.JPG
Vue de la sépulture.
Harmen Jan van der Wijck: Vue sur le château d'Are et Altenahr.

Harmen Jan van der Wijck (aussi Herman van der Wyck), né le à Deventer aux Pays-Bas et mort le à Mannheim en Allemagne, est un baron et un général néerlandais qui vit en Allemagne après sa retraite, travaillant respectivement comme peintre paysagiste et écrivain.

BiographieModifier

Harmen Jan van der Wijck naît le à Deventer[1]. Dixième dans une famille des treize enfants[1], il est le fils de Jan Hendrik van der Wijck, Seigneur de Stroevelaar (1731-1809) et de sa femme Maria née Brouwer (1732-1788)[2]. Il commence sa carrière d'officier en Hollande et atteint le grade de major général dans les troupes du génie.

En 1796, il épouse à Amsterdam Cornelia Constantia van der Muelen (1771-1852), avec laquelle il a plusieurs enfants. Après avoir quitté le service militaire, van der Wijck s'installe avec sa famille en Allemagne et s'installe comme corsaire d'abord à Neuwied, puis à Mannheim. Il entreprend souvent des randonnées et des voyages, surtout le long du Rhin, et à partir de 1820, il réalise de nombreuses peintures de paysage de qualité. Il est également actif comme écrivain dans les domaines scientifiques et techniques. En 1825, il publie l'article Der Mittelrhein und Mannheim in hydrotechnischer Sicht, dans lequel il développe également des thèses sur la prochaine correction du Rhin[3], en 1836 la brochure Übersicht über die rheinischen und eifeler erloschenenen Vulkane[4].

Harmen Jan van der Wijck meurt le à Mannheim[1], et y est inhumé dans le cimetière principal. Sa pierre tombale se trouve maintenant - comme un moulage - sous les arcades de l'entrée principale.

Il est chevalier de la province d'Overijssel et membre correspondant de l'Académie royale néerlandaise des arts et des sciences à Amsterdam. À Mannheim, il est membre de la Société d'histoire naturelle[5]. Il est également chevalier de l'Ordre de l'Union[6].

DescendantsModifier

Son fils Carel van der Wijck (1797-1852) est également un général hollandais, enfin chef de l'armée coloniale hollandaise à Java. Un autre fils, Herman van der Wijck (1815-1889), sert comme membre du gouvernement de l'Inde néerlandaise[7], dont le fils Carel Herman Aart van der Wijck (en) (1840-1914) est gouverneur général et vice-roi des Indes orientales néerlandaises.

PublicationsModifier

  • (de) Der Mittelrhein und Mannheim in hydrotechnischer Sicht, (lire en ligne)
  • (de) Übersicht über die rheinischen und eifeler erloschenenen Vulkane, (lire en ligne)

Notes et référencesModifier

  1. a b et c (nl) « WYCK, Harmen Jan van der », sur knaw.nl (consulté le 7 janvier 2020).
  2. « Harmen Jan van der Wijck », sur geneanet.org (consulté le 7 janvier 2020).
  3. (de) Heinrich von Pechmann, Jahrbücher der Baukunde, vol. 2, Stuttgart, Cotta Verlag, (lire en ligne), chap. 1, p. 67
  4. (de) Allgemeines repertorium, (lire en ligne), p. 102
  5. (de) Verein für Naturkunde Mannheim: Jahresbericht, vol. 13, (lire en ligne), p. 6
  6. (de) Johannes Baptista Rietstap, Heraldieke bibliotheek: tijdschrift voor wapen-, geslacht-, zegel- en penningkunde, vol. 1 (lire en ligne), p. 155
  7. (en) « Jhr. Mr. Herman Constantijn van der Wijck », sur werelate.org

AnnexesModifier

BibliographieModifier

  • (de) Dietrich Schabow, « Ein Holländer am Rhein, Harmen Jan van der Wycks rheinische Landschaften », dans Heimatjahrbuch Landkreis Neuwied,
  • (de) Leopold R. G. Decloedt et Peter Delvaux, « Ein Holländer am Rhein, Harmen Jan van der Wycks rheinische Landschaften », dans Wessen Strom ? : Ansichten vom Rhein, (ISBN 9042014083, lire en ligne), p. 150-?
  • (en) Alex van Heezik, Battle over the rivers : Two hundred years of river policy in the Netherlands, , 120 p. (lire en ligne), p. 22

Liens externesModifier