Ouvrir le menu principal

Haraiki

île française

Haraiki
Photo satellite de la NASA
Photo satellite de la NASA
Géographie
Pays Drapeau de la France France
Archipel Tuamotu
Localisation Océan Pacifique
Coordonnées 17° 28′ 00″ S, 143° 28′ 00″ O
Superficie 3,5 km2
Géologie Atoll
Administration
Collectivité d'outre-mer Polynésie française
District Tuamotu
Commune Makemo
Démographie
Population hab. (2017[1])
Densité 0,29 hab./km2
Plus grande ville Opipine
Autres informations
Découverte 1768
Fuseau horaire UTC-10

Géolocalisation sur la carte : Polynésie française

(Voir situation sur carte : Polynésie française)
Haraiki
Haraiki

Géolocalisation sur la carte : Archipel des Tuamotu

(Voir situation sur carte : Archipel des Tuamotu)
Haraiki
Haraiki
Atolls en France

Haraiki[2] est un atoll situé dans l'archipel des Tuamotu en Polynésie française. Haraiki est administrativement rattaché à la commune de Makemo située à 80 km au nord.

GéographieModifier

Haraiki est localisé à 42 km au sud-ouest de Marutea Nord, le plus proche atoll, et à 600 km à l'est de Tahiti. C'est un petit atoll triangulaire de 7 km de longueur et 5 km de largeur maximales pour environ 3,5 km2 de terres émergées et un lagon de 11 km2 accessible par une large passe naturelle située au sud[3].

D'un point de vue géologique, l'atoll est l'excroissance corallienne (d'un hauteur de 295 mètres) du sommet d'un très petit mont volcanique sous-marin homonyme – qui mesure 2 465 mètres depuis le plancher océanique – formé il y a 49,9 à 50,6 millions d'années[4].

L'atoll est habité de manière plus ou moins temporaire par une vingtaine de personnes, provenant essentiellement de l'atoll de Makemo et vivant au nord de l'île dans le village d'Opipine[3]. Cependant, le recensement de la population effectué en 2017 n'y dénombre officiellement qu'un seul habitant permanent[1].

HistoireModifier

Peuplement polynésienModifier

Découverte par les EuropéensModifier

La première notification de cet atoll, par un Européen, a été faite par l'explorateur français Louis Antoine de Bougainville lors de son expédition en Polynésie en 1768[5],[6]. Le navigateur espagnol Domingo de Boenechea l'aborde le , le nomme San Quintín[7], et y revient le 2 novembre 1774[8]. L'atoll est abordé le par le capitaine britannique Frederick William Beechey qui lui donne le nom d'île Crocker[8],[2] et enfin le 30 mars 1837 par son compatriote l'explorateur Edward Belcher[8].

Période moderneModifier

Vers 1850, l'atoll devient un territoire français[9]. En février 1906, un important cyclone détruit l'intégralité de la végétation de l'atoll[10].

Lors de l'éclipse solaire totale du 11 juillet 2010, Haraiki était, avec l'atoll voisin d'Hikueru, l'un des lieux terrestres où la magnitude (1,054) et la durée (4 min 03 s) de l'éclipse étaient les plus importantes au monde[11].

ÉconomieModifier

Haraiki est exploité sur tous les motus le constituant pour la production de noix de coco et de coprah.

Notes et référencesModifier

  1. a et b Répartition de la population de la Polynésie française par île en 2017, Institut de la statistique de la Polynésie française (ISPF), consulté le 27 février 2019.
  2. a et b J.L. Young, Names of the Paumotu Islands, with the Old Names So Far As They Are Known, The Journal of the Polynesian Society, vol. 8, no 4, décembre 1899, pp. 264-8.
  3. a et b Haraiki sur le site de l'Institut de recherche pour le développement.
  4. (en) Haraiki Seamount sur le catalogue Seamount de earthref.org
  5. Haraiki sur le site de l'université de Marseille.
  6. Pierre-Yves Toullelan, Tahiti et ses archipels, éditions Karthala, 1991, (ISBN 2-86537-291-X), p. 61 aperçu disponible sur Google Livres.
  7. Maximo Rodriguez, Les Espagnols à Tahiti (1772-1776), éditions de la Société des océanistes, 2013, (ISBN 978-2-85-430067-3). aperçu disponible sur Google Livres
  8. a b et c Jacques Bonvallot, Les Atolls des Tuamotu, éditions de l'IRD, 1994, (ISBN 9782709911757), pp. 275-282.
  9. Étienne Avalle, Notices sur les colonies françaises, éditions Challamel aîné, Paris, 1866, p. 638 Ouvrage disponible sur le site Google Livres.
  10. Pacific Island: Eastern-Pacific, vol. 519, Naval Intelligence Division, 1943, p. 218.
  11. (en) Totality: Eclipses of the Sun par Dylan Evans, Oxford University Press, 2008, (ISBN 978-0-19-157994-3) p. 252.