Hans-Joachim Hoffmann

homme politique allemand

Hans-Joachim Hoffmann
Illustration.
De gauche à droite, le cinéaste Ekkehard Schall (en), la comédienne Barbara Brecht-Schall (en), Hans-Joachim Hoffmann, la chorégraphe Ruth Berghaus et l’acteur Norbert Christian (de) lors d'un évènement organisé à l'occasion de la « Semaine Brecht de la RDA 1973 ».
Fonctions
Ministère de la Culture de la RDA
Prédécesseur Klaus Gysi
Successeur Dietmar Keller
Député de la Volkskammer
Biographie
Date de naissance
Lieu de naissance Bunzlau
Date de décès (à 64 ans)
Lieu de décès Berlin
Nationalité Flag of East Germany.svg Est-allemand
Parti politique SED
Distinctions Ordre du mérite patriotique (1974)

Hans-Joachim Hoffmann

Hans-Joachim Hoffmann, né le à Bunzlau (aujourd'hui Bolesławiec en Pologne) et mort le à Berlin, est un homme politique allemand.

Membre du Parti socialiste unifié d'Allemagne (SED), il est ministre de la Culture de la République démocratique allemande de 1973 à 1989.

BiographieModifier

Issu d'une famille ouvrière, Hans-Joachim Hoffmann apprend le métier de monteur électricien[1].

Il adhère au Parti communiste d'Allemagne (KPD) en 1945 puis au Parti socialiste unifié d'Allemagne (SED) en 1946. À partir de 1948, il exerce diverses responsabilités au sein de la Jeunesse libre allemande (FDJ) et du SED dans le district et l'arrondissement de Leipzig[1].

À l'issue d'une formation à l'école du parti en 1956, il est diplômé en sciences sociales.

De 1971 à 1973 il dirige la section Culture au comité central du SED et de 1973 à 1989 il est ministre de la Culture. À partir de 1976, il est membre du comité central du SED et député à la Volkskammer[2].

En 1977, il remplace Max Burghardt au poste de président du Kulturbund der DDR.

En 1982 il obtient le titre de Docteur en philosophie pour sa thèse « le développement de la politique culturelle marxiste-léniniste et ses résultats les plus importants depuis le 7e Congrès du parti ».

En 1974, il est décoré de l'Ordre du mérite patriotique[2].

RéférencesModifier

  1. a et b (de) « Hans-Joachim Hoffmann », munzinger.de
  2. a et b (de) « Hoffmann, Hans-Joachim », bundesstiftung-aufarbeitung.de

Articles connexesModifier

Liens externesModifier