Hans-Jürgen von Arnim

général allemand

Hans-Jürgen von Arnim, né à Ernsdorf le et mort à Bad Wildungen le , est un Generaloberst (général d'armée) allemand au sein de la Wehrmacht pendant la Seconde Guerre mondiale. Il appartient à la famille Arnim, issue de la noblesse prussienne.

Hans-Jürgen von Arnim
Image dans Infobox.
Biographie
Naissance
Décès
Nationalité
Allégeance
Activité
Période d'activité
À partir de Voir et modifier les données sur Wikidata
Famille
Autres informations
Arme
Grade militaire
Conflits
Distinctions

Il est récipiendaire de la croix de chevalier de la croix de fer ("Ritterkreuz"). Cette décoration est attribuée pour récompenser un acte d'une extrême bravoure sur le champ de bataille ou un commandement militaire couronné de succès.

BiographieModifier

Il est le fils du général Hans-Sixt von Arnim (1861-1931). Il intègre le 4e régiment à pied de la Garde en 1907 et sert dans l'armée impériale allemande jusqu'à la fin de la Première Guerre mondiale. Lors de la Première Guerre mondiale, il combat sur les fronts de l'Est et de l'Ouest. Après la guerre, il demeure dans l'armée et monte en grade, il commande le 68e régiment d'infanterie d'élite à Berlin. Il épouse Annemarie von Dechend en 1917.

Il devient Generalmajor (général de brigade) en 1938. Il commande la 52e division aux batailles de Pologne et de France. En , von Arnim reçoit le commandement de la 17e Panzerdivision. Alors que la guerre éclate contre l'Union soviétique, il est promu Generalleutnant (général de division) sous les ordres de Guderian et il est blessé grièvement quelques jours après le début de la campagne. Le 1er octobre 1941, il est promu au grade de General der Panzertruppe (général de corps d'armée). Il commande le 39e corps de Panzer jusqu'en et, ensuite, il commande la 5e armée de Panzer sous les ordres de Rommel en Afrique du Nord.

Von Arnim est promu Generaloberst (général d'armée) le 4 décembre 1942, au moment où Hitler refuse que Rommel retourne en Tunisie. Il devient commandant en chef du groupe d'armées en Afrique et le commandant de facto de l'Afrika Korps de jusqu'à sa capture par la 4e division d'infanterie indo-britannique deux mois plus tard, en .

Prisonnier de guerre britannique, il est relâché en . Il retourne en Allemagne et meurt en 1962.

DécorationsModifier

RéférencesModifier

Références
source
Littératures
  • (de) Walther-Peer Fellgiebel (2000). Die Träger des Ritterkreuzes des Eisernen Kreuzes 1939-1945. Friedburg, Allemagne: Podzun-Pallas. (ISBN 3-7909-0284-5).
  • (de) Veit Scherzer, Die Ritterkreuzträger : die Inhaber des Ritterkreuzes des Eisernen Kreuzes 1939-1945 von Heer, Luftwaffe, Kriegsmarine, Waffen-SS, Volkssturm sowie mit Deutschland verbündeter Streitkräfte nach den Unterlagen des Bundesarchivs, Ranis/Jena, Scherzers Militaer-Verlag, (réimpr. 2005, 2006), 846 p. (ISBN 3-938-84517-1 et 978-3-938-84517-2, OCLC 891773959).
Liens externes