Hamid Grine

Hamid Grine
Fonctions
Ministre algérien de la Communication

(3 ans et 20 jours)
Président Abdelaziz Bouteflika
Premier ministre Abdelmalek Sellal
Gouvernement Sellal III et IV
Prédécesseur Abdelkader Messahel
Successeur Djamel Kaouane
Biographie
Date de naissance (66 ans)
Lieu de naissance Biskra (Algérie)
Nationalité Algérienne
Parti politique Indépendant
Profession Écrivain/Communicant

Hamid Grine est un ancien journaliste, écrivain et homme politique algérien né le à Biskra dans le sud-est algérien. Il est nommé le ministre de la Communication dans le gouvernement Sellal 3. Il a été reconduit le , au même poste dans le gouvernement Sellal IV, jusqu'au 25 mai 2017.

BiographieModifier

Diplômé en sociologie à l'université d'Alger, il a débuté dans le journalisme sportif qu'il a exercé en Algérie et à l'étranger en touchant aussi, en tant que grand reporter, à d'autres rubriques telles que l'économie, la société et la culture. Hamid Grine a également été concepteur rédacteur à l'étranger dans deux grandes agences de communication publicitaire.

  • 1982-1986 : chargé d’études au ministère de l’Habitat en même temps reporter sportif à la radio chaine 3.
  • 1986 – 1990 : chef de rubrique à Révolution Africaine
  • 1990-1993 : rédacteur en Chef à Horizons
  • 1994-1996 : directeur de Communication au Holding du Grand Maghreb
  • 1997 – 1999 : grand reporter à la Vie Economique
  • 1999-2001 : concepteur- rédacteur dans deux agences mondiales
  • 2002 –  : porte parole (directeur de la communication) chez Djezzy, l'opérateur leader de la téléphonie mobile en Algérie.

Carrière politiqueModifier

Le , le président Abdelaziz Bouteflika nomme Hamid Grine ministre de la Communication. Il intègre ainsi le gouvernement Sellal 3[1],[2].

En il nomme Miloud Chorfi à la tête de l’Autorité de régulation de l’audiovisuel algérien [3].

En 2015, un incident diplomatique éclate entre la France et Alger, après que Hamid Grine ait fait l'objet d'une fouille par les autorités françaises alors qu'il s’apprêtait à prendre un avion à l'aéroport de Paris - Orly [4].

En mars 2017, ses instructions à la presse de ne pas donner la parole ou relayer la position des « parties appelant au boycott » des élections législatives est analysée par plusieurs journalistes et universitaires algériens comme une remise en cause de la liberté de la presse et une atteinte au droit constitutionnel des citoyens à la liberté d'expression[5]. Il se réjouit le 15 mai de«  l'excellente couverture des élections » par la presse,«  à l’exception de quelques cas de dépassements enregistrés ici et là »[6].

Il est remplacé à son poste par Djamel Kaouane lors de la formation du gouvernement Abdelmadjid Tebboune le 25 mai 2017[7].

ŒuvresModifier

Il est l'auteur de 7 livres sportifs, notamment Lakhdar Belloumi, un footballeur algérien, Éditions ENAL, vendu à 20 000 exemplaires en 1986.

En 2004, il publie aux Éditions Casbah Comme des ombres furtives, une série de portraits.

Une année plus tard, Hamid Grine publie un essai de communication politique: Chronique d'une élection pas comme les autres qui évoque les élections présidentielles de 2004.

Ensuite, il publie un essai philosophique :Cueille le jour avant la nuit (2005), où il décline les philosophes qui l'ont aidé à vivre notamment les Stoïciens ainsi que Swami Prajnanpad, un maître hindou qui a comme disciple français Arnaud Desjardins ainsi que Comte-Sponville. En 2006, il édite son premier roman La Dernière prière, toujours chez le même éditeur : Alpha édition. En 2007, La nuit du henné.

Le café de Gide[8], un autre roman est publié en 2008 aux éditions Alpha (Alger). La pédophilie d'André Gide n'est que le prétexte pour poser une question plus universelle : celle de la conservation du patrimoine.

En 2009, Hamid Grine signe un roman algérien sur la presse, "Il ne fera pas long feu", une satire qui connaîtra un grand succès. En 2010, il revient avec un autre roman : Un Parfum d'absinthe qui au-delà de sa trame romanesque pose la question de l'engagement des écrivains algériens, par rapport à Camus, durant la guerre de libération.

En 2017, il publie "Clandestine" [9],[10]. En 2019, il publie un roman Le rapace, (édition Casbah)qui traite de communication politique sur fond de manipulation. Precisons que Hamid Grine, specialiste en communication politique, a deja traité ce domaine dans l'essai politique "Une election pas comme les autres" (2004, edition Alpha)

RécompensesModifier

Hamid Grine a reçu différents prix dont la plume d'or du journalisme sportif et une récompense des éditeurs maghrébins pour l'ensemble de son œuvre. En 2009, il reçoit le prix des libraires algériens.

En 2013, il est nommé pour le Prix Françoise Giroud du portrait.

Du même auteur :

  • Lakhdar Belloumi, un footballeur algérien, essai, Éditions ENAL, Alger, 1986
  • Onze champions dans un miroir, essai, Éditions ENAL, Alger, 1988
  • L'Almanach des sports collectifs algériens, essai, Éditions ANEP, Alger, 1990
  • L'Entente, la légende du second souffle, Éditions Dahleb, Alger, 1990
  • L'Algérie en coupe d'Afrique, essai (coauteur), Éditions Anep, Alger, 1990
  • Ombres et lumières de la boxe en Algérie, essai, Éditions Cnides, Alger, 1999
  • L'Almanach des sports individuels algériens, essai, Éditions Cnides, Alger, 1999
  • Comme des ombres furtives, essai, Casbah Éditions, Alger, 2004
  • Chronique d'une élection pas comme les autres, essai, Éditions Alpha, Alger, 2004
  • Cueille le jour avant la nuit, essai, Éditions Alpha, Alger, 2005.
  • Cueille le jour avant la nuit, Editions Upublisher, Paris, 2020
  • La Dernière prière, roman, Éditions Alpha, Alger, 2006
  • La Nuit du henné, roman, Éditions Alpha, Alger, 2007
  • La nuit du henné, éditions Upublisher, Paris, 2013
  • Le Café de Gide, roman, Éditions Alpha, Alger, 2008
  • Il ne fera pas long feu, roman, Éditions Alpha, Alger, 2009 (Prix des libraires algériens)
  • Un Parfum d'absinthe, roman, Éditions Alpha, Alger, 2010
  • Une vie sur la pointe des pieds, nouvelles, Éditions Alpha, Alger, 2011
  • Camus dans le narguilé, roman, Éditions Après la lune, Paris, 2011
  • Sur les allées de ma mémoire, éditions Casabah, Alger, 2012

Clandestine, roman, éditions Casbah, Alger,2017

Le rapace, roman, Casbah, Alger, 2019

Notes et référencesModifier

  1. « source »
  2. « Hamid Grine ; un mandat pour faire taire la presse algérienne d’opposition ? | Algerie Network Algerie », sur algerienetwork.com (consulté le 26 février 2018)
  3. liberte-algerie.com, « Hamid Grine : “Une nomination logique et naturelle” », Liberté,‎ (lire en ligne, consulté le 26 février 2018)
  4. Malick Diawara, « Algérie - France : comment Hamid Grine a été "fouillé" à Orly », Le Point Afrique,‎ (lire en ligne, consulté le 25 février 2018)
  5. Ali Boukhlef, « Le ton paternaliste de Hamid Grine », sur www.elwatan.com, (consulté le 15 septembre 2020)
  6. Houda H, « Législatives 2017: Hamid Grine se félicite de la couverture médiatique qu’il qualifie d’excellente », sur L'Echo d'Algérie, (consulté le 15 septembre 2020)
  7. AW. El Watan, « Nouveau gouvernement : Lamamra, Bouchouareb, Grine et Boudiaf out – Algeria-Watch », sur algeria-watch.org, (consulté le 15 septembre 2020)
  8. rencontre avec Grine à propos de son ouvrage Le Café de Gide
  9. Riyad Hamadi, « Clandestine, le nouveau roman de Hamid Grine en librairie — TSA », TSA,‎ (lire en ligne, consulté le 25 février 2018)
  10. « Clandestine, le nouveau roman de Hamid Grine », Djazairess,‎ (lire en ligne, consulté le 26 février 2018)

Liens externesModifier