Halloween Kills

film d'horreur de David Gordon Green sorti en 2021
Halloween Kills
Description de cette image, également commentée ci-après
Logo du film Halloween Kills.
Titre québécois Halloween tue
Titre original Halloween Kills
Réalisation David Gordon Green
Scénario David Gordon Green
Danny McBride
Scott Teems
Musique John Carpenter
Cody Carpenter
Daniel Davies
Acteurs principaux
Sociétés de production Blumhouse Productions
Miramax
Rough House Pictures
Trancas International Films
Pays de production Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre Horreur
Slasher
Durée 105 minutes
109 minutes (Version longue)
Sortie 2021

Série Halloween

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Halloween Kills, ou Halloween tue au Québec, est un film d'horreur américain réalisé par David Gordon Green, sorti en 2021. Douzième film de la série de films Halloween, il est une suite directe d'Halloween sorti en 2018. Initialement prévue en 2020, la sortie du film est finalement repoussée d'un an à cause de la pandémie de Covid-19. Aux États-Unis, le film sort simultanément au cinéma et sur la plateforme de streaming Peacock.

Halloween Kills met en scène pour la sixième fois Jamie Lee Curtis dans le rôle de Laurie Strode. La plupart des acteurs du film précédent reprennent également leur rôle dans cette suite, Judy Greer et Andi Matichak jouent respectivement Karen et Allyson, la fille et la petite-fille de Laurie, James Jude Courtney reprend aussi son rôle de Michael Myers. Le film marque également le grand retour de personnages apparus dans le premier film, Halloween : La Nuit des masques, Kyle Richards retrouve son rôle de Lindsey Wallace, Nancy Stephens celui de Marion Chambers et Charles Cyphers reprend quant à lui son rôle de Leigh Brackett. De plus, Anthony Michael Hall incarne le personnage de Tommy Doyle, interprété dans le premier film par Brian Andrews et dans le sixième par Paul Rudd.

Deuxième opus de la trilogie réalisé par David Gordon Green et toujours produit par Blumhouse Productions, le film marque une volonté des scénaristes d'élever la franchise à un plus haut niveau de suspense. L'idée est qu'en tant que milieu d'une trilogie, le long-métrage doit se concentrer davantage sur l'action et l'agressivité. L'intrigue commence quelques minutes après la fin du précédent film et se concentre sur l'esprit de vengeance qui règne désormais sur la petite ville de Haddonfield dont les habitants décident de traquer le tueur d'Halloween et de se faire justice eux-mêmes.

Après plusieurs projections publiques réalisées dans divers festivals, notamment lors de la Mostra de Venise 2021 en , et d'autres événements organisés autour de la sortie du film, l'avant-première privée d'Halloween Kills se déroule le au Grauman's Chinese Theatre, à Hollywood, en présence de toute l'équipe.

Doté d'un budget de production de 20 000 000 $, le film reçoit des critiques plutôt mitigées de la part de la presse et rapporte 131 647 155 $ dans le monde entier, ce qui en fait la deuxième meilleure performance de toute la franchise Halloween au box-office derrière son prédécesseur sorti trois ans plus tôt. Une suite, Halloween Ends, qui sera la conclusion de la trilogie de David Gordon Green, est prévue pour sortir en 2022.

SynopsisModifier

AccrocheModifier

Quelques minutes après que Laurie Strode, sa fille Karen et sa petite-fille Allyson ont laissé Michael Myers prisonnier du sous-sol en flammes de Laurie, celle-ci est transportée d'urgence à l'hôpital avec des blessures mortelles, pensant qu'elle en a définitivement terminé avec son bourreau de longue date[1]. Mais lorsque Michael se libère du piège de Laurie, il recommence son massacre avec une plus grande brutalité. Alors que Laurie combat sa douleur et se prépare à défendre une nouvelle fois sa famille contre lui, elle réussit à insuffler un esprit de revanche à toute la ville d'Haddonfield pour se soulever et combattre l'ignoble meurtrier d'Halloween[1]. Les femmes de la famille Strode rejoignent un groupe d'autres survivants du premier massacre de Michael et décident de prendre les choses en main, formant une foule de justiciers qui entreprend de traquer Michael et de le mettre hors d'état de nuire une bonne fois pour toutes[2].

Synopsis détailléModifier

 
Une rue à Wilmington, en Caroline du Nord, proche de l'endroit où le film a été réalisé.

Le , Cameron Elam, qui sort d'une soirée d'Halloween, tombe sur l'officier Hawkins grièvement blessé. Alors que Cameron appelle à l'aide, Hawkins se remémore de la nuit d'Halloween, quarante ans plus tôt, où il traquait le tueur Michael Myers[3] . Cette nuit-là, Frank Hawkins et son collègue Pete McCabe pénètrent dans l'ancienne maison de Myers et tombent nez à nez avec lui. Hawkins sort son arme et tire en direction du tueur masqué mais il touche par mégarde son collègue qui succombe à ses blessures[3]. Peu après, le docteur Samuel Loomis pénètre à son tour dans la maison et demande à Hawkins si Myers a encore commis un meurtre. À l'extérieur, Michael Myers se retrouve entouré par les forces de l'ordre[4].

De retour en 2018, dans un bar, Tommy Doyle ainsi que ses amies Lonnie Elam, Lindsey Wallace et Marion Chambers essaient de fêter Halloween à leur manière. Quarante ans plus tôt, ils se sont retrouvés face à Michael Myers[3]. De son côté, Laurie Strode, qui a subi de graves blessures à la suite de son combat avec Myers, est amenée à l'hôpital. Sa maison part en fumée à cause de l'incendie qu'elle a déclenché et les pompiers se pressent pour l'éteindre. L'un d'eux le libère involontairement en inspectant l'intérieur de la maison pour vérifier s'il y a des victimes encore en vie. Michael s'extirpe du sous-sol et tue violemment les pompiers avec une sauvagerie accrue[5].

Tommy et les autres apprennent que Michael Myers est en liberté et qu'il continue son massacre. Ils décident de former un groupe afin de le traquer et de le tuer. Pour ce faire, Tommy recrute des habitants de la ville d'Haddonfield[5]. Tandis que Laurie, à l'hôpital, subit une intervention chirurgicale, Michael Myers massacre un couple dans une maison proche de celle de Laurie. Karen et Allyson apprennent à leur tour que Michael Myers a réussi à s'échapper de la maison en flammes. Allyson décide de partir avec son petit-copain Cameron pour traquer Myers.

Lindsey, Marion ainsi qu'un couple rencontré plus tôt dans le bar où ils étaient, retrouvent la trace de Michael dans un parc pour enfants. Myers tue Marion ainsi que le couple, Lindsey se cache ensuite pour survivre au monstre masqué[3]. Tommy la retrouve et découvre les trois cadavres positionnés dans une mise en scène macabre et affublés de masques d'Halloween. Tommy retourne à l'hôpital pour avertir Laurie, celle-ci lui dit de se battre et de tuer le mal avant qu'il ne fasse d'autres victimes.

Michael Myers retourne dans sa maison d'enfance et assassine les propriétaires actuels. À l'hôpital, Tommy insuffle un air de vengeance parmi les citoyens, dont Leigh Brackett, l'ex-shérif de la ville. Lance Tovoli, un patient qui s'est échappé de l'hôpital psychiatrique en même temps que Myers, pénètre dans l'hôpital pour y trouver de l'aide. La foule en colère le prend alors pour Myers et le pourchasse à travers l'hôpital en hurlant « Le mal meurt ce soir[5] ! ». Karen, qui sait qu'il ne s'agit pas de Michael, essaie de le protéger mais la foule est trop compacte et trop virulente. Tovoli, apeuré par le mouvement de la foule en colère, décide de se suicider en sautant par la fenêtre. Karen et Tommy partent pour l'ancienne maison de Myers afin de rejoindre le reste du groupe. À l'hôpital, Hawking raconte à Laurie qu'il avait fait l'erreur, quarante ans plus tôt, d'empêcher ses collègues de tuer Myers. Il ne savait pas vraiment quel monstre il était à l'époque[3].

Allyson, Cameron et Lonnie se trouvent à l'ancienne demeure des Myers avant les autres. Lonnie décide d'y entrer seul pour protéger son fils et Allyson. Mais les deux jeunes pénètrent à leur tour dans la maison. Ils se retrouvent alors face au cadavre de Lonnie et Cameron se fait massacrer par Michael sous les yeux d'Allyson impuissante[3]. Alors que Myers commence à s'en prendre à elle, Karen arrive à temps pour sauver sa fille et réussit à s'emparer de son masque pour l'attirer dans la rue. Michael tombe dans un piège et se retrouve encerclé par un groupe de citoyens en colère composé entre autres de Tommy et de Brackett[5].

Les citoyens d'Haddonfield qui composent le groupe décident de se faire justice eux-mêmes et attaquent Myers avec diverses armes blanches et armes à feu[6]. Karen lui assène ensuite un ultime coup de couteau dans la nuque. Le croyant mort, elle part rejoindre sa fille près de la maison Myers où les ambulances sont déjà à l'œuvre pour secourir les blessés. Laurie, toujours à l'hôpital, déclare à Hawkins que la vraie malédiction de Michael réside dans le fait qu'il instaure un climat de peur au sein de la communauté. Michael Myers se relève et assassine tous ses agresseurs avec une extrême barbarie, il finit par tuer Tommy Doyle avec sa batte de baseball[6].

Alors qu'elle ne sait pas que Myers est en vie, Karen pénètre dans la maison et se dirige à l'étage, à l'endroit où le jeune Michael Myers, âgé de six ans, tua sa sœur en 1963. Elle regarde par la fenêtre et aperçoit le reflet de Myers derrière elle. Karen se retourne horrifiée et se retrouve nez à nez avec le tueur[7]. Celui-ci lui assène plusieurs coups de couteau avec une violence inouïe[3]. Dans la version longue du film, Laurie essaie de joindre Karen sur son portable. C'est Myers qui décroche et elle entend sa lourde respiration. Laurie comprend alors que sa fille vient d'être tuée et dit au tueur : « Tu vas payer pour tout ce que tu as fait, Michael[8] ». Elle quitte ensuite la chambre d'hôpital dans laquelle elle séjournait, couteau de cuisine ensanglanté à la main[8].

Fiche techniqueModifier

  Sauf indication contraire ou complémentaire, les informations mentionnées dans cette section peuvent être confirmées par la base de données IMDb.

DistributionModifier

Version française réalisée par Dubbing Brothers ; direction artistique : Christèle Wurmser ; adaptation des dialogues Christian Niemiec et Ludovic Manchette ; enregistrement et mixage : Nicolas Pointet ; montage : Guillaume Bérat[10],[11]
Version québécoise réalisée par Difuze ; direction artistique : Julie Burroughs ; adaptation des dialogues : Thibaud de Courrèges ; parolier et direction musicale : Pierre Bédard[12]

ProductionModifier

DéveloppementModifier

Lors de l'écriture du scénario du précédent film, sorti en 2018, les scénaristes Danny McBride, David Gordon Green et Jeff Fradley prévoient d'abord d'écrire et de réaliser les deux films consécutivement[13]. Mais ils préfèrent finalement se concentrer sur un seul[13]. McBride déclare être intéressé pour poursuivre l'histoire dans une suite[13]. Le producteur Jason Blum déclare quant à lui qu'il aimerait faire d'autres Halloween, à condition que le film fonctionne auprès du public[14]. Deux semaines avant la sortie du précédent Halloween, le site Bloody Disgusting rapporte que le studio Blumhouse Productions, encouragé par les premiers retours et les estimations du box-office, a déjà commencé le développement d'une suite, sans la participation de David Gordon Green et Danny McBride[15],[16],[17]. Une semaine après la sortie du film, McBride déclare que des discussions avec les studios ont commencé pour l'écriture d'une suite[18]. Jamie Lee Curtis indique quant à elle que si David Gordon Green lui demande de revenir sur un autre Halloween, elle accepterait[19].

Le , le site américain Collider révèle que le scénariste Scott Teems est en pourparlers pour s'occuper du scénario d'une suite, basé sur un court traitement écrit par ce dernier[20]. Selon des sources proches de la production, les actrices Jamie Lee Curtis, Judy Greer et Andi Matichak doivent aussi reprendre leurs rôles pour la suite[20]. Le , le site Collider prétend que le tournage d'une suite est prévue pour l’automne 2019, avec une sortie dans les salles obscures prévue pour le [21]. Selon les sources du site, David Gordon Green participera au scénario et réalisera également le film[21].

Le , une source fiable du site Bloody Disgusting rapporte que le studio Blumhouse Productions a l'intention de produire deux films consécutivement[22]. Selon la source, les deux Halloween seraient toujours réalisés par David Gordon Green et devraient sortir en même temps, en [22]. Quelques jours plus tard, le , le site officiel confirme en partie les informations de Bloody Disgusting, deux films Halloween seront bien réalisés en même temps par David Gordon Green[23]. Le premier, Halloween Kills, est écrit par David Gordon Green, Danny McBride et Scott Teems et doit initialement sortir le [23]. Le deuxième, Halloween Ends, est écrit par Gordon Green, McBride, Paul Brad Logan et Chris Bernier, il doit sortir l'année suivante, le [23]. Néanmoins, les deux films sont reportés d'un an à cause de la pandémie de Covid-19[24]. John Carpenter et Jamie Lee Curtis sont également de retour à la production des deux films[23].

Le réalisateur David Gordon Green déclare qu'Halloween Ends sera la fin de l'histoire de Laurie Strode et de Michael Myers[25]. Et, même si son projet initial était de faire deux films, Gordon Green révèle que son rêve, quand il a commencé à écrire le film de 2018, était de piloter une trilogie faisant suite au film de Carpenter[26]. Il déclare : « Si on fait bien notre boulot, il y aura au final quatre films formant un ensemble incroyable. Celui de Carpenter de 1978, celui de 2018, puis Halloween Kills et Halloween Ends[26]. »

ScénarioModifier

Le coscénariste Danny McBride déclare : « En écrivant le premier film, nous voulions une plus grande histoire. Au départ, nous allions même écrire deux films en même temps. Mais on a préféré attendre de voir les réactions des gens sur le premier. En cas de succès, les idées qu'on avait eu au départ seraient réutilisées dans une suite, qu'on a ensuite divisée en deux[27]. » Jamie Lee Curtis déclare que le scénario d'Halloween Kills fait revenir beaucoup de personnages du premier film pour montrer comment le drame a affecté leurs vies[28]. Le producteur Jason Blum déclare qu'Halloween Kills n'est pas simplement une partie d'un long film, comme l'était par exemple Le Seigneur des anneaux : Les Deux Tours avec une fin en cliffhanger, mais bien un film complet avec un début, un milieu et une fin[29].

Scott Teems, l'un des trois coscénaristes, décrit le film comme étant « sous stéroïdes » et que les fans du premier volet seront satisfaits du résultat « plus énervé et plus méchant[30]. » Lors d'une Watch Party sur Twitter, où toute l'équipe du film publient des anecdotes pendant le visionnage du précédent film, le réalisateur David Gordon Green révèle que la maison d'enfance de Michael Myers sera présente dans le film[31]. Gordon Green déclare :

« Quand nous avons fait le film précédent, nous voulions faire en sorte que quelqu’un qui n’a jamais vu l’original puisse se mettre au courant de l’histoire. Mais celui-ci est beaucoup plus dans l’action. C’est très agressif. C’est plus efficace. Nous voulions que ce soit un milieu explosif avant que les choses soient une nouvelle fois rationalisées et plus personnelles (avec Halloween Ends)[32]. »

Dans Halloween Kills, la peur devient virale et se mêle à la confusion, la désinformation et la paranoïa parmi les habitants d'Haddonfield[32]. Jamie Lee Curtis déclare lors de la projection du film au Mostra de Venise 2021 qu'Halloween Kills est en quelque sorte le reflet de la société américaine actuelle, avec des groupes de gens qui se soulèvent contre le système pas forcément bon envers ses citoyens et que le film suivant amplifiera cette sensation au sein de la société encore davantage[33]. L'actrice Andi Matichak déclare à quel point la ville d'Haddonfield est devenue un personnage à part entière dans l'intrigue du film, montrant les habitants lutter contre le mal d'une manière totalement inédite dans la franchise Halloween[34].

Le réalisateur David Gordon Green déclare que si le précédent film se porte davantage sur les séquelles psychologiques du personnage de Laurie Strode, Halloween Kills se concentre dorénavant sur les répercussions psychologiques et morales des habitants de la ville d'Haddonfield[35]. Le film montre ainsi le point de vue de plusieurs personnages et développe la manière dont ils réagissent après les événements traumatisants qu'ils ont vécus[35]. Les scénaristes décident alors de souligner les effets à long terme de la violence et de la mort sur toute une communauté, un élément jamais approfondi dans la franchise[36]. Le personnage de Tommy Doyle, l'enfant que garde et protège Laurie dans La Nuit des masques, obtient cette fois un rôle de protecteur envers Laurie. Il devient également un leader pour un groupe de citoyens en colère qui décide de traquer Myers et de se faire justice eux-mêmes[35].

La structure narrative du film est également pensée pour, à la fois, relier le film au précédent et aussi pour que le spectateur puisse faire la connaissance des nouveaux protagonistes[36]. Ainsi, le film commence quelques secondes où l'action d'Halloween s'était achevé avec Laurie et sa famille fuyant leur maison en flammes et s'enchaîne avec une scène qui se déroule un peu plus tôt et qui montre ce que faisaient les nouveaux personnages pendant les événements du film précédent[36]. Le coscénariste Scott Teems pense que cette manière de procéder rappelle aux spectateurs que l'histoire d'Halloween ne se limite pas à Laurie Strode, malgré le fait qu'ils ont tous un lien plus ou moins éloigné avec elle[36].

L'équipe du film souhaite se montrer à la hauteur du mythe de Michael Myers tel que décrit dans le film de Carpenter, David Gordon Green reconnaît que Michael possède un côté artiste lui permettant de mettre en scène des œuvres macabres avec ses victimes[26]. Michael a le sens de la mise en scène et n'hésite pas à jouer d'une manière funeste avec les cadavres. Dans La Nuit des masques et Halloween, Michael s'amuse ainsi à placer la pierre tombale de sa sœur à côté d'une victime ou à sculpter le visage d'une citrouille lumineuse dans la tête d'une autre victime[26]. Dans Halloween Kills, Myers continu dans cette voie et le réalisateur déclare à ce sujet : « Il a de l'humour, il est joueur. Ces moments-là me rendent perplexe. Je ne veux pas le voir en train de manger ou de prendre un bain, je veux découvrir le résultat de ses manigances sans trop voir ce qui se passe en coulisses. Je ne veux pas connaître ses motivations[26]. »

Choix des acteursModifier

 
Judy Greer au WonderCon de 2019.

Jamie Lee Curtis est annoncée officiellement par la production lors de l'officialisation du projet[23]. Nick Castle et James Jude Courtney, les interprètes de Michael Myers, annoncent plus tard, sur les réseaux sociaux, qu'ils participent également aux deux prochains Halloween[37]. Courtney révèle néanmoins que Nick Castle ne fait aucune apparition physique dans la version finale du film, on entend simplement sa respiration[38]. Pourtant, Castle interprète bien le croque-mitaine lors d'un plan qui a été coupé lors du montage[39]. L'acteur Tom Atkins, l'interprète de Dan Challis dans Halloween 3 : Le Sang du Sorcier, déclare dans une interview vouloir faire une apparition dans l'un des nouveaux films[40]. Il annonce également que Charles Cyphers, le shérif Brackett des deux premiers Halloween, devrait apparaître dans Halloween Kills[40]. Les rumeurs affirment également que le personnage de Tommy Doyle, l'enfant gardé par Laurie dans La Nuit des masques, serait de retour dans Halloween Kills[41]. L'acteur Paul Rudd, qui incarne le personnage dans Halloween 6, aurait été approché par la production pour reprendre le rôle[41]. Il n'aurait cependant pas accepté car déjà occupé avec le tournage de SOS Fantômes : L'Héritage[41]. Le site officiel annonce, en , que c'est finalement l'acteur Anthony Michael Hall qui obtient le rôle, confirmant ainsi les rumeurs sur le retour de Tommy Doyle[42].

Le , l'actrice Kyle Richards, interprète de Lindsey Wallace dans La Nuit des masques, est également confirmée pour reprendre son rôle[43]. Deux jours plus tard, Jamie Lee Curtis annonce que d'autres acteurs de La Nuit des masques apparaîtront dans Halloween Kills[44]. Le , l'acteur Robert Longstreet est annoncé par la production pour reprendre le rôle de Lonnie Elam, l'enfant qui tyrannise Tommy Doyle dans le film de 1978[45]. Dylan Arnold, l'interprète de Cameron Elam dans le précédent film, reprend également son rôle dans Halloween Kills[46]. Fin septembre, l'actrice Nancy Stephens, l'infirmière Marion dans La Nuit des masques, est confirmée pour reprendre son rôle[47]. Le , une photo de tournage confirme la présence de l'acteur Charles Cyphers dans le film[48].

D'autres acteurs présents dans le précédent film reprennent leurs rôles pour cette suite ; ainsi, Omar J. Dorsey reprend son rôle du shérif Barker, Jibrail Nantambu celui de Julian, l'enfant que garde Vicky dans Halloween ou encore Diva Tyler dans le rôle de Sondra, la gardienne du cimetière[49]. Carmela McNeal et Michael Smallwood, apparus brièvement dans Halloween, reviennent également dans le rôle d'habitants d'Haddonfield en colère contre Michael Myers[50]. Will Patton, dont le personnage de Frank Hawkins est laissé pour mort dans le film précédent, reprend également son rôle et Thomas Mann incarne une version jeune du personnage lors d'un flashback qui se déroule en 1978, pendant les événements d'Halloween : La Nuit des masques[49]. Toujours dans cette scène de 1978, Michael Myers jeune est interprété par Airon Armstrong, le coordinateur des cascades du film, et le jeune Lonnie Elam est quant à lui campé par Tristian Eggerling[49].

Dans ce même flashback, le personnage du Dr Loomis, incarné par Donald Pleasence dans le film de 1978, fait une apparition[51]. Pour faire renaître Pleasence, mort en 1995, le réalisateur décide de ne pas utiliser d'effets spéciaux numériques mais uniquement du maquillage[51]. L'équipe du studio d'effets spéciaux de Christopher Nelson réalise ainsi onze prothèses faciales portées par Tom Jones Jr., qui s'occupe des coordinations des constructions du film[51]. La voix est quant à elle celle de Colin Mahan qui imite, comme dans le film précédent, la voix de Donald Pleasence[51].

James Jude Courtney a été doublé par Douglas Tait lors de la scène où Michael saute de la voiture de Lindsey[52]. La production refusait que James Jude Courtney se blesse étant donné qu'il a travaillé la démarche de Myers avec Nick Castle depuis 2018[52]. Douglas Tait, grand fan de la franchise, se bat depuis des années pour pouvoir incarner Michael Myers à l'écran[53]. En 2015, il devait incarner Myers dans le projet avorté Halloween Returns de Marcus Dunstan et Patrick Melton[52].

RéalisationModifier

Le réalisateur David Gordon Green confirme que le tournage des films commence bien en septembre, avec une petite pause entre les deux[25]. Le tournage du film s'est déroulé du 12 septembre au à Wilmington, en Caroline du Nord[54],[55].

Dans Halloween Kills, plusieurs flashbacks se déroulent en 1978, lors des événements du film Halloween : La Nuit des masques[56]. Lors de la réalisation de ces scènes, David Gordon Green opte pour une approche artistique différente pour s'accommoder au film de Carpenter avec des mouvements de caméra plus limités ou l'utilisation de plusieurs plans larges qui rendent hommage au style de l'époque[56]. Green explique également que le masque de Michael Myers est un véritable défi à filmer car pour le rendre crédible à l'écran il doit être mis en valeur par les angles des caméras ainsi que par l'éclairage du plateau de tournage, ce qui demande une attention particulière pour que tous ces éléments soient réussis[57]. Dans le but de produire un éclairage fidèle au film de 1978, le directeur de la photographie Michael Simmonds rencontre Dean Cundey, qui s'est occupé de la photographie de La Nuit des masques, pour adopter la meilleure option afin de ne pas avoir une image trop stylisée[58]. Suivant le conseil de Cundey de « faire simple, tout bêtement », il opte pour un éclairage plus direct et avec moins de lumière en arrière-plan[58].

Le réalisateur déclare avoir tourné plusieurs versions des meurtres pour avoir un large choix lors du montage[35]. Certains meurtres sont filmés de manière très graphique et gore, alors que d'autres de manière plus modérée[35]. Gordon Green a de longues discussions avec le monteur, Tim Alverson, pour essayer de savoir s'il devait y avoir une limite à violence graphique du film[59]. Il fait néanmoins le choix de garder principalement les scènes les plus gores et se permet également d'en ajouter une qui n'était pas prévue dans le scénario[35]. Alors qu'il dispose d'une fausse tête sur le plateau de tournage, il décide de faire en sorte que celle-ci devienne la tête d'une victime dont Myers crève les yeux. Cette scène, jugée spectaculaire par le réalisateur, a eu beaucoup de réactions positives lors de sa projection-test[35]. Il décide donc de la garder dans le montage final[35].

Lors d'une scène, un journal télévisé montre des photos d'anciennes victimes de Myers ; parmi elles se trouve Bob Simms, interprété par John Michael Graham dans La Nuit des masques[60]. Pour pouvoir montrer une photo de l'acteur dans une scène du film, la production a besoin de son autorisation[60]. Étant impossible à retrouver, le réalisateur David Gordon Green décide de taper sur Google « Bob 1970s High School » et trouve une photo de l'acteur Bob Odenkirk lors de ses études. La ressemblance avec le personnage de Bob du premier film est flagrante[60]. Gordon Green contacte alors Odenkirk et obtient l'autorisation d'utiliser sa photo dans le film[60].

 
Le masque de Michael Myers est à l'origine un masque du Capitaine Kirk (William Shatner) dans Star Trek modifié par l'équipe du film.

L'actrice Judy Greer révèle qu'une scène du film a été particulièrement éprouvante à tourner[61]. La scène où la foule en colère poursuit Tovoli, la personne prise par erreur pour Michael Myers, montre une foule compacte se diriger vers Karen prête à lui passer sur le corps[61]. L'actrice déclare : « C'est terrifiant de voir tous ces gens se précipiter sur vous en hurlant et leur visages déformés par la colère. Ça m'a bouleversé et je me suis d'ailleurs mise à pleurer de peur[61]. »

Christopher Nelson, le superviseur des effets spéciaux, a dû confectionner de nouveaux masques de Michael Myers pour Halloween Kills. Un masque pour la partie principale du film, avec un côté brûlé, et un autre pour les scènes de flashbacks qui se déroulent en 1978[62]. Le masque de Michael Myers étant à l'origine un masque de William Shatner, incarnant le capitaine Kirk dans Star Trek, modifié par Tommy Lee Wallace, Nelson a d'abord dû fabriquer un nouveau masque du capitaine Kirk, commercialisé à l'époque par Don Post, et le retransformer comme l'avait fait Tommy Lee Wallace en 1978 pour obtenir la même apparence que le masque d'origine[63],[62]. Nelson déclare avoir été extrêmement perfectionniste avec les détails du masque, comme l’ombre aux coins des yeux ou la petite bulle d’air au coin de la bouche[62]. Il fallait également prendre en compte que l'acteur qui le porte dans ces scènes n'est plus le même qu'en 1978[62].

La maison d'enfance de Myers est construite en studio à Wilmington, ce qui permet à l'équipe du film de garder le contrôle sur les environnements, les intempéries ou de pouvoir tourner une scène de nuit sans aucune contrainte d'horaires[64]. L'équipe construit deux maisons, l'une délabrée pour les scènes qui se déroulent en 1978 et l'autre flambant neuve pour les scènes de 2018[64]. Pour avoir une meilleure marge de manœuvre pour déplacer la caméra dans la maison, l'équipe décide d'agrandir légèrement la maison et d'abattre quelques cloisons[64]. Richard A. Wright, le chef décorateur, déclare n'avoir laissé aucun détails au hasard, comme la présence d'un arbre devant la maison. L'espèce de l'arbre est identifiée et fidèlement reconstruite par les sculpteurs du film pour que la scène s'intègre parfaitement au film original[64].

La scène où Myers sort de la maison en flamme et massacre la brigade d'intervention des pompiers nécessite une très grande coopération de la part du réalisateur, du directeur de la photographie, du chef décorateur, des chefs cascadeurs, ainsi que de l’équipe des effets visuels[36]. L'équipe fait appel aux pompiers de la ville de Wilmington et bénéficie ainsi d’une expertise pour la création de cet incendie hors norme. Ils placent alors dans la maison des matériaux et liquides extrêmement inflammables pour démarrer le feu[36]. L'équipe fait en sorte de réaliser cette scène complexe en une seule nuit, tous les meurtres de Myers sont réalisés devant cette maison qui se consume dangereusement. David Gordon Green dispose d'en tout et pour tout de quatre heures pour mettre en scène ce carnage apocalyptique[36]. Un des points importants est de savoir à quelle distance les caméras peuvent être placées sans risque d'abîmer le matériel, une limite de sécurité est alors définie par les pompiers[36]. L'acteur James Jude Courtney raconte que c'est la séquence la plus éprouvante du film à tourner car il affirme avoir travaillé sa démarche machinalement à l'aveugle, en comptant les pas qu'il doit faire pour sortir de la maison, l'eau dans le masque, le maquillage et les flammes rendant son champ de vision très faible[38].

Comme ses prédécesseurs, Halloween Kills est classé « R - Restricted » pour sa sortie aux États-Unis, ce qui signifie qu'une personne de moins de 17 ans doit être obligatoirement accompagnée d'un adulte en raison de « très fortes scènes violentes et sanglantes tout au long du film, des images macabres, de la violence verbale et d'un léger usage de drogue[65]. » En France, le film est interdit aux moins de 12 ans en raison d'un « climat angoissant et de nombreuses scènes de violence sanglante peuvent heurter un public sensible » par le centre national du cinéma et de l'image animée[66]. En Belgique, le film est quant à lui interdit aux moins de seize ans par la Commission intercommunautaire de contrôle des films[67]. En Suisse, la Commission nationale du film et de la protection des mineurs interdit le film aux moins de seize ans avec une autorisation pour les 14-15 ans d'être accompagnés d'un adulte[68]. Au Québec, le film est classé 13 + « Violence » et « Horreur », ce qui signifie qu'un enfant de moins de treize ans ne peut visionner le film sauf s'il est accompagné d'un adulte en raison d'un « climat de terreur constant, de nombreuses agressions sanglantes perpétrées par un assassin cruel dont le visage est dissimulé sous un masque et d'un traitement gore conçu pour susciter l’effroi et le dégoût[69]. »

MusiqueModifier

John Carpenter déclare, en , qu'il aimerait composer la musique d'une suite au Halloween de 2018[70]. Le , Carpenter confirme lors d'une interview qu'il s'occupera bien de la musique d'Halloween Kills ainsi que de sa suite, Halloween Ends[71]. Comme pour son précédent album, Lost Themes III: Alive After Death, la bande originale du film est composée avec la collaboration de son fils, Cody Carpenter, et de son filleul, Daniel Davies[72].

Le studio déclare au sujet du travail du trio : « La musique est dans le plus pur style de Carpenter avec des tonalités de synthé vintage et sinistres et un sens de la menace qui plane qu’il évoque avec juste quelques notes dissonantes. Avec une plus large palette sonore, de nouvelles techniques numériques mises à sa disposition et un sens plus profond de la musicalité, la partition d’Halloween Kills est l’œuvre d’un artiste maître qui, près de cinquante ans après le début de sa carrière, continue de repousser ses limites créatives et de trouver de nouvelles façons de faire vibrer et de terrifier ses fans[73]. »

Carpenter dispose d'une grande liberté de la part du réalisateur pour expérimenter de nouvelles sonorités et piocher dans les thèmes du premier film[36]. Il déclare en outre ne rien prévoir avant d'avoir accès au montage final du film[74]. Ensuite, il se laisser porter par les images et imagine des sonorités, des ambiances pour traduire l'action en musique[74]. Le trio, qui dispose ici d'une grande variété d’instruments, n'hésite pas à aller à contresens de ce que le spectateur peut voir à l'écran, avec notamment l'utilisation d'une musique minimaliste pour accompagner une scène particulièrement violente pour mettre en valeur l'aspect traumatisant de la scène[36]. Le réalisateur approuve cette approche en déclarant « On n’a pas besoin d’une symphonie pour dicter au public ce qu’il doit ressentir[36] ».

La musique du film est sortie le sur le label Sacred Bones Records[75]. L'album est disponible en CD et cassette audio, avec également plusieurs éditions vinyles limitées dotées de différentes illustrations[72]. Onze jours après sa sortie, l'album se vend à 8 000 exemplaires aux États-Unis et se classe numéro 9 dans le top des meilleures ventes d'albums du Billboard, numéro 4 dans les meilleures ventes de vinyles et numéro 2 dans les ventes de bandes originales[76].

Le groupe de hard rock suédois Ghost enregistre également la chanson Hunter’s Moon pour la bande originale du film[77]. Tobias Forge, le leader du groupe, rencontre Ryan Turek, un des producteurs de Blumhouse Productions lors d'un concert en 2018, il est ensuite invité un an plus tard sur le plateau de tournage du film pour rencontrer David Gordon Green et avoir un aperçu d'Halloween Kills[78]. Forge signe alors pour composer le générique de fin du film[78].

SortieModifier

Le film devait sortir à l'origine en octobre 2020. Néanmoins, en juillet 2020, Jason Blum annonce que la sortie du film est reportée en octobre 2021 à cause de la pandémie de Covid-19, qui a ralenti la postproduction du film mais également pour garantir que le film puisse être visionné au cinéma pour ne pas compromettre la vision de l'équipe [24]. Le , Jason Blum, producteur du film, déclare : « Halloween Kills sortira en octobre prochain, contre vents et marées, avec ou sans vaccin. Il sortira [79]. » Halloween Kills est diffusé en première mondiale lors du festival international du film de Venise le [80]. Jamie Lee Curtis reçoit pour l'occasion un Lion d’or d’honneur pour récomprenser l’ensemble de sa carrière[80].

En , après la diffusion du film au festival international du film de Venise, le studio annonce que le film sortira simultanément au cinéma et sur Peacock comme Baby Boss 2 : Une affaire de famille avant lui[81]. Jason Blum, le patron de Blumhouse Productions, déclare à la presse que l'idée de rendre le film disponible à la fois au cinéma et sur une plateforme de streaming est de lui, il explique : « L'idée vient de moi, pas de Peacock. J'ai eu une mauvaise expérience avec Freaky qui a connu une mauvaise distribution, je ne voulais pas qu'il y est un autre film dont je suis très fier et que je trouve génial qui subisse le même sort[82]. » Blum espère néanmoins qu'Halloween Ends, dont la sortie est prévue en 2022, connaisse une sortie exclusive au cinéma[82].

Comme pour les derniers films de la franchise, une première privée du film est organisée au Grauman's Chinese Theatre le . Lors de cette première, les membres de l'équipe du film tiennent à venir déguisés. Jamie Lee Curtis rend ainsi hommage à sa mère, Janet Leigh, en revêtant le costume de Marion Crane dans Psychose[83]. Le producteur Jason Blum est quant à lui déguisé en Laurie Strode et Nick Castle en lui-même recréent une photo de tournage du film de 1978 avec une perruque et une cannette de Dr Pepper[84].

Lors des interviews promotionnelles réalisées pour la sortie du film, le réalisateur David Gordon Green annonce que le film bénéficiera d'une version longue[85]. D'abord disponible à l'achat digital aux États-Unis le puis incluse lors de sa sortie en vidéo physique, le réalisateur déclare que cette version apporte davantage de sensations fortes aux spectateurs[86]. D'une durée de 109 minutes, soit quatre minutes supplémentaires que la version diffusée dans les salles, la version longue d'Halloween Kills propose notamment de nouvelles scènes intégrées au montage, quelques plans gores supplémentaires ainsi qu'une fin plus longue qui n'avait pas été gardée pour la version sortie au cinéma[87],[88].

AccueilModifier

Accueil critiqueModifier

 
Anthony Michael Hall au GalaxyCon de Raleigh en 2019.

Le film reçoit des critiques plutôt mitigées de la part de la presse américaine. À partir de deux cent-cinquante-neuf avis recueillis par Rotten Tomatoes, Halloween Kills reçoit une note de 40 % d'approbation globale avec une note de 66 % émise par les spectateurs, l'avis général émis par les membres du site étant que « Halloween Kills devrait satisfaire les fans de slasher à la recherche de sensations fortes, mais l'histoire ne fait pas avancer l'intrigue de la franchise aussi bien que les scènes sanglantes[89]. » Jeannette Catsoulis, du New York Times, pense que le film est « un désordre indolent et appauvri narrativement qui remplace des personnages par des cadavres et les dialogues par des slogans[90]. » Stephanie Zacharek, du Time, estime que « la violence dans Halloween Kills est horrible et gore mais d’une manière si terne et sans imagination qu’elle en devient banale[91]. » Sara Stewart, du New York Post donne quant à elle la note de 2,5 sur 4 et déclare que le film ne décevra pas les spectateurs habitués du genre[92]. Brian Truitt, de USA Today, donne également la note de 2,5 sur 4 et déclare qu'« aussi horriblement brutal qu’une nuit passée avec Michael Myers devrait l’être, cette suite perd néanmoins une partie de son efficacité en jonglant avec les carnages sanglants et les revendications sociales[93]. » David Rooney, du journal The Hollywood Reporter pense que « ce dernier épisode est comme un masque d'Halloween en latex si étiré qu’il ne ressemble plus à rien[94]. » Jonathan Romney, de The Guardian, lui donne la note de 3 sur 5 et estime que « quarante ans après que John Carpenter a réalisé le film déterminant dans l'histoire du slasher, le réalisateur David Gordon Green réalise ici un film honorable et, pour ainsi dire, réussit à réanimer la saga[95]. » Owen Gleiberman, de Variety, déclare que le film est « un gâchis, un slasher qui n’est presque jamais effrayant avec trop d’intrigues parallèles qui ne mènent nulle part[96]. » Meagan Navarro, du site Bloody Disgusting, donne au film la note de 3 sur 5 et pense qu'« Halloween Kills est un épisode bâclé et inégal sans grand-chose à raconter. Mais il dispose d'un casting qui s’engage pleinement dans ce film plutôt maigre mais carrément sauvage, dévoilant un slasher old-school efficace et prenant[97]. » Asher Luberto, de The Wrap, pense que « Green semble moins intéressé à réécrire les codes de la franchise qu’à répondre aux attentes du public, à savoir des peurs angoissantes et une partition musicale macabre. C’est une stratégie qui promet de rendre la série aussi immortelle que Michael Myers lui-même[98]. » Philip De Semlyen, de Time Out New York, donne au film la note de 1 sur 5 et pense qu'Halloween Kills est « violent sans être effrayant, ce film de genre slasher est maladroit et se contente de surfer sur les anciens succès d'une franchise vieillissante[99]. » Sara Michelle Fetters, du site MovieFreak, lui attribue la note de 3 sur 4 et déclare qu'« Halloween Kills sait comment secouer un public avec des accès de rire de peur, et regarder ce méchant emblématique commettre ses massacres avec une férocité si savamment calculée est souvent effrayant[100]. » Rafael Motamayor, du site IGN, lui donne la note de 7 sur 10 et pense que le film « souffre d’être le deuxième chapitre d’une trilogie, mais il offre toujours un plaisir gore, des performances fantastiques et une partition électrisante de John Carpenter. Il y a suffisamment de rappels au film original pour satisfaire les fans de Carpenter tout en élargissant la mythologie autour de Michael Myers et de la ville de Haddonfield de manière significative[101]. »

En France, le film obtient une moyenne de 2,2 sur 5 sur Allociné, sur l'interprétation de dix-huit critiques de presse recensées[102]. Pour Josué Morel, du site Critikat, « David Gordon Green racle les fonds de tiroir de la franchise avec cette bouillabaisse narrative et formelle[103]. » Jean-François Rauger, du journal Le Monde, lui attribue la note de 2 sur 5 et estime que « le film se distingue surtout par une brutalité graphique gore[102]. » Frédéric Foubert, de Première, lui donne quant à lui une note de 1 sur 5 et estime que le film sert uniquement de « passe-plat » pour le film suivant[104]. Chloé Valmary, du site CinéSérie, lui donne la note de 3 sur 5 et déclare que le film « montre un Michael Myers plus violent que jamais, mais le scénario du film souffre de l'arrivée en 2022 du dernier volet, et en garde donc un peu trop sous la semelle pour totalement nous convaincre[105]. » Simon Riaux, du site ÉcranLarge, lui donne la note de 3,5 sur 5 et déclare : « généreux jusqu'à l'excès, ultra-violent jusqu'à l'orgasme régressif, […] le film paie ses glorieuses outrances de plusieurs faux-pas et fausses notes, mais elles valent bien le plaisir déviant et régressif qui nous est offert sur un plateau fumant[106]. » Olivier Rossignot, du site Culturopoing, pense qu'Halloween Kills « égorge de belles idées de mise en scène » et que « le cinéaste renoue avec brio avec l’essence métaphysique du mal carpenterien[107]. » Gilles Esposito, du magazine Mad Movies, lui donne la note de 4,5 sur 6 et pense que le film « a le mérite d'ajouter un chapitre singulier et de très bonne tenue à une saga avec laquelle les plus vieux d'entre nous vivent depuis près d'un demi-siècle[108]. » Le journal Ouest-France déclare que « David Gordon Green déçoit avec ce nouvel épisode qui, à vouloir embrasser trop de personnages et d'histoires secondaires, suscite davantage l'ennui que l'effroi[102]. » Philippe Guedj, du magazine Le Point, déclare : « Visuellement laid, affligé de personnages idiots et d’une séquence d’hystérie collective à l’hôpital qu’on croirait directement sortie d’un Mel Brooks, le film insulte la mémoire d’Halloween quand il prétend l’honorer[109]. » Michel Valentin, du Parisien, lui attribue la note de 3 sur 5 et pense que « ce nouvel opus présente quelques idées intéressantes, comme des flash-backs nous ramenant plus de quarante ans en arrière. Mais l’action ronronne un peu[110]. » Pierre Champleboux, du site Films Actu, lui donne la note de 5 sur 10 et pense que « les séquences de meurtres sont inventives, elles se suivent sans justification » et que malgré beaucoup de qualités, notamment les scènes de flashback, « Halloween Kills laisse un désagréable sentiment de rendez-vous manqué[111]. »

Au Québec, Elizabeth Lepage-Boily, du site Cinoche, lui donne la note de 2 sur 5 et estime que le film est surtout à conseiller pour les fans de série B et de cinéma gore[112]. Bruno Lapointe, du Journal de Montréal, déclare qu'« Halloween Kills n’offre pas grand-chose. Pas de suspense, de sursaut, ni de frisson. Rien. Pas de plaisir non plus[113]. » Théo Metais, du site Suisse Cineman, donne quant à lui la note de 4 sur 5 et déclare qu'« aussi épouvantable que parfaitement intelligent, Halloween Kills laissera du monde sur le carreau[114]. »

Box-officeModifier

Le film entame son parcours au box-office américain avec 4,9 millions de dollars pour la soirée du jeudi soir[115]. Halloween Kills rapporte également 22,8 millions pendant la journée du vendredi, le week-end d'ouverture est quant à lui estimé par la presse spécialisée à 50,16 millions[116]. Il finit le week-end à 49,4 millions, ce qui fait de lui la meilleure ouverture au box-office pour un film d'horreur sortie pendant la pandémie du covid-19 avec en plus une sortie simultanée sur une plateforme de streaming[117]. Il détrône également Mourir peut attendre au classement du box-office américain dès sa première semaine[117]. À la fin de son exploitation cinématographique, le film rapporte 92 002 155 $ en Amérique du Nord et devient ainsi l'un des films les plus rentables de la franchise Halloween au box-office américain[118].

Diffusé simultanément sur la plateforme de streaming Peacock, Halloween Kills est visionné par 1,2 millions de foyers lors de son premier week-end[119]. Ce qui en fait le film le plus visionné de l'histoire de Peacock[120]. Sur ses trente premiers jours d'exploitation sur la plateforme, le film atteint 2,8 millions de visionnages[121].

En France, le film démarre son premier jour d'exploitation avec 15 387 entrées[122], c'est beaucoup moins que le précédent film sorti en 2018 qui en totalisait 61 460[123]. À la fin de sa première semaine, Halloween Kills réunit 128 699 spectateurs pour 228 copies[124]. Toujours pour la comparaison, Halloween, trois ans plus tôt, en était à 413 854 spectateurs pour 303 copies[123]. Le film termine sa course avec 391 897 entrées pour toute son exploitation dans l'Hexagone contre 843 769 pour son prédécesseur[122],[123].

Au Québec, le film rapporte 271 597 $ lors de son premier week-end d'exploitation avec, finalement, un total de 757 726 $[125]. C'est environ moitié moins que son prédécesseur de 2018[126].

Avec 131 647 155 $ récoltés dans le monde entier, Halloween Kills ne parvient pas à égaler les recettes de son prédécesseur mais devient tout de même le deuxième film de la franchise qui rapporte le plus d'argent, sans prendre en compte l'inflation[118].

Pays ou région Box-office Date d'arrêt du box-office Nombre de semaines
  États-Unis et
  Canada
92 002 155 $[118] 9
  France 391 897 entrées[122] 9
  Québec 757 726 $[126] 4

  Total mondial 131 647 155 $[118] 9

DistinctionsModifier

Tandis que Jamie Lee Curtis obtient un Lion d’or d’honneur en récompense de l’ensemble de sa carrière, Halloween Kills est nommé dans la catégorie du meilleur film hors compétition au festival international du film de Venise[80]. Il est également nommé au People's Choice Awards en tant que film dramatique de l'année[127]. Judy Greer est elle aussi nommée comme meilleur second rôle au New Mexico Critics Awards[128]. Le film est nommé dans deux catégories lors du MTV Movie & TV Awards, la première est pour la meilleure performance dans un film d'horreur pour Kyle Richards et la deuxième pour le meilleur méchant pour James Jude Courtney[129]. John Carpenter et Cody Carpenter sont également honorés par l' American Society of Composers, Authors, and Publishers pour la bande originale du film et sa performance au box-office[130]. Halloween Kills gagne également deux Fangoria Chainsaw Awards pour la musique de Carpenter et les maquillages/prothèses de Christopher Nelson[131].

Distinctions d'Halloween Kills
Année Prix Catégorie Nomination Résultat
2021 Mostra de Venise 2021 Meilleur film (hors compétiion) Halloween Kills Nomination
Lion d’or d’honneur Jamie Lee Curtis Lauréat
People's Choice Awards Film dramatique de l'année Malek Akkad, Jason Blum et Bill Block Nomination
New Mexico Critics Awards Meilleur second rôle Judy Greer
2022 MTV Movie & TV Awards
Meilleur méchant James Jude Courtney
Meilleure performance dans un film d'horreur Kyle Richards
Golden Schmoes Awards
Meilleur film d'horreur de l'année Halloween Kills
La plus grosse déception de l'année
ASCAP Screen Music Award
Compositeurs du meilleur film au box-office John Carpenter et Cody Carpenter Lauréat
Fangoria Chainsaw Awards
Meilleure musique John Carpenter, Cody Carpenter et Daniel Davies
Meilleur maquillage Christopher Nelson

AnalyseModifier

 
Kyle Richards reprend le rôle de Lindsey Wallace, quarante-trois ans après le premier film.

La journaliste Emmanuelle Spadacenta, de la revue Cinémateaser, estime qu'Halloween Kills est une réaction au climat politique américain de cinq années précédant sa sortie, avec une scène du film où la foule en colère contre le mal qui règne sur leur petite ville prend d'assaut un hôpital, ce qui rappelle la prise du Capitole en janvier 2021[56]. David Gordon Green estime que le film est beaucoup plus pertinent politiquement à sa sortie que s'il était sorti en 2020, comme prévu avant la crise du Covid[56]. Néanmoins, le film ayant été écrit et tourné bien avant la prise du Capitole, toute ressemblance avec cet évènement est purement fortuite[56].

David Gordon Green impose son film comme une inversion du film de 1978 avec beaucoup d'éléments scénaristiques délibérément repris et inversés[132]. Le personnage de Tommy Doyle, éternel enfant victime du film de Carpenter, est maintenant un leader qui fédère toute une ville face à Myers, dont Lonnie, son ancien bourreau[132]. Les spectateurs découvrent également, via les flashbacks, que Lonnie était également un enfant harcelé[132]. De même que Laurie, qui incarne la protagoniste principale et la protectrice des jeunes enfants dans La Nuit des masques, est maintenant un personnage affaibli et mis au second plan d'Halloween Kills[132]. Au contraire, les enfants sont maintenant au-devant de la scène et se placent en protecteurs de Laurie[132]. L'ex-shérif Brackett meurt égorgé par Myers, comme sa fille Annie quarante ans plus tôt[132].

Dans le but de rendre hommage aux anciens films de la franchise, de nombreuses références plus ou moins explicites sont placées dans le film. Le générique d'ouverture du film comporte douze citrouilles d'Halloween enflammées, symbolisant les douze précédents films de la série Halloween[133]. Étant donné qu'Halloween Kills se place comme le deuxième film d'une trilogie, avec La Nuit des masques faisant office de préquelle, celui-ci s'amuse à faire énormément de clins d'œil au Halloween 2 de 1981[134]. Le film commence quelques minutes après la fin du film précédent, un procédé scénaristique utilisé dans le Halloween 2 de Rick Rosenthal[108]. Le personnage de Laurie passe le plus clair de son temps à l'hôpital, comme dans le film de 1981[134]. Le logo de l'hôpital, le Haddonfield Memorial Hospital, est également le même que celui utilisé dans Halloween 2[134]. Une scène du métrage de Rick Rosenthal est également réutilisée comme flashback pour illustrer le moment où Leigh Brackett parle de la mort de sa fille[135].

La scène d'introduction qui se déroule en 1978 se termine par un plan avec Myers entouré par des policiers de la ville d'Haddonfield[135]. La caméra, portée par une grue, s'éloigne alors doucement pour filmer une vue plongée de la scène[135]. Ce plan est réalisé exactement de la même manière que le dernier plan de la scène d'introduction de Halloween : La Nuit des masques de John Carpenter où le jeune Michael Myers est entouré cette fois de ses parents[135]. Laurie mentionne le fait que la force de Myers réside dans ce qu'il inspire aux habitants d'Haddonfield, c'est selon elle « la vraie malédiction de Michael[134]. » Cette citation est une référence au sixième film, Halloween 6 : La Malédiction de Michael Myers où l'on découvre qu'une secte idolâtre Michael Myers au point de lui donner des pouvoirs, par le biais de certains rituels païens[134]. Comme dans le film précédent, les masques de squelette, de sorcière et de citrouille emblématiques du film Halloween 3 : Le Sang du sorcier sont présents dans plusieurs scènes[134].

Le personnage de Marion Chambers subit les attaques de Myers de la même manière que dans le film original, prise au piège dans une voiture avec Michael sur le toit qui brise une vitre pour pouvoir l'atteindre[136]. Leigh Brackett, l'ex-shérif d'Haddonfield, prononce également une réplique qu'il dit dans le film de 1978 : « Tout le monde a le droit à une bonne frayeur[136]. » Cette réplique, destinée à Myers, a pour but, à l'origine, de taquiner Laurie dans le premier film[136]. La phrase est également réutilisée par Janet Leigh, la mère de Jamie Lee Curtis, dans Halloween, 20 ans après[137].

Produits dérivésModifier

Le fabricant Trick or Treat Studios, habitué des produits dérivés de franchises horrifiques, sort un masque de Michael Myers sous licence officielle en  ; celui-ci reprend les marques et brûlures du film[138]. Également habitué aux figurines tirées de la franchise Halloween, NECA en commercialise une de Michael Myers version Halloween Kills[139]. Comme celle du film de 2018, la figurine comporte de nombreux accessoires reproduisant les scènes clés du film comme une deuxième tête, des armes et un masque ensanglanté[139]. Celle-ci sort en automne 2021[139].

Fait identique au précédent film, Halloween Kills bénéficie d'une novélisation, écrite par Tim Waggoner, succédant ainsi à John Passarella[140]. Édité par Titan Books, Halloween Kills: The Official Movie Novelization sort le [140]. Waggoner déclare avoir fait des recherches sur les incendies de maisons afin que la scène où Myers est aux prises avec les flammes soit, à la fois, fidèle au scénario du film mais également à la réalité d'un vrai incendie d'une ancienne maison[141]. Il déclare avoir aussi pris plaisir à ajouter du contenu inédit qui enrichit le film. Il a également approfondi certains personnages comme Tovoli, le patient de l'hôpital psychiatrique se faisant chasser par la foule en colère[141]. Tim Waggoner place également des références aux précédents Halloween, comme un restaurant qui livre des pizzas, portant le nom de « White Horse Pizza », une référence au Halloween 2 de Rob Zombie[141]. Tommy Doyle porte également un tatouage avec le motif de Thorn[142]. Ce symbole de Thorn est utilisé dans l'intrigue d'Halloween 5 et d'Halloween 6 pour expliquer l'origine du mal que représente Myers[142]. La novélisation est adaptée le même jour en livre audio ; la narration est assurée par Bronson Pinchot[143].

Éditions en vidéoModifier

Halloween Kills sort aux États-Unis en version numérique le puis en DVD, Blu-ray et Blu-ray Ultra HD le [144]. Édités par Universal Pictures, les disques contiennent le film dans sa version diffusée au cinéma ainsi qu'une version longue inédite avec une fin alternative[144]. En supplément se trouvent également les commentaires audio de David Gordon Green, Jamie Lee Curtis et Judy Greer, un bêtisier, des scènes coupées ou étendues ainsi que six modules portant sur la production du film[144]. Une édition exclusive steelbook[Note 1] sera aussi commercialisée par le commerçant Best Buy[145].

En France, Halloween Kills sort en DVD, Blu-ray et Blu-ray Ultra HD le , édité par Universal Pictures France[146]. Comme aux États-Unis, une édition exclusive steelbook est également commercialisée par le commerçant Fnac[147]. Le contenu des disques français est le même que ceux des éditions américaines[146].

SuiteModifier

Une suite, nommée Halloween Ends, doit sortir en 2022[23]. Prévue à l'origine en 2021 mais reportée d'un an à cause de la pandémie de Covid-19, le film sera toujours réalisé par David Gordon Green et écrit par le réalisateur, Danny McBride, Paul Brad Logan et Chris Bernier[23]. Le tournage doit initialement commencer quelques mois après celui d'Halloween Kills mais le réalisateur, qui trouve la réalisation d'Halloween Kills très intense, préfère finalement se concentrer sur un film à la fois[148]. Le film commence son tournage le à Savannah, en Géorgie[149]. Le réalisateur David Gordon Green déclare que le film optera pour un ton très différent des deux premiers et symbolisera le passage à l'âge adulte, il affirme également sa volonté de rendre hommage au film de John Carpenter sans pour autant l'imiter[150].

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Un steelbook est une boîte métallique renfermant le ou les disques du film.

RéférencesModifier

  1. a et b Laura B, « Halloween Kills, la suite de la saga d'horreur avec Jamie Lee Curtis, critique et bande annonce », sur Sortiraparis.com, (consulté le ).
  2. Nicolas Rieux, « Halloween Kills de David Gordon Green : la critique du film », sur Mondocine.com, (consulté le ).
  3. a b c d e f et g (en) Rick Dunkle, « All 34 Deaths In Halloween Kills », sur Screenrant.com, (consulté le ).
  4. (en) Padraig Cotter, « Who Plays Dr Loomis In Halloween Kills ? », sur Screenrant.com, (consulté le ).
  5. a b c et d Patrice Steibel, « Halloween Kills critique », sur Leschroniquesdecliffhanger, (consulté le ).
  6. a et b (en) Drew Taylor, « Halloween Kills Ending Explained: A Shocking Reveal », sur Thewrap.com, (consulté le ).
  7. (en) Rosie Fletcher, « Halloween Kills Ending Explained », sur Denofgeek.com, (consulté le ).
  8. a et b (en) Eric Eisenberg, « Halloween Kills Alternate Ending: What Happens, And How It Differs From The Theatrical Cut », sur Cinemaband.com, (consulté le ).
  9. « Halloween Kills (2021) - JPBox-Office », sur jpbox-office.com (consulté le )
  10. « Halloween Kills - Fiche du doublage français », sur Rsdoublage.com, (consulté le ).
  11. « Fiche du doublage français du film », sur Allodoublage, (consulté le ).
  12. « Fiche du doublage québécois du film », sur Doublage.qc.ca, (consulté le ).
  13. a b et c (en) Clark Collins, « Halloween co-screenwriter Danny McBride almost pitched making back-to-back sequels », sur Ew.com, (consulté le ).
  14. Maxime Bedini, « Halloween 2018 : une suite toujours envisagée ? », sur Cineserie.com, (consulté le ).
  15. Maxime Bedini, « Halloween : la suite est en développement », sur Cineserie.com, (consulté le ).
  16. Prescilia Correnti, « Halloween : le film est bien parti pour marquer un record de la franchise au box-office », sur Ecranlarge.com, (consulté le ).
  17. (en) Brad Miska, « Work Has Already Begun On Next Halloween Film [Exclusive] », sur Bloody-disgusting.com, (consulté le ).
  18. (en) Mike Fleming Jr, « Danny McBride On Inevitable Halloween Sequel & Why Michael Myers Scared Up So Much Gross 40 Years Later », sur Deadline.com, (consulté le ).
  19. Chloé Valmary, « Halloween : Jamie Lee Curtis reviendra dans la suite à une condition », sur Cineserie.com, (consulté le ).
  20. a et b (en) Jeff Sneider, « Exclusive: Halloween Sequel to Be Written by Firestarter Scribe Scott Teems », sur Collider.com, (consulté le ).
  21. a et b (en) Jeff Sneider, « Exclusive: Halloween 2 Gearing Up for Fall Shoot, 2020 Release; Jamie Lee Curtis to Return », sur Collider.com, (consulté le ).
  22. a et b (en) Brad Miska, « Halloween Rumor: David Gordon Green Returning to Direct Back-to-Back Sequels », sur Bloody-Disgusting.com, (consulté le ).
  23. a b c d e f et g (en) Sean Decker, « Halloween Kills & Halloween Ends Coming 2020 & 2021 », sur Halloweenmovies.com, (consulté le ).
  24. a et b « Halloween Kills : un teaser pour l'épisode décrit comme le plus hardcore de la saga ! », sur jeuxactu.com, .
  25. a et b (en) Adam Chitwood, « Halloween Sequels Start Filming in September; David Gordon Green Talks Ending the Laurie/Michael Saga », sur Colider.com, (consulté le ).
  26. a b c d et e Propos de David Gordon Green dans Halloween Kills, le dossier de presse.
  27. (en) Patrick Cavanaugh, « Halloween Sequel Filmmakers Tease What to Expect in Halloween Kills and Halloween Ends », sur Comicbook.com, (consulté le ).
  28. (en) Haleigh Foutch, « Jamie Lee Curtis on What to Expect from the Next Two Halloween Sequels », sur Collider.com, (consulté le ).
  29. Déborah Lechner, « Halloween Kills : Jason Blum explique comment la trilogie va éviter le gros problème du Seigneur des anneaux », sur Ecranlarge.com, (consulté le ).
  30. Mathieu Jaborska, « Halloween Kills sera plus méchant et énervé, n'en doutez plus », sur Ecranlarge.com, (consulté le ).
  31. (en) Sean Decker, « Halloween Kills – What We Learned from the Halloween Twitter Watch Party », sur Halloweenmovies.com, (consulté le ).
  32. a et b (en) Sean Decker, « Total Film Debuts Exclusive Image of Michael Myers from the Upcoming Halloween Kills », sur Halloweenmovies.com, (consulté le ).
  33. (en) Nancy Tartaglione, « Halloween Kills: Jamie Lee Curtis & David Gordon Green On The Evolution Of Laurie Strode & What’s Next For Trilogy - Venice », sur Deadline.com, (consulté le ).
  34. Propos de l'actirce Andi Matichak dans Halloween Kills - Le dossier de presse.
  35. a b c d e f g et h Interview de David Gordon Green dans l'article Le peuple contre Michael Myers de Jean-Baptiste Herment, Mad Movies no 353, octobre 2021.
  36. a b c d e f g h i j et k Halloween Kills : Le Dossier de Presse, Universal Pictures.
  37. (en) Brad Miska, « Nick Castle Confirms Return as Michael Myers in Halloween Kills and Halloween Ends », sur Bloody-Disgusting.com, (consulté le ).
  38. a et b (en) Matt Artz, « [Interview] James Jude Courtney on Reprising Michael Myers in Halloween Kills », sur Halloweendailynews.com, (consulté le ).
  39. (en) John Squires, « Halloween Kills – Nick Castle Played Michael Myers in One Shot But It Ended Up Being a Deleted Scene », sur Bloody-disgusting.com, (consulté le ).
  40. a et b (en) Matt Artz, « Is Charles Cyphers Reprising Sheriff Brackett in Halloween Kills ? », sur Halloweendailynews.com, (consulté le ).
  41. a b et c Marc Boisclair, « [Rumeur] Tommy Doyle serait de retour dans le prochain Halloween Kills », sur Horreur.quebec, (consulté le ).
  42. (en) Sean Decker, « Anthony Michael Hall Joins Halloween Kills », sur Halloweenmovies.com, (consulté le ).
  43. (en) Sean Decker, « Little Lindsey Wallace Won’t Know What Hit Her! », sur Halloweenmovies.com, (consulté le ).
  44. (en) Matt Artz, « Jamie Lee Curtis Promises More of ’78 Cast Coming to Halloween Kills », sur Halloweendailynews.com, (consulté le ).
  45. « Halloween Kills ramènera encore un autre personnage du film culte de Carpenter », sur Ecranlarge.com, (consulté le ).
  46. (en) Matt Donato, « Robert Longstreet Will Play Returning Character Lonnie Elam in Halloween Kills [Exclusive] », sur Bloody-disgusting.com, (consulté le ).
  47. (en) Sean Decker, « Nancy “Nurse Marion” Stephens Returns in Halloween Kills! », sur Halloweenmovies.com, (consulté le ).
  48. (en) John Squires, « Halloween Kills Set Photo Looks to Confirm the Return of Charles Cyphers as Leigh Brackett! », sur Bloody-disgusting.com, (consulté le ).
  49. a b et c (en) Remus Noronha, « Halloween Kills: Premiere Details, Release Date, Trailer, Cast & Everything We Know So Far », sur Collider.com, (consulté le ).
  50. (en) Matt Artz, « Halloween Revelations, Halloween Kills Teases from the Watch Party », sur Halloweendailynews.com, (consulté le ).
  51. a b c et d Maximilien Pierrette, « Halloween Kills : comment ce personnage a-t-il été ressuscité ? », sur Allocine.fr, (consulté le ).
  52. a b et c (en) Matt Artz, « [Interview] Douglas Tait on Doubling as Michael Myers in Halloween Kills », sur Halloweendailynews.com, (consulté le ).
  53. (en) Jason Parker, « Jason Voorhees Actor Interested In Role For Halloween 3 », sur Halloweendailynews.com, (consulté le ).
  54. (en) Matt Artz, « Halloween Kills Filming Begins This Week », sur Halloweendailynews.com, (consulté le ).
  55. (en) Matt Artz, « Halloween Kills Filming Wraps », sur Halloweendailynews.com, (consulté le ).
  56. a b c d et e Interview du réalisateur David Gordon Green par Emanuelle Spadacenta dans le magazine Cinémateaser, numéro 106, octobre 2021.
  57. (en) Jamie Jirak, « Halloween Kills Director Reveals Why It's Difficult to Film Michael Myers' Mask », sur Comicbook.com, (consulté le ).
  58. a et b Propos de Michael Simmonds dans Halloween Kills - Le dossier de presse.
  59. (en) Meagan Navarro, « David Gordon Green Says Halloween Ends Script Is Complete and Awaiting John Carpenter’s Notes [Interview] », sur Bloody-disgusting.com, (consulté le ).
  60. a b c et d (en) Rachel Leishman, « How Bob Odenkirk's Yearbook Photo Landed Him in Halloween Kills », sur Collider.com, (consulté le ).
  61. a b et c Propos de l'actrice Judy Greer dans Halloween Kills - Le dossier de presse.
  62. a b c et d Propos du superviseur des effets spéciaux Christopher Nelson dans Halloween Kills - Le dossier de presse.
  63. Vincent Formica, « Halloween Kills : l'histoire insolite à l'origine du masque de Michael Myers », sur Allocine.fr, (consulté le ).
  64. a b c et d Propos du chef décorateur Richard A. Wright dans Halloween Kills - Le dossier de presse.
  65. (en) John Squires, « “Ten Times the Kills”: Halloween Kills Officially Rated R for “Strong Bloody Violence Throughout”! », sur Bloody-disgusting.com, (consulté le ).
  66. « Classification du film en France », sur cnc.fr (consulté le ).
  67. « Classification du film en Belgique », sur Kinepolis.be (consulté le ).
  68. « Classification du film en Suisse », sur Movies.ch (consulté le ).
  69. « Classification du film au Québec », sur rcq.gouv.qc.ca (consulté le ).
  70. (en) Michael Roffman, « John Carpenter confirms he’s ready to score the next Halloween sequel », sur Consequenceofsound.net, (consulté le ).
  71. (en) Josh Millican, « Confirmed: John Carpenter Will Score HALLOWEEN KILLS & HALLOWEEN ENDS », sur Dreadcentral.com, (consulté le ).
  72. a et b (en) John Squires, « John Carpenter’s Halloween Kills Soundtrack Releasing in October; Listen to the Track “Unkillable” Now! », sur Bloody-disgusting.com, (consulté le ).
  73. (en) « John Carpenter’s Halloween Kills OST », sur Sacredbonesrecords.com, (consulté le ).
  74. a et b (en) Michael Pementel, « Behind the Music That Kills: An Interview With the Master of Horror, John Carpenter », sur Bloody-disgusting.com, (consulté le ).
  75. a et b (en) « Halloween Kills Soundtrack Album Details », sur Filmmusicreporter.com, (consulté le ).
  76. (en) Keith Caulfield, « Halloween Kills Soundtrack Scares Up Top 10 Debut on This Chart », sur Billboard.com, (consulté le ).
  77. Adrien, « Écoutez la première nouvelle chanson de Ghost depuis 2 ans, Hunter's Moon », sur Metalzone.com, (consulté le ).
  78. a et b Clara Lemaire, « Ghost dévoile "Hunter's Moon", extrait de la BO du film Halloween Kills », sur Rocknfolk.com, (consulté le ).
  79. (en) Sean Decker, « Jason Blum Says Halloween Kills is Coming in 2021, “Vaccine or No Vaccine” », sur Halloweenmovies.com, (consulté le )
  80. a b et c (en) Sean Decker, « Halloween Kills to World Premiere in Venice; Jamie Lee Curtis to Receive Lifetime Achievement », sur Halloweenmovies.com, (consulté le )
  81. (en) Rebecca Rubin, « Halloween Kills to Premiere on Peacock and in Theaters on the Same Day », sur Variety.com, (consulté le )
  82. a et b (en) Adam Chitwood, « Jason Blum Agreed to Halloween Kills Peacock Release After Box Office Failure of Freaky », sur Thewrap.com, (consulté le )
  83. Violette Celbert, « Jamie Lee Curtis rend hommage à sa mère, star de Psychose », sur Lefigaro.fr, (consulté le )
  84. (en) Katie Song, « Jamie Lee Curtis Attends Halloween Kills Premiere Dressed as Her Mom’s Iconic Psycho Character », sur Variety.com, (consulté le )
  85. (en) John Squires, « David Gordon Green Teases a Halloween Kills Extended Version With a Different Ending for Blu-ray », sur Bloody-disgusting.com, (consulté le )
  86. (en) Patrick Cavanaugh, « Halloween Kills Extended Cut Promises More Thrills, Kills, and Alternate Ending », sur Comicbook.com, (consulté le )
  87. (en-US) John Squires, « ‘Halloween Kills’ – What Can We Expect from the Extended Cut? The Novelization May Answer That Question », sur Bloody Disgusting!, (consulté le )
  88. (en) Justin, « Halloween Kills Extended Edition The Differences », sur Horrorfacts.com, (consulté le )
  89. (en) « Halloween Kills sur Rotten Tomatoes », sur Rottentomatoes.com, (consulté le )
  90. (en) Jeannette Catsoulis, « Halloween Kills Review: There Will Be (Copious Amounts of) Blood », sur Nytimes.com, (consulté le )
  91. (en) Stephanie Zacharek, « Halloween Kills Sags Under the Weight of Its Own Mythology », sur Time.com, (consulté le )
  92. (en) Sara Stewar, « Halloween Kills review: A blood-soaked, gory yet predictable sequel », sur Nypost.com, (consulté le )
  93. (en) Brian Truitt, « Review: Halloween Kills is a step back for Jamie Lee Curtis' stab-happy horror franchise », sur Usatoday.com, (consulté le )
  94. (en) David Rooney, « Jamie Lee Curtis in David Gordon Green’s Halloween Kills: Film Review, Venice 2021 », sur Hollywoodreporter.com, (consulté le )
  95. (en) Jonathan Romney, « Halloween Kills review – indestructible killer returns in efficient follow-up », sur Theguardian.com, (consulté le )
  96. (en) Owen Gleiberman, « Halloween Kills Review: It Will Feed Your Nostalgia…for Mediocre Slasher Sequels », sur Variety.com, (consulté le )
  97. (en) Meagan Navarro, « [Review] Halloween Kills Carves Up a Gruesome Old School Slasher… for Better and Worse », sur Bloody-disgusting.com, (consulté le )
  98. (en) Asher Luberto, « Halloween Kills Film Review: Michael Myers Lives to Kill Yet Again in Effective Sequel », sur Thewrap.com, (consulté le )
  99. (en) Philip De Semlyen, « Halloween Kills, Time Out says », sur Timeout.com, (consulté le )
  100. (en) Sara Michelle Fetters, « Violent Halloween Kills Brings Vengeance Home to Haddonfield », sur Moviefreak.com, (consulté le )
  101. (en) Rafael Motamayor, « Halloween Kills Review », sur IGN.com, (consulté le )
  102. a b et c « Halloween Kills, les critiques de la presse », sur Allociné.fr, (consulté le ).
  103. Josué Morel, « Halloween Kills, combler le trou », sur Critikat.com, (consulté le ).
  104. Frédéric Foubert, « Halloween Kills : une grande déception [critique] », sur Premiere.com, (consulté le ).
  105. Chloé Valmary, « Halloween Kills : Michael Myers plus violent que jamais », sur Cineserie.com, (consulté le ).
  106. Simon Riaux, « Halloween Kills : critique qui rote ses boyaux », sur Ecranlarge.com, (consulté le ).
  107. Olivier Rossignot, « Halloween Kills critique "POUR" », sur Culturopoing.com, (consulté le ).
  108. a et b Critique du film par Gilles Esposito dans l'article Le peuple contre Michael Myers Mad Movies no 353, septembre 2021.
  109. Philippe Guedj, « Halloween Kills, Venom 2 : pop culture, morne plaine », sur Lepoint.fr, (consulté le ).
  110. Michel Valentin, « Halloween Kills : le massacre continue... et tourne un peu en rond », sur Leparisien.fr, (consulté le ).
  111. Pierre Champleboux, « Halloween Kills : meurtres à gogo mais rendez-vous manqué - notre critique », sur Cinema.jeuxactu.com, (consulté le ).
  112. Elizabeth Lepage-Boily, « Mourir peut attendre », sur Cinoche.com, (consulté le ).
  113. Bruno Lapointe, « Halloween Kills : à mourir d’ennui », sur Journaldemontreal.com, (consulté le ).
  114. Théo Metais, « Quand le peuple prend la fourche ! », sur Cineman.ch, (consulté le ).
  115. (en) Anthony D'Alessandro, « Halloween Kills Thrills With $50M+ Opening, Soaring Above Projections, Even With Peacock Day & Date », sur Deadline.com, (consulté le )
  116. (en) J. Kim Murphy, « Box Office: Halloween Kills Targets $50 Million Opening Weekend, Despite Simultaneous Peacock Debut », sur Variety.com, (consulté le )
  117. a et b Marine de Guilhermier, « Box-office US : Halloween Kills fait trembler la concurrence », sur Allocine.com, (consulté le )
  118. a b c et d (en) « Box Office du film Halloween Kills », sur Boxofficemojo.com, (consulté le )
  119. (en) John Squires, « Over 1.2 Million Households in the United States Have Streamed Halloween Kills on Peacock », sur Bloody-disgusting.com, (consulté le )
  120. (en) John Squires, « Halloween Kills Was the “Number 1 Non-Live Event Premiere” in the History of Peacock Thus Far », sur Bloody-disgusting.com, (consulté le )
  121. (en) Anthony D'Alessandro, « With Tentpoles Bound To Surge The 2022 Box Office, The Great Theatrical-Streaming Day & Date Experiment Goes Out Like A Dud In 2021 », sur Deadline.com, (consulté le )
  122. a b et c « Box-office français du film Halloween Kills », sur JP's Box-Office (consulté le ).
  123. a b et c « Box-office français du film Halloween (version développé) », sur JP's Box-Office (consulté le ).
  124. Elodie Bardinet, « Box-office français du 26 octobre : Venom 2 double Mourir peut attendre », sur Premiere.fr, (consulté le ).
  125. « Box-office québécois du film Halloween Kills (2021) », sur Cinoche.com (consulté le ).
  126. a et b « Box-office québécois du film Halloween (2018) », sur Cinoche.com (consulté le ).
  127. (en) Lauren Huff et Oliver Gettell, « 2021 People's Choice Awards: See the full list of winners », sur EW.com, (consulté le ).
  128. (en) Wesley Lovell, « Precursor: 6th New Mexico Critics Awards (2021) », sur cinemasight.com, (consulté le ).
  129. Charles Martin, « Zendaya illumine les nominations aux MTV Movie & TV Awards », sur Premiere.fr, (consulté le ).
  130. (en) « 2022 ASCAP Screen Music Awards », sur Ascap.com, (consulté le ).
  131. (en) Matt Artz, « 2022 Fangoria Chainsaw Award Winners Recap », sur Halloweendailynews.com, (consulté le ).
  132. a b c d e et f Analyse du film par Le Ciné Clem, «Pourquoi Halloween Kills est Génial ?»
  133. (en) « Halloween Kills (2021) trivia », sur Imdb.com (consulté le ).
  134. a b c d e et f (en) Tom Chapman, « Halloween Kills Easter Eggs – all the references and throwbacks to the Halloween movies », sur Thedigitalfix, (consulté le ).
  135. a b c et d (en) Bryan Wolford, « Halloween Kills Easter Eggs You Might Have Missed », sur Joblo.com, (consulté le ).
  136. a b et c (en) Heather Marlette, « Halloween Kills: 8 Best References To Past Halloween Films », sur Scrennrant.com, (consulté le ).
  137. (en) « Halloween H20: 20 Years Later 1998 quotes », sur Halloweenmovies.com (consulté le ).
  138. (en) John Squires, « Official Halloween Kills Michael Myers Mask Now Available from Trick or Treat Studios! », sur Bloody-disgusting.com, (consulté le )
  139. a b et c (en) John Squires, « NECA’s Halloween Kills Figure Gives Us a Nice Preview of Michael’s Battle-Damaged Look in the Upcoming Sequel! [Images] », sur Bloody-disgusting.com, (consulté le )
  140. a et b (en) « Halloween Kills: The Official Movie Novelization », sur Penguinrandomhouse.com, (consulté le )
  141. a b et c (en) Jason Jenkins, « Halloween Kills: The Novelization – Writer Tim Waggoner on How the Book Expands Upon and Differs from the Movie [Interview] », sur Bloody-disgusting.com, (consulté le )
  142. a et b (en) John Squires, « The Halloween Kills Novelization Drops a Very Unexpected “Cult of Thorn” Connection », sur Bloody-disgusting.com, (consulté le )
  143. (en) Michael Cavacini, « Audiobook Review: Halloween Kills », sur Michaelcavacini.com, (consulté le )
  144. a b et c (en) Sean Decker, « Cover Art and Full Special Features Revealed for Halloween Kills: Extended Cut », sur Halloweenmovies.com, (consulté le ).
  145. (en) John Squires, « Best Buy Lists a January 11th Release Date for Halloween Kills 4K Ultra HD Steelbook », sur Bloody-disgusting.com, (consulté le ).
  146. a et b « Halloween Kills en DVD, Blu-ray et Blu-ray 4K », sur DVDfr.com, (consulté le ).
  147. « Halloween Kills - steelbook édition spéciale Fnac », sur Editioncollector.com, (consulté le ).
  148. (en) Kevin Fraser, « Why Halloween Kills and Halloween Ends didn’t film back-to-back », sur Joblo.com, (consulté le ).
  149. (en) Matt Artz, « Jamie Lee Curtis Shares Halloween Ends Set Photo », sur Halloweendailynews.com, (consulté le ).
  150. (en) Zack Sharf, « ‘Halloween Ends’ Will Be ‘Much More Intimate’ and Honor John Carpenter’s Entire Body of Work », sur Indiewire.com, (consulté le ).

AnnexesModifier

BibliographieModifier

  : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • Halloween Kills, le dossier de presse, Paris, Universal Pictures, .  
  • Cinemateaser, vol. no 106 : Halloween Kills : Emportés par la foule, Paris, 36 15 Éditions, .  
  • Mad Movies, vol. no 353 : Halloween Kills : Le peuple contre Michael Myers, Paris, Custom Publishing France, .  
  • Science-Fiction magazine, vol. no 113 : Halloween Kills : Les interviews, Paris, Sfm éditions,
  • (en) Tim Waggoner, Halloween Kills: The Official Movie Novelization, Titan Books, (ISBN 978-1789096019)

Liens externesModifier

Cet article est reconnu comme « bon article » depuis sa version du 5 avril 2022 (comparer avec la version actuelle).
Pour toute information complémentaire, consulter sa page de discussion et le vote l'ayant promu.
La version du 5 avril 2022 de cet article a été reconnue comme « bon article », c'est-à-dire qu'elle répond à des critères de qualité concernant le style, la clarté, la pertinence, la citation des sources et l'illustration.