Halime Hatun

mère du sultan ottoman Osman Ier
Halime Hatun
Description de cette image, également commentée ci-après
Tombe de Halime Hatun à Söğüt.
Biographie
Décès Söğüt
Conjoint Ertuğrul
Enfants Gündüz Alp
Saru Batu Savcı Bey
Osman
Religion Islam

Halime Hatun ou Halime Sultan (en turc ottoman : حلیمہ خاتون) née vers 1205 à Konya et morte vers 1281[réf. nécessaire] à Söğüt, elle est la mère d'Osman Ier, fondateur de l'Empire ottoman[1].

BiographieModifier

Ses origines sont inconnues; elle est diversement appelée "Hayme Ana" et "Khaimah" dans les légendes ultérieures[2] et n'est mentionnée du tout dans aucun texte ottoman historique. Hayme Ana est aussi un nom traditionnel de la mère d'Ertuğrul[3].

Selon des mentions obscures dans les légendes ottomanes ultérieures, elle était la fille d'un Bey turkmène. Certaines légendes la décrivaient comme la mère d'Osman Ier, cependant, l'historien Heath W. Lowry, parmi d'autres érudits ottomans, déclare que la mère d'Osman est inconnue.[4] Le lieu de sépulture de Halime Hatun est situé dans le jardin de la tombe d'Ertuğrul Gazi à Söğüt, l'actuelle Turquie. Selon l'historien Cemal Kafadar, la "récupération" et la "reconstruction" de cette tombe par le sultan Abdulhamid II au XIXe siècle, avec une inscription ajoutée plus tard, étaient politiquement motivées.[5]

De plus, selon Turgut Güler, "Hayme Ana", enterrée à Domaniç, était très probablement l'épouse d'Ertuğrul.

Halime Hatun s'est mariée avec Ertuğrul, elle lui a donné trois fils, Gündüz Alp, Saru Batu Savcı Bey et Osman, ce dernier est le fondateur de l'Empire ottoman.

Elle est décédée peu de temps avant son époux.

Lieu de décèsModifier

La tombe de Halime Hatun se trouve à Söğüt, près de son époux Ertuğrul.

Halime Hatun dans la culture populaireModifier

Dans la série télévisée turque Diriliş: Ertuğrul (2014 à 2019) qui relate de manière romancée la vie d'Ertuğrul Gâzi, elle est interprétée par Esra Bilgiç[6].

Notes et référencesModifier

  1. (ar) Akgündüz, Ahmet, 1955- (trad. du turc), al-Dawlah al-ʻUthmānīyah al-majhūlah : 303 sūʼal wa-jawāb tuwaḍḍiḥ ḥaqāʼiq ghāʼibah ʻan al-dawlah al-ʻUthmānīyah [« L'Empire ottoman inconnu 303 questions et réponses clarifiant les faits absents sur l'Empire ottoman »], وقف البحوث العثمانية،,‎ (ISBN 978-975-7268-39-0 et 975-7268-39-9, OCLC 319547127, lire en ligne), p. 58
  2. (tr) Turgut Güler, Mahzun Hududlar Çağlayan Sular, Ötüken Neşriyat A.Ş. (ISBN 978-605-155-702-1, lire en ligne) :

    « In the tomb’s garden, there is a grave belonging to Ertuğrul’s wife, Halime Hâtûn. However, here there must be some information mistakes. The name of the esteemed woman who was the wife of Ertuğrul Gâzi and mother of Osman Gâzi is “Hayme Ana”, and her grave is in the Çarşamba village of Kütahya’s Domaniç district. Sultan Abdülhamid II, who had the Ertuğrul Gâzi Tomb repaired, also had the Hayme Ana Tomb as good as rebuilt in the same years. Therefore, the grave in Söğüt said to be of Halime Hâtûn, must belong to another deceased. »

  3. (en) Selim Deringil, The Well-protected Domains: Ideology and the Legitimation of Power in the Ottoman Empire 1876-1909, Bloomsbury Academic, , 32 (ISBN 978-1-86064-472-6, lire en ligne)
  4. Heath W. Lowry, « Nature of the Early Ottoman State, The », sur Google Books, SUNY Press, (consulté le ), p. 153
  5. (en) Cemal Kafadar, Between Two Worlds: The Construction of the Ottoman State, University of California Press, , 185 p. (ISBN 978-0-520-91805-4, lire en ligne)
  6. Marie Jégo, « Le Vénézuélien Maduro séduit par Erdogan « leader du nouveau monde multipolaire » », Le Monde,‎ (lire en ligne).