Ouvrir le menu principal

Haïda Gwaïi

archipel de la Colombie-Britannique
(Redirigé depuis Haida Gwaii)

Haïda Gwaïi
Îles de la Reine-Charlotte (fr)
Carte de Haïda Gwaïi.
Carte de Haïda Gwaïi.
Géographie
Pays Drapeau du Canada Canada
Archipel Aucun
Localisation Eaux côtières de l'Alaska du Sud-Est et de la Colombie-Britannique, océan Pacifique
Coordonnées 53° N, 132° O
Superficie 10 180 km2
Nombre d'îles ≈ 150
Île(s) principale(s) Île Graham, île Moresby
Point culminant 1 164 m sur Mont Moresby
Administration
Province Colombie-Britannique
District régional Skeena-Queen Charlotte
Démographie
Population 4 800 hab. (2008)
Densité 0,47 hab./km2
Plus grande ville Queen Charlotte
Autres informations
Découverte Préhistoire
Fuseau horaire UTC-8

Géolocalisation sur la carte : Colombie-Britannique

(Voir situation sur carte : Colombie-Britannique)
Haïda Gwaïi
Haïda Gwaïi

Géolocalisation sur la carte : Canada

(Voir situation sur carte : Canada)
Haïda Gwaïi
Haïda Gwaïi
Archipels au Canada

Haïda Gwaïi[1] (en haïda: X̱aaydag̱a Gwaay.yaay ou X̱aayda gwaay, littéralement «les îles des haïdas»), anciennement «Îles de la Reine-Charlotte»[2] (en anglais Queen Charlotte Islands), est un archipel canadien situé au large de la Colombie-Britannique, à 87 km à l'ouest de Prince Rupert. Situé dans les eaux côtières de l'Alaska du Sud-Est et de la Colombie-Britannique, il comprend deux îles principales séparées par un très étroit chenal. Il s'agit au nord de l'île Graham (Colombie-Britannique) et au sud de l'île Moresby, et d'environ 150 plus petites îles pour une superficie totale de 10 180 km2. L'archipel est séparé du continent à l'est par le détroit d'Hecate. L'île de Vancouver se trouve au sud, séparée par le bassin de la Reine-Charlotte (Queen Charlotte Sound) tandis qu'au nord l'entrée Dixon (Dixon Entrance) isole Haïda Gwaïi de l'archipel Alexandre, dans le Sud-Est de l'Alaska.

Une partie des îles dont les habitats du peuple Haida est protégée par les lois fédérales canadiennes et la loi Haida comme réserve de parc national et comme réserve d'aire marine nationale. Ces îles abritent une importante vie sauvage.

Exploration européenneModifier

L'archipel est visité en 1774 par l'Espagnol Juan Pérez (à l'île Langara) et en 1778 par le capitaine James Cook. En 1787, les îles sont visitées par le capitaine George Dixon. Les îles sont nommées par celui-ci d'après le nom de son navire, le Queen Charlotte, lui-même nommé d'après la Reine Charlotte, femme du roi George III du Royaume-Uni[3].

Le nom d'Haïda Gwaïi fut plus récemment introduit comme une alternative au nom colonial des « îles de la Reine-Charlotte », pour reconnaitre l'histoire de la nation Haïda. Haïda Gwaïi signifie « notre terre », alors qu’Haida signifiant « nous » mais aussi « peuple » ou « hommes ». Il est devenu le toponyme officiel le [2].

Le plus ancien nom de Xaadala Gwayee ou dans une autre orthographe, Xhaaydla Gwaayaay, ce qui signifie « îles de la frontière entre les mondes », venant des villages Haïda, installés sur la côte à la limite de la mer, du ciel et de la forêt[2].

PopulationModifier

Lors des premiers contacts avec les Européens, la population de l'archipel était estimée de 20 000 à 30 000 personnes réparties sur une douzaine de villages. 90 % de cette population meurt au cours du XIXe siècle de la variole ; d'autres maladies comme la typhoïde, la rougeole et la syphilis frappèrent également les Amérindiens. Au début du XXe siècle, il ne restait plus que 580 personnes. Les villes avaient été abandonnées, leurs habitants survivants les ayant quittées pour les villes missionnaires de Skidegate et Masset, les conserveries du continent ou l'île de Vancouver. Environ 4 800 habitants vivent sur l'archipel aujourd'hui. La population indigène Haida est dispersée sur les îles et maintient deux communautés exclusives à Skidegate et Old Masset, chacune avec une population d'environ 1000 personnes. L'île Anthony et la ville de Ninstints ont été inscrites au patrimoine mondial de l'UNESCO en 2006 ; Dans cette décision, il est fait mention du déclin de la population indigène morte par maladie par la « civilisation évanouie » des Haïda.

ÉconomieModifier

L'économie est basée sur l'exploitation forestière et la pêche, exportées vers le continent. Des emplois de service et gouvernementaux fournissent environ un tiers des emplois. Le tourisme est devenu, ces dernières années, une activité importante principalement avec la pêche et des activités de plein air.

Notes et référencesModifier

  1. « Les feux de camp interdits en zone côtière », sur ici.Radio-Canada.ca, (consulté le 24 juillet 2019).
  2. a b et c (en) « Haïda Gwaïi », sur BC Geographical Names (consulté le 20 juin 2010)
  3. (en) « Queen Charlotte Islands », sur BC Geographical Names (consulté le 20 juin 2010)

AnnexesModifier

BibliographieModifier

  • de Bohan C., 2005 : « Cerfs et biodiversité [études menées sur le cerf à queue noire dans les îles de la Reine-Charlotte] », Forêts de France (revue de la Fédération nationale des syndicats de propriétaires forestiers sylviculteurs), no 486, septembre 2005, p. 35-37

Lien externeModifier

Sur les autres projets Wikimedia :