Haïm Korsia

grand rabbin de France

Haïm Korsia, né le à Lyon, est un rabbin français, ancien aumônier en chef du culte israélite des armées, aumônier de l'École polytechnique[1], administrateur du Souvenir français et ancien membre du Comité consultatif national d'éthique. Le , il est élu grand-rabbin de France pour sept ans.

Haïm Korsia
Image dans Infobox.
Fonction
Grand-rabbin de France
depuis
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (57 ans)
LyonVoir et modifier les données sur Wikidata
Nom de naissance
Haïm KorsiaVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activités
Autres informations
Religion
Membre de
Directeurs de thèse
Paul Lévy (d), Éric Godelier (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Distinctions

Éléments biographiquesModifier

Issu d'une famille séfarade venue d'Algérie, il est le fils d'André Korsia originaire d'Oran (rabbin dans la région parisienne[2]), et d'une mère née à Tlemcen[3]. Né à Lyon, il grandit à Meaux (Seine-et-Marne) puis dans une tour de la banlieue parisienne[4]. Haïm Korsia est père de trois enfants avec son épouse Stéphanie (également mère de deux enfants d'un premier mariage)[5].

FormationModifier

Haïm Korsia entre au Séminaire israélite de France (SIF), puis obtient le baccalauréat par correspondance. Il est titulaire d’un MBA de la Reims Management School, où il a soutenu un mémoire traitant de la conception d'une stratégie de développement pour le rabbinat français, d’un DEA de l’École pratique des hautes études[2]. Il soutient à l'université de Poitiers une thèse de doctorat intitulée Jacob Kaplan ou le rabbin de la République sous la direction de Paul Lévy en 2006[6] et une thèse de doctorat intitulée Le Suicide dans les armées : gérer un non-dit, en 2017, sous la direction de Sandra Charreire Petit, à l'université Paris-Saclay[7],[8].

Carrière professionnelleModifier

Il tient lieu provisoirement de rabbin à la synagogue du Mans[9], puis il est rabbin de Reims durant 13 ans[10]. Il travaille ensuite aux côtés de Joseph Sitruk, grand-rabbin de France de 1987 à 2008[11], puis de Gilles Bernheim, grand-rabbin de 2009 à 2013[12].

En 2004, Haïm Korsia indique son intention d'inviter l'humoriste Dieudonné à Auschwitz, car selon lui : « il est l'un des rares à pouvoir parler à ces jeunes désocialisés qui insultent des juifs. Bien malgré lui, il est devenu l'icône de ceux qui veulent s'opposer aux juifs, je suis certain qu'il peut avoir un impact positif sur ces jeunes qui peuvent avoir un rejet du judaïsme »[13]. Cependant, il abandonne le projet la même année, se pliant à l'avis du grand-rabbin Joseph Sitruk qui se désolidarise publiquement de cette initiative[14].

Haïm Korsia participe de 2006 à 2014 à une émission de débat intitulée Les Enfants d'Abraham sur la chaîne Direct 8[15],[16], aux côtés du prêtre Alain de La Morandais et de l'anthropologue Malek Chebel[17].

En qualité d'aumônier en chef des armées[18], il participe le à la cérémonie œcuménique à Notre-Dame de Paris pour les disparus du vol 447 Air France Rio-Paris[19].

Haïm Korsia est membre d'honneur de l'Observatoire du patrimoine religieux[20].

Élection au grand-rabbinat de France en 2014Modifier

 
Le grand-rabbin de France Haïm Korsia au cours d'une Conférence TEDx à l'École polytechnique en .

À l'élection du , pour le poste de grand-rabbin de France, Haïm Korsia est un des dix candidats. Les neuf autres candidats sont : Raphaël Banon, Laurent Berros, Bruno Fiszon, Élie Elkiess, Olivier Kaufmann, Yoni Krief, Meyer Malka[21], Alain Sénior et David Shoushana[22],[23].

Le jour de l'élection, il ne reste plus que six candidats[24],[25], les autres s'étant retirés.

Sur les 313 électeurs, 233 sont présents (177 électeurs et 56 suppléants). Au 1er tour, 227 suffrages sur 233 et au deuxième tour 228 suffrages sur 233 sont exprimés.

Les résultats du 1er tour sont les suivants : Haïm Korsia, 94 voix (41,41 %), Olivier Kaufmann, 52 voix (22,90 %), Laurent Berros, 41 voix (18,06 %), Alain Sénior, 32 voix (14,09 %), Meyer Malka, 4 voix (1,76 %) et David Shoushana, 4 voix (1,76 %)[26].

Haïm Korsia est élu grand-rabbin de France, au deuxième tour[9], avec 131 voix (57,45 %) contre 97 voix (42,54 %) pour Olivier Kaufmann[27],[28].

Le rabbin Moché Lewin était le directeur de sa campagne. Au moment de l'annonce de l'élection par le président du Consistoire Joël Mergui, la présence du grand-rabbin Gilles Bernheim est notée[29].

Accusations de plagiatsModifier

Le , un article du journaliste de Mediapart Dan Israel accuse Korsia, exemples à l'appui, d'avoir, tout comme son prédécesseur au grand-rabbinat, commis des plagiats[30]. L'information est reprise par plusieurs médias dont La Croix le [31] qui apporte les précisions suivantes, reprises de Mediapart : pour le livre Être juif et français, « ces emprunts sont très loin de constituer la partie principale du livre de Haïm Korsia, qui a réellement écrit et travaillé sur la vie de Jacob Kaplan ». Quant à La Kabbale pour débutants, il comporte des décalques de l'ouvrage L’Homme, espoir de Dieu, d’Emmanuel Chouchena, dont Haïm Korsia fut un des plus proches disciples. L'éditeur de ce dernier ouvrage estime que « celui-ci comportait des blancs que l’actuel grand-rabbin de France a lui-même « comblés » » et donc, selon lui, il est « tout à fait naturel et logique (que) développant la thématique de la kabbale dans un autre ouvrage de vulgarisation publié chez le même éditeur, Haïm Korsia ait repris certains passages qu’il avait déjà rédigés ». Libération, le , mentionne aussi de « violentes attaques » à l'égard de ces accusations de plagiat, « certaines infondées »[17]. Le , Le Canard enchaîné cite un communiqué où le grand-rabbin « reconnaît les faits mais les minimise ».

Prises de positionModifier

Invité à New York par la « Park East Synagogue » qui fête son 125e anniversaire, en , Haïm Korsia critique le président des États-Unis, Barack Obama, au sujet de sa réaction à la prise d'otages du magasin Hyper Cacher de la porte de Vincennes. Il se dit peiné de son interprétation de l'événement, comme si les otages avaient été choisis au hasard et non pas comme Juifs[32],[33].

Le , le vote par la France d'une résolution de l'Unesco[34] sur la « Palestine occupée », qui vise officiellement à « sauvegarder le patrimoine culturel palestinien et le caractère distinctif de Jérusalem-Est »[35] trouble fortement la communauté juive : le grand-rabbin de France déplore une résolution « ignorant le lien entre les juifs, le Mur occidental et le mont du Temple à Jérusalem » et exprime sa désapprobation dans une entrevue avec le ministre des Affaires étrangères Jean-Marc Ayrault[35]. Après l'avoir rencontré, « le Grand Rabbin s’est dit rassuré à l’issue de cet échange, le ministre ayant expliqué n’avoir jamais eu l’intention de remettre en cause, ni la présence ni l’histoire juives à Jérusalem et redit que Jérusalem appartenait bien à tous les croyants, juifs, chrétiens et musulmans »[36]. Toutefois, le grand-rabbin de France exprime à nouveau son indignation quant à la résolution le dans un article du Figaro[37]. Il la qualifie d'« atteinte à la foi de nombre de fidèles, qui ont accompagné la destinée du Temple de Jérusalem, de Salomon le bâtisseur à Jésus chassant les marchands ». Pour lui, le « principe de laïcité [...] aurait dû interdire de prendre aussi ouvertement parti pour des tenants extrémistes » et il considère de sa responsabilité d'obéir à l'injonction biblique « Pour Jérusalem, je ne me tairai point »[38]. Haim Korsia reçoit à ce sujet le soutien du ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve[39].

Lors de l'élection présidentielle de 2017, le grand-rabbin de France prend position avant le premier tour en appelant à « faire barrage aux extrêmes »[40] puis avant le second tour (auquel se qualifie Marine Le Pen) en appelant « tous ceux qui croient et qui espèrent en la France à voter pour Emmanuel Macron, parce que c'est lui qui porte, maintenant, cette espérance de fraternité  »[41], signant une déclaration commune sur le sujet avec François Clavairoly, président de la Fédération protestante de France, et Anouar Kbibech, président du Conseil français du culte musulman[42].

PublicationsModifier

Hommages et distinctionsModifier

DistinctionsModifier

PrixModifier

À la télévisionModifier

Film documentaireModifier

  • Monsieur le rabbin, un film de Christophe de Ponfilly (auteur-réalisateur), production/diffusion : Interscoop, France 3, distribution : Doc & Co, 55 minutes, 1999[49]

Dessin animéModifier

Haïm Korsia participe au dessin animé Silex and the City diffusé sur Arte, en interprétant le personnage de Shlomo Abilis, un rabbin préhistorique, dans l'épisode Chamane Shalom de la saison 2.

Notes et référencesModifier

  1. « M. Korsia Haïm », sur École polytechnique.
  2. a et b Caroline Pigozzi, « Portrait - Haïm Korsia », Paris Match, semaine du 26 juin au 2 juillet 2014, page 88.
  3. « voir », sur CCLJ
  4. Charles Jaigu, « Haïm Korsia : "Face à l'antisémitisme, on ne peut plus tourner la tête de l'autre côté" », Le Figaro Magazine, semaine du 22 février 2019, p. 56-58.
  5. [1]
  6. Notice de thèse doctorale (2006), sur theses.fr [lire en ligne], consulté le 5 mars 2021.
  7. Notice de thèse doctorale (2017), sur theses.fr [lire en ligne], consulté le 5 mars 2021.
  8. https://portail.polytechnique.edu/i3_crg/fr/soutenance-de-haim-korsia
  9. a et b Martine de Sauto, « Haïm Korsia, nouveau grand-rabbin de France », sur La Croix, .
  10. « Le Rémois Haïm Korsia, nouveau grand-rabbin de France », sur L'union-L'Ardennais, .
  11. « Rabbin Haïm Korsa », sur direct8.directmedia.fr.
  12. Jean Sévillia, « Comment le nouveau grand-rabbin veut rassembler les juifs de France », Le Figaro Magazine,‎ semaine du 27 juin 2014, p. 22-23.
  13. « Dieudonné va visiter le camp d'Auschwitz », sur Le Nouvel Observateur, (consulté le 21 juin 2004).
  14. « Religion : le rabbin Korsia renonce à inviter Dieudonné à Auschwitz », sur La Croix, .
  15. « Les enfants d'Abraham », sur tele.fluctuat.net.
  16. « Les Enfants d'Abraham », sur direct8.directmedia.fr.
  17. a et b Bernadette Sauvaget, « Haïm Korsia. Les ailes du rabbin », sur Libération.fr, .
  18. « Haïm Korsia, un rabbin hors du commun », sur lemague.net.
  19. « Communiqué de presse d'Air France », sur alphasite.airfrance.com.
  20. Alain Sayada, « Haïm Korsia, auteur de « Groupes Religieux Juifs en Israël et Processus de Paix », élu Grand Rabbin de France », 24 juin 2014, sur israel-actualites.tv [lire en ligne], consulté le 5 mars 2021.
  21. Voir Meyer Malka. Le 22 juin prochain, la France accueillera son prochain Grand Rabbin. rabbinmalka.fre.fr.
  22. Stéphanie Le Bars, « Grand-rabbin de France : dix candidats pour remplacer Gilles Bernheim », sur Le Monde Blogs, .
  23. Éric Hazan, « Élection du grand-rabbin de France : dix candidats pour succéder au grand-rabbin Bernheim », sur Le Monde Juif.info, .
  24. Le désistement de dernière minute de Meir Malka n'est pas accepté par le Consistoire. Cf. « Haïm Korsia, figure d'ouverture, élu grand-rabbin de France », sur Libération.fr, .
  25. « Haïm Korsia, aumônier général des armées, élu grand-rabbin de France », sur Le Monde.fr, .
  26. Moshé Cohen Sabban, « Haïm Korsia XVe grand-rabbin de France », sur J Forum.fr, .
  27. « Haïm Korsia élu grand-rabbin de France pour sept ans ».
  28. « Haïm Korsia élu grand-rabbin de France », sur L'Express, .
  29. Daniel Benely, « Le rav 'Haïm Korsia, grand-rabbin de France », sur Hamodia.fr, .
  30. Dan Israel (article payant), « Le nouveau grand-rabbin de France est lui aussi adepte du « copier-coller » », sur Mediapart, .
  31. « Le nouveau grand rabbin de France accusé de plagiat », sur La Croix, .
  32. Voir (en) Frank Rosario & Bruce Golding. France's top rabbi blasts Obama for market massacre. New York Post, February 19, 2015.
  33. . Le New York Times utilise une photo prise à la "Park East Synagogue" en , montrant le maire de New York, Bill de Blasio avec Haïm Korsia, le premier de haute taille et le second de petite taille, pour illustrer un article scientifique sur les relations entre taille et risque de crise cardiaque. Voir, (en)Gina Kolata. Shorter Stature May Increase Risk of Heart Disease. The New York Times, 9 avril 2015, p.  A4.
  34. « Palestine occupée » [PDF], sur UNESCO.
  35. a et b Nicolas Senèze, « Le grand rabbin de France interpelle Jean-Marc Ayrault après une résolution de l’Unesco », sur La Croix, .
  36. « UNESCO – Haïm Korsia s’est entretenu avec Jean-Marc Ayrault », sur The Times of Israel, .
  37. Haim Korsia, « Pour Jérusalem, je ne me tairai point », dans Le Figaro du , page 18, article repris le sur The Times of Israel.
  38. Isaïe, 62, 1.
  39. Arthur Berdah, « Israël : Cazeneuve critique la résolution de l'Unesco votée par la France », sur Le Figaro, .
  40. Mathilde Régis, « À Lyon, les religions avec Macron ? », sur Lyon capitale, .
  41. « Le Grand rabbin de France appelle à voter Macron », sur Le Figaro, .
  42. Jean-Marie Guénois, « Les représentants religieux juifs, musulmans et protestants appellent à voter Macron », lefigaro.fr, 4 mai 2017.
  43. Décret du 5 avril 2015 portant promotion et nomination
  44. Légion d'honneur. Qui sont les promus de Pâques ? Paris Match.
  45. Décret du 2 mai 2012 portant promotion et nomination
  46. « Nomination dans l'ordre des Arts et des Lettres – été 2020 »
  47. Site de l'Académie des sciences morales et politiques, Archive, Nouveaux prix 2006.
  48. Le Point, 12 mai 2016, p. 26.
  49. Monsieur le rabbin.

Liens externesModifier