HMS Montrose (F236)

HMS Montrose
Image illustrative de l’article HMS Montrose (F236)
Type Frégate
Classe Type 23
Fonction militaire
Histoire
A servi dans Naval Ensign of the United Kingdom.svg Royal Navy
Chantier naval Yarrow Shipbuilders
Fabrication acier
Commandé
Quille posée
Lancement
Armé
Statut En service
Équipage
Équipage 185
Caractéristiques techniques
Longueur 133 m
Maître-bau 16,1 m
Tirant d'eau 7,3 m
Tirant d'air 28,6 m
Déplacement 4 900 t
Propulsion CODLAG :
4 x diesel Paxman Valenta 12 CM
2 x machines électriques GEC
2 x Rolls-Royce Spey SM1C
Vitesse 28 nœuds
Profondeur 7 500 milles nautiques à 15 nœuds
Caractéristiques militaires
Armement 1 canon de marine de 4,5 pouces Mark 8
2 canons automatiques 30 mm DS30M Mark 2
Aéronefs 1 Lynx HMA8 armé de 4 Sea Skua ou 2 torpilles anti-sous-marines
ou 1 Merlin armé de 4 torpilles anti-sous-marines
Carrière
Port d'attache HMNB Devonport
Indicatif F236

Le HMS Montrose est une frégate de type 23 de la Royal Navy.

HistoireModifier

Son premier voyage se fait dans l'Atlantique Sud, comme la garde des îles Falkland, qui se termine en . Suivent plusieurs déploiements de l'OTAN.

Début 2002, le Montrose retourne aux Falkland pour le déploiement de l'Atlantic Patrol Task (South), où des plongeurs remplacent le White Ensign sur l'Antelope, coulé pendant la guerre des Malouines. À son retour de ce déploiement, elle a sa première période de carénage, qui finit début .

En , le Montrose fait partie des navires déployés pour aider le NCSM Chicoutimi, à la dérive au large du nord-ouest de l'Irlande, il est le premier navire de la Royal Navy à avoir un contact et l'assister.

Le Montrose est déployé dans le golfe Persique lors de l'opération Telic au premier semestre 2006. Après son retour au Royaume-Uni pour des changements de personnel et de maintenance, du au , il est ensuite déployé pendant sept mois en mer Méditerranée comme contribution du Royaume-Uni au Standing NATO Maritime Group 2 (SNMG2). Dans le cadre de ce groupe, il participe à l'opération Active Endeavour (OAE) de l'OTAN, luttant contre l'activité terroriste en Méditerranée et empêchant la contrebande et d'autres activités illégales. Après le congé d'été, le navire se rend en Écosse pour participer à l'exercice Neptune Warrior, au cours duquel le prince Michael de Kent, contre-amiral honoraire de la Réserve navale royale, rend visite le .

À la suite de la formation opérationnelle en mer, le Montrose est de nouveau déployé au Moyen-Orient le pour rejoindre la Combined Task Force (CTF) 150, opérant dans le golfe d'Aden et la mer d'Arabie. Les activités de ce déploiement comprennent l'exercice KhunjarHaad, un exercice multinational organisé dans le golfe d'Oman et en collaboration avec le Chatham, l'Edinburgh et le RFA Argus, la saisie de plus de 23 tonnes de drogues comme la cocaïne, le hachisch, des amphétamines et des opiacés. Il rentre le et, après avoir opéré dans les eaux britanniques, commence un programme d'entretien de 15 millions de £ à Rosyth début 2009.

Ce deuxième ensemble de réaménagement comprend un certain nombre de mises à niveau majeures du navire, notamment le premier système de commandement de la Royal Navy, DNA (2), et le remplacement des deux anciens canons de 30 mm à commande manuelle par deux canons automatiques 30 mm DS30M Mark 2. Ayant rejoint le navire le , l'équipage mène des essais jusqu'en , et le Montrose est officiellement réintégré dans la flotte le .

Après une formation maritime opérationnelle, le Montrose est déployé dans la mer d'Arabie à l'été 2010 pour mener des opérations anti-piraterie, dont la destruction en d'un navire pirate somalien par l'hélicoptère Lynx lors d'une patrouille au large des côtes de la Somalie et d'attaques de pirates sur des navires marchands.

En , le Montrose est de nouveau déployé dans l'Atlantique Sud, où il devait se rendre à Callao au Pérou en , mais le gouvernement péruvien annule la visite, selon le ministre des Affaires étrangères, en signe de solidarité avec l'Argentine à propos de la souveraineté des îles Malouines. Après des visites à la Nouvelle-Orléans et aux Bermudes en mars et , il retourne au Royaume-Uni en . En , le navire escorte la reine Élisabeth II lors de sa visite du jubilé de diamant à Cowes.

De septembre à , le navire prend part au déploiement COUGAR 12 en Méditerranée. Début 2013, le navire et l'équipage suivent une formation intensive pour retourner sur la ligne de front, puis sont déployés dans le cadre du groupe de travail COUGAR 13 en . Après le retour du groupe opérationnel COUGAR 13 au Royaume-Uni, le Montrose reste au Moyen-Orient pour servir de frégate britannique dans le golfe Persique dans le cadre de l'opération Kipion et mène de nombreux exercices avec des pays alliés comme un exercice de maintenance avec le RFA Diligence.

En 2014, le Montrose est chargé de se joindre à des navires de guerre norvégiens et danois dans le cadre de l'opération RECSYR, mission d'escorte des navires marchands enlevant les stocks d'armes chimiques syriens en vue de leur destruction. Après avoir passé le relais au Diamond, le navire arrive à la maison en . Par la suite, et après une visite à Londres pour fêter les 20 ans de la mise en service, le navire est envoyé en mer Baltique pour participer à BALTOPS 14, un exercice multinational à grande échelle mené par les États-Unis avec la participation de 30 navires et sous-marins de 14 nations.

Le navire entre en réaménagement à Devonport en et doit rejoindre la flotte en 2016, mais on prend la décision de ralentir le radoub pour permettre l'installation du système de missiles Sea Ceptor et d'un nouveau système de commandement. Le personnel du navire retourne à bord en pour se préparer aux essais en mer et on annonce que le Montrose escortera le HMS Queen Elizabeth lors de son déploiement aux États-Unis pour des essais en vol de première importance en 2018. Le Montrose retourne en mer pour la première fois en près de trois ans le pour commencer une période d'essais avant de suivre une formation opérationnelle en mer plus tard dans l'année.

Le , le HMS Montrose repousse des navires ayant tenté de bloquer le passage d'un pétrolier dans le détroit d'Ormuz [1].

Le , la Royal Navy indique que le destroyer HMS Duncan (D37) arrive en renfort de la frégate HMS Montrose pour escorter les navires battant pavillon britannique dans le détroit d'Ormuz[2].

Officiers de commandementModifier

En tant que navire-amiral de la 6e escadre de frégates, bon nombre des premiers commandants du Montrose sont des capitaines plutôt que des commander, car ils avaient la responsabilité administrative de toutes les frégates de type 23 basées à Devonport. Avec l'abolition des escadres de frégate et de destroyers en 2002-2003 et leur remplacement par des flottilles, le commandement du Montrose revient à un commander.

Nom Années
Cdr J W Arrow 1993-1995
Capt N S R Kilgour 1995-1996
Capt T J H Laurence MVO 1996-1997
Capt A R Nance OBE 1997-1998
Capt R G Cooling 1998-2000
Capt C A Johnstone-Burt OBE 2000-2001
Capt M J Parr 2001-2002
Cdr A J Webb 2003-2005
Cdr A J L Watt OBE 2005-2007
Cdr A L Hogben 2007-2008
Cdr J M Lowther 2009
Cdr W J Warrender 2009
Cdr J D Lett 2009-2012
Cdr J M B Parkin 2012-2014
Cdr C M O'Neill 2017–Présent[3]

Notes et référencesModifier

  1. Ouest-France avec agences, « Des navires iraniens auraient tenté « d’empêcher le passage » d’un pétrolier britannique dans le Golfe », Ouest-France,‎ (lire en ligne, consulté le 29 juillet 2019)
  2. Ouest-France avec AFP, « Crise des pétroliers : un deuxième navire de guerre britannique envoyé dans le détroit d'Ormuz », Ouest-France,‎ (lire en ligne, consulté le 29 juillet 2019)
  3. http://www.royalnavy.mod.uk/-/media/royal-navy-responsive/documents/profiles/oneil-conor.pdf