HMS K2

sous-marin de la marine royale anglaise

Le HMS K2[Note 1] était le deuxième des sous-marins britannique de classe K de la Royal Navy. Il a été construit par HMNB Portsmouth en Angleterre. Sa quille est posée le et il est mis en service en , un an avant la fin de la Première Guerre mondiale. En , le K2 est endommagé par une explosion et un incendie lors de ses premiers essais de plongée.

HMS K2
Image illustrative de l’article HMS K2
Le HMS K2
Type Sous-marin
Classe K
Fonction militaire
Histoire
A servi dans Naval Ensign of the United Kingdom.svg Royal Navy
Commanditaire Royal Navy
Constructeur HMNB Portsmouth Drapeau du Royaume-Uni Royaume-Uni
Fabrication acier
Quille posée
Lancement 14 novembre 1916
Commission
Statut Vendu le
Équipage
Équipage 6 officiers, 53 marins
Caractéristiques techniques
Longueur 103 m
Maître-bau 8,23 m
Tirant d'eau 6,40 m
Déplacement 1 980 tonnes en surface, 2 566 t en plongée
Propulsion 2 turbines à vapeur
4 moteurs électriques
1 groupe électrogène Diesel de 700 ch
Puissance 10 500 ch en surface et 1 440 ch en plongée
Vitesse 24 nœuds en surface
8 nœuds en plongée
Caractéristiques militaires
Armement 4 tubes lance-torpilles d’étrave de 18 pouces (457 mm) avec 8 torpilles
2 canons de pont de 100 mm
1 canon de 72 mm
Rayon d'action 12 500 nautiques à 10 nœuds en surface
40 nautiques à 7 nœuds en plongée

Le , il est entré en collision avec son sister-ship le HMS K12 alors qu’ils quittaient le port de Portland. Le K2 a défoncé un trou dans le compartiment avant du K12, et il a tordu sa propre proue sur environ 1,8 m. Le , le K2 entre en collision avec un autre sous-marin, le HMS H29, lors d’exercices.

Le K2 a été vendu le à John Cashmore Ltd pour la démolition à Newport.

ConceptionModifier

Le K2 avait un déplacement de 1 800 tonnes en surface et 2 600 tonnes en immersion[1]. Il avait une longueur totale de 103 m, un maître-bau de 8,08 m et un tirant d'eau de 6,38 m[2]. Le sous-marin était propulsé par deux chaudières Yarrow Shipbuilders alimentées au mazout, qui alimentaient chacune une turbine à vapeur Brown-Curtis ou Parsons développant 10 500 ch (7 800 kW) qui entraînaît deux hélices de 2,29 m de diamètre. En immersion, la propulsion était assurée par quatre moteurs électriques, produisant chacun de 350 à 360 ch (260 à 270 kW)[2]. Il avait également un moteur Diesel de 800 ch (600 kW), qui était utilisé le temps que la vapeur monte en pression, ou à la place de celle-ci[3].

Le sous-marin avait une vitesse maximale en surface de 24 noeuds (44 km/h) et une vitesse en immersion de 9 à 9,5 noeuds (16,7 à 17,6 km/h)[2],[4]. Il pourrait opérer à une profondeurs de 150 pieds (46 m) et y parcourir 80 milles marins (150 km) à 2 noeuds (3,7 km/h)[1].

Le K2 était armé de dix tubes lance-torpilles de 18 pouces (457 mm), de deux canons de pont de 4 pouces (100 mm) et d’un canon antiaérien de 3 pouces (76 mm)[2]. Ses tubes lance-torpilles étaient répartis ainsi : quatre dans l’étrave, quatre dans la section centrale, tirant sur les côtés, et deux sur le pont dans un affût rotatif[1]. Son effectif était de cinquante-neuf membres d’équipage[4].

EngagementsModifier

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Dans la marine des forces britanniques, HMS signifie Her Majesty's Ship ou His Majesty's Ship, selon que le monarque anglais est de sexe féminin ou masculin

RéférencesModifier

  1. a b et c (en) Edward C. Whitman, K for Katastrophe, US Navy, (lire en ligne[archive du ]), chap. 49
  2. a b c et d (en) J. J. Colledge et Ben Warlow, Ships of the Royal Navy : The Complete Record of all Fighting Ships of the Royal Navy (Rev. ed.), London, Chatham Publishing, (ISBN 978-1-86176-281-8).
  3. (en) Anthony Bruce et William Cogar, Encyclopedia of Naval History, Routledge, (ISBN 978-1-135-93534-4, lire en ligne), p. 356
  4. a et b (en) Julian Holland, Amazing & Extraordinary Facts Steam Age, David & Charles, (ISBN 978-1-4463-5619-7, lire en ligne), p. 145

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

Liens internesModifier

Liens externesModifier